Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les experts sont unanimes : le changement climatique a commencé et est irréversible, comme en témoignent les différents rapports du GIEC (Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, GIEC, 2007). Les conséquences les plus visibles à court terme concernent les différentes variables climatiques : en lien avec l'augmentation des concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre à l'origine du bouleversement climatique annoncé, les températures risquent d’augmenter selon une fourchette comprise entre 2 et 5°C pour la fin du 21ème siècle, avec des augmentations particulièrement marquées au niveau des pôles ; la pluviométrie sera elle aussi modifiée, tout aussi probablement que la fréquence des tempêtes et cyclones, la nébulosité et les flux d'évaporation, mais également une élévation du niveau de la mer (entre 18 et 59 cm en moyenne selon les estimations du GIEC de 2007) est attendue en lien avec ce réchauffement moyen, aussi bien par dilatation thermique que par ajout des eaux de fonte des calottes et glaciers continentaux.

2Mais plus que les modifications des multiples paramètres climatiques, ce sont leurs conséquences sur les activités humaines et les sociétés qu'il reviendra à la communauté internationale d'apprécier, d'anticiper et de gérer. En effet, sont attendues, en plus des variations des paramètres physiques, une plus grande difficulté de la gestion des ressources en eau, des modifications des aires de culture des céréales, des variations des aires de prolifération de certains insectes vecteurs de maladies jusqu'alors tropicales… Ces menaces sont susceptibles de survenir à échéance courte et peuvent causer des troubles alimentaires et sanitaires pour les pays directement concernés, mais également pour l'ensemble de la communauté internationale qui devra à ce moment-là trouver des solutions aux crises imminentes.

3Cependant, ces modifications ne toucheront pas toutes les régions du globe de façon identique : il est annoncé que les pays en développement seront plus largement concernés par les modifications climatiques majeures et les conséquences alimentaires et sanitaires en découlant. Pourtant, rappelons qu’à l’origine de ce changement du climat se trouvent les pays développés, qui ont modifié les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre depuis la révolution industrielle.

4Il conviendrait donc de trouver des solutions afin que les pays en développement n’aient pas à subir majoritairement l’expansion économique et industrielle des pays développés. Toutefois, après l’échec de la conférence de Copenhague (2009), les résultats mitigés de la conférence de Cancún (2010) et le très critiqué accord (plutôt considéré comme une déclaration d’intention par certains experts) faisant suite à la conférence de Durban (2011) (CCNUCC, 2012), il semblerait que la communauté internationale ne parvienne pas à mettre en œuvre des solutions concrètes, alors qu’au départ existait une volonté commune de lutte contre le changement climatique.

5L’objectif de ce numéro est de mettre en évidence les iniquités qui existent entre les différentes régions du globe face aux changements climatiques et à leurs conséquences, et ce, selon diverses approches, tant physique, que sociétale ou politique, ou encore économique. Pour répondre à cette thématique encore émergente, plusieurs experts venant d’horizons divers ont proposé leur contribution. Ainsi Edith Kauffer, anthropologue et enseignant-chercheur au Centre de Recherches et d’Études Supérieures en Anthropologie Sociale (CIESAS, Mexique), s’intéresse à la politique climatique du Mexique, entre négociations internationales et stratégies locales. Puis Frédéric Durand, géographe et maître de conférences HDR à l’Université Toulouse 2 – Le Mirail, nous montre que malgré les idées reçues sur le changement climatique, les pays du Nord ne sont pas moins concernés que les pays du Sud, en partie à cause de la sophistication technologique dont bénéficient les premiers. Ensuite est abordé le thème de la santé, avec Isabelle Roussel, géographe et professeur émérite de l’Université Lille 1, qui traite des inégalités sanitaires et Estelle Kouokam Magne, anthropologue à l’Université Catholique d’Afrique Centrale, qui s’intéresse au paludisme et aux interprétations sociales du changement climatique à l’Ouest du Cameroun. D’autres auteurs se sont également intéressés aux interprétations sociales du changement climatique, mais cette fois selon une approche plus économique : il s’agit de la contribution de Sévère Fossi de l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (Burkina Faso), en collaboration avec Bruno Barbier du CIRAD, Yao Télesphore Brou, professeur à l’Université de la Réunion, Amadou Kodio du Centre Régional de Recherche Agronomique (Mali) et Gil Mahé de la Maison des Sciences de l’Eau de Montpellier, sur la perception sociale de la crue et la réponse des pêcheurs à la baisse de l’inondation des plaines dans le delta intérieur du Niger (Mali). Le volet économique se poursuit avec la contribution de Mohamed Chabane, économiste à l’Université de Picardie, sur le développement agricole en Algérie dans le contexte du changement climatique, puis avec l’article de Nicolas Becu, chargé de recherche CNRS à l’Université Paris 7, sur le lien entre la variabilité des précipitations et la disparité des revenus agricoles en Thaïlande. Enfin le volet physique est développé à travers deux contributions : tout d’abord celle de Myriam Traboulsi, enseignant-chercheur à l’Université du Liban et chercheur associé à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Lyon 2), et Habib Ben Boubaker, enseignant-chercheur à l’Université de la Manouba (Tunisie), sur les fortes chaleurs et la circulation atmosphérique associée sur les littoraux tunisiens et syro-libanais, puis celle de Gérard Beltrando, professeur à l’Université Diderot-PRES Sorbonne Paris Cité, sur l’élévation du niveau marin dans les îles intertropicales des océans Pacifique et Indien, où il présente la part du changement climatique et de la responsabilité des actions humaines. Pour conclure ce numéro thématique sur changements climatiques et iniquités, François Bertrand et Elsa Richard, respectivement ingénieur d’études - docteur et doctorante à l’Université de Tours, s’intéressent aux initiatives d’adaptation aux changements climatiques, entre le maintien des logiques de développement et le renforcement des coopérations entre territoires.

Haut de page

Bibliographie

GIEC, 2007, The scientific basis. Contribution of working group I to the fourth assessment report of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC). Solomon, S., D. Qin, M. Manning, Z. Chen, M. Marquis, K.B. Averyt, M. Tignor and H.L. Miller. eds. Cambridge University Press, UK

CCNUCC, 2012, (consulté le 03.05.2012) :
-accord de Copenhague, 2009 : http://unfccc.int/meetings/copenhagen_dec_2009/items/5262.php
-accord de Cancun, 2010 : http://unfccc.int/meetings/cancun_nov_2010/items/6005.php
-accord de Durban, 2011 : http://unfccc.int/meetings/durban_nov_2011/meeting/6245.php

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Norrant-Romand, « Editorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 31 mars 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/1706

Haut de page

Auteur

Caroline Norrant-Romand

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page