Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Sandrine Maljean-Dubois et Apolline Roger : L’implication des entreprises dans les politiques climatiques. Entre corégulation et autorégulation

La Documentation Française, 2011, 212 pages
Caroline Norrant-Romand
Référence(s) :

Sandrine Maljean-Dubois et Apolline Roger (dir.), L’implication des entreprises dans les politiques climatiques. Entre corégulation et autorégulation, La Documentation Française, 2011, 212 pages

Texte intégral

1Autour du changement climatique, tous les acteurs reconnaissent aujourd’hui la nécessité d’agir collectivement. Cependant, le mot d’ordre global envoyé par les différentes conférences des parties de diminuer les émissions de carbone n’offre pas de cadre règlementaire précis et les Etats doivent donc mettre en œuvre de nouvelles approches, différentes de l’approche réglementaire classique, permettant d’impliquer les entreprises dans les politiques climatiques.

2Cet ouvrage regroupe les actes d’un séminaire, organisé en mai 2010 à Aix-en-Provence par le CERIC et l’IDDRI, dans lequel juristes, économistes, enseignants-chercheurs et différents acteurs de la sphère décisionnelle du climat exposent leur vision de ces nouvelles approches.

3L’ouvrage se présente donc en trois parties, la première traitant de l’autorégulation et de la lutte contre les changements climatiques. Dans cette partie sont exposés dans un premier chapitre la responsabilité sociale des entreprises et la lutte contre les changements climatiques, puis en chapitre 2 la participation aux programmes de compensation volontaires.

4Dans la deuxième partie, qui aborde les accords environnementaux, entre autorégulation et corégulation, quatre chapitres détaillent la question. Tout d’abord sont analysées la corégulation et la politique climatique de l’Union européenne, avec le rôle des accords environnementaux. Ensuite sont détaillés les accords environnementaux mis en œuvre au niveau européen, avec les facteurs de réussite des accords CECED. Puis sont étudiés les accords volontaires pour réduire la consommation d’énergie de l’industrie en Flandre. Enfin, la régulation juridique des accords environnementaux et le droit à la concurrence sont examinés.

5Enfin, en troisième partie est abordé le régime international du climat et les « approches sectorielles ». Là encore, la réflexion s’organise autour de quatre chapitres, les deux premiers traitant en détails de l’approche sectorielle ; sont analysées les perspectives dans le premier chapitre, alors que le second les replace dans une perspective européenne. Le chapitre 3 détaille et analyse l’expérience et la vision des cimenteries Lafarge, et enfin le dernier chapitre s’attache à présenter l’approche sectorielle dans le cadre du protocole de Kyoto, en prenant le cas du transport aérien et du transport maritime international.

6En conclusion générale, une réflexion est menée sur la recherche de la juste place des entreprises dans l’enjeu climatique.

7Cet ouvrage est enrichi d’encadrés ainsi que de nombreux graphiques en couleurs ; cependant, il faut tout de suite préciser qu’il s’adresse à un public spécialisé, familier des termes juridiques et du droit de l’entreprise. Toutefois, certains chapitres, transitions et conclusions sont rédigés par des non juristes, qui synthétisent sous forme de vulgarisation les démonstrations des spécialistes, et rendent ainsi beaucoup plus compréhensibles le discours. Ces synthèses et réflexions sont donc très enrichissantes pour le lecteur non averti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Norrant-Romand, « Sandrine Maljean-Dubois et Apolline Roger : L’implication des entreprises dans les politiques climatiques. Entre corégulation et autorégulation », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/1669

Haut de page

Auteur

Caroline Norrant-Romand

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page