Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Pierre Merlin : Les Grands Ensembles. Des discours utopiques aux « quartiers sensibles »

La Documentation française, 2010, 209 pages
Nathalie Lemarchand
Référence(s) :

Pierre Merlin, Les Grands Ensembles. Des discours utopiques aux « quartiers sensibles » La Documentation française, 2010, 209 pages

Texte intégral

1Le livre de Pierre Merlin comprend cinq parties dans lesquelles l’auteur présente sa vision des problèmes sociaux, culturels et économiques des grands ensembles, en la plaçant dans une synthèse bien documentée de l’habitat social et collectif. Les principaux apports de ce livre résident dans l’importante information sur la politique du logement en France du XIXème siècle à aujourd’hui. Les exemples développés pour illustrer les propos apportent un éclairage utile sur le sujet.

2Dans sa première partie, l’auteur traite du développement du logement social et souligne la place que les architectes vont occuper dans l’urbanisme et ses théories. Les préoccupations sociales, économiques et hygiénistes sont convoquées. Il ne s’agit pas encore des grands ensembles, mais de la question du logement des classes ouvrières. Dans la seconde partie, Pierre Merlin rappelle que la question du logement devient plus aigüe après la Seconde Guerre mondiale et que la construction des « grands ensembles » répond à l’urgence de la situation. De plus, le modernisme semble donner des atouts à ces ensembles, tels que la clarté, l’espace et le confort : ces nouveaux immeubles faisaient même l'objet d'un consensus entre architectes et urbanistes, élus et politiques. L’auteur n’en rappelle pas moins que, rapidement, des critiques s’élevèrent et qu’elles conduiront à la fin de cette politique en 1973.

3Certes les grands ensembles ne furent pas les seuls à faire l’objet de projets ou de plans de construction, mais ils focalisent l’attention, ils représentent une forme singulière de réponse aux préoccupations de logement social. C’est peut-être aussi le contraste qu’ils symbolisent, entre l’espérance d’une période, celle des Trente Glorieuses qu’ils ont accompagnée, d’un essor social et économique, logement confortable, mais aussi de transition avant le déménagement en pavillon par la progression des revenus des ménages et l’agrandissement des familles. Puis la dépréciation, l’évitement et l’exclusion dont ils sont devenus les symboles, là encore au fur et à mesure des modifications du système économique et des modes de productions. Ces grands ensembles sont devenus des enclaves où la violence et la misère sociale et économique ont fait irruption.

4C’est sur quoi Pierre Merlin se penche plus amplement dans la troisième partie. Il relate le glissement socio-économique de ces grands ensembles, en insistant sur les problèmes qui semblent condamner ces quartiers. La présentation de ces situations pose une nouvelle fois le débat. Comment présenter leur complexité ? Sur quels faits insister ? Ces questions, chaque chercheur se les pose, qu’il soit en sciences humaines et sociales ou en sciences physiques et naturelles. Manifestement Pierre Merlin a tranché dans ce livre : drogue, violence, racisme, etc., voila les difficultés sur lesquelles il focalise. C’est là que le livre passe de l’exposition des politiques menées sur le logement à l’essai sur les questions d’intégration et de ségrégation socio-économiques des populations d’origine non européenne en France. En contraste avec les parties très documentées liées à la politique de la ville et des logements sociaux, l’on trouve ici des constats qui sont de l’ordre plutôt journalistique, où chaque problème se fait l’écho des gros titres des actualités.

5La quatrième partie du livre est une étude chronologique de l’action publique en faveur des « quartiers en difficulté ». Là encore, on saisit combien la politique de la ville s’est confondue durant de nombreuses décennies en politique des quartiers et plus précisément en politique du logement, qu’il s’agisse de l’habitat lui-même ou de l’environnement social et économique de celui-ci.

6La cinquième partie complète le livre, elle fait plus particulièrement écho aux problèmes graves soulevés et discutés dans l’ouvrage, notamment dans la troisième partie. En effet, Pierre Merlin fait état dans cette partie de ses propositions pour résoudre les problèmes des grands ensembles. On y trouve l’importance de l’école, la mise en place d’un service civique, soit des institutions ou des événements ayant pour finalité de rappeler ce qui semble être aux yeux de l’auteur les valeurs communes à la société française, telles qu’elles se déclinaient avant la construction européenne ou les transformations sociales de la France. Sera-t-on surpris de lire sous la plume de Pierre Merlin des phrases telles que :
« … les valeurs qui avaient forgé un consensus national sont en déclin. Les raisons en sont connues :
-le travail est devenu aléatoire à cause du chômage, n’apparait plus obligatoire pour tous…
-la famille éclate : le mariage n’est plus un passage obligé pour fonder une famille…
-l’émergence des organisations internationales, la constitution de l’Union européenne, si chaotique soit-elle, la mondialisation de l’économie et de la culture conduisent également à diminuer ce point de référence qu’était l’appartenance à la communauté nationale » (185).

7Ce parti-pris de l’auteur, spécialiste des questions d’urbanisme et d’aménagement, risque de conforter le lecteur dans cette seule vision négative des grands ensembles, si souvent médiatisée. Les solutions proposées appartiennent au discours politique. Il reste cependant de bonnes parties sur le développement du logement social et collectif en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Lemarchand, « Pierre Merlin : Les Grands Ensembles. Des discours utopiques aux « quartiers sensibles » », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/1655

Haut de page

Auteur

Nathalie Lemarchand

Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page