Navigation – Plan du site
Articles

Comment concilier changement climatique et développement agricole en Algérie ?

How to Balance Climate Change and Agricultural Development in Algeria?
Mohamed Chabane
p. 73-91

Résumés

La sécurité alimentaire en Algérie semble plus que menacée par un niveau de croissance démographique incontrôlé, par la dégradation des conditions physiques du secteur de l’agriculture, par la baisse des ressources hydriques et par le retard de développement technique de l’activité. À partir d’une revue bibliographique sur la situation actuelle du secteur agricole, le texte définit ses niveaux de développement et les défis de l’avenir auxquels ce secteur sera confronté.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Bien avant son indépendance en 1962, l’Algérie a connu une forte dynamique démographique qui a induit une vigoureuse pression sur les ressources disponibles et qui a rompu divers équilibres économiques, sociaux et naturels. Une des conséquences de cette pression démographique se vérifie à travers le déséquilibre des ressources agricoles qui a conduit à une dépendance alimentaire extrêmement forte vis-à-vis de l’étranger. Aujourd’hui, l’essentiel des produits de base est importé et l’écart entre offre et demande s’accroît de plus en plus.

2Au vu de ces résultats, le bilan économique du développement agricole et rural en Algérie peut être considéré largement comme négatif. Le retard de développement de l’activité agricole a entrainé une dépendance accrue aux importations pour satisfaire l’augmentation de la demande interne. Ces conditions accroissent l’inquiétude pour l’avenir de la sécurité alimentaire dans le pays. En effet, l’activité agricole demeure archaïque tant du point de vue technique, que matériel ou humain. La révolution agronomique en Europe moderne (Royaume-Uni, France, Hollande) dans les deux derniers siècles qui a permis aux nouveaux pays émergents (Chine, Inde, Brésil) d’en finir avec les problèmes de la faim et de la malnutrition, n’a pas encore eu lieu en Algérie. Au contraire, des systèmes agricoles anciens et des pratiques ancestrales perdurent toujours. Le système céréales-jachère persiste encore, l’élevage se pratique toujours sous forme extensive. Le résultat est une des productivités céréalières les plus faibles au monde et un secteur qui demeure structurellement vulnérable à niveau de développement dérisoire.

Les conditions physiques défavorables

3L’agriculture algérienne évolue dans un cadre naturel avec des caractéristiques géographiques extrêmes. Même si les facteurs physiques et climatiques restent des causes majeures dans la médiocrité de l’activité agricole, les résultats décevants de l’agriculture depuis l’indépendance ne peuvent être justifiés, néanmoins, uniquement par la dureté de ces conditions naturelles.

4Située dans une zone de transition, entre les régimes tempérés et subtropicaux, l’Algérie est un pays majoritairement aride et semi-aride qui comprend trois grands ensembles géographiques : le Tell au Nord, les hauts plateaux et l’Atlas saharien au centre, et le Sahara au Sud. Le pays présente un climat de type méditerranéen caractérisé par une longue période de sécheresse estivale variant de 3 à 4 mois sur le littoral, de 5 à 6 mois au niveau des hautes plaines, et supérieure à 6 mois au niveau de l'Atlas Saharien. Les précipitations accusent une grande variabilité annuelle. Elles augmentent d'Ouest en Est (450mm/an à Oran à plus de 1 000mm/an à Annaba). Les précipitations moyennes annuelles varient de 50mm/an dans la région du M'zab dans le sud et 1 500 mm/an à Jijel dans le nord du pays. Le niveau moyen de la pluviométrie est considéré comme l’un des plus faibles dans le Bassin méditerranéen (figure 1). L’importance de l’irrégularité pluviométrique dans le temps et dans l’espace ainsi que la croissance de la demande en consommation d’eau accentuent le problème des disponibilités et maintiennent la pression dans la région.

Figure 1 : Carte climatique de l’Algérie

Figure 1 : Carte climatique de l’Algérie

5Avec moins de 500 m³/hab./an d’eau en moyenne, le pays est caractérisé par un stress hydrique très fort et la situation est plus proche de la pénurie. En Algérie, les ressources potentielles en eau sont extrêmement limitées et inégalement réparties. Le pays est divisé en cinq bassins hydrographiques regroupant 17 bassins versants.

6Les ressources en eau superficielles renouvelables totalisent environ 9,8 km³/an pour l’ensemble du pays. Les états disponibles indiquent que ces ressources ont été évaluées à 19,2 km³, dont 12,4 km³ d’eau de surface, 1,8 km³ d’eaux souterraines au Nord et 7,9 km³ d’eaux souterraines exploitables dans le Sud, provenant essentiellement des nappes du continental intercalaire, autrement dit, du grand Sahara.

7Ces conditions naturelles difficiles compliquent la tâche de l’activité agricole pour assurer sa mission et malgré l’amélioration relative des productions agricoles, la situation alimentaire du pays reste très vulnérable, en particulier, pour les céréales (notamment le blé) où le secteur agricole est souvent incapable de faire face à la croissance de la demande. Cette croissance de demande est liée essentiellement aux changements des habitudes alimentaires (induites en partie par 150 ans de colonisation) et à l’élévation des niveaux de vie, mais surtout, à cause de l’importante croissance démographique qu’a connue le pays.

8Selon les données de l’Office National des Statistiques en Algérie (ONS, 2010), la population algérienne a enregistré une croissance annuelle moyenne de l’ordre de 2,4 % sur l'ensemble de la période 1960-2009, ce qui représente une croissance de 223 % en moins d’un demi-siècle entre les deux périodes. Selon les dernières estimations, l’Algérie connaîtra dans les années à venir, un taux de croissance important de près de 61 % sur une période de 30ans entre 1990 et 2020 (figure 2).

Figure 2 : Croissance de la population algérienne de 1960 et les projections en 2012

Figure 2 : Croissance de la population algérienne de 1960 et les projections en 2012

Une forte consommation alimentaire

9La consommation alimentaire en Algérie est déterminée essentiellement par deux facteurs. D’abord par le changement des régimes alimentaires de la population et ensuite par l’augmentation des quantités consommées. La population algérienne est caractérisée par un mode alimentaire basé essentiellement sur la consommation des céréales sous toutes leurs formes (pâtes alimentaires, couscous, galettes de pain, etc.). Ainsi, la consommation céréalière moyenne directe par habitant est l’une des plus importantes au monde. En 2005, elle a été estimée à 223 kg/an par personne. Avec une consommation estimée à plus de 200 kg/personne et par an de blé, le secteur agricole est structurellement incapable de satisfaire une demande alimentaire de plus en plus importante qui a classé le pays au quatrième rang au monde des pays importateurs du blé en 2008, après l’Europe des 27, le Brésil et l’Égypte.

10En plus de ce déficit céréalier important (figure 3), le pays est également déficitaire en huiles alimentaires, en sucre et en produits laitiers. Cette situation contraint l’Algérie à se tourner constamment vers les importations afin de combler les carences de productions, causant ainsi un déficit constant de la balance agro-commerciale du pays.

Figure 3 : Production et consommation totale du blé entre 1961 et 2009

Figure 3 : Production et consommation totale du blé entre 1961 et 2009

Source : FAOSTAT - OAA Division des statistiques.

11C’est ainsi que durant le premier semestre de l’année 2011, l’Algérie a importé pour plus de 1,5 milliard de dollars de blé (2,34 milliards de $ en 2009 pour toute l’année, 3,967 milliards de $ en 2008 et 1,987 milliard de $ en 2007). Cette hausse n’est pas imputable uniquement à la hausse des prix des produits de base sur le marché international, elle est aussi inhérente à la croissance sensible des volumes des importations. En effet, les quantités de blé importées par l’Algérie ont atteint 3,97 millions de tonnes durant le premier semestre de 2011 contre 2,93 millions de tonnes en 2010, soit une augmentation de 1,03 million de tonnes. Ces importations concernent aussi bien le blé dur que le blé tendre. De ce fait, la valeur des importations de blé tendre est passée de 395,34 millions de dollars pour une quantité de 1,93 million de tonnes en 2010 à 1,10 milliard de dollars pour 3,06 millions de tonnes, en hausse de 179,8 %. Pour le blé dur, l’Algérie a importé durant le premier semestre 2011 pour un montant de 410,63 millions de dollars (904,8 tonnes) contre 269,50 millions de dollars (996,3 tonnes) à la même période en 2010 (Centre national de l'informatique et des statistiques douanières en Algérie, 2011).

  • 1 La facture alimentaire en Algérie a atteint plus de 6 milliards de dollars en 2010, 5,86 milliards (...)

12Avec 42,34 % de la structure des importations de biens de consommation alimentaire, les céréales constituent le poids le plus important de la facture alimentaire dont les importations ont augmenté aussi bien en valeur qu’en volume, atteignant durant le premier semestre 2011 une augmentation globale de l’ordre de 60 % par rapport à la même période en 20101.

13L’ampleur de cette facture alimentaire (figure 4) et le déficit de la balance agricole depuis déjà quelques années démontrent que le pays présente un profil de dépendance alimentaire structurelle et justifient amplement le constat d’échec de la politique alimentaire adoptée dans le pays depuis près d’un demi-siècle.

Figure 4 : Évolution de la facture alimentaire dans les pays du Maghreb

Figure 4 : Évolution de la facture alimentaire dans les pays du Maghreb

Source : Statistiques du commerce international (OMC, 2009).

  • 2 Rousset, N. (2006). « L’agriculture du Maghreb au défi du changement climatique : quelles stratégie (...)

14La sécurité alimentaire semble plus que compromise. L’Algérie dépend de plus en plus du marché international pour assurer l’approvisionnement de sa population. Alors que des rapports de différentes institutions évoquent un épuisement imminent des ressources en hydrocarbures (U.S. EIA, 2009), alors que la population algérienne va dépasser le seuil des 40 millions d’habitants d’ici 2020, alors que les effets du changement climatique s’accentuent plus qu’ailleurs2, comment l’État va-t-il s’y prendre pour assurer la sécurité alimentaire du pays tout en faisant face au défi du réchauffement climatique qui menace sérieusement le secteur agricole ?

1. Le défi climatique et l’avenir de la sécurité alimentaire en Algérie

15L’insuffisance de l’offre alimentaire en Algérie est en partie provoquée par l’effet d’une pression démographique galopante, mais elle est aussi le résultat d’une productivité agricole dégradée et des bas niveaux des rendements variant en fonction des aléas climatiques. Avec le changement climatique, la situation ne va certainement pas s’améliorer.

1.1. La menace du réchauffement climatique

  • 3 Bilan 2007 des changements climatiques : rapport de synthèse, p. 2.

16« Le réchauffement du système climatique est sans équivoque. On note déjà, à l’échelle du globe, une hausse des températures moyennes de l’atmosphère et de l’océan, une fonte massive de la neige et de la glace et une élévation du niveau moyen de la mer […]3 ». Schématiquement, le réchauffement climatique pourrait engendrer plusieurs impacts sur les ressources naturelles, sur les productions (quantitativement et qualitativement), sur les filières de consommation d’intrants et sur l’espace rural. Le réchauffement induira indubitablement des modifications des cycles de l’eau, une dégradation des qualités des terres agricoles, une baisse de fertilité des sols, une érosion de la biodiversité, un déplacement des étages bioclimatiques ainsi que des risques parasitaires et sanitaires multiples.

17Partout dans le monde, l’agriculture reste le secteur économique le plus sensible aux effets négatifs du changement climatique. Les températures élevées entrainées par ce réchauffement diminueront les rendements des cultures utiles. La modification des régimes de précipitations augmentera les probabilités de mauvaises récoltes à court terme et les baisses des niveaux des productions à long terme. En conséquence, les prix des produits agricoles connaîtront vraisemblablement des hausses significatives sur le marché international. Les prix des différentes viandes, de leur côté, connaîtront également une augmentation induite par l’amplification des prix des fourrages due à la réduction de la productivité des pâturages. C’est ainsi que le changement climatique devient une réelle menace pour la sécurité alimentaire au niveau mondial.

  • 4 Tabet-Aoul, M., (2010). Développement et environnement au Maghreb : contraintes et enjeux, pp. 66-7 (...)
  • 5 Tabet-Aoul, M., (2008). « Impacts du changement climatique sur les agricultures et les ressources h (...)
  • 6 Seconde communication nationale de l’Algérie sur les changements climatiques à la CCNUCC, 2010.

18En Algérie, et selon les différents scénarios, le réchauffement climatique a engendré des effets négatifs plus importants qu’ailleurs. Si au niveau mondial la hausse des températures au XXème siècle a été de l’ordre de 0,74°C, celle sur l’Algérie s’est située entre 1,5° et 2°C, soit plus du double de la hausse moyenne planétaire4. L’examen de l’évolution des températures du début des années 1930 et jusqu’au début des années 2000 a mis en évidence une hausse de température moyenne sur l’ensemble du pays au cours des saisons d’hiver et d’automne, mais aussi, une hausse nette des températures minimales et maximales sur l’ensemble du nord du pays5. Durant les vingt dernières années, les températures maximales mensuelles moyennes ont augmenté d’environ 2°C6 (figure 8).

19Quant à la baisse des précipitations enregistrées courant XXème siècle, elle varie entre 10 et 20 %. L’étude des niveaux des précipitations pour les mêmes périodes citées ci-dessus (de 1930 à 2000), montre qu’il y a eu une diminution des pluies sur le nord en automne, en hiver et au printemps, notamment à partir des années 1970, la pluviométrie est plus importante à l’ouest et au centre que dans les autres régions du pays. Les figures 5, 6 et 7 illustrent cette baisse enregistrée dans quelques régions de l’ouest algérien.

Figure 5 : Précipitations annuelles à Ain Fekane de 1930-31 à 2001-02

Figure 5 : Précipitations annuelles à Ain Fekane de 1930-31 à 2001-02

Figure 6 : Précipitations annuelles à Ben Badis de 1930-31 à 2001-02

Figure 6 : Précipitations annuelles à Ben Badis de 1930-31 à 2001-02

Figure 7 : Précipitations annuelles à Ras El Ma de 1930-31 à 2001-02

Figure 7 : Précipitations annuelles à Ras El Ma de 1930-31 à 2001-02

Source : Meddi, M., Talia, A., Martin, C., (2009). « Évolution récente des conditions climatiques et des écoulements sur le bassin versant de la Macta (Nord-Ouest de l'Algérie).

Figure 8 : Evolution des températures moyennes annuelle dans l’ouest de 1926 à 2006

Figure 8 : Evolution des températures moyennes annuelle dans l’ouest de 1926 à 2006

Source : Tabet-Aoul M., (2008). Note d’alertedu CIHEAM ?N°48

1.2. Les effets du changement climatique en Algérie

  • 7 Bilans des Expertises sur « Les Risques Menaçant la Biodiversité en Algérie » MATE-GEF/PNUD : Proje (...)
  • 8 Tabet-Aoul, M., (2008). Impacts du changement climatique sur les agricultures et les ressources hyd (...)

20Les projections climatiques de l’avenir indiquent que « l’Algérie ressentira davantage les effets des changements climatiques7 ». Le pays va éventuellement subir encore plus de variations importantes des hausses des températures et des baisses conséquentes des précipitations. « De nombreuses études montrent que les projections climatiques, élaborées par les modèles de circulation générale (MCG) actuels, sous-estiment la hausse de température et la baisse des précipitations sur le Maghreb. Ce qui montre que les pays du Maghreb vont subir, plus que d’autres, les effets du changement climatique […]8 »

21De plus, de nombreuses études sur les variations possibles dans la région projettent une hausse des températures de l’ordre de 1°C avec des baisses de précipitations de 5 à 10 % à l’horizon 2020 et plus du double de ces valeurs à l’horizon 2050, soit une augmentation des températures de 2° à 3°C et une chute des précipitations de 10 à 30 %.

22Ces évolutions engendreront nécessairement des conséquences néfastes sur les ressources hydriques déjà rares dans la région. D’après les scénarios cités, une augmentation des températures de 0,5 à 1°C, induira une baisse des précipitations qui induira à son tour un déficit des eaux de surface de l’ordre de -10 à -30 %. Cette raréfaction hydrique se conjuguera vraisemblablement avec une croissance des besoins de plus en plus forte. Le secteur agricole sera toujours le plus durement affecté vu que des parts importantes des ressources hydriques lui sont consacrées. En 2000, les ressources en eau prélevées ont été estimées à 6,074 km³, dont 3,938 km³ destinés à l’irrigation (65 %), 1,335 km³ aux usages domestiques (22 %) et 0,801km³ à l’industrie (13 %). À l’horizon 2020, cette tendance ne devrait que peu fléchir et l’usage total dédié à l’agriculture sera aussi important que celui d’aujourd’hui, ce qui devrait accentuer les pressions sur la demande totale en eau dans le pays.

1.3. Les effets du changement climatique sur le secteur agricole

23Les changements climatiques, du fait de l’augmentation prononcée de température, de la baisse significative des précipitations et des sécheresses plus fréquentes et intenses, ne permettent pas la régénération du couvert végétal et constitueront une menace grave pour le secteur agricole. Le processus de changement climatique se traduirait également par une chute des rendements agricoles. Les différentes études citées plus haut affirment que l’augmentation des températures et de leur variabilité implique un décalage et une réduction des périodes de croissance, ainsi qu’une accélération de la dégradation des sols et de la perte de terres productives. De ce fait, la production agricole accusera des réductions moyennes des rendements des céréales de 5,7 % à près de 14 %. Le changement climatique induira également des baisses de rendement des productions des légumes de 10 à 30 % à l’horizon 2030.

24Devant ces dangers que constitue la menace du réchauffement climatique, l’Algérie a-t-elle une politique claire en matière de précautions consistant à privilégier les mesures de lutte contre ce réchauffement, en amont, avant sa propagation ? Le pays dispose-t-il d’une stratégie de prévention définie contre la dégradation de l’environnement ? Un balayage de l’adhésion de l’Algérie à la lutte contre le réchauffement climatique nous permet de cerner la situation.

1.4. Stratégie d’adaptation et adhésion de l’Algérie à la lutte contre le réchauffement climatique

25L’Algérie a présenté, en 2001, sa première Communication Nationale Initiale (CNI) dans le cadre de la Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies pour les Changements Climatiques (CCNUCC). Cette Communication Nationale intègre les données et les informations relatives aux modifications du climat sur son territoire. Depuis, et dans le cadre de l’élaboration de la Seconde Communication Nationale (SCN) qui portera un accent particulier sur les inventaires de Gaz à effet de Serre (GES), l’évaluation des impacts potentiels des changements climatiques, les options d’adaptation à ces changements et la mise à jour des mesures d’atténuation des émissions de GES, le Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD) s’est chargé du suivi du projet et de l’évaluation de la gestion des fonds alloués afin d’assurer sa bonne application.

26Dans ce cadre, plusieurs objectifs à réaliser ont été définis :

  • améliorer la qualité des données et informations rapportées dans le cadre de la CNI avec une forte implication et une participation active de tous les acteurs à l'échelle nationale ;

  • renforcer la prise en compte du changement climatique dans la politique nationale de développement ;

  • réaliser des inventaires des GES au niveau de tous les secteurs concernés (énergie, industrie, agriculture, déchets, ressources hydriques, forêts).

27Grâce à la mise en place de ces procédures, deux résultats préliminaires ont été atteints. D’abord, la réduction des émissions de gaz à effet de serre par le biais d’une initiative favorisant la réalisation de petits projets reproductibles et démonstratifs concernant l’efficacité énergétique au niveau des PME/PMI. Cela rentre dans le cadre de l’augmentation de l’efficacité énergétique en milieu industriel à travers la réduction de la consommation énergétique thermique et électrique. Ensuite, l’appui à la stratégie régionale pour la lutte contre le changement climatique à travers un atelier régional maghrébin qui a été organisé autour des différents thèmes communs : transferts de connaissances et de savoir-faire, augmentation de l’efficacité des politiques environnementales entreprises.

28La situation actuelle de l’agriculture algérienne, l’évolution de la demande agricole au niveau international, la cherté des prix des produits agricoles, tant d’éléments qui affirment que l’Algérie a besoin plus que jamais de développer son agriculture. Cela soulève de nombreux questionnements : comment réaliser ce développement de l’agriculture face à des défis pareils ? La politique de lutte contre le réchauffement climatique est-elle suffisante ? Suit-elle son cours correctement ?

29Devant ces multiples défis et face à la probabilité du rapprochement d’un réchauffement climatique plus rude, comment assurer une continuité d’approvisionnements alimentaires pour la population ? Quelle sera la politique agricole adoptée pour mieux maîtriser la production alimentaire tout en respectant la durabilité écologique ? Quelle est la marge de manœuvre pour propulser et encourager la production agricole locale ? N’existe-t-il pas des changements techniques (des améliorations variétales par exemple) susceptibles de corriger l'aridité croissante du climat ? L’absence de telles variétés n'est-elle pas due à un grand retard technique et un certain désengagement de l'État vis-à-vis de la recherche agronomique ? Si oui, le problème du changement climatique n’est-il pas secondaire par rapport au problème de société ? Comment dépasser ces retards de développement de l’activité agricole dans le pays sachant qu’ils sont aussi nombreux qu’importants comme nous allons le constater ?

2. Le retard de développement et l’avenir de la sécurité alimentaire en Algérie

30Plusieurs éléments de tout ordre peuvent retarder le développement de l’activité agricole en Algérie : le statut du foncier, les enjeux politiques et sociaux de l’activité, entre autres. Il sera question dans notre analyse de jeter la lumière sur les éléments d’ordre purement économique qui entravent le développement de l’activité. Nous les citerons en détail (avec des graphiques et des illustrations).

2.1. L’insuffisance des ressources hydriques

31L’Algérie, comme nous l’avons vu plus haut, est un pays qui souffre d’un stress hydrique important causé par les faibles niveaux de précipitations. Ce défaut de ressources hydriques peut être comblé par le recours à l’irrigation, hélas insuffisante, puisque les superficies irriguées en Algérie ne dépassent pas les 0,62 million d’hectares. Pourtant, et selon les statistiques officielles de l’agence nationale des ressources hydrauliques, les potentialités en terres irrigables en Algérie dépassent les 2,2 millions d’hectares.

  • 9 Près de 165 mille hectares en 1962, 378 mille hectares en 1989, 454 mille hectares en 1995, 489 mil (...)

32Selon les dernières données statistiques disponibles du RGA (Recensement Général de l’Agriculture, 2003), l’agriculture irriguée en Algérie occupe environ 620 700 ha9, soit près de 7,4 % de la SAU (Superficie Agricole Utile). Cette superficie irriguée est considérablement insignifiante par rapport à d’autres pays d’Afrique du Nord : 1,984 million d’hectares au Maroc et 3,53 millions d’hectares en Égypte. C’est grâce à ces périmètres irrigués que plusieurs pays dans le monde ont pu accroître leurs productions agricoles locales. En effet, plus de la moitié de la production agricole mondiale provient de l’agriculture irriguée. En 2007, la superficie totale équipée en systèmes d'irrigation dans le monde était évaluée à près de 287 millions d’hectares : 57,1 millions d’hectares en Chine, 19,2 millions d’hectares au Pakistan, 5,73 millions d’hectares en Inde, 22,53 millions d’hectares au États-Unis, 2,7 millions d’hectares en France.

2.2. Inégalité des potentialités de production et sous-équipement matériel

  • 10 La population rurale mondiale s’élève alors à 3,3 milliards de personnes.
  • 11 La population agricole mondiale active s’élève à 2,6 milliards de personnes.

33À l’aube du troisième millénaire, le secteur de l’agriculture employait une population active de l’ordre de 1,27 milliard de personnes dans les différents pays du Sud10, soit, près de 55,4 % de la population totale de ces pays11. Selon les dernières projections de la FAO en 2009, cette population était estimée à près de 1,3493 milliard de personnes et se répartissait comme suit : 229,2 millions en Afrique, 41,8 millions en Amérique latines, 382,5 millions en Asie du Sud, 146,9 millions en Asie du Sud-est, 504,2 millions en Chine.

  • 12 Dufumier, M. (2004). Agricultures et paysanneries des tiers mondes. Paris édition Karthala, p. 85.

34Pour ce nombre important d’agriculteurs, le parc disponible de tracteurs et d’équipements à moteurs ne compte que 28 millions au niveau mondial, soit 2,1 % seulement du nombre des actifs agricoles. Cela signifie qu’il n’y a qu’un tracteur pour 49 actifs agricoles et ce rapport est encore moins important dans quelques pays du tiers monde. Il est de l’ordre d’un tracteur pour 180 actifs agricoles. Rapporté à la superficie agricole utile et les prairies permanentes, la relation n’est que d’un tracteur pour 440 hectares12.

35En Algérie, après la crise financière de 1986 et la chute brutale des prix des hydrocarbures et jusqu’à 1994, date de l’intervention du FMI (Fonds Monétaire International) et l’application du PAS (Plan d’Ajustement Structurel), toutes les subventions accordées à l’achat du matériel agricole ainsi que les différentes formes de soutien étatique des prix ont été supprimées. Depuis, les prix des intrants agricoles ont connu une hausse significative. En effet, la libéralisation des prix des différents intrants agricoles d’origine industrielle, notamment le matériel agricole et la suppression des subventions allouées à l’achat des intrants ont eu comme effets directs une augmentation brutale des prix et une diminution sensible de l’utilisation des intrants.

36En effet, les aides à l’achat du matériel agricole ont été retirées dès les premiers signes de la crise financière en 1986, ce qui a eu un impact négatif sur les achats de ce matériel. En revanche, les subventions aux intrants qui avoisinaient les 180 millions de $ en 1985 ont été supprimées à partir de 1993. par conséquent, on assiste de ce fait à une augmentation spectaculaire des coûts de production, synonyme d’une augmentation des prix des produits agricoles.

37Les prix du matériel agricole ont été multipliés par 3,5 durant cette période. Les prix des engrais et des produits phytosanitaires, quant à eux, ont triplé. Sous l’effet de l’augmentation des prix de ces matières, on a enregistré une baisse substantielle de leur consommation. Celle des engrais a été divisée par 5 en moins de 10 ans, celle des produits phytosanitaires par 6,25 pour la même période. S'il fallait 33 kg de blé dur pour payer 1 kg d'engrais phosphaté en 1981, il a fallu avancer 106 kg pour acheter la même quantité en 1991. Pour se procurer un tracteur pneumatique en 1981, il fallait payer la valeur de 22,3 tonnes de blé dur. En 1991, il fallait la valeur de plus du double, soit 48,3 tonnes. Depuis, les termes d’échanges ne cessent de se dégrader en défaveur de l’agriculture.

38La cherté des prix accompagnée de la pénurie du matériel agricole ont augmenté sensiblement les difficultés des cultivateurs et surchargé davantage leurs coûts d’exploitations déjà lourds. Une situation qui a affaibli le recours à la mécanisation et a réduit les possibilités du renouvellement du matériel agricole (figures 9 à 12). La preuve en est la quasi-stagnation du parc de matériel agricole disponible au niveau national qui comptait, selon les statistiques de la FAO, près de 91 400 tracteurs en 1990, 91 200 en 1995, 92 900 en 1998, 9 000 moissonneuses-batteuses en 1992, 9 200 en 1999.

39Aujourd’hui, le secteur agricole algérien est toujours caractérisé par une médiocrité technique et un sous-équipement matériel criant. En plus de cette défaillance quantitative, le parc des machines agricoles, tracteurs, moissonneuses-batteuses est majoritairement vieillissant et amorti depuis longtemps. La défaillance matérielle demeure une sérieuse entrave à l’intensification de la production agricole et à l’élévation de la productivité. D’après les statistiques officielles (RGA, 2001), les disponibilités en matériel de traction couvrent environ 66,31 % des besoins totaux estimés à 163,07 millions d’heures, ce qui représente un volume horaire disponible de 108,14 millions d’heures. Les besoins en tracteurs de faible puissance (tracteurs à moins de 45 CV) s’élèvent à environ 64,34 % des besoins totaux, soit, 105 millions d’heures. Les besoins en tracteurs de moyenne et forte puissance (de plus de 45 CV) s’élèvent à environ 35,66 % des besoins totaux, soit 58 millions d’heures. 9 % du total des exploitations seulement disposent d’au moins un tracteur agricole, soit 91 891 exploitants. Ceci donne un ratio de 87 ha/tracteur si nous rapportons la SAU au nombre de tracteurs disponibles (RGA, 2001).

Figure 9 : Ventes du matériel agricole entre 1993 et 2002

Figure 9 : Ventes du matériel agricole entre 1993 et 2002

Source : Problématique de développement agricole en Algérie (CNES, 1999)

Figure 10 : Évolution des achats des moissonneuses-batteuses de 1990 à 1999

Figure 10 : Évolution des achats des moissonneuses-batteuses de 1990 à 1999

Source : Problématique de développement agricole en Algérie (CNES, 1999).

Figure 11 : Évolution des prix de cession de matériels agricoles entre 1986 et 1996.

Figure 11 : Évolution des prix de cession de matériels agricoles entre 1986 et 1996.

Source : Problématique de développement agricole en Algérie (CNES, 1999).

Figure 12 : Baisse des subventions aux intrants (100 =1983)

Figure 12 : Baisse des subventions aux intrants (100 =1983)

Source : Bedrani, et al., (1997). « Éléments d’analyse des politiques de prix… ». Série. B, n° 11.

2.3. Inégalité du développement technique

40Au début des années 1960, nombre de pays en collaboration avec des bailleurs de fonds (Food and Agriculture Organisation, Banque Mondiale) ont œuvré pour l’intensification de la recherche agricole. C’est l’ère de la révolution verte.

  • 13 Celle des États développés dépassait à cette époque les 27 millions de tonnes.
  • 14 Les pays développés ont connu une augmentation de près d’une demi-tonne en moyenne et par an, pour (...)

41Cette révolution a augmenté significativement la productivité agricole dans le monde et a eu des conséquences prodigieuses sur l’évolution des productions, notamment sur celles de la céréaliculture. Au Mexique par exemple, les rendements de blé à l’hectare étaient inférieurs à 700 kg/ha sur la période de 1925 à 1930, avec la révolution verte ils sont devenus supérieurs à 2 400 kg/ha sur la période de 1965 à 1969. Selon la FAO, aux premières années de la révolution verte, la moyenne de l’utilisation des engrais dans les pays en développement, qui ne dépassait pas les 3,7 millions de tonnes13, a été multipliée par plus de 20, pour atteindre les 86,6 millions de tonnes en 200014 notamment dans les pays asiatiques.

  • 15 Dans les années 1960, la consommation mondiale en N (azote), en P2O5 (phosphore) et en K20 (potasse (...)
  • 16 La consommation dans les pays développés a évolué quant à elle de près de 40 kg/ha, passant de 40,4 (...)

42L’intensification de l’utilisation des engrais a augmenté considérablement les moyennes des consommations mondiales en engrais par hectare de terres arables. En effet, la mise en marche de la révolution verte avait multiplié par plus de quatre la moyenne d’utilisation des engrais dans le monde15. Alors que cette dernière était aux environs de 23,5 kg/ha dans les années 1960, elle passe à près de 110 kg/ha en 2000. Une amplification qui s’est opérée en particulier dans les pays en développement16, qui voyaient leurs moyennes d’utilisation d’engrais passer de 6,2 kg/ha à 118,7 kg/ha.

  • 17 Toutes cultures confondues à partir de nos propres calculs.
  • 18 Au Vietnam, 1 884,5 milliers de tonnes pour 11 241 milliers d’hectares. Au Pakistan, 2 582.6 millie (...)

43En effet, un déséquilibre important et une inégalité flagrante dans l’utilisation des fertilisants peuvent être constatés à travers les statistiques du CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Des pays comme le Maroc (réputé pays agricole) n’utilisent que 46,41 kg/ha17 en moyenne, loin derrière des pays qui ont opté pour la révolution verte et ont bénéficié de ses techniques, comme l’Inde : 84,85 kg/ha, le Pakistan : 112,09 kg/ha, le Mexique : 81,80 kg/ha ou le Vietnam : 167,64 kg/ha18.

  • 19 Au Mexique, 2 006 milliers de tonnes pour 24521.1 milliers d’hectares. Au Canada, 2 564,2 milliers (...)
  • 20 Au Togo, 27,9 milliers de tonnes pour 1 159,3 milliers d’hectares. En Ethiopie, 152 milliers de ton (...)

44Même avec ces niveaux, l’utilisation des engrais dans les pays en développement demeure inférieure par rapport à celle des pays développés (conséquences de la révolution industrielle) : 187,09 kg/ha en Allemagne, 181,93 kg/ha en France, 157 kg/ha aux USA19. Les grandes victimes de ces inégalités sont les pays pauvres, notamment en Afrique : 24,06 kg/ha au Togo, 23,76 kg/ha en Ethiopie, 10,79 kg/ha en Tanzanie20.

45En Algérie, malgré les efforts constants pour accentuer l’utilisation des engrais dans le secteur agricole, particulièrement dans les années 1970, l’Algérie se retrouve aujourd’hui à un niveau d’utilisation similaire à celui des premières années de l’indépendance, bien loin des niveaux d’utilisation de ses voisins du Bassin méditerranéen. Pourtant, le pays dispose d’une entreprise de production (Fertial, d’Annaba et d’Arzew) d’une capacité annuelle d’un million de tonnes d’ammoniac, dont une partie est réutilisée pour la production d’une large gamme d’engrais azotés et phosphatés. L’entreprise en question exporte près de 74 % de sa production, ce qui la place comme leader dans le Bassin méditerranéen et deuxième dans le monde arabe, derrière l’Arabie Saoudite, à la septième place au niveau mondial en termes de production.

46Cependant, l’utilisation des engrais a enregistré une forte baisse ces 20 dernières années à cause des problèmes de terrorisme et l’obligation d’obtenir une autorisation écrite de la part des autorités sécuritaires ainsi qu’une permission d’escorte par les services d’ordre pour tout achat d’engrais, ce qui a très fortement limité leur utilisation.

47Avec ce niveau important de production, la consommation locale demeure minime et considérée parmi la plus basse des pays du Maghreb (figures 13 et 14). D’après les statistiques du conseil national économique et social, la consommation des engrais en Algérie était de l’ordre de 25 kg/ha au début des années 1980, 12 kg/ha au début des années 1990, 6 kg/ha en 1996. En 2002, selon le CNUCED, l’Algérie n’utilisait que le tiers des quantités utilisées au Maroc, soit 15,93 kg/ha. 311,6 milliers de tonnes d’engrais pour 6 713,1 milliers d’hectares au Maroc, contre 51,2 milliers de tonnes pour 3 213 milliers d’hectares en Algérie (l’un des taux les plus bas au monde selon les statistiques du CNUCED). Alors que d’après les données de la FAO (2005), et selon la moyenne mondiale, la consommation d’éléments fertilisants devrait se situer à 850 000 tonnes par an par pays, celle-ci n’a pas dépassé le seuil de 100 000 tonnes en Algérie.

48Ce retard technique concerne aussi bien les biotechnologies récentes que les techniques de la révolution verte. Pour les exploitations céréalières par exemple, ce sont 14 % seulement qui utilisent des semences sélectionnées, 23,2 % utilisent du fumier, 24,2 % utilisent des engrais azotés et phosphatés et 15 % des herbicides (RGA, 2001).

2.4. Le manque de financement

49En Algérie, le financement de l’agriculture dans le passé relevait des tâches d’une seule banque (Banque d’Algérie pour le Développement Rural), et depuis 1990, année de l’autonomie de la Banque en question, l’État ne garantit plus les emprunts bancaires au profit des exploitations agricoles, encore moins pour les plus petites d’entre elles (28,9 % des exploitations ont une superficie inférieure à 2 ha). La majorité des exploitants individuels au nombre de 745 734 exploitations, soit 72,84 % du total des exploitations, n’ont pas accès aux services du système bancaire. D’après les statistiques du ministère de l’agriculture (RGA, 2001), seulement 3,1 % du total des exploitations bénéficient d’un crédit bancaire, 9 % d’entre elles ayant eu recours à des crédits octroyés par des particuliers.

50En l’absence de revenus adéquats et de garanties qui permettent d’emprunter, les agriculteurs ne peuvent renouveler leurs exploitations et intensifier leurs techniques de production. En Algérie, le montant de l’endettement moyen par exploitation est de 655 $ pour un endettement total de 631 millions de $ notamment auprès de la caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) et à la BADR.

Figure 13 : Utilisation des engrais azotés dans les trois pays du Maghreb (total en éléments fertilisants)

Figure 13 : Utilisation des engrais azotés dans les trois pays du Maghreb (total en éléments fertilisants)

Figure 14 : Utilisation des engrais phosphatés dans les trois pays du Maghreb (total en éléments fertilisants)

Figure 14 : Utilisation des engrais phosphatés dans les trois pays du Maghreb (total en éléments fertilisants)

Source : À partir des données de la FAO Stat.

2.5. Insuffisances des subventions directes au secteur agricole

  • 21 Ces subventions jouent également un rôle compressif sur le prix mondial des matières premières agri (...)

51Les subventions jouent un rôle important dans le soutien des producteurs21 des pays du nord et représentent parfois plus de 70 % de leurs revenus. Aux États-Unis et dans l'Union Européenne, les subventions versées aux agriculteurs et les aides accordées aux producteurs représentent environ la moitié de la valeur de la production agricole. En 2004, par exemple, les niveaux du soutien au profit des producteurs du riz, du sucre, du lait, du blé et de la viande européens, s’élevaient à plus de 200 milliards d’euros.

52En 2006, le soutien accordé aux producteurs dans la zone de l’OCDE a été estimé à 268 milliards $, soit 214 milliards € et a représenté 27 % des recettes agricoles. Conjugué au soutien accordé aux services d’intérêt général fournis à l’agriculture, tels que la recherche, les infrastructures, les services d’inspection, la commercialisation et la promotion, le soutien total accordé au secteur agricole a représenté 1,1 % du PIB des pays de l’OCDE entre 2004 et 2006.

  • 22 Revue des dépenses publiques de la Banque mondiale, rapport n° 36270, vol. 1,… op, cit., p. 6.

53En Algérie, la situation est totalement l’inverse. Depuis l’application du plan d’ajustement structurel en 1994 et la préparation de l’Algérie à accéder à l’OMC, l’agriculteur algérien est peu subventionné par rapport aux autres agriculteurs des pays du nord. De plus, depuis 2005, le gouvernement algérien a décidé de réduire les subventions directes et les allocations à l’investissement au profit des agriculteurs mais, depuis l’année 2005, les montants des investissements agricoles en valeurs absolues ont considérablement baissé, conséquence de la forte augmentation du total des investissements dans d’autres secteurs. Leurs parts dans la répartition des ressources d’investissement ont chuté de moitié passant de 25 à 13 % « du fait des graves défaillances dans le secteur agricole22 ». Slimane Bedrani, spécialiste des questions agricoles en Algérie qualifie cela « d’un véritable crime contre l’agriculture algérienne et donc contre le développement économique ».

54Cette différence des subventions se voit à travers les statistiques. D’après les données de l’Union européenne, le montant total des allocations attribuées aux agriculteurs européens dans le cadre de la PAC (politique agricole Commune) a atteint, en 2008, le montant de 53,538 milliards d’€, soit près de 46 % du budget total de l’union (116,545 milliards d’€). Cela représente un soutien moyen direct aux agriculteurs de l’Union Européenne de près de 288 € par hectare, alors qu’il n’est que de 49 € par hectare en Algérie, soit près de 6 fois moins que dans les pays européens (figure 15).

  • 23 Au nombre de 508 000 bénéficiaires des subventions de la PAC dont 487 177 chefs d’exploitation agri (...)
  • 24 Dont 10 % des exploitants touchent la moitié des subventions, 3880 entreprises agroalimentaires coo (...)

55À titre de comparaison, la moyenne des subventions attribuées aux agriculteurs français était de 20 452,75 € par bénéficiaires23 pour un total de 10,39 milliards €24 d’aides en 2008. En Algérie, si on considère les chiffres du ministère, le montant annuel moyen des subventions durant toute la période du Programme National de Développement Agricole a atteint à peine 750 € par exploitation soutenue, dont plus de 60 % de ces subventions sont des investissements destinés à la mobilisation des ressources hydriques.

Figure 15 : Estimation du Soutien aux Producteurs (ESP) en % des recettes agricoles

Figure 15 : Estimation du Soutien aux Producteurs (ESP) en % des recettes agricoles

Source : OCDE sauf pour l’Algérie.

  • 25 10 $/baril en moyenne durant l’année 1998.

56Pourtant, ce n’est pas le manque d’investissement dans le secteur agricole qui est en cause. Après la décennie noire que l’Algérie avait vécue, une nouvelle perspective économique s’est mise en marche, propulsée par le nouveau programme du président A. Bouteflika en 2000. L’Algérie a profité depuis d’une conjoncture financière particulièrement favorable, suite au vif redressement du marché pétrolier et à l’affermissement des prix du baril du pétrole qui a atteint plus de 34 $ le baril, soit un triplement de prix par rapport à celui 199825.

  • 26 L’amélioration remarquable des ressources financières de l’Algérie grâce notamment à l’accroissemen (...)
  • 27 Les plus importants de ces projets concernaient particulièrement les infrastructures : achèvement d (...)

57En effet, le début de cette décennie était caractérisé par le lancement du PSRE (Programme de Soutien et de Relance Économique). Un projet d’un montant global de 7 milliards de $ sur la période de 2000 à 2004. Ce plan a été suivi du Programme complémentaire de soutien à la croissance (PCSC) et la mise en œuvre des grands projets d’infrastructures publiques, pour une enveloppe globale de 55 milliards de $ sur la période de 2005 à 2009, soit en moyenne quelques 11 milliards $26 par an27. Dans le cadre de ce projet, des mesures au profit du secteur agricole ont été annoncées. Deux défis majeurs devraient être relevés par l’activité. D’abord, jouer le rôle d’un véritable moteur de la croissance, et ensuite, contribuer à l’amélioration significative de la sécurité alimentaire du pays. L'enjeu en est aussi la réalisation d’un développement durable du pays et une amélioration des conditions de vie des populations.

  • 28 Selon Saïd Barkat, ministre de l’Agriculture et du développement rural, journal El Watan du 11 févr (...)

58La vulnérabilité de l’agriculture et la dépendance alimentaire, les pressions exercées sur les décideurs pour un rapide règlement de la question du développement agricole ont induit l’urgence d’entreprendre des actions rapides et des révisions urgentes des grands traits de la politique agricole du pays. C’est ainsi que la décennie 2000 a connu le lancement de plusieurs stratégies agricoles dans le cadre du plan national de relance économique, pour un coût total de 340 milliards de DA dans l’activité allant sur la période de 2000 à 200728, ce qui a suscité de nouveau l’enthousiasme chez les différents acteurs impliqués dans l’activité agricole.

59Des mesures motivantes depuis le début de la décennie ont été entreprises par l’État dans le but de maîtriser les mécanismes de stabilisation macroéconomique, d’une part, et pour garantir un environnement propice au développement des secteurs productifs, d’autre part, par le renforcement de la compétitivité de ces secteurs et par un effort d’investissement public massif, consenti dans le cadre des deux vastes programmes d’équipements et de relance économique illustrés par le PSRE et complété par le PCSC. L’État a consacré également un niveau important de ressources aux investissements agricoles directs.

  • 29 Djoufelkit-Cottenet, H., (2008). « Rente, développement du secteur productif et croissance en Algér (...)

60a) L’investissement global public :
À partir des années 2000, un véritable regain d’intérêt de la part de l’État envers le secteur agricole se manifeste avec des niveaux élevés d’investissements. En effet, suite au raffermissement des cours des hydrocarbures et à l’avènement d’une manne pétrolière prolongée, ainsi que le lancement du Programme de Soutien et de Relance Economique (PSER), le taux d’investissement public a substantiellement augmenté comme nous le constatons à travers la figure 16. Les dépenses d’investissement ont été multipliées par 8,5 entre les lois des finances des années 2000 et 200729.

Figure 16 : Évolution des taux de croissance du PIB et du taux d’investissement Public

Figure 16 : Évolution des taux de croissance du PIB et du taux d’investissement Public
  • 30 Le financement du PCSC, qui vise l’amélioration des conditions de vie des citoyens (45,4 %), le dév (...)
  • 31 Soit 4202,8 milliards de DA sur la base d’un taux de change de 1$ = 77 DA.
  • 32 Banque mondiale (2007) : « République Algérienne Démocratique et Populaire à la recherche d’un inve (...)

61S’ensuit alors le lancement du programme complémentaire du soutien à la croissance économique (PCSC30) dont le montant initial équivalait à lui seul à 57 % du PIB algérien de 2005 (près de 79 % du PIB en 2006), soit un peu plus de 54,581 milliards de $31 et qui a atteint à la fin 2008 près de 91 milliards de $. Ainsi, le coefficient d’investissement public supérieur à 10 % du PIB, prévu dans le cadre du PCSC, classait l’Algérie parmi les pays où le niveau d’investissement est le plus élevé au monde. Selon la Banque mondiale, ce taux est particulièrement haut le comparant à la moyenne dans les pays de l’OCDE de moins de 4 % du PIB, moins de 5 % en Amérique latine, et moins de 8 % dans les pays asiatiques32.

  • 33 Des projets d’infrastructures ont été prévus dans le cadre du PCSC dont : 8 barrages, 8 réseaux de (...)

62b) L’investissement agricole :
En termes d’investissement, depuis les années 2000, des efforts considérables ont été accomplis. Les plus importants de ces projets d’investissements concernent les programmes hydrauliques (agriculture et hydraulique) pour faire face aux besoins grandissants en eau potable, à usage industriel et agricole. En conséquence, la plus grande partie des dépenses a été consacrée aux infrastructures de mobilisation et d’alimentation en eau, suivies par l’assainissement et l’irrigation33. La figure 17 expose l’évolution de la répartition sectorielle des dépenses budgétaires d’investissement entre 1996 et 2004 en % du PIB en agriculture et hydraulique.

Figure 17 : Dépenses d’investissement en agriculture et hydraulique ( % du PIB)

Figure 17 : Dépenses d’investissement en agriculture et hydraulique ( % du PIB)

Source : Revue des dépenses publiques de la Banque mondiale, vol. 2, p. 112.

63Même si ces proportions ne représentent qu’un peu moins de 2 % du PIB, les parts d’investissement en agriculture et hydraulique sont importantes dans la totalité des dépenses consacrées à l’investissement, notamment en 2002, où près du quart des investissements totaux étaient dédiés au secteur agricole. Nous pouvons constater cette importance à travers la figure 18.

Figure 18 : Parts d’investissement en agriculture et hydraulique du total des investissements (en %)

Figure 18 : Parts d’investissement en agriculture et hydraulique du total des investissements (en %)

Source : Revue des dépenses publiques de la Banque mondiale, volume 2, p. 112.

Conclusion

64Les conséquences du réchauffement planétaire, la dégradation des conditions physiques de l’agriculture, la baisse des ressources hydriques, les inégalités de développement sont des éléments qui indiquent que l’avenir de la sécurité alimentaire en Algérie semble plus que menacé.

65En plus de la charge sur les denrées alimentaires, le réchauffement climatique se traduirait dans plusieurs régions par une dégradation de la qualité des terres et une baisse significative de leur fertilité. Mais même si la fertilité des sols reste de qualité, comme il y a constamment plus de personnes à nourrir, la quantité disponible des terres arables par tête diminuera forcément. En effet, sous la pression de l'urbanisation, de l'érosion, de la désertification et de la dégradation du couvert végétal, le ratio de la surface agricole utile (SAU) totale reportée à la population ne cesse de se dégrader. Il est estimé aujourd’hui à près de 0,22 ha par habitant et risque de passer à 0,2 en 2025 et 0,16 en 2050 (ce ratio est parmi les plus faibles dans le Bassin méditerranéen : 0,55 hectare en Espagne, 0,50 hectare en Grèce, 0,42 hectare en France).

66L’agriculture algérienne, dans son état actuel, a montré ses limites et ses problèmes s’accumulent : faible productivité des sols, retard de développement technique, baisse des rendements, dégradation des ressources naturelles, diminution du taux de couverture des besoins par la production locale. Il est urgent de rechercher une alternative viable qui pourrait constituer une réponse aux défis de la rareté et des dégradations des ressources naturelles de base et à l'instabilité des productions agricoles.

67L’Algérie a besoin, plus que jamais, de revoir son mode productif pour assurer une sécurité alimentaire en choisissant un développement raisonné en fonction du potentiel écologique mobilisable par le système et en prenant en considération les contraintes liées à la préservation de l’équilibre environnemental et des impératifs de durabilité. Il est urgent de définir une stratégie de développement pour l’ensemble du secteur agricole en visant une utilisation respectueuse des ressources naturelles, mais aussi d’amortir la dégradation des ressources agroécologiques disponibles, prélude à une croissance économique verte et, surtout, durable.

Haut de page

Bibliographie

BANQUE MONDIALE, 2007, République Algérienne Démocratique et Populaire à la recherche d’un investissement public de qualité. Revue des dépenses publiques de la Banque Mondiale, rapport n° 36270. Volume I, 157 p.

BENMOUFFOK B., 2004, Efforts de l’Algérie en matière d’économie de l’eau et de modernisation de l’irrigation, Actes du Séminaire Modernisation de l’Agriculture Irriguée, Rabat, du 19 au 23 avril 2004.

BESSAOUD O., 2006, La stratégie de développement rural en Algérie, Cahiers Options Méditerranéennes. Série A/n° 71, 2006

BEDRANI S., 1995, L'intervention de l'Etat dans l'agriculture en Algérie : constat et propositions pour un débat, Cahiers Options Méditerranéennes, Série. B.

BEDRANI S., BOUKHARI N., DJENNANE A., 1997, Eléments d’analyse des politiques de prix, de subvention et de fiscalité sur l’agriculture en Algérie, Cahiers Options Méditerranéennes. Série. B, n° 11. pp. 121-150

CHABANE M., 2010, Agriculture, rente et développement, De l'histoire à la prospective, le cas de l’Algérie, Thèse de Doctorat en Économie, Université de Rennes 2

CONSEIL NATIONAL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL, 1998, Les effets de l’ajustement structurel en Algérie, Commission des perspectives de développement économique, 148 p.

CONSEIL NATIONAL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL, 1999, La configuration du foncier en Algérie, une contrainte au développement économique, Commission « Perspectives de Développement Economique et Social », Alger, 130 p.

CONSEIL NATIONAL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL, 1999, Problématique de développement agricole en Algérie : éléments pour un débat national, Commission des perspectives de développement économique et social, 14ème session, Alger, novembre 1999, 63 p.

FAO, 2002, Rapport Fertilizer use by crop de IFA – International Fertilizer Industry Association, IFDC - International Fertilizer Development Center, IPI - International Potash Institute, PPI - Phosphate and Potash Institute, 5 edition, Rome, 2002, 67 p.

FAO, 2003, Rapport sur la Gestion de la fertilité des sols en Afrique pour la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne, Rome. 63 p.

FAO, 2005, Profil nutritionnel de l’Algérie, division de l’alimentation et de la nutrition.

FMI, 1997, Bulletin du Fonds monétaire international, numéro 18, volume 26, octobre 1997. Washington, DC

FMI, 1997, Bulletin du Fonds monétaire international, numéro 9, volume 26, mai 1997. Washington, DC

FMI, 2008, Fonds monétaire international, Rapport n° 08/304, septembre 2008

FMI, 2009, Fonds monétaire international, Rapport N° 09/111, 04/2009. Washington, D.C

HERVIEU B., CAPONE R., ABIS S., 2006, Mutations et défis pour l’agriculture au Maghreb, notes d’analyse du CIHEAM, n° 16

KARA K.M., 2008, la menace climatique en Algérie et en Afrique : les inéluctables solutions, Dahlab édition, Alger

MESSAHEL M., BENHAFID M.S., OULED HOCINE M.C., 2005, Efficience des systèmes d’irrigation en Algérie, Cahiers Options méditerranéennes, Séries B, n° 52

MEDDI M., TALIA A., MARTIN C., 2009, Évolution récente des conditions climatiques et des écoulements sur le bassin versant de la Macta (Nord-Ouest de l'Algérie), Physio-Géo, Volume 3

MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE DEVELOPPEMENT RURAL EN ALGERIE, 2001, Recensement général de l’agriculture en Algérie, Alger

NELSON G., ROSEGRANT W, KOO J., ROBERTSON R., SULSER T., ZHU T., RINGLER C., MSANGI S,. PALAZZO A., BATKA M., MAGALHAES M., VALMONTE-SANTOS R., EWING M., 2009, Changement climatique, Impact sur l’agriculture et coûts de l’adaptation, Institut international de recherche sur les politiques alimentaires IFPRI, Washington, D.C.

PADILLA M., AHMED Z., WASSEF H., 2005, En Méditerranée : sécurité alimentaire quantitative mais insécurité qualitative ? Notes d’analyse du CIHEAM, n° 4

PNUD-FEM, 1998, Changements Climatiques et Ressources en Eau dans les pays du Maghreb, Algérie - Maroc -Tunisie, enjeux et perspectives, Projet RAB/94/G31

ROUSSET N., ARRUS R., 2006, L’agriculture du Maghreb au défi du changement climatique : quelles stratégies d’adaptation face à la raréfaction des ressources hydriques, 3ème Conférence internationale sur les ressources hydriques dans le bassin méditerranéen, 2 novembre 2006, Tripoli, Liban

TABET-AOUL M., 2008, Impacts du changement climatique sur les agricultures et les ressources hydriques au Maghreb, Note d’alerte du CIHEAM n° 48, juin 2008

TABET-AOUL M., 2010, Développement et environnement au Maghreb : Contraintes et enjeux, juillet 2010, Institut Québécois des hautes études internationales

Haut de page

Notes

1 La facture alimentaire en Algérie a atteint plus de 6 milliards de dollars en 2010, 5,86 milliards de $ en 2009, 8,457 milliards de $ en 2008 et 4,954 milliards de $ en 2007.

2 Rousset, N. (2006). « L’agriculture du Maghreb au défi du changement climatique : quelles stratégies d’adaptation face à la raréfaction des ressources hydriques », 3ème Conférence internationale sur les ressources hydriques dans le bassin méditerranéen, 2 novembre 2006, Tripoli, Liban. Tabet-Aoul, M., (2008). « Impacts du changement climatique sur les agricultures et les ressources hydriques au Maghreb ». Note d’alerte du CIHEAM n° 48. Nelson, G., & al. (2009). « Changement climatique, impacts sur l’agriculture et coûts de l’adaptation », Institut international de recherche sur les politiques alimentaires IFPRI, Washington entre autres.

3 Bilan 2007 des changements climatiques : rapport de synthèse, p. 2.

4 Tabet-Aoul, M., (2010). Développement et environnement au Maghreb : contraintes et enjeux, pp. 66-70.

5 Tabet-Aoul, M., (2008). « Impacts du changement climatique sur les agricultures et les ressources hydriques au Maghreb ». Note d’alerte du CIHEAM, n°48.

6 Seconde communication nationale de l’Algérie sur les changements climatiques à la CCNUCC, 2010.

7 Bilans des Expertises sur « Les Risques Menaçant la Biodiversité en Algérie » MATE-GEF/PNUD : Projet ALG/97/G31, p. 12.

8 Tabet-Aoul, M., (2008). Impacts du changement climatique sur les agricultures et les ressources hydriques au Maghreb, Note d’alerte du CIHEAM n° 48, juin 2008.

9 Près de 165 mille hectares en 1962, 378 mille hectares en 1989, 454 mille hectares en 1995, 489 mille hectares en 1998, 512,7 mille hectares en 2003 et 620,7 mille hectares en 2007.

10 La population rurale mondiale s’élève alors à 3,3 milliards de personnes.

11 La population agricole mondiale active s’élève à 2,6 milliards de personnes.

12 Dufumier, M. (2004). Agricultures et paysanneries des tiers mondes. Paris édition Karthala, p. 85.

13 Celle des États développés dépassait à cette époque les 27 millions de tonnes.

14 Les pays développés ont connu une augmentation de près d’une demi-tonne en moyenne et par an, pour atteindre les 49,8 millions de tonnes en 2000.

15 Dans les années 1960, la consommation mondiale en N (azote), en P2O5 (phosphore) et en K20 (potasse) était respectivement d’environ 10 millions de tonnes, 10 millions de tonnes et 8 millions de tonnes elle passe à 81 millions de tonnes, 32 millions de tonnes et 22 millions de tonnes en 2000.

16 La consommation dans les pays développés a évolué quant à elle de près de 40 kg/ha, passant de 40,4 kg/ha à 80,5 kg/ha.

17 Toutes cultures confondues à partir de nos propres calculs.

18 Au Vietnam, 1 884,5 milliers de tonnes pour 11 241 milliers d’hectares. Au Pakistan, 2 582.6 milliers de tonnes pour 23 040 milliers d’hectares.

19 Au Mexique, 2 006 milliers de tonnes pour 24521.1 milliers d’hectares. Au Canada, 2 564,2 milliers de tonnes pour 36 074,3 milliers d’hectares. En Allemagne, 3 036 milliers de tonnes, 16 227 milliers d’hectares. En France, 4 796 milliers de tonnes pour 26 361 milliers d’hectares. Aux USA, 17 508,5 milliers de tonnes pour 111 484,8 milliers d’hectares.

20 Au Togo, 27,9 milliers de tonnes pour 1 159,3 milliers d’hectares. En Ethiopie, 152 milliers de tonnes pour 6 395 milliers d’hectares. Toutes ces informations ont été recueillies à partir d’un rapport collectif : Fertilizer use by crop de l’IFA (International Fertilizer Industry Association), de l’IFDC (International Fertilizer Development Center), de l’IPI (International Potash Institute), de l’PPI (Phosphate and Potash Institute) et de la FAO, pp. 21-61.

21 Ces subventions jouent également un rôle compressif sur le prix mondial des matières premières agricoles. Les prix des exportations des pays qui subventionnent leurs agriculteurs sont alors bas. Non seulement ils ne vont pas importer (manque à gagner pour les agriculteurs des pays en développement) mais en plus, ils vont inonder le marché mondial avec des surproductions à bas prix. Cela réduit la capacité des agriculteurs du Sud à y faire face. Par conséquent, plus les subventions sont importantes, plus l’effet sur les prix internationaux à la baisse est fort, plus l’effet sur les agriculteurs des pays du Sud est conséquent.

22 Revue des dépenses publiques de la Banque mondiale, rapport n° 36270, vol. 1,… op, cit., p. 6.

23 Au nombre de 508 000 bénéficiaires des subventions de la PAC dont 487 177 chefs d’exploitation agricole en France et d’autres groupes agroalimentaires et associations.

24 Dont 10 % des exploitants touchent la moitié des subventions, 3880 entreprises agroalimentaires coopératives ou privées ont touché plus de 580 millions € (parmi les principaux bénéficiaires: Doux (63 millions €), Saint-Louis-Sucre (51,6 millions €), Tereos (26 millions €), la Fédération des banques alimentaires (22 millions €), le Secours populaire (15 millions €), les Restos du cœur (13 millions €)).

25 10 $/baril en moyenne durant l’année 1998.

26 L’amélioration remarquable des ressources financières de l’Algérie grâce notamment à l’accroissement de la fiscalité pétrolière qui représente plus de 60 % des recettes, a permis à l’État de réaliser un excédent budgétaire d’où la conception de cet ambitieux programme de soutien au PSRE. Depuis 2000, le budget de l’État a dégagé des excédents : 9,87 % en 2000, 4,05 % en 2001, 0,24 % en 2002 et 5,10 % en 2003 du PIB, grâce à la hausse soutenue des cours des hydrocarbures après deux années consécutives de déficit -3,89 % en 1998 et -0,51 % en 1999.

27 Les plus importants de ces projets concernaient particulièrement les infrastructures : achèvement des travaux de l’aéroport d’Alger, lancement de la construction de l’autoroute Est-Ouest, édifice de nouveaux logements sociaux dans le cadre du projet d’un million de logements sociaux…etc. Nous assistons en plus à un regain du rôle de l’agriculture comme une activité motrice au service de la croissance économique.

28 Selon Saïd Barkat, ministre de l’Agriculture et du développement rural, journal El Watan du 11 février 2008.

29 Djoufelkit-Cottenet, H., (2008). « Rente, développement du secteur productif et croissance en Algérie », Document de travail n° 64, p. 14.

30 Le financement du PCSC, qui vise l’amélioration des conditions de vie des citoyens (45,4 %), le développement des infrastructures de base (40,5 %), l’appui au développement économique (8,0 %), la modernisation des services publics (4,9 %) et le développement des nouvelles technologies de communication (1,2 %), est évalué à près de 155 milliards de $ sur la période allant de 2005 à 2009.

31 Soit 4202,8 milliards de DA sur la base d’un taux de change de 1$ = 77 DA.

32 Banque mondiale (2007) : « République Algérienne Démocratique et Populaire à la recherche d’un investissement public de qualité ». Revue des dépenses publiques de la Banque mondiale, rapport n° 36270, Volume n° I, p. 36.

33 Des projets d’infrastructures ont été prévus dans le cadre du PCSC dont : 8 barrages, 8 réseaux de transferts, 9 nouvelles usines d’épuration des eaux usées, remise en état de 11 usines d’épuration des eaux usées, 6 périmètres d’irrigation, 350 retenues collinaires, travaux d’entretien sur des barrages en service.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte climatique de l’Algérie
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 2 : Croissance de la population algérienne de 1960 et les projections en 2012
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 3 : Production et consommation totale du blé entre 1961 et 2009
Crédits Source : FAOSTAT - OAA Division des statistiques.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 4 : Évolution de la facture alimentaire dans les pays du Maghreb
Crédits Source : Statistiques du commerce international (OMC, 2009).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 5 : Précipitations annuelles à Ain Fekane de 1930-31 à 2001-02
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 6 : Précipitations annuelles à Ben Badis de 1930-31 à 2001-02
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 7 : Précipitations annuelles à Ras El Ma de 1930-31 à 2001-02
Crédits Source : Meddi, M., Talia, A., Martin, C., (2009). « Évolution récente des conditions climatiques et des écoulements sur le bassin versant de la Macta (Nord-Ouest de l'Algérie).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 8 : Evolution des températures moyennes annuelle dans l’ouest de 1926 à 2006
Crédits Source : Tabet-Aoul M., (2008). Note d’alertedu CIHEAM ?N°48
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 9 : Ventes du matériel agricole entre 1993 et 2002
Crédits Source : Problématique de développement agricole en Algérie (CNES, 1999)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 10 : Évolution des achats des moissonneuses-batteuses de 1990 à 1999
Crédits Source : Problématique de développement agricole en Algérie (CNES, 1999).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Figure 11 : Évolution des prix de cession de matériels agricoles entre 1986 et 1996.
Crédits Source : Problématique de développement agricole en Algérie (CNES, 1999).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 12 : Baisse des subventions aux intrants (100 =1983)
Crédits Source : Bedrani, et al., (1997). « Éléments d’analyse des politiques de prix… ». Série. B, n° 11.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 13 : Utilisation des engrais azotés dans les trois pays du Maghreb (total en éléments fertilisants)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 14 : Utilisation des engrais phosphatés dans les trois pays du Maghreb (total en éléments fertilisants)
Crédits Source : À partir des données de la FAO Stat.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 15 : Estimation du Soutien aux Producteurs (ESP) en % des recettes agricoles
Crédits Source : OCDE sauf pour l’Algérie.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 16 : Évolution des taux de croissance du PIB et du taux d’investissement Public
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 17 : Dépenses d’investissement en agriculture et hydraulique ( % du PIB)
Crédits Source : Revue des dépenses publiques de la Banque mondiale, vol. 2, p. 112.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 18 : Parts d’investissement en agriculture et hydraulique du total des investissements (en %)
Crédits Source : Revue des dépenses publiques de la Banque mondiale, volume 2, p. 112.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1754/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Chabane, « Comment concilier changement climatique et développement agricole en Algérie ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/1754 ; DOI : 10.4000/tem.1754

Haut de page

Auteur

Mohamed Chabane

Docteur en économie
Centre Universitaire de Recherches Administratives et Politiques – UMR 6054
Université de Picardie
Faculté de Droit et de Science Politique
Pôle Universitaire Cathédrale
10 Placette Lafleur
B.P. 2716
80027 AMIENS Cedex 1
chabane_paris11@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page