Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Philippe Dugot et Michaël Pouzenc : Territoires du commerce et développement durable

Paris, L’Harmattan, collection Itinéraires géographiques, 241 pages
Nathalie Lemarchand
Référence(s) :

Philippe Dugot et Michaël Pouzenc (dir.), 2010, Territoires du commerce et développement durable, Paris, L’Harmattan, collection Itinéraires géographiques, 241 pages

Texte intégral

1Le livre s’organise autour de quatre chapitres traitant de la question du développement durable et du commerce sous un angle spécifique : les mobilités, le paysage, la régulation et les filières d'approvisionnement. Dans l’introduction, Philippe. Dugot et Michaël. Pouzenc discutent de l’ambiguïté de la notion de développement durable et soulignent qu’il ne saurait être réduit à l’environnement naturel. Elle implique aussi, pensent les auteurs, de réfléchir à la durabilité de nos sociétés dans sa dimension humaine, soit sociale et économique.

2Dans le premier chapitre portant sur les mobilités, René-Paul Desse se penche sur « l’habitant-consommateur ». Il rappelle que les achats s’associent aux contraintes ou au plaisir et prennent place dans un chaînage de mobilités, dans lequel l’habitant-consommateur fait entrer plusieurs motifs de déplacement. Par ailleurs, il pose la question de l’échelle pertinente pour étudier la mobilité des consommateurs. Les situations changent selon l’échelle d’étude et les schémas de transport proposés diffèrent en conséquence. L’exemple de la desserte des sites commerciaux périphériques par les transports en commun le démontre : un tel schéma implique un accord entre les élus et les acteurs du commerce qui disposent de l’aménagement de leur site, surface commerciale et stationnement.

3Le deuxième thème, traité par Arnaud Gasnier, est consacré aux paysages produits par le commerce. Ce dernier rappelle les étapes du développement commercial en parallèle à l’étalement urbain et aux opérations menées tant dans l’espace urbain dense qu’à la périphérie. La laideur des zones de commerce périphérique est communément dénoncée, laideur autant liée à leur construction qu’aux enseignes conçues pour être vues depuis les voies rapides. Ce paysage renvoie irrémédiablement le lecteur aux pages de Ventura sur Las Vegas ou à celle de Baudrillard sur le paysage cinétique des espaces états-uniens. La critique paysagère pose la question des composantes de celui-ci et de sa mutabilité. Si ces paysages sont non durables, faut-il les raser ? Sinon, comment les transformer ? Arnaud Gasnier évoque le mouvement de diversification fonctionnelle, tout en soulignant ses limites. En effet, si les activités de loisirs aujourd’hui s’installent dans ces zones, suivant par là le mouvement amorcé par les multiplexes dès les années 80, cette diversification ne suffira pas à construire de l’urbanité ! De plus, comme l’auteur le souligne, cette diversification fonctionnelle est surtout le fait de nouveaux projets périphériques, plus que de réhabilitation commerciale de zones périphériques.

4Le troisième chapitre est consacré à la régulation. Philippe Dugot pose d’entrée la légitimité d’une action des pouvoirs publics. Il souligne l’importance de la régulation dans un secteur économique pris dans le mouvement de la mondialisation, une mondialisation qui peut conduire à la banalisation des formes de commerce. Philippe. Dugot rappelle toutes les étapes de la régulation par l’urbanisme commercial et ses échecs successifs liés principalement à ce découplage entre la ville et le commerce considéré sous le seul aspect économique. C’est en reconstruisant le lien originel entre la ville et le commerce que la régulation du secteur trouverait sa légitimité. Cela permettra d’élaborer une ville de qualité intégrant l’équilibre commercial et de faire disparaître l’urbanisme commercial, sorte d’urbanisme sectoriel au profit de la planification urbaine.

5Enfin, le développement durable des territoires du commerce ne peut faire l’économie d’une réflexion sur les produits alimentaires et leurs filières. Dans ce dernier chapitre, Michaël Pouzenc et Martine Guibert analysent les effets de la concentration économique du secteur commercial. Par un jeu de regards croisés entre la France et l’Argentine, ils observent comment les deux modèles diffèrent et s’interpellent dans leur développement. Ainsi, la mondialisation des groupes de la grande distribution amènent d’importants changements structurels, tant dans les filières agro-alimentaires que dans la structure commerciale des deux pays. Les groupes de la distribution sont aujourd’hui des acteurs majeurs dans la production par la force de leurs points de ventes. Par ailleurs, la concentration et les méthodes de la production, les formes de commerce mondialisées telles que les grandes surfaces, interpellent aujourd’hui consommateurs, citoyens et élus. C’est ainsi que de nouveaux modes de production, et circuits de distribution, plus courts, plus équitables, bref plus durables, bénéficient d’encouragements financiers et d’un nouvel intérêt des consommateurs. Une nouvelle fois, cet intérêt n’échappe pas aux grandes entreprises et là encore, elles intègrent ces nouvelles demandes dans leur propre circuit.

6Ce livre analyse de façon pertinente la relation du commerce et du développement durable. Les thèmes ont été bien choisis et chacun d’eux est traité de façon approfondie. Enfin, sa lecture pousse à la réflexion sur le sujet, mais aussi, plus globalement, sur le lien entre commerce et société, dans un contexte mondialisé mais surtout de ressources limitées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Lemarchand, « Philippe Dugot et Michaël Pouzenc : Territoires du commerce et développement durable », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/1657

Haut de page

Auteur

Nathalie Lemarchand

Université de Paris 8 (Vincennes – St-Denis)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page