Navigation – Plan du site
Articles

Quand le changement climatique interroge l’humanité

When climate change questions humanity
Isabelle Roussel
p. 34-44

Résumés

Les effets du changement climatique révèlent, tant localement que globalement, de profondes différences voire discriminations. Or, ces inégalités sont parfois issues des efforts effectués en faveur de la maîtrise des GES (Gaz à effet de serre) ou de l’adaptation au changement climatique. L’adaptation pose la question de l’inégalité devant l’artificialisation du monde qui protège des aléas climatiques comme le montre la relation entre la pauvreté et le caractère meurtrier des catastrophes naturelles. Cependant, ces refuges offerts par la modernité s’appuient sur une société de plus en plus complexe et fragile pouvant conduire jusqu’à l’effondrement analysé par J. Diamond (2007). La mitigation induit des temporalités différentes entre la réduction des pollutions toxiques actuelles et la maîtrise des GES sur le long terme. Certes, les sources générant des GES et des émissions toxiques sont les mêmes mais le chauffage au bois, les biocarburants ou l’isolation des maisons sont des exemples illustrant des contradictions possibles entre la salubrité à court terme et la maîtrise du changement climatique sur le long terme. La prévention dans le domaine environnemental doit répondre à des défis nouveaux qui doivent conjuguer la justice avec des temporalités et des spatialités différentes et répondre à des choix de société qui, en s’appuyant sur des valeurs, dépassent la dichotomie rationnelle entre durabilité forte et durabilité faible et interrogent fortement la validité du triptyque du développement durable. Peut être, les interrogations suscitées par le changement climatique concernent-elles davantage l’individu et l’éthique que les grandes orientations politiques très théoriques ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’évolution du climat et sa perspective apocalyptique attirent l’attention sur l’imbrication du sort de l’humanité avec celui de la planète et de l’écosystème global. L’environnement, facteur de ressource sanitaire et de bonne santé, ne peut plus être envisagé uniquement à l’échelle locale : à quoi sert d’améliorer les conditions de vie si la planète dans son ensemble est en danger ? Cependant, si le développement durable, censé maîtriser le changement climatique, ouvre la perspective planétaire de la santé comme « bien commun de l’humanité », force est de constater que ce bien n’est pas équitablement partagé. Le changement climatique met en lumière et accroît les inégalités surtout depuis que le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) semble lui reconnaître la responsabilité de l’occurrence de phénomènes extrêmes, générateurs de grandes catastrophes. Or, 98 % des victimes des catastrophes naturelles habitent les pays les plus pauvres, définissant ainsi des inégalités sociales autant qu’écologiques. La pauvreté est un facteur de vulnérabilité supplémentaire comme l’ont montré les conséquences désastreuses des fléaux qui ont atteint Haïti récemment. Ces victimes subissent une double peine car non seulement elles n’ont pas les moyens de s’adapter aux catastrophes climatiques mais elles subissent les dégradations de l’équilibre planétaire induites par une forte consommation des pays riches.

2Mais les formes de lutte contre le changement climatique peuvent aussi générer des inégalités que ce soit par l’adaptation voire même par la mitigation. Paradoxalement, les efforts effectués mettent en évidence un certain nombre d’iniquités qui, selon R. Wilkinson (2010), contribuent à la dégradation de la santé publique dans un contexte dans lequel les préoccupations sanitaires s’imposent de plus en plus dans une société hédoniste et inégalitaire. Selon cet universitaire britannique : « Les sociétés moins inégales seront plutôt marquées par une violence moindre, une réelle entraide, moins d’exclusion et un meilleur état sanitaire de la population….La cohésion sociale, la confiance réciproque, l’intensité de la vie collective et associative sont des atouts qui contribuent largement à la qualité de la vie… La participation à la vie sociale est beaucoup plus forte là où les écarts de revenu sont faibles ». Le regard trop fixé sur des horizons lointains peut négliger la santé des populations présentes et encourager de fortes inégalités inter et intra générationnelles. Les différentes formes d’adaptation au climat, comme certaines politiques de prévention, génèrent des disparités sociétales qui ébranlent le triptyque du développement durable déjà mis à mal par les dysfonctionnements économiques et sociaux amplifiés par la crise actuelle. En revanche, un autre regard dirigé vers l’individu et mobilisé par des considérations éthiques peut constituer une forme de résistance face aux crises actuelles.

1. L’équité, pilier du développement durable et l’adaptation au changement climatique

3Au sein du triptyque du développement durable, le climat s’impose comme un facteur vital dont nos sociétés modernes avaient eu tendance à s’affranchir. Le climat et son évolution actuelle, en incitant les populations à s’adapter, renforce les inégalités aussi bien à l’échelle planétaire qu’au niveau local. La notion d’adaptation est un concept défini dans le troisième rapport d’évaluation du GIEC publié en 2001 comme « l’ajustement des systèmes naturels ou humains en réponse à des stimuli climatiques présents ou futurs ou à leurs effets, afin d’atténuer les effets néfastes ou d’exploiter des opportunités bénéfiques ». Cet effort que représente l’adaptation n’est pas toujours accessible aux personnes les plus vulnérables dont les conditions de vie sont appelées à se dégrader. Au niveau individuel, le seuil de vulnérabilité correspond à un état de santé ou de pauvreté qui ne permet plus à l’individu de contribuer à son propre bien-être en s’adaptant. A l’échelle macroéconomique, ce seuil se définit comme la ligne qui sépare les situations irréversibles de dégradation ou de faiblesse du capital-santé des situations où le niveau de santé global de la population permet, au contraire, de maintenir la résilience de celle-ci dans un contexte de contraintes socioéconomiques fortes. Pauvreté et vulnérabilité sont souvent synonymes. En effet, paradoxalement, l’adaptation à ces changements du temps encourage une artificialisation de plus en plus grande des conditions de vie, permettant ainsi de s’affranchir des aléas climatiques. Or, l’accès aux nouvelles technologies, souvent consommatrices d’énergie, est réservé à un petit nombre qui, pour maintenir leur confort, augmente les émissions de gaz à effet de serre et contribue à accentuer la dégradation du climat.

4Les politiques à adopter en matière de changement climatique sont très délicates à mettre en œuvre car parfaitement paradoxales, reflétant ainsi, dans une certaine mesure, l’adoption d’une durabilité faible ou forte. L’adaptation peut encourager la création d’inégalités et accentuer ainsi le gradient sanitaire des populations et les vulnérabilités. Inversement, les populations les plus pauvres peuvent être mieux adaptées aux évolutions du climat tout en étant plus vulnérables aux éventuelles catastrophes. Ce paradoxe est encore amplifié par le caractère contradictoire des actions entreprises selon les échelles spatio-temporelles considérées. Par exemple, l’usage de systèmes de climatisation peut adoucir les effets des chaleurs estivales : il est encouragé dans le cadre d’une durabilité faible mais peut se traduire par une augmentation de la demande énergétique que la durabilité forte interdirait.

1.1. Le paradoxe de l’adaptation : la vulnérabilité des civilisations traditionnelles

  • 1 Ces civilisations qui disparaissent, Courrier International n°946-47, pp. 35-53.

5L’exemple des riziculteurs de Java1 dont la vie est réglée sur un calendrier qui s’appuie sur le rythme de la nature et des saisons est intéressant car il souligne combien ce genre de vie, traditionnellement fondé sur une symbiose avec la nature, est particulièrement vulnérable quand le climat évolue (Scarwell, 2010). La moindre perturbation apportée au rythme ancestral des travaux des champs se traduit par une profonde remise en question de ce mode de vie. Outre le fait que ces économies extensives consomment énormément d’espace, on constate qu’elles sont très vulnérables non seulement en raison d’un changement progressif et incessant du climat mais aussi lors des catastrophes brutales. Ces sociétés, très proches de la nature, sont très fragiles et n’offrent aucune possibilité de résilience en cas de bouleversement de leur mode de vie. Ces populations, peu adaptées à la modernité, viennent grossir les rangs des sans-abris installés en périphérie des villes tentaculaires lorsque leurs villages ont subi des cataclysmes. De nombreux exemples peuvent contribuer à renforcer ces interrogations, comme le cas des Chagga sur les pentes du Kilimandjaro, présenté par L. Sébastien (2010). Ces populations entretiennent une relation ancestrale mais fragile avec leur environnement et entrent en conflit avec des conceptions plus « modernes » de protection de la nature à travers le développement d’espaces protégés au sein de parcs. Que les perturbations apportées à ce genre de vie traditionnel soient naturelles ou anthropiques, elles sonnent le glas des civilisations. Or, l’empreinte écologique de ces populations, caractérisées par un système de durabilité forte, est limitée. Au contraire, les sociétés qui ont su se prémunir contre les catastrophes naturelles sont actuellement les plus aptes à survivre alors qu’elles sont caractérisées par des systèmes de durabilité faible.

1.2. Le paradoxe de l’adaptation : l'artificialisation croissante

6Le changement climatique permet de redécouvrir l’importance des liens directs qui unissent l’homme au climat, ce dernier étant considéré comme un facteur essentiel de bonne santé et de qualité de vie. Cependant, l’individu moderne n’a cessé de s’affranchir des contraintes climatiques. Le traité d’Hippocrate « Airs, eaux, lieux » connaît une nouvelle actualité tout en montrant combien la modernité, en permettant de maîtriser les aléas climatiques, brouille les liens de dépendance établis entre l’homme et la nature. Par exemple, dans nombre de pays, la chaleur estivale, grâce à la chaîne du froid, ne se traduit plus par une recrudescence des dysenteries et de la mortalité infantile et la généralisation du chauffage domestique permet de ne plus redouter les rigueurs de l’hiver. La perspective du changement climatique incite à repenser tous les effets indirects induits par le climat et à s’interroger sur l’impact des aléas météorologiques sur l’alimentation en dépit de la sécurité alimentaire assurée par la mondialisation des échanges de denrées agricoles. Le transport des récoltes assure une certaine sécurité alimentaire au prix d’une consommation d’énergie fossile. Ainsi, dans de nombreux pays, les disettes alimentaires sont devenues rares et pourtant un milliard d’individus liés à la subsistance locale souffre encore d’extrême pauvreté et de carences alimentaires.

7L’individu, pour rester en bonne santé, doit aménager son logement et ses modes de vie en fonction des évolutions du climat. S’il est vrai que le climat, parfois oublié dans l’architecture, revient en force, il s’agit parfois, pour la minorité la plus fortunée de l’humanité, d’utiliser l’arsenal des outils technologiques pour s’affranchir des caprices du temps. L’adaptation, paradoxalement, n’est pas directement ancrée dans une démarche d’intégration avec la nature mais plutôt dans une démarche de protection qui, pour s’affranchir des aléas du climat, a tendance à avoir recours à des procédés techniques sophistiqués précisément pour se réfugier dans un monde mieux maîtrisé. Progressivement la modernité a permis une meilleure prévention et maîtrise des catastrophes naturelles. E. Le Roy Ladurie (2008, 2009) montre combien les vagues de froid ou de chaleur, avec leur cortège de famines et de maladies, étaient meurtrières. Les grands froids et les canicules se traduisaient par des pics de mortalité. La vague de froid de 1693 a tué près d’un million de Français, celle de 1709, 500 000 personnes. De 1739 à 1848, les aléas climatiques sont responsables de 100 000 à 200 000 morts. Lors des canicules estivales, comme celle de 1719, 400 000 personnes ont trouvé la mort en raison de dysenteries foudroyantes qui atteignaient surtout les enfants. Au cours des âges, le nombre de décès relatifs à ces aléas a beaucoup diminué. Les crises de subsistance ont disparu de même que la mortalité infantile. Pendant la canicule de 1911, la plus meurtrière de ces dernières années, on a pu compter 40 000 victimes et près de 20 000 au cours de l’été 2003.

8L’hyper mobilité de la société moderne transgresse l’équilibre, certes toujours fragile, entre l’humanité et le climat. M. Sorre (1943) a montré combien le stress climatique, en affaiblissant l’organisme, a pu fragiliser les touristes beaucoup plus que les colons implantés depuis plus longtemps. Les visiteurs occasionnels règlent la question de l’adaptation au décalage climatique en restant prisonnier d’un monde artificiel et climatisé. L’accélération et l’amplification de la mobilité, caractéristique essentielle des sociétés modernes, rendent impossible l’adaptation naturelle au climat qui s’effectue lentement et progressivement. Les règles de la bioclimatologie ont de plus en plus été transgressées dans la mesure où l’affranchissement par la climatisation s’est imposé pour réduire le temps long de l’adaptation.

1.3. Les limites de cette adaptation par l’artificialisation : inégalités sociales et consommation d’énergie

9Le bénéfice sanitaire évident de ce type d’adaptation offert par la modernité pose la question de sa soutenabilité, à la fois parce qu’il se traduit par une consommation énergétique qu’il convient de réduire mais aussi pour des raisons éthiques de justice dans la mesure où le mode de vie moderne ne peut être universellement partagé en raison de son coût élevé à la fois en disponibilités financières et en carbone. Grâce à une artificialisation grandissante des villes et des logements, le bénéfice de la prise en compte des paramètres climatiques a été perdu de vue. Les grandes verrières énergivores, favorisant l’augmentation de la chaleur estivale à l’intérieur des logements, ont remplacé la recherche de l’adéquation des ouvertures avec le rythme des saisons et des heures du jour. Ces défauts dans l’adaptation au climat ont rendu les villes et les maisons très dépendantes de l’électricité et des énergies fossiles. Or, celles-ci ont un coût de plus en plus élevé et la précarité énergétique devient un facteur supplémentaire de vulnérabilité à laquelle échappent les bénéficiaires d’aides publiques pour l’isolation de leur logement. De manière générale, devant l’urgence des problèmes climatiques, il convient de rester vigilant quant aux impacts sanitaires des mesures préconisées pour réduire les émissions de GES. Les économies d’énergie peuvent également se traduire par la dégradation de la santé des populations en état de précarité comme les Anglais l’ont montré en instaurant le concept de « fuel powerty » (Ezratty, 2010). Selon le CREDOC (2007), la charge financière du logement a fortement augmenté. Cette hausse représente, de 1980 à 1997, une augmentation de 55 % pour les bas revenus et de 48 % pour les classes moyennes (Devalière, 2010). Les ménages modestes sont confrontés à des arbitrages qui se traduisent par une réduction de la température du logement, ce qui contribue à l’augmentation du nombre de décès en hiver. Souvent ce sont aussi ces ménages les plus précaires qui habitent dans des « épaves thermiques » très énergivores. (Roussel, 2010).

  • 2 INSEE Première, octobre 2010 n°1315

10Les pays suffisamment riches pour investir dans des infrastructures améliorant non seulement le système de soins mais aussi l’assainissement des villes, le traitement des eaux, la lutte contre l’érosion et l’artificialisation des sols, les véhicules propres, sont mieux armés pour mener une politique de prévention sanitaire. La maîtrise de la nature et son aménagement a un coût. L’ADEME a calculé, pour la France, que la part des dépenses énergétiques dans le revenu moyen des 20 % des ménages les plus pauvres est 2,5 fois plus élevée que celle des 20 % des ménages les plus riches. 10 % des ménages californiens les plus riches ont une empreinte carbone six fois supérieure aux 10 % les plus pauvres. En octobre 20102, l’INSEE notait que les progrès énergétiques, encouragés par les prêts à taux zéro ou les crédits d’impôts, ont davantage profité aux ménages aisés pour lesquels le poids de la facture énergétique a baissé d’un tiers depuis 1985. Le rapport entre l’effort énergétique des 20 % des ménages les plus pauvres et celui des 20 % les plus aisés est passé de 1,22 en 1985 à 1,36 en 2006.

11Les conséquences du cyclone Katrina ont été particulièrement étudiées (Logan, 2006) et mettent en lumière l’inégalité des populations devant la catastrophe. Les populations les plus vulnérables sont celles qui non seulement habitent sur les terrains les plus exposés mais possèdent les maisons les plus fragiles et sont moins bien armées pour défendre leurs intérêts vis-à-vis des autorités. C’est ainsi que les communautés d’habitants les plus défavorisées n’avaient pas obtenu les budgets suffisants pour assurer le nécessaire renforcement des digues.

12L’adaptation aux canicules dont la fréquence, selon les experts du GIEC, est appelée à augmenter, offre des exemples quant aux interrogations que pose la question de l’adaptation en termes sanitaires. En effet, les vagues de chaleur ont un impact reconnu sur la mortalité urbaine ; elles affectent surtout les personnes âgées occupant des logements élevés ou vétustes.

13La généralisation de la climatisation est une réponse à ce phénomène meurtrier. Les études prouvent, par exemple, que Boston est plus vulnérable que Dallas aux vagues de chaleur car, à Dallas, la climatisation est généralisée et devenue habituelle. Il s’agit bien d’une forme d’adaptation au climat en s’affranchissant de ses excès mais en induisant une plus grande dépendance technique et énergétique. Le logement peut aussi contribuer à offrir des formes d’adaptation : les grands logements anciens ou bien isolés permettent, sans climatisation, de bénéficier d’une plus grande fraîcheur et l’habitat pavillonnaire des zones périurbaines est peu touché par cet excès de température qui est, en quelque sorte, le prix à payer des effets positifs de la densité urbaine. La qualité du logement urbain apporte certes une solution mais est-elle égalitaire ? La climatisation et l’étalement urbain, pour se défendre, dès aujourd’hui, contre les effets néfastes de la chaleur, contribuent à la dégradation du climat et mettent ainsi en péril, à plus long terme, la santé de leurs enfants.

14L’adaptation ne peut pas être un substitut à la mitigation ; il est impossible de s’adapter à un environnement qui se dégrade sans agir sur les racines du mal et donc sur la décarbonisation du monde. Si le changement climatique impose une vision planétaire à des échelles de temps s’appuyant sur le moyen et le long terme, il est certain que la santé des populations actuelles ne peut être sacrifiée à des mesures de mitigation à destination du climat futur.

2. La mitigation et ses contradictions temporelles

15Avec le changement climatique, l’avenir s’impose dans le présent qui ne peut plus se construire indépendamment d’une vision prospective sur notre « Common future » que les générations futures, chères au développement durable, auront à construire.

16Cependant, la mitigation, autre forme préconisée pour la maîtrise du climat, risque de créer des inégalités intergénérationnelles en négligeant la toxicité des polluants auxquels sont exposées les générations présentes. Le bénéfice obtenu en termes de maîtrise des gaz à effet de serre (mitigation) peut augmenter les niveaux actuels de polluants ayant des effets délétères sur la santé. Peut-on alors prendre le risque de négliger les pollutions toxiques actuelles pour concentrer trop exclusivement nos efforts sur la diminution des GES (Gaz à effet de serre) ? Les efforts effectués en faveur de la mitigation, souvent très étroitement associée aux dispositifs d’adaptation, doivent se prémunir contre les « effets pervers » d’actions vertueuses pour le long terme mais générant des effets à court terme dommageables sur le plan sanitaire.

  • 3 Les sources communes : le secteur des transports, l’industrie et le bâtiment qui produisent 92 % de (...)

17La maîtrise des GES, nécessaire sur le long ou moyen terme pour réduire l’effet de serre, passe, le plus souvent, par la diminution de la combustion des énergies fossiles et donc des polluants toxiques générés par la même source3. Ceux-ci ont une durée de vie beaucoup plus courte que celle des GES car le CO2 peut persister dans l’atmosphère pendant de nombreuses années voire même de siècles. La durée de vie des CFC (Chlorofluorocarbure) est encore beaucoup plus longue. En revanche, les oxydes d’azote ou de soufre ne subsistent dans l’atmosphère que quelques jours au maximum tandis que l’ozone, certaines particules et le méthane peuvent persister pendant quelques semaines. Les polluants urbains toxiques sont essentiellement des polluants de proximité tandis que les GES sont des polluants globaux pouvant être transportés par les courants d’altitude bien loin de leur lieu d’émission ou de formation.

18La lutte contre le changement climatique ne peut, à court terme, qu’être bénéfique pour la santé humaine. Cependant, certaines alternatives à l’utilisation de combustibles fossiles doivent faire l’objet de précautions fortes comme l’utilisation de la biomasse (Pollution Atmosphérique, 2009), et des interrogations pèsent sur la généralisation des biocarburants (Scarwell, 2007) tandis que l’isolation des bâtiments ne doit pas aboutir au confinement préjudiciable à la qualité de l’air intérieur.

19L’exemple de la biomasse dont l’utilisation est encouragée dans de nombreux Plans Climat-Énergie Territoriaux (PCET) est tout à fait intéressant. Il ne faut pas oublier que l’Organisation Mondiale de la Santé estime à 1,6 million le nombre annuel de décès prématurés causés par la pollution résultant de l’utilisation résidentielle des combustibles solides. Un enjeu mondial à la fois sanitaire et environnemental consiste à améliorer les foyers et les poêles utilisés dans les pays les plus pauvres. L’amélioration des modes de cuisson pourrait réduire les concentrations de P.M. 2,5 de 37 à 75 %, ce qui permettrait également de réduire de 54 à 77 % les concentrations de CO (Bruce et al., 2002 ; Patil et Dash, 2002). Dans les pays développés, le problème ne se pose pas dans les mêmes termes puisque les installations de chauffage sont beaucoup plus performantes. En France, la surface boisée augmente régulièrement et l’utilisation du bois énergie présente de nombreux avantages puisqu’il s’agit d’une énergie renouvelable, bon marché et accessible localement. Néanmoins, en l’absence de précautions portant à la fois sur les caractéristiques du combustible et sur les appareils utilisés, les émissions de polluants peuvent avoir des effets sanitaires délétères non seulement à l’intérieur du logement mais aussi contribuer à la dégradation de la qualité de l’air ambiant.

  • 4 http://www.airparif.asso.fr/​_pdf/​publications/​rapport-particules-110914.pdf

20L’étude menée par AIRPARIF4 sur l’origine et la nature des particules fines en Ile de France montre que le bois, combustible peu utilisé en Ile de France, est néanmoins une source très significative de particules fines produites dans l’agglomération parisienne (25 %). Le bois ne représente que 5 % de la consommation énergétique en combustibles utilisés pour le chauffage résidentiel mais il est responsable de 84 % des émissions de particules fines du chauffage résidentiel. Or, l’État français est traduit devant la cour de justice européenne pour les dépassements des seuils admissibles de la qualité de l’air des grandes agglomérations françaises. Ce sont précisément les particules et les NOx qui sont visés. Pour pallier cette défaillance, la France est dans l’obligation de revoir la politique mise en œuvre pour la combustion de la biomasse. Les crédits d’impôts vont être conditionnés à l’achat d’appareils performants et labellisés. Les feux ouverts devraient être supprimés de même que le brûlage des déchets verts. Certes, il est indispensable de limiter la consommation de combustibles fossiles et l’utilisation du bois est une bonne solution mais elle doit être accompagnée de précautions plus faciles à généraliser et à imposer dans les chaufferies collectives que dans les maisons et les résidences secondaires.

  • 5 http://www.pnas.org/​content/​104/​12/​4814.full

21La cohérence entre les politiques ayant en charge la pollution atmosphérique et celles qui gèrent la maîtrise du changement climatique n’est pas au rendez-vous même si tous les acteurs s’accordent à penser que la recherche d’une synergie, d’un double bénéfice s’impose. L’Union européenne, grâce au modèle RAINS (Regional Air Pollution Information and Simulation), peut évaluer les bénéfices occasionnés par les mesures adoptées pour réduire le CO2 sur la maîtrise des pollutions de proximité. Les actions effectuées en faveur de la maîtrise du changement climatique auraient permis de diminuer de 7 % le nombre de décès prématurés attribuables à la pollution de l’air par rapport aux seuls bénéfices de la stratégie CAF (Clean Air for Europe). Le protocole de Montréal, qui avait pour objectif de limiter les gaz CFC (chlorofluorocarbures) afin de protéger la couche d’ozone, a eu un effet bénéfique sur le climat5. Cependant, les politiques mises en œuvre tant au niveau européen qu’au niveau français présentent encore bien des contradictions en dépit du rapport de P. Richert (2007) voulant initier une véritable politique de l’atmosphère. Par exemple, dans le secteur automobile, pour réduire les particules émises par le diesel, la filtration catalytique se traduit par un accroissement des NOx ; l’usage du carburant 95 additionné de bioéthanol induit une augmentation de la consommation d’au moins 5 % et donc des émissions de CO2, sans compter vraisemblablement des émissions de polluants nouveaux tels que les aldéhydes susceptibles de contribuer à la formation de particules secondaires. De même, la diminution des oxydes d’azote se traduit par une augmentation des niveaux d’ozone tandis que la réduction des particules peut augmenter le rayonnement direct et contribuer ainsi au réchauffement de la planète.

22L’analyse des politiques environnementales liées au réchauffement climatique met en lumière de nombreuses contradictions qui sont bien loin de la cohérence conceptuelle entre environnement, économie et équité sociale prônée par le développement durable. Ainsi, en insistant davantage sur les pollutions globales et sur les générations futures, les politiques inspirées par le développement durable risquent de négliger les effets sanitaires actuels.

3. La maîtrise du changement climatique interroge le développement durable

23Les quelques remarques proposées soulignent les difficultés rencontrées pour intégrer des éléments parfois incohérents dans des politiques s’appliquant à des échelles spatio-temporelles très imbriquées et générant ainsi inévitablement des effets pervers. Une première contradiction, déjà esquissée, oppose l’adaptation naturelle à la sécurité accordée par les progrès technologiques et l’artificialisation du monde. A cette opposition s’ajoute celle entre le court et le moyen terme pas toujours réconciliés au sein d’actions présentant un double bénéfice.

3.1. Le climat entre durabilité forte et faible

  • 6 Chamoiseau P., 1990, Autan d’enfance, Hatier pp. 36-37

24L’opposition évoquée par les économistes entre durabilité forte et durabilité faible s’applique parfaitement au climat. La durabilité faible (Salomon, 2010) « est une forme de radicalisation de la pensée moderne, en ce qu’elle pousse jusqu’à l’extrême le projet de faire reculer les bornes de l’empire humain sur la nature… de l’artificialisation , en prônant une substitution continue du capital reproductible et technologique au capital naturel. La durabilité forte oppose à cette conception l’impossibilité d’une telle substitution et la nécessité d’une préservation du capital naturel, en mettant notamment en avant la question des services écologiques ». Par exemple, l’intégration des composantes du climat dans la construction des bâtiments est naturelle dans les savoir-faire anciens : « En Martinique, on ne parlait jamais de chaleur… Mais on apprenait à vivre autrement, à garder les persiennes closes sur les restes de la nuit, à les ouvrir sous la levée d’un souffle, à vivre dans les coulées d’air tout en se méfiant d’elles. Dans les rues, il fallait connaître l’ombre et la carte des vents frais », écrivait Patrick Chamoiseau6 prônant un certain bon sens pour éviter le recours à la climatisation. Ce bon sens naturel devrait être intégré dans une « économie verte » qui permettrait de diminuer la dépense énergétique aussi bien l’été que l’hiver. Cependant, cette économie est encore peu développée et bien souvent balayée par la promotion de certaines technologies « durables » qui, à la faveur des lois environnementales, se traduisent souvent par un renchérissement des coûts et donc par l’augmentation des inégalités mettant en péril le bon fonctionnement des sociétés et la santé des individus.

25Toutefois, la durabilité faible, caractérisée par l’affranchissement des méfaits du climat par une relative immunité fondée sur la technologie, s’appuie sur une organisation de plus en plus sophistiquée et sa complexité même peut devenir signe de vulnérabilité et précipiter l’effondrement (Diamond ,2007). Ainsi, quelle que soit l’alternative retenue, la santé et le bien-être des populations sont en péril. Dans le cas d’une durabilité faible dont la sophistication est inquiétante, les inégalités se creusent et pèsent ainsi sur la paix sociale et le bien-être. Dans le cas de la durabilité forte, les populations sont beaucoup plus vulnérables aux aléas du climat. On a vu également qu’une trop grande attention portée sur les générations futures pouvait mettre en péril la santé des populations présentes. Les effets du changement climatique sur la santé dépassent largement les canicules et les translations possibles des maladies à vecteur (Besancenot, 2007). Le climat, « un concernement partagé » au niveau mondial, confère à la santé une dimension planétaire environnementale forte.

3.2. Le climat global maîtrisé par les petits gestes

26À la cohérence apparente des concepts dont le développement durable se fait le promoteur, s’oppose l’hétérogénéité de la réalité qui peine à conjuguer économie, environnement et équité. Le changement climatique rappelle que loin des théories politiques, c’est l’homme qui est tiraillé entre des contradictions induisant stress et angoisse. Or, l’émergence d’inégalités se traduit par des effets délétères sur les individus et sur le « vivre ensemble » qui, lui-même lorsqu’il est dégradé, amplifie les discriminations et le « chacun pour soi » (Wilkinson, 2010). Plutôt que de miser sur des politiques inégalitaires et contradictoires, n’est-il pas plus opportun de revenir à une vision de l’environnement davantage construit par l’individu lui-même ? Mettant en avant les notions de fonctionnement et de capabilités, Amartya Sen (2010) renvoie à l'action des individus, par delà les cadres sociaux, que l'on peut, dans une certaine mesure, rapprocher des conceptions de l'empowerment qui se sont développées dans une logique un peu différente de revendication sociopolitique aux États-Unis (Alinski, 1989). Les travaux de Sen poussent à envisager un paysage social profondément différencié dans lequel interviennent de multiples critères propres aux individus et à leurs capacités. C’est pourquoi les politiques étatiques sont plus difficiles à mettre en place que les initiatives locales plus souples, plus spontanées, plus créatrices et foisonnantes. Sans doute, une des formes nouvelles des politiques climatiques consiste à encourager les initiatives locales. Encouragés par la construction d’une société meilleure permettant solidarité et bien-être, les habitants seront sans doute plus motivés que par l’obéissance aux contraintes législatives.

3.3. Ces constatations aboutissent à une remise en cause profonde des politiques menées et des modes de fonctionnement

  • 7 p.125

27La prise de conscience d’une menace planétaire mettant en cause la responsabilité de l’humanité met en lumière l’existence d’inégalités. C’est le projet moderne qui est remis en cause : « L’exercice technologique et industriel de la domination de la nature a fini par en fragiliser hautement l’idée même… L’arrachement moderne à la nature a fini par produire un effet boomerang : nous sommes désormais contraints de prendre en charge ou, au moins, de surveiller des mécanismes autrefois naturels, c'est-à-dire spontanés, telle la qualité de l’air, de l’eau et des sols. Nous sommes de plus en plus contraints de prendre en charge la nature au lieu de nous en libérer » (Salomon7, 2010).

28Les changements culturels profonds et nécessaires ne dépendent pas uniquement de considérations financières et politiques, ils relèvent largement de dispositions éthiques. « Les comportements, dans une économie de marché, dépendent du système de prix. Les attitudes, dans une démocratie, dépendent du système de valeurs » (Laurent, 2010). Si le développement durable peut orienter, de manière parfois quelque peu utopique, les grandes décisions politiques, il est démuni pour envisager le rôle des individus dans la construction d’un environnement tant physique que social qui puisse respecter la diversité des aspirations individuelles. Seules les considérations éthiques peuvent générer solidarité et estime des autres avec un regard qui se détourne de la consommation et de la concurrence.

3.4. L’équité s’appuie sur une éthique partagée

29L’adaptation suppose une vision commune du monde à construire et de la solidarité qu’il convient de promouvoir. Dans un contexte mondial difficile, dans lequel l’inquiétude généralisée et l’absence de gouvernance planétaire renvoient les initiatives vers les individus ou les ONG, l’adaptation risque d’être privée d’un cadre éthique global susceptible de prendre en compte la notion de besoin élémentaire indispensable pour la survie de l’être humain. Il s’agit de s’appuyer sur la philosophie des droits de l’homme pour construire une éthique transculturelle, c'est-à-dire adaptable à toute l’humanité et acceptée dans toutes les communautés politiques pour exprimer le sens élémentaire de l’équité entre les êtres humains. Les disparités, dont rendent compte de manière imagée la notion d’empreinte écologique, montrent combien le changement climatique met en cause la généralisation du mode de vie occidental qui ne correspond pas aux ressources disponibles sur la planète. Les réponses sociétales au changement climatique se situent dans un cadre politique et moral dans lequel il est urgent de définir des principes d’action dont les leviers se situent largement au niveau de l’individu. Cette prise en compte du caractère universel de l’humanité met aussi l’accent sur la responsabilité humaine vis-à-vis des droits fondamentaux trop souvent bafoués. L’universalité de l’humanité est inséparable de sa diversité qui souligne les limites d’une justice distributive comme l’a démontré A. Sen (2010). E. Olstrom (2010) a compilé un grand nombre d’expériences d’organisations communautaires imposant aux individus des règles permettant de maximiser les bénéfices futurs en minimisant les contraintes imposées. Elle s’insurge contre les politiques qui, pour gérer les ressources communes dans la durée préconisent une centralisation accrue de l’autorité politique. Selon elle, dans cette perspective : « les individus utilisant les ressources communes sont perçus comme étant capables d’une maximisation à court terme mais pas à long terme. Ces individus sont considérés comme se trouvant dans un piège dont ils ne peuvent s’extraire sans qu’une autorité externe leur fournisse une solution. Les institutions que les individus ont éventuellement établies sont ignorées ou rejetées sous le prétexte qu’elles sont inefficaces, sans qu’il soit examiné comment ces institutions peuvent les aider à acquérir de l’information, à réduire les coûts de surveillance et d’application et à allouer équitablement les droits d’appropriation. Les solutions présentées comme devant être imposées par « le » gouvernement sont elles-mêmes basées sur des modèles de marché idéalisés ou d’États idéalisés ». Pourtant ces solutions endogènes, souhaitables, ne sont pas sans présenter quelques difficultés puisqu’elles reposent sur un solide sentiment d’appartenance permettant d’envisager ensemble des solutions durables qui passent par des contraintes présentes. La défiance et la concurrence, trop souvent encouragées dans nos sociétés, sont contraires à cette co-construction de l’avenir que représente l’adaptation à un environnement en continuelle évolution en sachant que la flexibilité est difficile à appliquer quand il s’agit de mettre en œuvre des décisions d’aménagement qui ont une durée de vie de plusieurs dizaines d’années. La santé environnementale, c'est-à-dire la promotion de la bonne santé, impose une ouverture sur le monde sur un mode qui ne soit plus uniquement tourné vers la consommation mais construit sur d’autres valeurs.

30Le changement climatique en élargissant l’échelle spatio-temporelle de la relation entre l’environnement et la santé interroge les fondements de notre société dont le fonctionnement est régi par la satisfaction immédiate des besoins individuels. À travers les notions de santé et de bien-être qui représentent des valeurs fortes et incontournables des aspirations des sociétés modernes, le changement climatique interroge les choix sociétaux et les pratiques individuelles en insistant sur l’idée de justice et sur l’importance des considérations sur le long terme qui conditionnent la survie même de la planète et de l’humanité.

Conclusion

31Ces constatations interrogent fortement les politiques menées pour lutter contre le changement climatique. L’adaptation est certes une nécessité mais elle doit s’opérer selon des modalités qui supposent un profond changement dans les modes de vie pratiqués. En effet, la généralisation de pratiques énergivores ou consommatrices d’espaces et de carbone condamnerait progressivement le capital naturel de l’humanité à disparaître. C’est toute la vision sécuritaire de la maîtrise des risques qui est remise en cause en interrogeant fondamentalement le mode de vie occidental et son caractère inégalitaire et non durable. L’avenir s’impose dans le présent qui ne peut plus se construire indépendamment d’une vision prospective sur notre « common future » que les générations futures, chères au développement durable, auront à construire.

32Ces constatations, en mettant l’accent sur le caractère contradictoire des effets des politiques menées, soulignent le décalage entre le vœu théorique de la conciliation entre les trois piliers du développement durable et le caractère chaotique et inégalitaire des résultats observés.

33Des études, de plus en plus nombreuses, montrent combien l’augmentation de la consommation des pays riches n’est pas suivie par une amélioration de la santé (Wilkinson, 2010). La sobriété contrainte par le climat et la diminution de l’utilisation de l’énergie fossile, n’est pas sans bénéfice sanitaire. Les impératifs imposés par la santé, la justice et le climat convergent dans le même sens. L’avenir de l’humanité qui est en cause actuellement ne dépend pas uniquement des scientifiques du GIEC ou des acteurs de la prévention sanitaire mais de l’ensemble des individus poussés à s’interroger, au-delà des politiques étatiques et de la démocratie représentative, sur le sens qu’ils accordent à leurs actions même limitées à de petits gestes… « qui restent dérisoires mais témoignent du désir d’une nouvelle alliance entre l’homme et la planète. Ils signent l’apparition d’une sorte de société civile environnementale, dont l’influence se mesure moins aux fameux petits gestes que chacun d’entre nous peut choisir de faire, qu’à son poids grandissant sur les responsables de notre économie » (Laville, 2010). Le sentiment de bien-être est largement associé à la confiance et à la reconnaissance, autant de sentiments qui disparaissent quand les écarts de revenus sont les plus élevés (Uslaner, 2002).

34L’enjeu politique consiste à faire partager les incertitudes et donc les choix avec les populations. A travers les notions de santé et de bien-être qui représentent des valeurs fortes et incontournables des aspirations des sociétés modernes, le changement climatique interroge les choix sociétaux et les pratiques individuelles en insistant sur l’idée de justice et sur l’importance des considérations sur le long terme qui conditionnent la survie même de la planète et de l’humanité.

Haut de page

Bibliographie

ALINSKI S.D., 1971, Rules for Radicals. A practical primer for realistic radicals. New York : Random House, [reprint Vintage books, 1989]

BESANCENOT J.-P., 2002, Vagues de chaleur et mortalité dans les grandes agglomérations urbaines, Environnement, Risques et Santé, vol. I, n° 4, pp. 229-240

BESANCENOT J.-P., 2007, Santé et changement climatique, Delachaux Et Niestle, 240 p.

BOURG D., WHITESIDE K., 2010, Vers une démocratie écologique, la république des idées, Seuil, 106 p.

BRUCE N., GITONGA S., BATES E., KITHINJI J., DOIG A. et al., 2002, Reductions in indoor air pollution achieved through low-cost participatory technology development in rural Kenya. Proceeding of Indoor Air, Monterey : CA pp. 590-595

DEVALIERE I., 2010, Sensibilisation et information des ménages à revenus modestes : quels impacts sur la précarité énergétique ?, Air pur, n° 78, pp. 19-21

http://www.appa.asso.fr/_adminsite/Repertoire/7/fckeditor/file/Revues/AirPur/Airpur_78_Devaliere.pdf

DIAMOND J., 2007, Effondrement - Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Gallimard, 648 p.

EZRATTY V., 2010, Précarité énergétique et santé : « to heat or to eat ? » Air pur , n° 78, pp. 11-12.

LOGAN J.R., 2006, The Impact of Katrina : race and class in Storm Damaged Neighborhoods, Brown Univesity, mimeo

LAURENT E., 2011, Social-écologie, Flammarion, 229 p.

LAVILLE B., Comment répondre aux changements climatiques ?, Projet 317, 2010, p. 56-62

MERCERON S., THEULIERE M., 2010, Les dépenses d’énergie des ménages depuis 20 ans, INSEE première, n° 1315

LE ROY LADURIE E., 2008, ROUSSEAU D., Impact du climat sur la mortalité en France, de 1680 à l’époque actuelle, La Météorologie, n° 24 pp. 43-53

LE ROY LADURIE E., 2009, Histoire humaine et comparée du climat, le réchauffement de 1860 à nos jours, Fayard, 462 p.

OSTROM E., 2009, A Polycentric Approach for Coping with Climate Change, Policy Research Working Paper 5095, 30 p.

OSTROM E., 2010, Gouvernance des biens communs, Planète enjeu, de Boeck, 301 p.

POLLUTION ATMOSPHERIQUE, 2009, Le bois énergie : enjeux écologiques et de santé environnementale, numéro spécial, 223 p.

PATIL R. S., DASH S., 2002, Exposure Assessment for a Rural Community using Biomass Fuel in Traditional and Improved Stoves , Proceeding of Indoor Air, Monterey : CA.

RICHERT P., 2007, Qualité de l'air et changement climatique : un même défi, une même urgence, Paris : La documentation Française.

ROUSSEL I., 2010, A propos de la précarité énergétique, Pollution Atmosphérique, n° 208, pp. 381-385.

SCARWELL H., ROUSSEL I., 2010, Le changement climatique. Quand le climat nous pousse à changer d’ère, Septentrion, 358 p.

SALOMON CAVIN J., BOURG D., 2010, Deux conceptions de la durabilité urbaine : ville prométhéenne versus ville orphique pp. 117-136 in Paquot T, Younès C., Philosophie de l’environnement et milieux urbains, La découverte, 184 p.

SEBASTIEN L., 2010, Quand le climat invite à réintégrer le « non humain » dans le champ de l’action publique pp. 65-119 in Scarwell H., Roussel I. Le changement climatique. Quand le climat nous pousse à changer d’ère, Septentrion, 358 p.

SEN A., 1995, Inequality reexamined. Cambridge Mass : Harvard University Press, [1st edition, 1992].

SEN A., 2010, L’idée de justice, Flammarion, 558 p.

SORRE M., 1943, Les fondements biologiques de la géographie humaine. Essai d'une écologie de l'homme, Paris : Armand Colin, 440 p.

USLANER E., 2002, The moral fondation of Trust, Cambridge University Press :New York

VELDERS G., ANDERSEN S.O., DANIEL J.S, FAHEY D.W., 2007, The importance of the Montreal Protocol in protecting climate PNAS 104 (12) 4814-4819

WILKINSON R., 2010, L'égalité c'est la santé. Paris : Demopolis, 253 p.

Haut de page

Notes

1 Ces civilisations qui disparaissent, Courrier International n°946-47, pp. 35-53.

2 INSEE Première, octobre 2010 n°1315

3 Les sources communes : le secteur des transports, l’industrie et le bâtiment qui produisent 92 % des GES émis dans le monde. Ce sont également ces trois secteurs qui sont responsables de 95 % d’émissions de SOx et 99 % des émissions de NOx, gaz contribuant à la formation de particules secondaires, sulfates et nitrates qui obscurcissent l’atmosphère et augmentent la morbidité et la mortalité.

4 http://www.airparif.asso.fr/_pdf/publications/rapport-particules-110914.pdf

5 http://www.pnas.org/content/104/12/4814.full

6 Chamoiseau P., 1990, Autan d’enfance, Hatier pp. 36-37

7 p.125

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Roussel, « Quand le changement climatique interroge l’humanité », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/1719

Haut de page

Auteur

Isabelle Roussel

Professeur émérite à l’Université Lille1
Vice-Présidente de l’APPA (Association pour la Prévention des Pollutions Atmosphériques)
10 rue Pierre Brossolette
94270 Le Kremlin-Bicêtre
Isaroussel169@sfr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page