Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Eric Charmes : La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine

Paris, PUF, 2011 (collection La ville en débat), 288 pages
Pierre-Jacques Olagnier
Référence(s) :

Eric Charmes, La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, PUF, 2011 (collection La ville en débat), 288 pages

Texte intégral

1Dixième volume de la collection « La ville en débat » dirigée, aux Presses Universitaires de France, par Jacques Donzelot, l’ouvrage d’Eric Charmes est une version remaniée de son habilitation à diriger des recherches soutenue en 2009 à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Ce livre s’inscrit dans le cadre des travaux engagés sur le périurbain par l’auteur depuis une dizaine d’années.

2L’objet de cet ouvrage est l’analyse des dynamiques socio-spatiales actuellement à l’œuvre dans les espaces périurbains français et des tendances à la recherche de « l’entre-soi », corollaires d’une « demande d’exclusivisme résidentiel » de la part des ménages. Elles se traduisent par le développement d’un processus de « clubbisation », néologisme inventé par l’auteur, qui désigne le passage du politique au consumérisme dans le rapport au territoire périurbain et à sa gestion, et, par conséquent, la transformation en « clubs résidentiels » de certaines communes périurbaines.

3L’ouvrage s’organise en cinq chapitres. Le premier chapitre brosse un portrait de l’espace périurbain et de la périurbanisation en France. L’auteur analyse plus particulièrement les dynamiques démographiques et résidentielles qu’ont connues les espaces ruraux français depuis le déclenchement de l’exode rural et propose une analyse diachronique de l’évolution des espaces ruraux périurbains et des trajectoires communales en quatre étapes non linéaires dont il analyse les moteurs et les freins ainsi que les effets sur les territoires. Il souligne également la très grande diversité des communes périurbaines, qu’il classe en trois grands types : les petites communes en mutation sur le front le plus avancé de la périurbanisation, les communes résidentielles, situées dans les couronnes les plus anciennes du périurbain et enfin les noyaux de centralité locale, « communes urbaines du périurbain ». Ce chapitre liminaire permet ainsi à l’auteur de dégager deux grandes caractéristiques des espaces périurbains français qu’il va mobiliser dans la suite de sa réflexion : (1) l’émiettement (politique entre autres) du périurbain et (2) son absence d’homogénéité, puisque le périurbain est qualifié de « mosaïque sociospatiale ».

4L’auteur entre ensuite véritablement dans le cœur de sa réflexion sur le processus de clubbisation des communes périurbaines qui résulte à la fois d’un changement dans le rapport à l’environnement local dans un contexte de fort émiettement communal et du « développement d’une culture de la mobilité ». Pour analyser cette transformation de certaines communes périurbaines en véritables clubs de consommateurs, l’auteur recourt au modèle dit « de Tiebout », élaboré dans les années 1950 pour appréhender le fonctionnement du marché immobilier résidentiel des municipalités suburbaines aux Etats-Unis. Tout en analysant la pertinence et les limites des apports de Charles Tiebout et les possibilités d’appliquer son modèle au cas des espaces périurbains français, Eric Charmes questionne l’intérêt même de ce modèle dans lequel les habitants se comportent davantage comme des consommateurs que comme des citoyens dans leur choix résidentiel et considèrent les municipalités comme des « paniers de biens ».

5Les troisième et quatrième chapitres se penchent sur l’un des pans les plus importants de l’exclusivisme local, l’exclusivisme scolaire et interrogent les difficultés posées par la gouvernance d’un territoire émietté. Le cinquième et dernier chapitre permet à l’auteur de discuter les notions de communauté et de club à l’aune de la référence à la « communauté villageoise disparue », ce qui le conduit à souligner les transformations sociopolitiques des communes rurales résultant de la périurbanisation, c’est-à-dire le passage de la sphère politique à la sphère marchande dans les modalités de « gestion » municipale. La conclusion de cet essai propose enfin une ouverture sur les enjeux de solidarité territoriale posés par une telle clubbisation.

6S’il souffre de l’absence de données précises, d’études de cas détaillées, l’ouvrage est ambitieux, il ouvre des voies, propose des perspectives de recherche, invite à la multiplication d’études empiriques pour vérifier les typologies et les modèles explicatifs proposés par l’auteur. Une ambiguïté subsiste toutefois dans la grille d’analyse proposée par l’auteur pour comprendre le fonctionnement des espaces périurbains français, puisque la démarche proposée tend, en effet, à minorer la dimension politique des phénomènes et des processus analysés. Or, le politique, sous différentes formes, tient, malgré tout, une place importante dans les analyses menées par l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Jacques Olagnier, « Eric Charmes : La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 24 octobre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/1664

Haut de page

Auteur

Pierre-Jacques Olagnier

Université de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page