Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jean Ollivro : La nouvelle économie des territoires

Rennes, Éditions Apogée, 2011, 190 pages
Christine Liefooghe
Référence(s) :

Jean Ollivro, La nouvelle économie des territoires, Rennes, Éditions Apogée, 2011, 190 pages

Texte intégral

1Jean Ollivro, professeur de géographie à l’Université Européenne de Bretagne (Rennes 2) et à Sciences-Politiques de Rennes, nous propose dans son dernier livre, paru en 2011, un plaidoyer pour une nouvelle approche du développement, économique et social des territoires. À la lecture du titre, « la nouvelle économie », on s’attend à un énième livre sur l’économie post-industrielle et la mondialisation de la production et de la finance, ou alors à un éclairage sur le rôle des technologies numériques, et en particulier de l’Internet, dans le développement futur des territoires. Il s’agit bien de cela, mais selon une entrée qui tranche radicalement avec les discours et démonstrations habituelles sur ces thèmes. L’hypothèse qui fonde la démonstration est que le monde dans lequel nous vivons est appelé à disparaître dans les cinquante années à venir, parce que le prix du pétrole va croître inexorablement, en attendant l’épuisement de cette ressource énergétique, sur laquelle repose notre modèle productiviste mondialisé. La civilisation occidentale, qui porte ce modèle de développement expansionniste depuis plus de deux siècles, va devoir se reconstruire sur d’autres bases, plus respectueuses de l’environnement, valorisant les sociabilités de proximité et les territoires locaux et régionaux. Pour Jean Ollivro, la logique de développement liée à l’industrialisation puis à la mondialisation repose sur l’apologie de la vitesse, des grands projets, et de la libre circulation des capitaux, des marchandises et des hommes. Du moins, dans ses principes philosophiques et théoriques. La crise énergétique, la crise environnementale, la crise financière, et plus récemment la crise dite de la dette, sont autant de coups de boutoir dans l’édifice fragilisé de la mondialisation libérale. Jean Ollivro nous propose donc le concept de ‟mondialité” comme principe structurant d’un nouveau modèle associant mondialisation, instantanéité et localité. En effet, le livre n’est pas un pamphlet contre la mondialisation, prônant un retour au local et à l’autarcie des territoires. Il explore le paradoxe d’une mondialisation qui va être entravée par la diminution des mobilités physiques (déplacements) tandis que les ‟mobilités numériques”, grâce à Internet, vont augmenter. Raccourcissement des distances parcourues par les populations et les marchandises, d’une part, en raison du coût prohibitif des transports ; interconnexion croissante des populations et exploration virtuelle du vaste monde à travers les écrans d’ordinateur, de télévision et des téléphones portables, d’autre part. A partir de ces constats, qu’il développe dans les deux premières parties du livre, Jean Ollivro plaide, surtout dans la troisième partie, pour une nouvelle philosophie du développement fondée sur :
des mobilités physiques de proximité, structurées par les besoins de la vie quotidienne et complémentées par des échanges numériques via les réseaux sociaux sur Internet ;
la valorisation des ressources des territoires, dans une optique d’optimisation des échanges locaux et un recours aux échanges de longue distance pour compléter, et non remplacer, les productions locales ;
des populations qui assument la responsabilité de leurs besoins vitaux, sans attendre un secours extérieur qui se fera de plus en plus rare compte tenu des dettes des collectivités publiques ;
des institutions plus démocratiques, moins centralisées, au service de la justice sociale ;
des territoires qui valorisent leur spécificité économique et culturelle, des territoires de projet qui prennent en main leur développement et inventent de nouvelles formes de gouvernance.

  • 1 Par exemple : Ollivro J., 2000, L’Homme à toutes vitesses, Rennes, PUR, 183 p ; Ollivro J., 2006, Q (...)
  • 2 On trouvera dans ce livre une bibliographie de quatorze pages, à lire avec des lunettes grossissant (...)

2Somme toute, ces thèmes ne sont pas si nouveaux ! Développement local, développement endogène, critique de la mondialisation, local/global/glocal, questions environnementales, formes territorialisées du développement durable, fractures numériques, développement numérique des territoires, développement des métropoles aux dépens des espaces ruraux, institutions et gouvernance... autant d’entrées que les géographes, les économistes et autres chercheurs s’intéressant au développement, à l’aménagement et aux territoires visitent et revisitent depuis au moins quarante ans. Quelle est donc l’originalité du dixième livre rédigé par un géographe de renom très impliqué dans les questions de développement régional, et en particulier dans celui de la Bretagne ? La première est de nous proposer un ‟regard scientifique” sur des questions éminemment politiques, si l’on considère que le développement est une affaire de décisions et d’actions, et pas seulement le fruit de ‟lois économiques”, voire de ‟main invisible”. De fait, Jean Ollivro mobilise ses travaux de recherche antérieurs sur les transports et les mobilités1, et nombre de références complémentaires, françaises et internationales, d’ordre historique ou en termes de prospective, sur des thèmes aussi divers que la vie quotidienne, l’énergie, les villes, les mutations économiques, les technologies, les migrations, les choix résidentiels, les personnes âgées... On le voit, Jean Ollivro n’économise pas ses lectures pour tenter de nous offrir une approche systémique de l’évolution de notre civilisation et de ses conséquences pour notre avenir2. Mais il exerce aussi sa curiosité scientifique sur des thèmes nouveaux tels que les TIC, l’Internet, le téléphone mobile, la visioconférence, la télémédecine, par exemple, dans leur relation aux usages et à la prospective territoriale. On citera notamment une étude qu’il a entreprise, en 2010, pour le groupe La Poste, portant sur les mobilités estudiantines au regard de leurs usages du numérique. Le téléphone mobile et l’Internet substituent-ils les contacts virtuels aux déplacements physiques, ou au contraire, sont-ils des facteurs de démultiplication des mobilités spatiales ? La réponse, que vous pourrez lire dans le livre, n’est pas aussi tranchée qu’on pourrait s’y attendre. Et donc l’enjeu est de taille car la nouvelle articulation entre mobilités spatiales et interconnexions virtuelles est au coeur du questionnement de Jean Ollivro. La seconde originalité du livre, et en fait la principale, repose en effet sur le croisement entre deux champs d’analyse habituellement traités séparément, celui des transports et des mobilités physiques, et celui des télécommunications et du développement numérique des territoires.

3Pour autant, ce livre n’est pas un manuel de géographie ou de développement économique des territoires à l’usage des étudiants. Il s’adresse à un public très large qui souhaite adopter un regard neuf sur des thématiques très médiatisées. Il revendique une approche en rupture avec les modèles qui fondent, consciemment ou non, les politiques de développement économique, de gestion des territoires et de fonctionnement de la démocratie, en France en particulier. Le livre se présente comme un ouvrage scientifique, ce qu’il est tant par les références que par le souci de démonstration, mais il relève aussi, dans son objectif et sa démarche, d’un engagement philosophique et politique. On citera par exemple : « On est donc bien dans une lutte idéologique décisive. Dans les Etats centralistes, un quarteron de privilégiés souhaite maintenir des dispositifs éculés pour conforter leur pouvoir et leur richesse » (p. 125). Et comme il est souvent contestable de tirer une phrase de son contexte, nous relèverons les « nous croyons que », « nous sommes persuadés que » et autres expressions du même genre des pages 97, 117, 121, 122, 124, par exemple. Jean Ollivro n’hésite pas à dénoncer « l’imposture idéologique » que représente le modèle des grandes agglomérations et des migrations pendulaires contraintes (p. 128), ainsi que celui de la ville durable qui « est en réalité la parade trouvée par les plus riches pour conforter leurs privilèges » (p. 129). Il s’élève contre la « supercherie conceptuelle » que constitue le modèle largement diffusé de la métropolisation liée à la mondialisation : « Le schéma de la grande métropole est la sculpture spatiale de l’idéologie capitalistique exclusive (...). Le plus stupéfiant est que quelques universitaires tombent dans le panneau et évoquent ces grandes métropoles comme les locomotives économiques des territoires » (p. 129). Ce livre relance en quelque sorte le débat entre géographie scientifique, géographie appliquée et géographie impliquée. On peut néanmoins s’étonner que l’auteur recycle du vocabulaire de consultant en management d’entreprise, qui plus est pour parler de stratégie énergétique communale (stratégie « win win », p. 131), alors qu’il fait l’impasse sur les travaux, de géographes étrangers et d’économistes français, sur les systèmes productifs localisés (SPL), le développement local, la dite « école de la proximité » et autres modèles de milieux territoriaux d’innovation. Impasse d’autant plus regrettable qu’il nous parle de l’importance des savoir-faire locaux, des milieux, des ressources territoriales et des grappes d’entreprises. Il ne nous explique pas non plus pourquoi la tertiarisation est une impasse, sauf à considérer que les pays développés « ont négligé le socle le plus primaire et fondamental des activités », et qu’en créant « des sociétés tertiaires ou assistées, ils se sont éloignés de l’économie primaire et productive des territoires » (p. 96). Nos sociétés risquent de ne pas savoir trouver de réponse à la crise qui s’annonce car les populations ont été déresponsabilisées par une « économie de la dépossession » (délocalisations) et par une urbanisation sous forme de « grands ensembles où les gens n’ont même pas un lopin de terre » (p. 96). La France, notamment, a abandonné les activités « d’ordre primaire (agriculture), artisanale ou industrielle » et le modèle industrialiste allemand serait le modèle à suivre (p. 97). Si le débat est d’actualité en ces années de crise du système européen, on peut toutefois s’étonner, pour en rester au livre, que Jean Ollivro semble tout à fait enthousiaste quant au développement des technologies numériques qui rendent « tout un chacun plus performant dans sa vie quotidienne » (p. 99). Il en est de même pour le vélo électrique, voire la voiture électrique. Mais si le prix du pétrole devient prohibitif ou si cette ressource disparaît, d’où proviendra toute l’électricité dont on aura besoin pour ce « nouveau monde » (p. 91) ? Jean Ollivro effleure à peine la question, sauf à imaginer qu’il prévoit un développement de l’électricité d’origine nucléaire, ce dont on peut douter compte tenu de l’optique développée par l’auteur dans ce livre. Enfin, on peut aussi s’étonner qu’Internet et ses usages soient plutôt présentés comme un outil de libération du potentiel des populations et de développement de la sociabilité, sans que jamais ne soit posée la question des entreprises capitalistes qui nous fournissent l’accès, les services, les moteurs de recherche et autres réseaux sociaux. Un dernier regret portera sur certains passages du livre qui s’apparentent à un catalogue « à la Prévert » de solutions pour le développement souhaité des territoires, comme les AMAP, le regain du troc, les systèmes d’échanges locaux (SEL), le jardinage de survie, l’échange de semences, ou la lutte contre la précarité énergétique. On s’attendrait à quelques exemples dont on démontrerait le fonctionnement et l’efficience : on a parfois l’impression de lire une liste d’exemples tirés d’un exercice de surf sur Internet. D’autres fois, les arguments et des chiffres avancés dans la première moitié du livre sont répétés dans la seconde, sans qu’on ait la sensation d’avancer dans la démonstration. Alors que le livre est présenté en introduction comme un travail scientifique, la visée prospective éloigne l’auteur des contraintes de l’exercice scientifique.

  • 3 Ollivro J., 2005, Les classes mobiles, L’information géographique, vol. 60, n° 3, pp. 28-44.

4On l’aura compris, ce livre sur la nouvelle économie des territoires est un livre engagé, qui sort du politiquement correct et du discours normatif de la mondialisation libérale, et plaide pour un autre modèle de développement, un retour au local pour ce qui est des aspects matériels, tempéré par une ouverture vers l’ailleurs grâce à Internet. Il est marqué par la personnalité de son auteur, ce qui n’est pas une critique, juste un constat. Né en Bretagne, professeur à Rennes, Jean Ollivro a dévoué une partie de ces recherches à sa région natale et s’implique dans le devenir de ce territoire en tant que président du groupe de réflexion « Bretagne Prospective ». S’applique-t-il à lui-même son hypothèse de reterritorialisation du développement économique, en faisant appel à un éditeur breton ? Au-delà de l’anecdote, qui n’en est peut-être pas une d’ailleurs, il semble qu’une partie des propositions de Jean Ollivro s’inspire des dynamiques qu’il a pu observer dans les régions, rurales ou non, de l’ouest de la France. De fait, il plaide pour le maintien d'une agriculture paysanne, un monde rural qui offre des ressources aux villes, des villes vivables à dimension humaine, des territoires qui s’appuient sur une identité bien affirmée, et le vivre ensemble que permet la proximité. Le contraire d’une économie tertiaire mondialisée qui s’appuie sur des métropoles géantes coupées de leur racines territoriales, offrant les aménités et le développement personnel à la seule « classe mobile »3 qui maîtrise le temps et l’espace. Le nouveau modèle s’adresse aux populations tributaires des mobilités contraintes et de la vie dans des périphéries urbaines toujours plus éloignées. Le nouveau monde annoncé par la fin du pétrole bon marché pourra leur rendre la responsabilité de leur destin et une meilleure maîtrise de leur capital temps.

5Jean Ollivro nous propose ainsi une vision prospective et « une boîte à outils pour une économie de l’enracinement » (p. 137). Ses quatre stratégies reposent sur la redécouverte de l’itinérance commerciale et le développement des transports collectifs ou de point à point ; une économie de la proximité favorisée par un habitat moins dense organisé autour de lieux de services, de jardins, et favorable aux mobilités douces ; le retour des « mobilités musculaires », plus écologiques et propices à la sociabilité ; la limitation des déplacements contraints grâce aux technologies numériques (télétravail, télémédecine, téléconférence...). Ces stratégies appellent des politiques qui doivent d’ores et déjà anticiper le nouveau monde de l’après-pétrole : une nouvelle logistique, un urbanisme revisité, une gouvernance locale qui sache gérer les enjeux primordiaux de la gestion du temps et de la distance, et le développement de l’équipement numérique des territoires pour que les TIC et Internet permettent une meilleure gestion des mobilités. Difficile exercice que la prospective, et l’auteur lui-même conditionne la réalisation de ses propositions à celle de son hypothèse initiale, celle de l’augmentation importante du prix du pétrole. Mais peut-être aura-t-il raison sans attendre trente ou cinquante ans, si la crise de la dette des pays développés contraint les populations et les pouvoirs publics à modifier de fond en comble leurs pratiques et leurs représentations pour faire face aux défis de leur temps, au risque de voir s’effondrer la civilisation occidentale.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Ollivro J., 2000, L’Homme à toutes vitesses, Rennes, PUR, 183 p ; Ollivro J., 2006, Quand la vitesse change le monde, Rennes, Editions Apogées, 256 p.

2 On trouvera dans ce livre une bibliographie de quatorze pages, à lire avec des lunettes grossissantes. On comprend le besoin de faire des économies de papier, mais les éditions Apogée devraient aussi penser que la bibliographie peut être utilisée.

3 Ollivro J., 2005, Les classes mobiles, L’information géographique, vol. 60, n° 3, pp. 28-44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Liefooghe, « Jean Ollivro : La nouvelle économie des territoires », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/1659

Haut de page

Auteur

Christine Liefooghe

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page