Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Yvette Veyret et Renaud Le Goix : Atlas des villes durables. Écologie, urbanisme, société : l’Europe est-elle un modèle ?

Autrement, 2011, 87 pages
Helga-Jane Scarwell
Référence(s) :

Yvette Veyret et Renaud Le Goix (dir.), Atlas des villes durables. Ecologie, urbanisme, société : l’Europe est-elle un modèle ? Autrement, 2011, 87 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif a réuni pas moins de 30 auteurs (conclusion et cartographie incluses) et comprend 87 pages (tables et bibliographie incluses). Les deux directeurs de l’ouvrage ont fait appel aux spécialistes ayant travaillé sur des exemples précis de villes durables ou d’écoquartiers. Les textes sont accompagnés de schémas et de cartes clairs et pertinents, tous en couleur, créant un effet visuel agréable. L’objectif annoncé dès l’avant-propos (page 3) est de combattre l’idée reçue résumant l’idée de la ville durable à la question de la « nature en ville ». Aussi, les premières pages présentent le contexte historique d’émergence du développement durable : de l’hygiénisme (pages 6 et 7) à l’émergence de la ville durable en Europe (pages 10 à 14). Elles montrent que les villes européennes oscillent entre pérennité et durabilité dans un premier temps. Un contraste existe entre l’Europe de l’Est et l’Europe occidentale, ce qui pose la question des modèles de vie durable. Dans un second temps, les auteurs nous rappellent que la ville durable (contrairement à celle née au XIXème siècle et développée au XXe siècle) se fonde sur la mixité fonctionnelle et sociale des espaces. En cela, elle n’a rien à voir avec la ville voulue par la Charte d’Athènes qui préconisait la séparation des fonctions. Les inégalités persistent, laissant percevoir des phénomènes de ségrégations spatiales (page 16 à 34), de gentrification, de privatisation des espaces publics. La charte d’Aalborg (1994) « marque le début de l’implication de l’Europe dans les processus de mise en place des Agendas 21 locaux, selon les principes définis à Rio en 1992 ». La ville durable se traduit par la mise en place de la démocratie participative (loi du 27/02/2002, inspirée des expériences brésiliennes) par le biais des conseils de quartier (pages 34 à 36). Un troisième volet traite des expériences de gouvernance urbaine méritant d’être relevées, même si les leviers d’action des conseils demeurent limités par le faible budget que ces conseils ont à gérer. La place des espaces verts dans la ville, tout comme le traitement des déchets ou les nuisances sont bien analysées à partir d’exemples empiriques. Enfin, un quatrième volet aborde des sujets qui trouveront un usage pédagogique multiple au lycée ou à l’université : les nouvelles formes de circulation, le bruit en ville, les risques, et de nombreux développements sur des expériences menées en Europe (Bedzed, Bucarest, Naples, Lille,…)

2Pour autant, le propos développé dans les pages de cet opus des éditions Autrement ne répond pas toujours aux objectifs qu’il s’était fixés. Les auteurs ont privilégié les démarches où les entrées environnementales sont davantage interrogées que les entrées sociales, économiques ou culturelles. Autrement dit, dans la plupart des exemples retenus, seul le pilier environnement a été retenu ! Il aurait été bon de dire que les aspects économiques et sociaux ne sont pas toujours une réussite (exemple des Brichères à Auxerre, pages 72 à 73).

3Les deux directeurs de l’ouvrage ne souhaitaient-ils pas montrer que le développement durable, ce n’est pas seulement « la nature en ville » ? Certains exemples présentés manquent de recul ou d’analyses critiques, notamment la présentation des écoquartiers dans la dernière partie de l’ouvrage (pages 68 à 78). Cependant, on retiendra que les principes du développement durable sont loin d’être appliqués partout. Les inégalités persistent. Elles sont même renforcées par la croissance de la privatisation des espaces publics. La mise en place de Business Improvement Districts (BID) en Allemagne, modèle importé des Etats-Unis, en est un exemple. Ces quartiers de centre-ville revitalisé, possédant leurs services propres (entretien, sécurité) se suppléant aux acteurs publics, comme les centres commerciaux, sont même une négation du développement durable. Ces espaces excluent les plus pauvres (SDF, jeunes) au profit des populations solvables (classes moyennes et supérieures) favorisant ainsi un phénomène de gentrification.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Helga-Jane Scarwell, « Yvette Veyret et Renaud Le Goix : Atlas des villes durables. Écologie, urbanisme, société : l’Europe est-elle un modèle ?  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/1689

Haut de page

Auteur

Helga-Jane Scarwell

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page