Navigation – Plan du site
Articles

Paludisme et interprétations sociales du changement climatique à l’ouest du Cameroun

Malaria and Social Interpretations of Climate Change in West Cameroon
Estelle Kouokam Magne
p. 45-54

Résumés

Le changement climatique a été vulgarisé au Cameroun par les médias, à la suite du Sommet de la Terre tenu à Rio de Janeiro du 3 au 14 juin 1992. Dans le champ de la santé l’une des interrogations suscitées est celle relative à l’émergence de nouvelles pathologies ou encore l’impact de ce phénomène sur les maladies vectorielles telles que le paludisme. Cet article discute du savoir des populations de l’ouest du Cameroun sur le changement climatique en relation avec la propagation du paludisme. En effet, la lutte contre le paludisme dans son volet préventif a été orientée vers l’élimination des facteurs environnementaux favorables au développement des anophèles femelles, vectrices de la maladie. Cette stratégie a permis de construire un savoir populaire qui allie environnement et transmission du paludisme. À partir de ce savoir déjà constitué, cette recherche effectuée dans l’ouest du Cameroun se donne pour objectif d’analyser les savoirs populaires sur le changement climatique et ses effets sur les maladies vectorielles, en particulier le paludisme, première endémie nationale dont la morbidité est estimée à 36,03 % à l’échelon nationale (PNLP, 2010). La méthodologie de cette étude repose sur les recherches archivistiques aux Archives Nationales de Yaoundé au Cameroun et à l’Institut de Médecine Tropicale du Service de Santé des Armées en France, ainsi que des entretiens approfondis avec des usagers des structures de santé de Bafoussam entre 2005 et 2006 et effectués à Bafoussam en 2010 auprès des habitants de la ville. L’article part de l’hypothèse selon laquelle le savoir local sur le paludisme et le changement climatique est révélateur des discours et des pratiques de sensibilisation et de prévention du paludisme. Nous présentons d’abord le contexte et la méthodologie, ensuite un aperçu historique de la lutte contre le paludisme au Cameroun, et enfin les perceptions locales du changement climatique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 2001, le rapport de l’organisation internationale de la météorologie affirme qu’il y a un probable réchauffement climatique dû à l’action humaine sur l’environnement. Au Cameroun, on peut constater la naissance des médias dédiés à la protection de l’environnement. Ces médias contribuent à la promotion du concept de « changement climatique », lui-même faisant l’objet de débats scientifiques sur ces effets économiques, environnementaux et sociaux.

2Selon Jamet et Corfee-Morlot, le changement climatique a deux principales conséquences : les conséquences sur le marché et celles qui ne relèvent pas du marché. Les conséquences économiques comprennent l’agriculture de la production et la consommation d’énergie, tandis que les effets non liés au marché sont la santé et l’environnement (Jamet et Corfee-Morlot, 2009). En ce qui concerne les effets du changement climatique sur la santé et l’environnement, la transmission des maladies vectorielles est au cœur des débats. Curo De Casas et Carcavallo (1995) montrent que la population des vecteurs est influencée par le climat dans la mesure où ce dernier paramètre a un impact sur l’abondance ou la rareté de la nourriture, l’augmentation des prédateurs et des populations pathogènes. Des vecteurs tels que les moustiques, les triatomines peuvent avoir de nouveaux et meilleurs refuges et des ressources nutritives (Curto De Casas et Carcavallo, 1995). À ces facteurs liés à la nature, il faudrait penser à ajouter l’action de l’Homme sur la nature.

3En effet, la propagation du paludisme peut être liée à l’influence des sociétés sur l’écosystème, l’urbanisation, la déforestation, etc. Pour Gething et al. (2010), établir un lien entre l’augmentation des températures et les modifications du faciès épidémiologique est justifié théoriquement par les effets biologiques que peuvent avoir les variations de température sur les différents stades de vie des anophèles vectrices et du Plasmodium falciparum. Mais, pour l’auteur, de tels effets n’affectent pas isolément la transmission des maladies. La propagation de cette infection doit s’inscrire dans une approche systémique alliant ainsi un ensemble de facteurs : humains, climatiques, etc. (Gething et al., 2010). De ce point de vue le changement climatique ne peut être la seule explication de l’augmentation de la malaria dans la mesure où la lutte contre le paludisme soulève un problème de politique de santé : distribution des médicaments, accès à la moustiquaire imprégnée ainsi que son utilisation efficace.

4Toutefois les points de vue sont controversés quant à l’incidence du changement climatique sur la propagation du paludisme. David Rogers et Sarah Randolph (2000) pensent que si l’augmentation de la prévalence du paludisme dans certaines parties du monde peut être attribuée au changement climatique, il pourrait aussi y avoir une baisse de la maladie à d’autres endroits du monde due à la réduction des précipitations et de l’humidité (Rogers et Randolph, 2000).

5En Afrique subsaharienne, les études réalisées par Servat et al. (1999) en Afrique de l’ouest et en Afrique Centrale sur la variabilité de la pluviométrie montrent qu’entre 1960 et 1983 les pays de ces régions ont connu une variabilité climatique se traduisant par un changement dans la durée des saisons des pluies et la survenue des précipitations en dehors des moments où elles sont attendues. Ils concluent que la variabilité climatique n’est pas seulement observable au Sahel : « le déficit pluviométrique a également touché les régions forestières et, plus généralement, l’Afrique dite « humide » » (Servat et al., 1999). Cette recherche menée dans les pays d’Afrique de l’ouest et de l’Afrique Centrale parmi lesquels figure le Cameroun montre une modification progressive du climat et l’on peut se demander comment, au quotidien, les populations des villes d’Afrique au sud du Sahara se réapproprient le concept de changement climatique au regard de leur expérience des politiques de lutte contre les maladies endémiques, parmi lesquelles le paludisme.

6Première endémie au Cameroun, le paludisme est l’une des pathologies prioritaires de la stratégie sectorielle de santé élaborée en 2001. En effet, 45 à 50 % des consultations et 23 % des hospitalisations dans les structures de soins sont dues au paludisme (PNLP, 2006). Cette maladie compte parmi les trois premières causes de la mortalité infantile et représente 40 % des dépenses annuelles en santé des ménages et 26 % des arrêts maladies. Le paludisme laisse transparaître que les populations font le lien entre moustiques et paludisme, la triade fièvre-paludisme-moustique est le plus petit dénominateur commun entre savoir médical et savoir populaire (Gruenais, 2003).

7Au regard de la médiatisation du concept de changement climatique, quelle en est la réception au niveau local ? L’usage du concept de changement climatique influence-t-il les représentations populaires du paludisme ? En d’autres termes quelles sont les nouvelles constructions populaires de la maladie dans son étiologie au prisme du « changement climatique » ?

8Le concept de changement climatique faisant l’objet de réappropriation au niveau social, nous faisons l’hypothèse selon laquelle le savoir local sur le paludisme et le changement climatique est révélateur des discours et des pratiques de sensibilisation et de prévention du paludisme.

9L'étude menée dans la ville de Bafoussam a pour but d’analyser et de comprendre les transformations des savoirs populaires sur la transmission du paludisme à partir des usages populaires du concept de « changement climatique ». Cette approche permet d’explorer la connaissance des populations sur le lien entre population vectorielle et climat dans la mesure où les populations ont connu des études conduites par les entomologistes, reposant sur les aspects environnementaux favorables au développement des vecteurs. Cette étude permet d’analyser comment les populations de cette ville située dans les hauts plateaux dans l’hinterland construisent leur vulnérabilité au prisme du discours sur le changement climatique et le paludisme. La vulnérabilité est ici entendue comme « dommage potentiel qu’un évènement particulier pourrait causer s’il se réalisait. […] la vulnérabilité a plusieurs dimensions, les dommages pouvant être d’ordre physique, social, environnemental, institutionnel ou humain » (Sirven, 2007 : 17). La relation effectuée entre le changement climatique et la survenue des fièvres concourt à une construction sociale des vulnérabilités face à ce phénomène climatique.

1. Contexte et méthodologie

1.1. Contexte

10Le paludisme est aujourd’hui défini au Cameroun comme une priorité de santé publique. Cette affection est présente dans l’ensemble des régions du pays et la région de l’ouest est l’une des régions où cette pathologie sévit de manière endémique. Pourtant, en raison d’un climat équatorial de type camerounien attesté par les études de Languillon en 1955, la région de l’ouest était alors jugée comme une zone méso-endémique (Languillon et al., 1955). Cette endémicité a été progressivement découverte par les chercheurs de l’ORSTOM aux lendemains des campagnes d’éradication du paludisme.

11Aujourd’hui, la région administrative de l’ouest du Cameroun a une superficie de 13 700 km², une population de 1 720 047 habitants et une densité estimée à 123,4 habitants par km². Cette zone de plateaux aux altitudes allant de 1400m à 1600m (Olivry, 1976) est une région de savane couverte de hautes herbes que les Allemands nomment Grasland à partir de 1903 avec l’arrivée du premier missionnaire allemand Ernst au royaume Bamoun (Tardits, 1980), puis les anglais Grassfields aux lendemains de la première guerre mondiale quand le Cameroun devient un mandat franco-britannique. L’étude a été conduite à Bafoussam capitale de la région de l’ouest du Cameroun. La population de cette ville est estimée à 383 191 habitants en 2010 (World Gazetteer). La superficie de Bafoussam est estimée à 1 000 ha (Ngamini, 2004). Selon la carte aérienne, la ville de Bafoussam semble bien tracée mais cette ville a connu une « croissance en tâches d’huile » résultant, d’une part, de la politique ségrégationniste de l’administration coloniale et, d’autre part, de la guerre de l’indépendance à partir des années 1950, ayant pour corollaire l’installation dans des habitats spontanés de paysans fuyant les campagnes et souhaitant trouver dans cette ville qui est déjà un centre urbain un peu de sécurité (Ngamini, 2004).

  • 1 Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale.

12Le relief de la ville présente une succession de collines et de bas-fonds drainés pour la plupart par des cours d’eau intermittents et la végétation est modifiée par les actions anthropiques (Mpakam et al., 2006). Cette ville cosmopolite regroupe majoritairement les populations de l’ethnie bamiléké partagées entre les groupes linguistiques suivants : Ghomàlà, le Nufi, Fefe, le Ghiemba et le Medumba. Malgré la présence de quelques fonctionnaires affectés aux services administratifs de la région, les moyens de subsistance des populations sont essentiellement agricoles. Avec la chute des cours des matières premières, la caféiculture a été supplantée par les cultures maraîchères vivrières qui approvisionnent non seulement la région mais aussi les pays de la zone CEMAC1 entre autres : le Gabon, la Guinée Equatoriale… Les populations vivent aussi du commerce : petit bétail, épices.

13En 1966, Segalen et Martin classent la région de l’ouest comme climat de type camerounien. Ils décrivent ainsi le climat de cette région : « la pluviométrie reste élevée, la période sèche très courte (2 mois). Pendant plusieurs mois la température descend à 19°C » (Segalen et Martin, 1966).

14A partir des années 1980, les descriptions climatiques de cette région montrent l’existence de quatre saisons : une grande saison des pluies s’étalant de juin à octobre, une grande saison sèche allant d’octobre à mars, une petite saison de pluies de mi-mars à mi-avril et une petite saison sèche de mi-avril à mi-mai (Ngamini et al., 2004 ).

15Dans la région de l’ouest les prévisions météorologiques sont communiquées par le Ministère des transports et le Ministère de l’agriculture et du développement durable. Toutefois les populations de la région ne sont pas informées des prévisions météorologiques en ce qui concerne leur région. La communication au public via les médias (radio, télévision, presse) sur les prévisions météorologiques n’est pas institutionnalisée. C’est à partir d’une tradition culturale éprouvée fondée sur l’observation des saisons que les populations font leur calendrier agricole.

1.2. La morbidité palustre

16En 2010, la morbidité liée au paludisme dans cette région calculée sur la base des statistiques hospitalières est estimée à 37 % (PNLP, 2010), faisant de la région de l’ouest la quatrième en termes d’importance de l’endémie du paludisme après le Nord (45 %), l’Adamaoua (43 %) et l’Est (42 %). Pourtant cette région a été considérée pendant la période coloniale comme une zone de faible transmission, aujourd’hui la région de l’ouest figure parmi les régions au sein desquelles le paludisme sévit de manière endémique.

1.3. Méthodologie

  • 2 « Traiter et/ ou prévenir le paludisme chez la femme enceinte » à Maroua (Province de l’Extrême–Nor (...)

17La méthodologie repose sur les recherches d’archives aux Archives Nationales de Yaoundé au Cameroun et à l’Institut de Médecine Tropicale du Service de Santé des Armées à Marseille, en France, dans le but non seulement de comprendre comment le climat a été intégré dans la politique coloniale de lutte contre le paludisme au Cameroun mais aussi d’avoir une connaissance sur la place de la région de l’ouest lors de la campagne d’éradication financée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 1954. De plus, nous avons eu des entretiens approfondis avec des usagers de centres de santé (n =100) dans le cadre d’un projet de recherche2 et de récents entretiens effectués à Bafoussam de juillet à septembre 2010 (n =50). Ces derniers entretiens avaient pour but de comprendre comment nos interlocuteurs interprètent le changement climatique et quelles sont selon leurs expériences les principales conséquences sur le paludisme. Généralement, le mot « paludisme » ne renvoie pas à la définition biomédicale de la maladie. En effet, chacun des symptômes suivants peut être utilisé pour dénommer le paludisme : céphalées, fièvre, aphtes, etc. Ainsi, c’est à partir de ces signes du corps et du temps que les interlocuteurs font le lien entre le changement climatique et le paludisme.

2. Un bref aperçu historique de la lutte contre le paludisme au Cameroun

18En 1955, le Cameroun est l’un des sites pilotes d’expérimentation de la campagne d’éradication en raison de sa biodiversité. Le pays bénéficie du soutien financier du Fonds International de Secours à l’Enfance (FISE) de 1955 à 1960. En effet, le sud du Cameroun est une zone de transmission continue du paludisme tandis que le Nord est une zone de transmission saisonnière. La campagne d’éradication est fondée sur les pulvérisations intra-domiciliaires, la chimioprophylaxie hebdomadaire chez les enfants scolarisés et la destruction des gîtes larvaires par les services d’hygiène mobile. Cet évènement est un fait marquant pour les populations. Selon Jean-Paul Bado, les populations concernées reconnaissent une amélioration de leur sommeil et au plan épidémiologique l’on note une réduction de la transmission du paludisme (Bado, 2004).

2.1. La région de l’ouest dans la campagne d’éradication du paludisme après la conférence de Kampala (1955-1960)

19L’OMS définit l’éradication de la malaria comme :
« l’arrêt de la transmission du paludisme et la suppression de réservoir d’infection au moyen d’une campagne limitée dans le temps et portée à un tel degré de perfection que, lorsqu’elle prend fin, la reprise de la transmission n’est plus possible. La campagne d’éradication type comprend quatre phases : une phase préparatoire (enquêtes pour déterminer les caractéristiques épidémiologiques du paludisme), une phase d’attaque (épuisement du réservoir de parasite par chimiothérapie et arrêt de la transmission par les insecticides), une phase de consolidation (qui n’a que rarement été atteinte), une phase de maintien (assurant la surveillance des foyers résiduels) » (Ripert et Pajot, 1996).

20Pendant la campagne d’éradication, l’OMS envoie des questionnaires sur la lutte contre le paludisme dans l’intérêt d’obtenir des informations sur les différentes avancées de la lutte contre cette endémie sur le terrain.

21Dans la région du sud, René Chastang, médecin militaire chargé de la lutte contre le paludisme, écrit des rapports sur la campagne d’éradication du paludisme pendant quatre ans. Il constate que les populations sont satisfaites de la campagne, ce d’autant plus que cette opération produit entre autres résultats la disparition des souris et des acariens, interprétée comme l’une des preuves d’efficacité des insecticides utilisés dans le cadre des pulvérisations intra domiciliaires (Chastang, 1959 : 69).

22Une cartographie du paludisme au Cameroun est délivrée par les entomologistes. La région des Grassfields n’est pas retenue parmi les sites pilotes de l’éradication dans la mesure où son milieu écologique n’est pas alors considéré comme favorable au développement de l’anophèle femelle, comme le montre la carte 1 de la campagne d’éradication communiquée à l’OMS à la fin de l’année 1957.

Carte 1 : La répartition géographique des activités de lutte contre le paludisme

Carte 1 : La répartition géographique des activités de lutte contre le paludisme

Sources : Archives du Pharo, Carton 242 « Paludisme OMS Questionnaire sur la lutte antipaludique Informations pour la période du 1er juin 1956 au 31 mai 1957 ».

  • 3 Entretien réalisé à Bafoussam en juillet 2006 avec un ancien écolier ayant vécu cette période.
  • 4 Office de Recherche Scientifique d’Outre-Mer aujourd’hui IRD.

23La stratégie d’éradication s’oriente dans deux zones géographiques : la région forestière ayant un climat équatorial chaud et humide, où le paludisme sévit de manière endémique, et la région soudano-sahélienne où la transmission de la maladie atteint son pic en saison des pluies. Dans ces deux régions sont appliquées des pulvérisations intra-domiciliaires, la destruction des gîtes larvaires, la distribution de la chloroquine dans les écoles à titre préventif ainsi que l’instauration d’amendes pour tous les contrevenants aux règles d’hygiène et de salubrité édictées par le Service d’Hygiène Mobile. La distribution de la chloroquine aux écoliers ainsi que le service d’hygiène et d’assainissement sont assurés dans toutes les régions y compris dans la région de l’ouest où tous les vendredis les écoliers sont rassemblés et doivent absorber leur dose hebdomadaire de chloroquine3. Les amendes sont imposées aux éventuels contrevenants, pratique qui contribue à l’assainissement des villes. Les recherches entomologiques sont réalisées par l’ORSTOM4. La région de l’ouest est étudiée par Mouchet et Gariou (1960) qui souhaitent avoir des informations sur les différentes espèces d’anophèles existantes.

2.2. Le paludisme dans les Grassfields

24Au lendemain des grandes campagnes d’éradication du paludisme conduites au Cameroun, en 1960, Mouchet et Gariou (1960) font une étude sur les anophèles et la transmission du paludisme dans les plateaux Bamiléké. Leur découverte permet de réviser un certain nombre de conceptions sur le risque palustre dans les Grassfields. À partir d’études cliniques chez les enfants de 2 à 9 ans, sujets-témoins dans l’évaluation du degré d’endémicité du paludisme dans une région donnée, ils montrent qu’une distinction doit être faite entre les plaines, les marécages et les montagnes.

  • 5 C’est-à-dire le pourcentage des enfants de 2 à 9 ans souffrant d'une hypertrophie de la rate.

25Dans la vallée du Noun, les enfants ont des indices spléniques5 de 75 %, alors qu'ils sont de 61 % à Bati et Djoué. Leur étude montre une augmentation des indices spléniques dans la région depuis les travaux de Languillon en 1956 (Mouchet et Gariou, 1960).

26Les zones marécageuses, quant à elles, sont classées dans le faciès méso-endémique important. L’indice splénique est de 37 % à Bafunda. Dans la vallée de Bamougoum l’indice splénique est de 40 % (1960). Ils constatent que les zones d’altitude sont non contaminées : il s’agit de Djutsitsa (2740m), Babadjou (1 600 m), Batié (2 000 m), et Foréké (1 800 m d’altitude) (Mouchet et Gariou, 1960 : 111).

27Mouchet et Gariou (1960) concluent que la principale caractéristique du paludisme dans les plateaux Bamiléké est la différence entre les zones infectées des plaines et celles qui ne le sont pas en montagnes. Les vecteurs sont anophèles funestus et anophèles gambiae. L’influence de ce second vecteur est moins importante que celle de l’anophèle funestus.

28La distribution du paludisme dans les plaines des plateaux Bamiléké est homogène et hyper-endémique. Les auteurs notent une modification de l’écosystème ; en effet, l’anophèle funestus a été remplacée par les anophèles gambiae et cela dans les mêmes conditions de transmission du paludisme en milieu tropical (Mouchet et Gariou, 1960). Cette étude remet en question l’hypothèse d’une région des Grassfields indemne de l’infection palustre en raison du climat de type camerounien et remet à l’ordre du jour l’endémicité de l’affection dans la région étudiée. Ainsi, depuis les études de Languillon dans la région, les enfants de la région notamment ceux des plaines, sont vulnérables au paludisme.

29En 1992, Cot et al., (1992) confirment les études de Mouchet et Gariou effectuées en 1960. Selon cette étude, bien que les montagnes ne soient a priori pas favorables au développement des anophèles, les accès fébriles sont bien traités par des antipaludiques. Les résultats des recherches entomologiques montrent que le paludisme représente un taux important de morbidité au sein de la population contrairement à l’opinion selon laquelle l’altitude et les hauts plateaux représentent un obstacle naturel à la propagation du paludisme. Toutefois les enfants de cette région acquièrent leur immunité entre 10 et 14 ans (Cot et al., 1992), un peu plus tard que les enfants du sud du Cameroun où la transmission est continue, situation leur permettant d’avoir une immunité entre 6 et 10 ans. Ces travaux montrent, malgré les conditions climatiques particulières, que le paludisme est transmis dans les hauts plateaux Bamiléké. Toutefois, le taux de létalité chez les enfants de moins de 5 ans est plus important que dans le sud du Cameroun, du fait de ce retard d'immunité.

30Les personnes que nous avons rencontrées ont déjà entendu parler de changement climatique. Elles sont historiquement socialisées à la connaissance du lien entre paludisme et environnement. La mémoire des campagnes d’hygiène et d’assainissement des villes a permis de cristalliser entre autres causes le lien entre multiplication des moustiques et transmission, la consommation d’aliments sucrés en début de saison (Kouokam Magne, 2010), ce qui favorise la construction d’un savoir qui met en évidence le lien entre environnement et paludisme. Ainsi le « changement climatique » est aussi devenu l’une des étiologies du paludisme.

3. Les perceptions locales du changement climatique

31La connaissance sur le changement climatique est un savoir composite, produit des discours scientifiques et des propres observations des populations. Ce changement climatique est le résultat de l’expérience que les populations ont du climat sur les hauts plateaux Bamiléké. Le principal élément perceptible est la variabilité des saisons, perçue comme un signe du changement climatique. C’est donc à partir d’éléments sensibles que les interlocuteurs définissent et établissent le lien entre le changement climatique et le paludisme dans les plateaux Bamiléké.

3.1. Le changement climatique comme confusion et désordre entre les saisons

32Bafoussam étant une ville essentiellement agricole, les interlocuteurs que nous avons rencontrés construisent leur définition du changement climatique à partir des perturbations saisonnières qui affectent les cultures. La survenue ou non des pluies aux moments escomptés est au cœur de leur compréhension du changement climatique. Les saisons ne respectent pas les échéances reconnues généralement, ce qui perturbe leur activité.

33« Les saisons et les températures changent. Avant, dans les années 1970 et 1980, quand on devait avoir la saison des pluies, il pleuvait. De nos jours, lorsqu’il est prévu qu’il va pleuvoir il fait chaud. Il n’y a pas de différence entre les saisons. Il y a une confusion. »

34Paul, enseignant de lycée qui fait aussi de l’agriculture, confirme cette difficulté à prévoir le temps :

  • 6 Dans la vallée du Noun.
  • 7 L’harmattan.
  • 8 Entretien réalisé en juillet 2010.

35« La pluie devait normalement commencer entre le 13 et le 15. Jusqu’à maintenant en août, nous sommes encore en train d’attendre la pluie. C’est trop chaud. J’ai un champ à Foumbot6 et quelquefois je traverse le fleuve Noun à pieds parce qu’il fait très chaud. Je n’ai jamais vu cela. C’est la même chose avec la poussière blanche7 ! Je n’ai jamais vu cela dans cette région. Au Nord, ils ont la poussière blanche mais pas ici à Bafoussam. Nous n’avons jamais vu cela. Maintenant qu’ils ont coupé tous les arbres à l’Est on voit cela maintenant ici à l’ouest ! Dans les années 1970-1975, les semis étaient prévus autour du 15 et les dernières graines étaient semées le 30 mars. Maintenant nous ne respectons plus ces dates à cause de la chaleur. Nous avons beaucoup de moments pour semer tandis qu’avant c’était stable : là présentement, nous sommes en saison des pluies mais nous pouvons passer deux à trois ans sans pluies ! 8 »

36Le changement climatique entraîne un ensemble d’inconvénients pour les cultures saisonnières. Face à la demande alimentaire de plus en plus importante, l’usage d’intrants agricoles et la sollicitation des bas-fonds concourent à la production des cultures maraîchères tout au long de l’année et ne remet pas en cause la nécessité d’avoir des pluies pour arroser le sol. Ce sont les expériences saisonnières qui laissent penser à un changement climatique.

37Toutefois, à Bafoussam, on peut noter l’existence des cultures maraîchères effectuées dans les bas-fonds qui contribuent à une troisième récolte annuelle.

3.2. Les grumiers, le changement climatique et le paludisme

38Le savoir local met aussi en évidence le trafic des grumiers qui contribue au réchauffement climatique. La région de l’ouest répertoriée comme l’une des plus froides du Cameroun (Martin et Segalen, 1966) est aujourd’hui perçue par les habitants comme une région chaude. Les interlocuteurs que nous avons rencontrés insistent sur l’influence de la gestion des écosystèmes forestiers. Ainsi le trafic du grumier qui contribue à la déforestation du sud Cameroun est le premier point sur lequel les accusations portent. Le changement climatique, pour eux, se matérialise par la variabilité des saisons.

39Dans la région de l’ouest le paludisme est retenu par les populations comme une maladie saisonnière. Le moustique n’est pas considéré comme l’unique vecteur du paludisme (Kouokam Magne, 2010). Les répercussions du changement climatique sur le paludisme ne sont pas seulement interprétées en lien avec l’augmentation des moustiques, mais aussi en fonction d’autres éléments conçus dans le savoir local comme causes du paludisme, comme par exemple la pluie. Le changement climatique est généralement lié au réchauffement dans les médias et les populations, particulièrement en relation avec la destruction de la forêt et le transport des grumiers. Mais la variabilité de la température au cours d’une même journée importe, car un lien est effectué entre la chaleur et l’éclosion des œufs de moustiques :

  • 9 Entretien réalisé en août 2010.

40« Le soleil est trop intense pendant la saison sèche. Il ne pleut pas autant qu’avant et les récoltes ne sont pas bonnes. La quantité de pluies a diminué. Regardez pendant la saison des pluies cette année nous avons eu à peu près 2 à 3 semaines sans pluies ! On n’a jamais vu ça avant ! Plus il fait chaud, plus il y a des moustiques. Tandis que lorsqu’il pleut, le torrent nettoie tous les œufs de moustiques. Ils doivent arrêter la coupe abusive d’arbres ! »9

41Le changement climatique n’est pas séparé de l’ensemble des conditions de vie des populations. Ce sont les effets négatifs qui sont retenus par les populations sujettes et actrices au quotidien de pratiques telles que la coupe de bois. Celle-ci est associée à la déforestation citée parmi les éléments influençant le changement climatique. Les populations voient des billes de bois transportées par des grumiers, engins responsables entre autres des accidents de la circulation.

42Le froid humide est aussi classé parmi les agents du paludisme « la fraîcheur peut nous tuer. Avant, il ne faisait pas aussi frais ». Dans une précédente étude réalisée dans la région de l’ouest Cameroun (Kouokam Magne, 2010), le savoir sur le paludisme dépendait pour une large part des perceptions de l’environnement. Le savoir populaire sur le paludisme était dépendant de la saison. L’irrégularité des saisons est donc au cœur du système d’accusations de nos interlocuteurs.

43Cette instabilité retentit aussi sur la santé des enfants. Paulette une couturière déclare : « les enfants ont de la toux et le ‘palu’ à cause de l’instabilité : nous avons le soleil et la pluie pendant la même journée ! ». Ces différentes plaintes laissent entrevoir que le changement climatique reste dans le savoir populaire synonyme de variabilité climatique. Cette dernière se traduit par une instabilité qui rend les populations vulnérables dans la mesure où elles ne peuvent plus prévoir avec certitude le temps qu’il fera. La confusion effectuée entre variabilité climatique et changement climatique a été aussi relevée par l’équipe de Godfrey au Sénégal (Godfrey et al., 2010). De plus, les interlocuteurs pensent que cette variabilité des saisons, et particulièrement la chaleur, contribue à plusieurs formes de paludisme, notamment l’accès palustre pernicieux.

44« Avec la chaleur nous sommes mal. Aujourd’hui les enfants naissent avec le ‘palu’ dans le sang ! Ils ont le ‘palu’ tout le temps dans la famille ».

45Dans la région de l’ouest, avoir le « paludisme dans le sang » se réfère aux accès sévères de paludisme chez les jeunes enfants. Selon nos interlocuteurs, le « paludisme dans le sang » se traduit par une quantité importante de Plasmodium falciparum. Outre cela, l’enfant est anémié. Si l’on peut expliquer cet état de l’enfant par un recours tardif des familles aux structures de soins, le lien effectué localement entre paludisme dans le sang et changement climatique permet de penser que le terme de changement climatique vient s’ajouter à un ensemble d’éléments liés à leur situation sociale et économique. Le changement climatique réfère donc plus exactement aux enjeux politiques de la gestion des forêts et à leurs conditions immédiates de vie.

Conclusion

46Notre principale préoccupation était de savoir en quoi la médiatisation du concept de changement climatique a pu influencer le savoir local sur la transmission d’une maladie vectorielle comme le paludisme. Dans le cas des Grassfields, l’étude montre que dans les hauts plateaux Bamiléké le changement climatique met en exergue deux principaux éléments : le réchauffement de la température et les discordances dans les variations saisonnières, notamment l’alternance entre pluie et chaleur au cours de la même journée. Les discours populaires sur les éléments liés au changement climatique montrent la perception qu’ont nos interlocuteurs de leur vulnérabilité. Leur sentiment d’impuissance face aux changements brusques de températures et l’augmentation des nuisances dues aux moustiques traduit leur vulnérabilité vis-à-vis du paludisme. Si l’expression ‘changement climatique’ est connue et employée par nos interlocuteurs, il n’en demeure pas moins qu’elle est confondue avec la variabilité climatique. La faible visibilité des services de météorologie dans les médias laisse aux seules populations le soin d’interpréter les variations saisonnières.

Haut de page

Bibliographie

BADO J.-P., 2004, La lutte contre le paludisme en Afrique centrale. Problèmes d’hier et d’aujourd’hui, Enjeux, n° 18, janvier- mars, pp. 10-13.

CHASTANG R., 1959, Quatre années de lutte anti-paludique au Cameroun Méridional, Médecine Tropicale, 1959, n° 1 pp. 51-86

COT M., GARDE X., MIALHES P., et al., 1992, Paludisme en zone d’altitude : résultats d’une enquête à Dschang (ouest Cameroun), Bulletin de liaison documentaire, OCEAC, n° 100, juin, pp. 9-13

CURTO DE CASAS S.I., CARCAVALLO U.R., 1995, Climate change and vector-borne diseases distribution, Social Science and Medicine, vol. 40, n° 11, pp. 1437-1440

GETHING P., W., SMITH D., L., PATIL A. P., et al., 2010, Climate change and the global malaria recession, Nature, vol. 465, May, pp. 342-345

GRUENAIS M.-E., 2003, Personnels de santé et populations face à l’expérience ordinaire des fièvres en Afrique subsaharienne, Médecine Tropicale, n° 3, vol. 63, pp. 271- 275

JAMET S., CORFEE-MORLOT J., 2009, Assessing the impacts of climate change. A literature review, OECD Economics Department Working Papers, n° 691, OECD Publishing, doi : 10.1787/224864018517

KOUOKAM MAGNE E., 2010, La perception du risque palustre chez les femmes à Maroua et à Bafoussam, in Populations, santé et environnement, Vernazza-Licht N., Gruénais M.-E. and Bley D. (Eds.), IRD, Paris, pp. 351-364

LANGUILLON J., MOUCHET J., RIVOLA E., 1955, Contribution à l'étude du « plasmodium ovale » (Stephens 1922) dans les territoires français d'Afrique : Sa relative fréquence au Cameroun, Bulletin de la Société de Pathologie Exotique, 48 (6), pp. 819-823

MARTIN D., SEGALEN P., 1966, Note explicative Carte pédologique du Cameroun Oriental au 1/1000000, ORSTOM, Yaoundé, 133 p.

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME, 2009, Le point de la lutte contre le paludisme en 2008, n° 2, juin 2009

MOUCHET J., GARIOU M., 1960, Anophélisme et paludisme dans le département Bamiléké, Recherches et Etudes Camerounaises, n° 1, pp. 92-114

MPAKAM HERNANIE GRELLE, KAMGANG KABEYNE, B.V., KOUAM KENMOGNE, G.-R., TAMO TATIETSE, EKODECK G.E., 2006, L’acces à l’eau potable et à l’assainissement dans les villes des pays en développement : cas de Bafoussam (Cameroun), VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], vol. 7 n° 2, septembre 2006, mis en ligne le 28 avril 2006, Consulté le 22 décembre 2011. URL : http://vertigo.revues.org/2377 ; DOI : 10.4000/vertigo.2377

OLIVRY J.C., 1976, Régimes hydrologiques en pays Bamiléké (Cameroun), Cahiers ORSTOM, série. Hydrologie, vol. XIII, n° 1, pp. 37-71

RIPERT C., PAJOT F.-X., 1996, Paludisme, in Epidémiologie des maladies parasitaires, Ripert C., Pajot F. X., Vincendeau P., Esquerdo Gomez F., Tome I, Editions Médicales Internationales, Paris, pp. 69-180

SAME EKOBO A., 1997, Santé climat et environnement au Cameroun, Jutey – Sciences, 230 p.

SERVAT E., PATUREL J.E., LUBES-NIEL H., KOUAME B., MASSON J.-M. et al., 1999, Différents aspects de la variabilité de la pluviométrie en Afrique de l’ouest et Centrale non sahélienne, Revue des sciences de l’eau / Journal of water sciences, vol. 12, n° 2, pp. 363-387, http : //id.erudit.org/iderudit/705356ar

SIRVEN N., 2007, De la pauvreté à la vulnérabilité : évolutions conceptuelles et méthodologiques, Mondes en développement, vol. 4, n° 140, pp. 9-24, http : www.cairn.info/revues-mondes-en-développement-2007-4-page-9.htm

Archives Nationales de Yaoundé
Rapport annuel du gouvernement français à l’assemblée générale des Nations Unies sur l’administration du Cameroun placé sous tutelle de la France, année 1951, Paris, Presses de l’imprimerie de Chaix, 1952, 513 p. 

Rapport annuel du gouvernement français à l’assemblée générale des Nations Unies sur l’administration du Cameroun placé sous la tutelle de la France, année 1955, Paris, Presses de l’imprimerie de Chaix, 1956, 425 p.

Archives de l'Institut de médecine tropicale du service de santé des armées
Carton 242 Paludisme, OMS, World Health Organization, Organisation Mondiale de La Santé. Questionnaire sur les activités antipaludiques. Informations pour la période du 1er juin 1956 au 31 mai 1957

Haut de page

Notes

1 Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale.

2 « Traiter et/ ou prévenir le paludisme chez la femme enceinte » à Maroua (Province de l’Extrême–Nord Cameroun) soutenu par le Ministère français des Affaires Étrangères et l’Institut de Recherche pour le Développement.

3 Entretien réalisé à Bafoussam en juillet 2006 avec un ancien écolier ayant vécu cette période.

4 Office de Recherche Scientifique d’Outre-Mer aujourd’hui IRD.

5 C’est-à-dire le pourcentage des enfants de 2 à 9 ans souffrant d'une hypertrophie de la rate.

6 Dans la vallée du Noun.

7 L’harmattan.

8 Entretien réalisé en juillet 2010.

9 Entretien réalisé en août 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La répartition géographique des activités de lutte contre le paludisme
Crédits Sources : Archives du Pharo, Carton 242 « Paludisme OMS Questionnaire sur la lutte antipaludique Informations pour la période du 1er juin 1956 au 31 mai 1957 ».
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Kouokam Magne, « Paludisme et interprétations sociales du changement climatique à l’ouest du Cameroun  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/1726 ; DOI : 10.4000/tem.1726

Haut de page

Auteur

Estelle Kouokam Magne

Anthropologue
Faculté de Sciences Sociales et de Gestion
Université Catholique d’Afrique Centrale
UMR 912
BP 11628
Yaoundé
CAMEROUN
esthelka@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page