Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Denis Delbaere : La fabrique de l’espace public. Ville, paysage et démocratie

Paris, Ellipses, Coll. La France de demain, 186 pages
Marie-Thérèse Grégoris
Référence(s) :

Denis Delbaere : La fabrique de l’espace public. Ville, paysage et démocratie, Paris, Ellipses, Coll. La France de demain, 186 pages

Texte intégral

1Réduit au parvis d’édifices religieux au Moyen Âge, introduit par une volonté d’ordre et de pouvoir dans la ville du XVIIe siècle, d’hygiénisme au XIXe siècle, l’espace public a progressivement pris place dans la ville. Au début du XXIe siècle, sa production est devenue légitime autant qu’il est indispensable à la vie sociale.

2L’espace public se définit par sa forme et sa composante anthropologique. Espace ouvert dans la ville, il est utilisé et pratiqué par tous. En favorisant les échanges, l’expression de l’opinion publique, il est « le ciment de la ville ». Un ciment d’autant plus important que la ville contemporaine est perçue comme fragmentée par de nombreux réseaux et divisée en espaces fonctionnels reliés entre eux par les mêmes réseaux.

3La crise de l’espace public comprend aussi ces deux dimensions. L’urbanisme de « résidentialisation » (mesures destinées à permettre le contrôle de l’espace public par ses riverains) pratiqué à la fin du XXIe siècle a produit des formes diverses et spécialisées (à chaque usage, un espace) admettant et conduisant à la non-confrontation à l’autre. Au même moment dans la société, les relations entre les individus sont régies par « l’entre-soi ». L’espace public n’est plus un lieu de confrontation à l’autre, il se révèle comme un espace de voisinage, de cohabitation.

4Cependant, de nouvelles formes émergent dans les périphéries urbaines. Parcs aménagés dans les années 1960-1970 dans la continuité des grands ensembles, interstices entre les équipements sportifs, espaces agricoles enclavés, terrains en bordures d’autoroutes constituent des « couronnes d’espaces publics ouverts ». Grands, ouverts, faiblement équipés, ils relèvent du registre du parc et de la grande échelle souligne l’auteur par son savoir-faire de paysagiste. Pratiqués pour les loisirs, les sports individuels, des populations d’âges et de catégories socioprofessionnelles diverses, ils ont acquis une légitimité sociale. Leur appropriation se réalise par une sociabilité de co-voisinage et évènementielle (repas de voisins, promenades, courses organisées…).

5L’approche paysagère est particulièrement adaptée pour repérer l’émergence de ces nouveaux espaces publics : comme dans le paysage, la nature y est omniprésente, le rapport à l’autre y est distant et la sociabilité est diffuse. Le projet de paysage convient aussi à l’aménagement de ces nouveaux espaces publics. En tenant compte des formes et des éléments existants, de l’étendue spatiale, il permet la continuité dans la ville et c’est dans le site géographique qu’il puise la matière de son développement. De plus, le paysagisme contemporain a réintroduit le sensible, en portant attention aux effets sensoriels (sonores, visuels, tactiles, …) et en créant des effets sensibles (de filtrage, d’enveloppement, d’ubiquité…), manifestant de la sorte « l’esprit de lieux » (Amphoux, 2001).

6Dans le processus de conception et de réalisation qu’est le projet de paysage interviennent une multitude d’acteurs, à l’instar de celui qui aujourd’hui commande et produit l’espace public. En décomposant « l’appareillage administratif complexe » responsable de l’aménagement de l’espace public, Denis Delbaere émet une hypothèse forte « et si la capacité de l’espace public à faire société, déficiente comme on l’a vu dans la réalité du partage de l’espace, avait migré, de la sphère de l’usage quotidien vers celle de la conception de l’espace lui-même ». Ainsi par la multiplicité des acteurs qu’elle convoque, la production de l’espace public serait du ressort de la démocratie.

7En France, plusieurs expériences corroborent cette manière de fabriquer l’espace public, exprimant chacune un enseignement. La réalisation du parc de la Deûle dans l’agglomération lilloise a montré qu’une stratégie de production de l’espace public à grande échelle, celle de la métropole est possible. Le cas de l’Île de Nantes témoigne que la logique du paysage peut s’adapter à des territoires industriels. Au nord de Paris, le parc du Sausset qui se construit progressivement depuis trente ans apporte de nouvelles perspectives à un quartier d’habitat de grands ensembles. Dans le bassin carrier de Marquise (Pas de Calais), la construction d’une vision commune a permis aux différents acteurs de dépasser la divergence de leurs intérêts et d’accepter l’évolution paysagère.

8Cette démonstration d’une nouvelle fabrique possible de l’espace public basée sur le projet de paysage se termine par la dénonciation du recul des politiques du paysage en France. Alors qu’elles avaient pris une consistance réglementaire dans les années 1980 et 1990, elles cèdent le pas, depuis le Grenelle de l’environnement, à des lois qui favorisent les performances énergétiques et interprètent l’environnement par des techniques, des normes et des mesures. Le coup d’arrêt donné aux politiques du paysage alors que les problèmes environnementaux demandent des visions globales fragilise les possibilités d’amélioration du rapport entre la société et son environnement.

9In fine, la force de l’ouvrage de Denis Delbaere est d’établir un lien étroit entre espace public et paysage et de revendiquer un renouveau de la critique paysagère, indispensable à la production démocratique de l’espace public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Thérèse Grégoris, « Denis Delbaere : La fabrique de l’espace public. Ville, paysage et démocratie », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/1806

Haut de page

Auteur

Marie-Thérèse Grégoris

Université Lille 1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page