Navigation – Plan du site
Articles

Réchauffement climatique : le Nord n’est pas moins concerné que le Sud

Global Warming : OECD countries not less affected than developing ones
Frédéric Durand
p. 21-33

Résumés

Les médias, comme nombre de décideurs ou de chercheurs, ont tendance à tenir pour acquis que le réchauffement climatique risque d’avoir un impact plus important sur les pays dits « en développement » que sur ceux de la première industrialisation. Pourtant, les modélisations montrent clairement que le réchauffement sera plus significatif dans les hautes latitudes. En outre, la sophistication des technologies pourrait paradoxalement s’avérer une source de fragilité. Il est donc erroné d’affirmer que les pays du Sud seraient plus vulnérables. Cette position est aussi problématique car elle ne favorise pas chez les pays du Nord la prise de décision pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La décennie 2000-2010 s’est révélée la plus chaude jamais enregistrée et les voix refusant d’admettre l’existence d’un réchauffement climatique d’origine anthropique se font plus rares. Parallèlement, on entend fréquemment dire en Occident qu’il serait préférable de s’adapter que de lutter, surtout – non sans un certain cynisme – dans la mesure où les pays dits « en développement » seraient plus menacés ou moins aptes à y faire face que ceux à revenu élevé, appelés communément « pays du Nord ».

2Certes, les premières images venant à l’esprit peuvent laisser penser qu’en cas de problème, les Bangladeshis ou les paysans du delta du Nil seront probablement moins assistés que les habitants de Venise ou des polders des Pays-Bas. Cependant, les ravages occasionnés par Katrina à la Nouvelle-Orléans en 2005, les inondations qualifiées « d’ampleur biblique » qui ont frappé l’Australie en 2010-2011, ou la sécheresse en Europe à l’été 2011, amènent à considérer avec plus de circonspection la capacité des pays de l’OCDE (Organisation pour la Coopération et le Développement Économique) à faire face à des manifestations climatiques extrêmes.

3Dans ce contexte, les coûts de l’inaction s’annoncent lourds, tandis que les modèles prévoient des élévations de températures plus importantes aux latitudes élevées de l’hémisphère Nord et des évolutions non-linéaires. Les sociétés technologiques pourraient donc être paradoxalement aussi, sinon plus, vulnérables que les pays aux modes de fonctionnement moins sophistiqués.

1. Il y a bien une reconnaissance et même une « théorie » du réchauffement climatique anthropique

4Depuis plusieurs années, il ne fait plus guère de doute qu’un réchauffement climatique est en cours et qu’il est largement d’origine anthropique. Confirmant les travaux du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), le Conseil des Géophysiciens américains (AGU) avait adopté à l’unanimité, en 2003, une résolution allant dans ce sens, qui a été réitérée en 2007 au nom de 50 000 chercheurs de 137 pays. En France, suite à de vives polémiques, l’Académie des Sciences a réuni 120 chercheurs, dont de nombreux « sceptiques », pour une séance à huis clos en septembre 2010 (Chapron, 2010). Ses conclusions confirment largement celles du GIEC :

  • plusieurs indicateurs indépendants montrent une augmentation du réchauffement climatique de 1975 à 2003 ;

  • cette augmentation est principalement due à l’augmentation de la concentration du CO2 dans l’atmosphère ;

  • l’activité solaire, qui a légèrement décru en moyenne depuis 1975, ne peut être dominante dans le réchauffement observé sur cette période ;

  • les projections de l’évolution climatique sur 30 à 50 ans sont peu affectées par les incertitudes sur la modélisation des processus à évolution lente. Ces projections sont particulièrement utiles pour répondre aux préoccupations sociétales actuelles, aggravées par l’accroissement prévisible des populations.

5Le phénomène du réchauffement climatique fait donc désormais une très large unanimité scientifique, même si certains chercheurs ayant travaillé sur le temps long peinent encore à accepter l’idée que l’homme soit devenu capable de modifier le climat au même titre que les phénomènes astronomiques ou géologiques. Un article publié par la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences l’a d’ailleurs confirmé, en 2010, en montrant que sur un panel de 1 372 chercheurs de renommée mondiale 97 % soutenait les thèses du GIEC (Anderegg, 2010).

6À ce titre, il est bon de souligner que, contrairement aux déclarations de ceux qui se disent « sceptiques », l’étude du réchauffement climatique n’est pas seulement « empirique », ni prônée pour faire peur artificiellement. La théorie du lien entre augmentation de la concentration en CO2 dans l’atmosphère et réchauffement climatique a été énoncée dès 1896 par le prix Nobel de Chimie Svante Arrhenius. Pour un doublement de la concentration en CO2, ce dernier prévoyait un réchauffement de l’ordre de 5 à 6°C, des estimations en ligne avec les prévisions hautes du GIEC. Ce travail pionnier mérite à ce titre deux précisions :

  • Svante Arrhenius était tout sauf « catastrophiste ». Son calcul était purement académique à partir du constat de l’accroissement de la présence de CO2 dans l’atmosphère, lié au début de la Révolution industrielle. Par ailleurs, basé essentiellement sur des considérations physico-chimiques et non climatiques, l’article qu’Arrhenius publia en 1896 envisageait cette hausse de manière positive en considérant surtout l’accroissement des superficies cultivées, sans réaliser les impacts négatifs possibles.

  • Le calcul d’Arrhenius était fondé sur un doublement de la concentration en CO2 par rapport à la situation préindustrielle, c’est-à-dire d’environ 270 ppm. Un doublement correspond ainsi à 540 ppm. Or, le modèle « business as usual » du GIEC (A1B) prévoit que l’on atteigne ce niveau dans les années 2050 et le scénario « optimiste » sans remise en question de nos modes de consommation (B1) dans les années 2080.

7Si les sociétés continuent sur les modèles actuels, les concentrations en CO2 à attendre d’ici un siècle seront sans équivalent par rapport à ce que la planète a connu depuis au moins 800 000 ans. Face à ces projections, un consensus est dorénavant établi pour considérer que le doublement calculé par Svante Arrhenius aurait des conséquences dramatiques, et qu’il faudrait parvenir à stabiliser le niveau de concentration en CO2 à 450 ppm, voire plutôt 400 ppm, afin de limiter la hausse de la température moyenne planétaire à un maximum de 2°C, qui ne serait déjà pas sans conséquences. Dans ce contexte, sans parler de l’augmentation parallèle des autres gaz à effet de serre, avec une concentration atmosphérique de CO2 de presque 390 ppm en 2010 et un accroissement moyen de plus de 2 ppm par an, la Banque mondiale considère que si des actions de grande envergure ne sont pas entreprises avant 2020, il deviendra virtuellement impossible de ne pas dépasser ce seuil critique de 2°C (World Bank 2010).

2. Vulnérabilité et adaptation pour quels Nords et quels Suds ?

8Des précisions terminologiques s’avèrent utiles, au préalable, afin de mieux définir les paramètres et notamment ceux d’adaptation, de vulnérabilité et de Nord/Sud.

9Dans le contexte du changement climatique, un groupe de travail du GIEC (Parry, 2007) a défini la « vulnérabilité » comme une fonction du caractère, de la magnitude et du niveau de variation ou de changement du climat, auquel un système est exposé. Il s’agit de la sensibilité et de la capacité d’adaptation de ce système. Corollairement, l’« adaptation » est l’ajustement des systèmes naturels ou humains en réponse aux stimuli actuels ou envisagés, ou à leurs effets, qui peuvent modérer les dommages ou exploiter des opportunités bénéfiques.

10Par ailleurs, par delà ses ambiguïtés, l’expression Nord/Sud est employée ici afin de différencier les pays de l’OCDE de ceux qualifiés d’« en développement », même si ces deux groupes ne sont pas homogènes. De fait, l’OCDE comprend des pays comme la Turquie ou la Corée du Sud, tandis que la catégorie des « pays en voie de développement » regroupe des États considérés comme « émergents » (NPI ou Nouveaux pays industriels) et d’autres en situation nettement plus précaire (par exemple les PMA ou Pays les moins avancés) (Durand, 2008). Cette opposition Nord/Sud est également souvent rapprochée de la distinction pays tempérés/tropicaux, en considérant qu’une majeure partie des pays dits « en développement » sont situés dans la zone intertropicale et qu’inversement peu de territoires des pays de l’OCDE s’y trouvent. Il faut également noter, même si on sera amené à le questionner, que les médias ont tendance à considérer que les risques seraient plus importants dans les régions tropicales, notamment en raison de phénomènes climatiques pouvant prendre une ampleur spectaculaire, comme les cyclones ou la mousson.

11Sur ces bases, des situations similaires de vulnérabilité vont correspondre, de prime abord, à des capacités d’adaptation différentes. Un pays de l’OCDE pourra effectivement mettre en amont plus de moyens financiers que la plupart de ceux du Sud pour anticiper certaines menaces, comme la montée des océans ou un accroissement des canicules estivales. Il pourra également intervenir plus rapidement et massivement en aval, en cas d’événements ponctuels dramatiques comme de violentes tempêtes ou tornades. En revanche, les pays de l’OCDE auront du mal à réalimenter à l’échelle nationale des nappes phréatiques en grave déficit, ou bien à faire face aux perturbations majeures des écosystèmes naturels qui sont envisagées par les modèles, avec le déplacement de certaines niches écologiques de plusieurs centaines de kilomètres en moins d’un siècle.

3. Des modèles qui prévoient des changements plus importants au « Nord »

12Les conséquences prévues telles que l’augmentation de l’intensité ou de la fréquence des phénomènes climatiques extrêmes comme les cyclones, ou bien le renforcement d’El Niño ou de La Niña ont pu laisser penser que les pays du Nord seraient moins concernés par le changement climatique. Mais ce serait oublier qu’un certain nombre de zones des pays de l’OCDE sont situées en zone intertropicale, de la Floride en passant par les Antilles ou l’Australie. En outre, les modèles s’accordent à montrer que les augmentations moyennes de températures vont être nettement plus importantes dans les hautes latitudes de l’hémisphère Nord. Cela laisse prévoir des transformations non moins conséquentes.

Figure 1 : Modification des températures moyennes selon le modèle GFDL pour un doublement de la concentration en CO

Figure 1 : Modification des températures moyennes selon le modèle GFDL pour un doublement de la concentration en CO

Source : d’après Geophysical Fluid Dynamics Laboratory, Princeton University, 2002.

13De telles évolutions signifient, par exemple, que les pays riverains de la Méditerranée, dont l’Espagne, la France, l’Italie et la Grèce, devraient connaître dans les décennies à venir des sécheresses aggravées, avec le non-renouvellement des nappes phréatiques comme observé en France à l’été 2011, des baisses des rendements agricoles, mais aussi l’augmentation des incendies déjà récurrents, qui compromettent les efforts de séquestration de CO2 par la végétation.

14Ce dernier type de phénomènes ne se limite pas à la Méditerranée. Il concerne également d’autres régions comme l’Indonésie depuis les années 1980, l’Amérique du Nord et l’Australie dans les années 2000, mais aussi la Russie en 2010 où, selon l’Académie des sciences nationale, 5,8 millions d’hectares ont brûlé. Les causes peuvent être complexes et relever en partie de problèmes de gestion. Reste que cela touche toute la planète et pas seulement les pays du Sud.

15L’augmentation du nombre des tornades aux États-Unis illustre aussi ce changement. Le pays est de fait passé d’une moyenne de 130 tornades par an dans les années 1920 à près de 1 300 au début des années 2000. Certes ce décuplement du nombre des tornades, qui correspond aussi à un triplement du nombre des journées concernées, s’est aussi accompagné d’une réduction très notable du nombre de victimes (tableau 1).

Tableau 1 : Nombre moyen par an de tornades, de jours de tornade et de victimes aux États-Unis 1920-2009

Nombre de tornades/an

Jours avec tornade/an

Nombre de victimes/an

1920-1929

133

62

317

1950-1959

479

132

141

1970-1979

858

187

99

2000-2009

1 273

182

59

Source : NOAA, National Oceanographic & Atmospheric Administration, 2011.

16Cela laisse penser qu’il pourrait y avoir une bonne capacité d’anticipation et d’adaptation aux États-Unis. Mais pour l’année 2011, le pays a fait l’objet de plus de 1 600 tornades, dont six de niveau maximal EF6, ce qui n’avait jamais été enregistré depuis le début des mesures au XXe siècle. Le nombre de victimes, qui s’élève en 2011 à 556, pour vingt à vingt-cinq milliards de dollars de dégâts estimés, montre aussi que cette capacité d’adaptation a des limites.

17Tendanciellement, des hivers plus cléments dans l’hémisphère Nord ont aussi induit la prolifération des ravageurs forestiers. Ainsi, par exemple, depuis 2005, plus de 8,7 millions d’hectares de pinèdes ont été affectés en Colombie Britannique par le dendroctone du pin. Les expertises laissent à penser que cela devrait s’aggraver. Plus largement, les changements suscités par le réchauffement climatique dans la fréquence et la sévérité des perturbations telles que les incendies de forêts, les sécheresses, les tempêtes violentes, les infestations d’insectes nuisibles et l’éclosion de maladies sont considérés comme des défis sans équivalents auxquels rien n’a préparé les forestiers d’Amérique du Nord (Williamson, 2009).

18Dans tout l’hémisphère septentrional, d’importantes migrations animales sont déjà amorcées. Sur trente-cinq espèces de papillons d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord sur lesquels on dispose de données précises remontant à plusieurs décennies, les deux tiers se sont déplacés vers le Nord de 35 à 240 kilomètres, ou ont gagné en altitude où il fait plus froid (Pamesan, 1999). Ces mouvements concernent aussi les espèces végétales. Cependant, la végétation se déplace moins aisément que les animaux. Ainsi, de manière naturelle, les plantes et les arbres des zones tempérées sont capables de migrer à une vitesse de 25 à 40 kilomètres par siècle. Dans le même laps de temps, un réchauffement de 3°C peut provoquer des glissements des conditions écologiques de plusieurs centaines de kilomètres. Une étude sur le comportement de 1 367 espèces animales et végétales, principalement des régions tempérées, a montré qu’elles avaient migré vers le nord au cours des dernières décennies à un rythme de 16,9 kilomètres tous les dix ans (Chen et al., 2011). Ce phénomène constitue un défi difficilement surmontable pour la biodiversité des pays du Nord, d’autant qu’avec la plus grande fragmentation des écosystèmes et l’importance des infrastructures et des agglomérations dans les pays de l’OCDE, les migrations sont plus entravées que dans les régions moins industrialisées ou moins urbanisées. Les projections de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) sur l’évolution de l’ère d’extension du hêtre d’ici 2100 illustre l’ampleur des défis auxquels devrait être confrontée la biodiversité des pays tempérés (figure 2).

Figure 2 : Prévision de l’évolution de l’aire d’extension du hêtre en France jusqu’en 2100 sur la base du maintien des tendances actuelles

Figure 2 : Prévision de l’évolution de l’aire d’extension du hêtre en France jusqu’en 2100 sur la base du maintien des tendances actuelles

Source : INRA, projet Carbofor, 2004.

19Parallèlement, la plus grande précocité observée des floraisons et des fructifications devrait entraîner des décalages entre les naissances animales, la pollinisation et les disponibilités alimentaires. Ainsi, 10 à 40 % des espèces animales et végétales d’Europe pourraient disparaître au cours du XXIe siècle, avec des conséquences potentiellement graves, y compris pour l’agriculture avec la disparition d’espèces pollinisatrices. La plupart des modélisations montrent aussi que la production agricole devrait être affectée négativement par les hausses de température et les perturbations de la pluviométrie, pouvant induire d’ici quelques décennies des baisses de rendements de plus de 10 % pour les principales céréales (blé, riz, maïs). Les projections à l’horizon 2050 (figure 3) montrent que la très grande majorité des pays de la planète sont concernés (World Bank, 2010). En outre les prévisions positives pour les régions comme le Canada ou l’Europe de l’Est ou du Nord ne tiennent pas compte du fait qu’un seul événement du type averse de grêle ou vague de sécheresse peut compromettre la récolte d’une année prometteuse.

Figure 3 : Prévisions de baisses et de hausses des rendements agricoles liées au changement climatique à l’horizon 2050

Figure 3 : Prévisions de baisses et de hausses des rendements agricoles liées au changement climatique à l’horizon 2050

Source : World Bank, 2010.

20Les changements devraient aussi affecter les conditions de vie, y compris en Europe. Ainsi, une modélisation de l’Institut Pierre Simon Laplace (IPSL) a montré que les températures caniculaires qui ont causé une surmortalité chez 45 000 Européens, en 2003, pourraient devenir la norme un été sur deux à partir de 2050 (figure 4).

Figure 4 : Modélisation de l’évolution de la température moyenne en été en France de 1860 à 2100

Figure 4 : Modélisation de l’évolution de la température moyenne en été en France de 1860 à 2100

Source : d’après Jouzel J. et al., 2004, modèle de l’IPSL en utilisant le scénario A2 du GIEC(sans aérosols).

21Ce type de problème pourrait être en partie contourné par un recours plus systématique à la climatisation mais avec pour effet secondaire d’accroître la consommation d’énergie en été, et donc les rejets de gaz à effet de serre. En outre, cela risque également de poser des difficultés aux pays ayant opté pour le nucléaire. En effet, lors des périodes caniculaires, le débit des cours d’eau tend à diminuer, tandis que la température de l’eau augmente à des niveaux menaçant la vie des milieux aquatiques. Depuis le début des années 2000, de nombreuses centrales nucléaires européennes ont été obligées de fermer ou de demander des dérogations exceptionnelles de rejets d’eaux chauffées pour continuer leur activité en été. Une augmentation de la fréquence des canicules pourra rendre cette question vraiment problématique, particulièrement en France où les trois quarts de l’électricité proviennent du nucléaire. À ce titre, le rapport du GIEC sur les risques d’événements extrêmes, publié en novembre 2011 (IPCC, 2011), considère comme probable une multiplication par dix de la fréquence des jours de canicule dans la plupart des régions du monde au cours du XXIe siècle, si l’on continue à émettre aussi massivement du CO2 (GIEC, 2011).

22Plus largement, en terme de coût global, l’ancien vice-président de la Banque mondiale, Nicholas Stern, a publié en octobre 2006 un rapport indiquant que le réchauffement climatique pourrait provoquer une chute du PIB mondial de l’ordre de 20 % d’ici 2050, soit l’équivalent des effets des deux guerres mondiales et de la crise de 1929 conjugués (Stern, 2006). À travers cette analogie, on saisit bien le caractère relativement spécieux de l’idée que les habitants des pays du Nord auraient moins à craindre que ceux du Sud.

23Le Ministère français de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement a reconnu explicitement la validité des estimations de l’économiste britannique, dans le Plan national d’adaptation de la France au réchauffement climatique 2011-2015 rendu public en juillet 2011. Ce plan met en avant plusieurs menaces importantes aux horizons 2050 et 2100 pour le pays et notamment :

  • des pertes pour le secteur agricole, en raison des épisodes de canicule et de sécheresse, qui annuleront l’effet positif de l'augmentation de productivité des plantes lié à l’augmentation du CO2 atmosphérique ;

  • une diminution des ressources en eau dans les zones déjà en situation difficile ;

  • un patrimoine de routes nationales évalué à 2 milliards d'euros qui serait touché par une élévation d'un mètre du niveau de la mer ;

  • une extension des zones touchées par le retrait-gonflement des argiles, à cause des sécheresses, amenant des dommages sur les habitations, multipliant par 3 à 6 les coûts actuels de tels dégâts.

4. Un nombre décroissant de voix discordantes, mais une option plus marquée vers l’adaptation et vers la minoration des conséquences au Nord

24En 2011, le nombre de voix contestant l’origine anthropique du réchauffement et son ampleur a considérablement diminué dans les milieux scientifiques. Le « doute » ne peut donc plus suffire à expliquer la non-invocation du principe de précaution et le manque d’action face aux risques, même si l’habitude des médias de donner un temps de parole équivalent aux « deux camps » peut encore parfois générer un doute disproportionné chez le grand public. Cependant, par-delà les discours et en dépit des enjeux, on constate une tendance à minorer les conséquences au Nord, et un très fort tropisme pour privilégier l’option de l’« adaptation » au détriment des mesures d’envergure. Trois éléments peuvent expliquer cela.

25Premièrement, les objectifs sont identifiés depuis longtemps, mais ils sont considérés comme quasi-inaccessibles par les grands décideurs politiques mondiaux, à moins d’une remise en question en profondeur de nos modes de vie. Jean-Pierre Raffarin, alors Premier ministre, avait défini les objectifs en février 2003 lors d’une réunion du GIEC :

26« Les objectifs sont connus, ils sont précis. Il s’agit de diviser par deux les émissions de gaz à effet de serre avant 2050 à l’échelle de la planète. Pour nous, pays industrialisés, cela signifie une division par quatre ou par cinq ».

27Cette division moyenne de quatre ou cinq pour les pays d’Europe devrait même s’élever à huit ou dix pour des pays très pollueurs comme les États-Unis ou l’Australie. Un tel effort est rendu d’autant plus complexe que les émissions de CO2 et des autres gaz à effet de serre concernent la quasi-totalité de nos activités, du transport au résidentiel, en passant par l’agriculture intensive et l’industrie (figure 5).

Figure 5 : Les émissions mondiales de CO2 par secteur en 2004

Figure 5 : Les émissions mondiales de CO2 par secteur en 2004

Source : World Bank, 2010.

28Des économies ou des améliorations de l’efficience énergétique sont certes possibles, mais elles sont très loin d’être suffisantes pour atteindre un tel niveau de réduction, surtout quand on songe que les objectifs du Protocole de Kyoto, qui ne visait pourtant qu’une réduction des émissions de 5 % entre 1997 et 2012, ne seront vraisemblablement pas atteints. Une division par quatre reste néanmoins l’objectif d’un groupe de travail mis en place, en 2005, en France, par les ministères de l’Économie et de l’Environnement, mais ses membres reconnaissent que cet objectif sera extrêmement difficile à atteindre (Durand, 2008).

29Deuxièmement, le problème est devenu mondial et ne peut plus être résolu avec la seule bonne volonté d’États isolés, fussent-ils membres du G8. Le blocage de l’après-Kyoto, constaté lors de l’échec des conférences de Copenhague en 2009 et de Cancún en 2010, est en partie lié au fait que l’ensemble des pays du Sud, qui n’étaient pas concernés par le protocole de Kyoto, émettent dorénavant autant de CO2 que les pays de l’OCDE. Ils sont toutefois tellement incités par les instances internationales à maximiser leur croissance économique, que l’on peut difficilement attendre autre chose, surtout compte tenu de leur poids démographique. En outre, cette situation contemporaine ne règle pas la question de la responsabilité historique des pays du Nord. Si l’on tient compte des émissions depuis le milieu du XIXe siècle, les pays du Nord sont responsables des deux tiers des rejets anthropiques de gaz à effet de serre. L’accroissement des émissions au Sud masque aussi le fait qu’un pays comme la Chine est devenu le premier pollueur de la planète parce qu’il s’est transformé en usine du monde. Ainsi 40 % du PIB chinois sont liés à l’exportation vers les pays du Nord, tandis qu’une part importante des apparents « progrès » de ces derniers pays est à chercher dans la délocalisation de leurs émissions les plus polluantes vers les pays dits « en développement ».

30L’inertie du climat est la troisième grande raison qui explique la tendance à la minoration et à la préférence envers l’atténuation plutôt qu’à la mise en place de mesures de réelle ampleur. De fait, compte tenu de la durée pendant laquelle les gaz à effet de serre restent dans l’atmosphère (125 ans pour le CO2), même en arrêtant les rejets dès aujourd’hui, la planète continuera à voir s’amplifier le réchauffement pendant plusieurs décennies. Ainsi, il faudra plusieurs siècles avant de pouvoir revenir aux paramètres climatiques du début du XXe siècle (Salomon, 2008). En d’autres termes, si les décideurs de la planète choisissaient collectivement de devenir vertueux, il faudrait que les mesures mises en place soient drastiques, sans amener un infléchissement notable à court terme. La décision de réduire les émissions de ces gaz concerne donc avant tout l’avenir de nos enfants et petits-enfants. Cela ne la rend que plus nécessaire, tout en dépassant en même temps l’horizon électoral de la plupart des politiques.

31Par souci d’économies financières et d’effets immédiats, la plupart des décideurs préfèrent privilégier le futur proche à travers l’« adaptation », même si leurs décisions impliquent un renoncement à des mesures structurelles à moyen et long terme, car les moyens sont limités et les coûts d’une réduction considérables. D’après l’économiste Nicholas Stern, il faudrait consacrer 1 % du PIB mondial par an au cours des prochaines décennies pour parvenir à réduire significativement les effets prévisibles du réchauffement climatique (Stern, 2006). Quand on sait que le montant de l’aide au développement de l’ensemble des pays de l’OCDE correspond à 0,35 % de leur PIB, alors qu’ils s’étaient engagés en 1970 à en verser 0,7 %, on réalise l’ampleur des efforts que bien peu sont prêts à consentir. Le seul plan européen de réduction de 20 % des émissions à l’horizon 2020 a quant à lui été évalué à au moins 250 milliards de dollars, soit 0,15 % du PIB de l’Union Européenne par an.

5. Des mesures bien en deçà du souhaitable et une technologie à double tranchant

32En contrepoint de ces prévisions, certains préfèrent avancer que l’homme s’est déjà adapté à des changements climatiques, notamment lors de l’optimum médiéval ou du petit âge glaciaire au XVIIe siècle. L’Homo sapiens a de fait même su faire face à la fin de la dernière ère glaciaire il y a 13 000 ans. Mais c’est oublier que la situation est désormais très sensiblement différente. À l’échelle planétaire, l’optimum médiéval ou le petit âge glaciaire correspondaient à des variations de quelques dixièmes de degré Celsius, alors que les projections de réchauffement contemporain sont de plusieurs degrés, pouvant même aller jusqu’à +8°C selon la modélisation du climatologue David Stainforth en 2005. Certes, certains chercheurs ont pu critiquer la courbe de Michael Mann de reconstitution des températures sur les mille dernières années reprise dans le rapport du GIEC de 2001, mais les études ultérieures de l’Académie des Sciences des États-Unis ont confirmé la validité de ce travail (Brumfiel, 2006). Elles ont notamment reconnu que la diminution de la température pendant le minimum de Maunder (Petit Âge glaciaire) avait été de seulement 0,3 à 0,4°C à l’échelle de la Terre, même si le refroidissement avait été bien plus marqué en Europe (figure 6).

Figure 6 : L’évolution de la température planétaire 1000-2000 et les prévisions pour 2100

Figure 6 : L’évolution de la température planétaire 1000-2000 et les prévisions pour 2100

Source : d’après GIEC, 2001 et Stainforth D., 2005.

33Ce qui attend l’humanité est donc probablement plus proche de l’« inverse » d’une glaciation. Cependant, lorsqu’un changement de cette amplitude est survenu il y a 13 000 ans, la population mondiale était de quelques millions de personnes, et non de sept milliards. En outre, l’absence de frontières nettes et la grande autonomie de petits groupes permettaient aux hommes de ces époques de migrer pour aller vivre ailleurs. Cela n’est plus guère envisageable, en raison des découpages géopolitiques, sans parler du fait que sans assistance extérieure, la plupart des communautés contemporaines des pays du Nord ne sont plus capables de maîtriser l’ensemble des techniques sophistiquées et des approvisionnements dont leur mode de vie dépend. En 2009, dans sa fourchette moyenne, l’Organisation Internationale des Migrations considérait que le nombre de réfugiés de l’environnement pourrait s’élever à 200 millions à l’horizon 2050. Même si une majeure partie d’entre eux pourraient venir du Sud, on imagine mal que cela n’ait pas de conséquences globales en terme d’instabilité, y compris au Nord.

34Pourtant, face aux contraintes financières, on comprend que l’option privilégiée par beaucoup de techniciens ou d’économistes aille vers des solutions technologiques qui ne remettent pas en question la société de consommation et qui sont nettement moins coûteuses. Elles sont de trois ordres : trouver des substituts non-polluants en remplacement des sources actuelles, protéger les populations par anticipation, et se préparer à recourir à l’ingénierie climatique.

  • 1 Le pic pétrolier envisagé sur des échéances d’au plus quelques décennies pourrait amener à une rédu (...)

35Dans le premier cas, sauf révolution technologique très difficile à prévoir, la marge est faible. Les énergies fossiles : pétrole, charbon et gaz représentent à eux seuls 80 % de la production énergétique mondiale, contre 17 % pour la biomasse et les autres énergies renouvelables et 3 % pour le nucléaire. Le potentiel d’essor de beaucoup d’énergies renouvelables reste limité, quand il n’est pas problématique comme les agro-carburants qui concurrencent l’agriculture vivrière. Quant au nucléaire classique, les réserves d’uranium, qui sont actuellement de 70 à 100 ans, permettraient au mieux une dizaine d’années de production s’il devait remplacer les hydrocarbures1. Le solaire couplé à l’hydrogène offre théoriquement de grandes perspectives, mais par manque d’investissements, ces technologies ne sont pas parvenues à l’échelle des besoins industriels.

36La deuxième option consiste à anticiper les risques. C’est certainement le domaine où les pays de l’OCDE ont le plus d’avantages, car ils peuvent consacrer des moyens à l’établissement de structures telles que l’ONERC (Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique) créé en France en 2001, afin de préparer des plans d’adaptation. Il est ainsi possible de prévoir d’éloigner les populations des côtes pour éviter les effets des tempêtes, ou d’être plus strict sur les zones non-constructibles dans les espaces inondables. Mais des tempêtes, comme celle de 1999 qui a traversé toute la France, montrent la limite de l’exercice. Plus fondamentalement, les anticipations peuvent passer à côté des problèmes car les prévisionnistes travaillent sur des tendances à l’échelle de décennies voire du siècle, en considérant que les évolutions vont être relativement linéaires, alors que ce qui caractérise justement le réchauffement climatique actuel est sa non-linéarité et la possibilité d’événements localisés de grande intensité et difficilement prévisibles. Ainsi, tendanciellement, les hivers devraient être plus doux en Europe, mais une étude récente laisse penser que la fonte des glaces de l’Arctique pourrait multiplier par trois le risque d’hivers rigoureux (Petoukhov, 2010). Anticiper et gérer ce genre de modification est loin d’être aisé, comme l’a révélé la désorganisation des transports en Europe lors de l’hiver 2010/2011. Il est même envisagé qu’un blocage partiel de la circulation océanique thermohaline Nord-atlantique associée au Gulf Stream puisse amener un climat polaire en Europe pendant des siècles, comme cela s’est produit lors du Dryas récent, il y a 12 900 ans, sans que cela ne remette forcément en question la tendance moyenne planétaire au réchauffement (Rahmstorf, 2002). Si cela devait advenir, les populations de l’hémisphère Nord auraient nettement plus à craindre que celles des zones tropicales.

37La dernière option correspond à ce que l’on nomme l’ingénierie climatique avec des projets à plusieurs échelles. Certains sont de niveau planétaire et envisagent d’installer en orbite autour de la Terre des panneaux qui pourraient filtrer ou réfléchir l’énergie du Soleil et l’empêcher de pénétrer dans l’atmosphère. D’autres prévoient d’épandre des aérosols soufrés dans la stratosphère, de stimuler la formation de nuages afin d’augmenter l’albédo de la Terre, ou de capter le carbone en ensemençant les océans avec du fer. Ces techniques relèvent encore de la science-fiction, mais elles pourraient sortir des cartons en cas d’aggravation majeure. Les effets possibles restent pour le moins aléatoires et risqués, notamment en terme d’incidence négative sur les rendements agricoles et sur les milieux naturels. Une ingénierie climatique est également possible à des échelles plus locales, par exemple pour favoriser les précipitations en cas de sécheresse, mais cela reste embryonnaire et sans efficacité face à des phénomènes de type canicule.

Conclusion

38Face à l’importance des transformations à attendre dans l’hémisphère Nord, sans équivalent par rapport à ce que la planète a connu depuis au moins 800 000 ans et face à l’extrême difficulté à anticiper des évolutions de type non-linéaire, ce ne sont pas forcément les pays du Sud qui subiront ou qui auront le plus de difficultés à gérer les effets du changement climatique à moyen et à long terme.

39 Les pays du Nord disposent certainement d’équipements et de matériels de secours qui leur permettront d’intervenir plus rapidement lors d’événements extrêmes ponctuels ou de catastrophes dont la fréquence risque d’augmenter. Cependant, par une sorte de paradoxe, la complexification des sociétés techniciennes pourrait les rendre à l’occasion plus vulnérables. En effet, dans les pays du Nord, le fractionnement des savoirs et des compétences peut compromettre la capacité de réaction des hommes face à la déstabilisation des systèmes auxquels ils sont habitués, par exemple en cas de période prolongée de coupure d’électricité et d’eau lors de canicules, d’inondations ou de blocage des transports ou du chauffage par des grands froids, comme on a pu le constater en Europe, en Amérique du Nord et en Australie au cours des dernières années.

Haut de page

Bibliographie

ANDEREGG W.R.L. et al., 2010, Expert Credibility in Climate Change, Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 107, n° 27, pp. 12107-12109

ARRHENIUS S., 1896, On the Influence of Carbonic Acid in the Air upon the Temperature of the Ground, London, Edinburgh, and Dublin, Philosophical Magazine and Journal of Science (fifth series), April 1896. vol 41, pp. 237-275

BRUMFIEL G., 2006, Academy affirms hockey-stick graph, Nature 441 (7097) : 1032–3

CHAPRON J.-Y., 2010, Le changement climatique, Paris, Rapport de l’Académie des Sciences, 26 octobre 2010, 21 p.

CHEN I.-C. et al., 2011, Rapid range shifts of species associated with high levels of climate warming, Science, vol. 333, 19 August 2011, pp. 1024-1026

DURAND F., 2007, Le réchauffement climatique en débats, acquis, incertitudes et enjeux, Paris, Éditions Ellipses, 188 p.

DURAND F., 2008, La décroissance, rejet ou projets ? Croissance et développement durable en questions, Paris, Éditions Ellipses, 229 p

JOUZEL J., DEBROISE A., 2007, Le climat : jeu dangereux, Paris, Éditions Dunod, 220 p.

IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change), 2011, Special Report on Managing the Risks of Extreme Events and Disasters to Advance Climate Change Adaptation, IPCC SREX Summary for Policymakers, November 2011, 29 p.

MINISTERE DE L’ÉCOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT (Ed.), 2011, Plan national d’adaptation de la France au réchauffement climatique 2011-2015, 187 p.

PAMESAN, 1999, Poleward shift of butterfly species’ ranges associated with regional warming, Nature n° 399, pp. 579-593.

PARRY M.L. et al., 2007, Climate Change 2007 : Impacts, Adaptation and Vulnerability. Contribution of Working Group II to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press, Cambridge, UK, 976 p.

PETOUKHOV, V., SEMENOV V.A., 2010, A link between reduced Barents-Kara sea ice and cold winter extremes over northern continents, Journal of Geophysical Research, 115 (D21) : D21111.

RAHMSTORF S., 2002, Ocean circulation and climate during the past 120 000 years, Nature, vol. 419, septembre 2002, pp. 207-214.

SALOMON S. et al., 2008, Irreversible Climate Change due to Carbon Dioxide Emissions, Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 106, n° 6, pp. 1704-1709.

STAINFORTH D. et al., 2005, Uncertainty in prediction of the climate response to rising levels of greenhouse gases, Nature, vol. 433, janvier 2005, pp. 403-406.

STERN N., 2006, The Economics of Climate Change, London, Stern Review, xvii-579 p.

WILLIAMSON T. et al., 2009, Les changements climatiques et les forêts du Canada. Des impacts à l’adaptation, Edmonton (Alberta), Rapport du Service canadien des forêts, 86 p.

WORLD BANK (Ed.), 2010, Development and Climate Change, Overview, Washington DC, xi-41 p.

Haut de page

Notes

1 Le pic pétrolier envisagé sur des échéances d’au plus quelques décennies pourrait amener à une réduction de l’utilisation du pétrole, mais compte tenu des besoins actuels de nos sociétés, l’énergie la plus susceptible d’y être substituée serait pour l’instant le charbon, qui est encore plus polluant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Modification des températures moyennes selon le modèle GFDL pour un doublement de la concentration en CO
Crédits Source : d’après Geophysical Fluid Dynamics Laboratory, Princeton University, 2002.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Figure 2 : Prévision de l’évolution de l’aire d’extension du hêtre en France jusqu’en 2100 sur la base du maintien des tendances actuelles
Crédits Source : INRA, projet Carbofor, 2004.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Figure 3 : Prévisions de baisses et de hausses des rendements agricoles liées au changement climatique à l’horizon 2050
Crédits Source : World Bank, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 4 : Modélisation de l’évolution de la température moyenne en été en France de 1860 à 2100
Crédits Source : d’après Jouzel J. et al., 2004, modèle de l’IPSL en utilisant le scénario A2 du GIEC(sans aérosols).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Figure 5 : Les émissions mondiales de CO2 par secteur en 2004
Crédits Source : World Bank, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 6 : L’évolution de la température planétaire 1000-2000 et les prévisions pour 2100
Crédits Source : d’après GIEC, 2001 et Stainforth D., 2005.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1717/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Durand, « Réchauffement climatique : le Nord n’est pas moins concerné que le Sud », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/1717

Haut de page

Auteur

Frédéric Durand

Maître de Conférences – HDR
Département de géographie
Université Toulouse II-Le Mirail
5 allée Antonio Machado
31058 TOULOUSE Cedex 9
durand@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page