Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

François Hulbert : Le pouvoir aux régions. La reconstruction géopolitique du territoire français

Paris, L’Harmattan, 2011, 235 pages
Christophe Quéva
Référence(s) :

François Hulbert, Le pouvoir aux régions. La reconstruction géopolitique du territoire français, Paris, L’Harmattan, 2011, 235 pages

Texte intégral

1En appelant dès l’introduction à une « fronde des Régions face au pouvoir central », François Hulbert propose une réflexion profondément critique sur les logiques de la décentralisation en France et, plus généralement, sur la structure territoriale de cette dernière. Au-delà d’une dénonciation – somme toute assez classique – du découpage départemental et de l’émiettement communal, l’auteur propose des solutions assez radicales (fusions communales, abolition du cumul des mandats, renforcement des « pays », suppression des départements, création de nouvelles régions au périmètre et au pouvoir élargis) – seules à même, selon lui, de constituer une réforme territoriale digne de ce nom. On le voit, le titre de l’ouvrage est trompeur : l’échelle régionale n’intervient d’ailleurs que dans les trois derniers chapitres, les quatre précédents portant sur les échelles communale et intercommunale.

2L’ouvrage – actualisé en 2011 pour mieux tenir compte des enjeux de l’actuelle réforme territoriale – conserve la même structure que la précédente édition, mais gagne une cinquantaine de pages. L’auteur mobilise des références étrangères (notamment le Canada, l’Espagne et l’Allemagne) pour mieux dénoncer l’organisation territoriale française, marquée par l’empilement et l’éclatement de ses strates administratives (commune, canton, intercommunalité, pays, département, région). On regrettera quelques oublis dans l’actualisation (une Union européenne à 27 et non 25), mais aussi quelques raccourcis. Ainsi, le critère démographique est mobilisé de façon récurrente dans l’ouvrage (pour dénoncer l’émiettement communal, les intercommunalités et les régions actuelles). Or, comme l’indique lui-même l’auteur, c’est une pluralité de facteurs – et notamment le rôle des bassins de vie / d’emploi, ou de l’espace vécu – qui constitue le fondement d’un redécoupage territorial pertinent. Dans le même ordre d’idée, les régions françaises ne peuvent être comparées en tant que telles aux Länder allemands qui, certes, disposent de pouvoirs largement plus importants, mais constituent des États fédérés et non des « régions » au sens de collectivités territoriales.

3D’une manière générale, le parti pris de dénoncer l’immobilisme territorial français et la connivence des régions avec le pouvoir central, induit parfois un certain manque de nuance. Certains points – tels que la volonté de réaffirmer le rôle des « pays », alors que la réforme territoriale actuelle vise justement à les ralentir voire à les supprimer en raison de leur bilan plus que mitigé – auraient gagné à être précisés. Les propositions effectuées dans le dernier chapitre sont d’ailleurs particulièrement intéressantes et gagneraient à être questionnées, débattues et précisées. Sur le plan formel, l’ouvrage est synthétique et agréable à lire. Les références bibliographiques (en note, à la fin de chaque chapitre) restent néanmoins difficilement accessibles, d’autant que les auteurs ne sont pas toujours désignés dans le texte (« … dit l’un », « … dit l’autre »). On aurait apprécié davantage de cartes pour illustrer les propos, notamment dans la dernière partie proposant un redécoupage régional, sur le modèle de la carte d’Alfred Pletsch présentée en illustration sur la couverture de l’ouvrage, qui n’est malheureusement pas commentée. Le lecteur appréciera néanmoins les nombreux exemples proposés (en particulier aux échelles communales et intercommunales) et le ton volontairement « engagé » de l’auteur, en faveur d’une vraie réforme territoriale. L’appel aux politiques et aux chercheurs travaillant sur ces questions est lancé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Quéva, « François Hulbert : Le pouvoir aux régions. La reconstruction géopolitique du territoire français », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/1661

Haut de page

Auteur

Christophe Quéva

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page