Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Maie Gérardot et Philippe Lemarchand : Géographie des conflits

Atlande, collection Clefs concours, 2011, 285 pages
Antoine Le Blanc
Référence(s) :

Maie Gérardot et Philippe Lemarchand (dir.), Géographie des conflits, Atlande, collection Clefs concours, 2011, 285 pages

Texte intégral

1Il s’agit d’un ouvrage destiné spécifiquement à répondre à une question de concours d’enseignement et donc à un public particulier, les candidats à ces concours. L’ouvrage est intelligemment conçu et répondra aux attentes des candidats. La lecture est très dense, peu aérée, évoquant une série de fiches de travail sur une série de problématiques logiquement articulées (chaque chapitre comportant 5 à 10 petites pages). Les illustrations sont toutefois nombreuses (une cinquantaine), variées et aisément reproductibles sous forme de schémas par les lecteurs / candidats ; certaines sont cependant de qualité assez médiocre, parfois pour des raisons de mauvaise reproduction (par exemple p. 100, p. 115, p. 131). Le corps de l’ouvrage est accompagné d’outils supplémentaires intéressants, comme une fiche sur les conflits actuels, une bibliographie générale restreinte à l’essentiel, et surtout un glossaire riche, précis et extrêmement clair.

2L’ouvrage propose tout d’abord une réflexion épistémologique rapide mais très claire : la partie appelée « repères ». Y sont évoqués la construction scientifique de la géographie politique et de la géopolitique, l’utilisation de la cartographie pour les conflits, les outils de contrôle sur les territoires et la diversité des échelles et des types de conflits, pour terminer par une réflexion originale et bienvenue, malheureusement très rapide, traitant de la géographie de la paix ; un chapitre « enseigner les conflits » est curieusement inséré avant la fin de cette partie, il permet toutefois de prendre un recul épistémologique complémentaire au premier chapitre de cette partie.

3Vient ensuite la seconde partie de l’ouvrage, la plus dense et la plus problématisée (« thèmes »), faisant se succéder une série de fiches thématiques problématisées liées à la géographie des conflits : les enjeux liés à l’eau, au contrôle du territoire, à l’énergie et à la sécurité alimentaire ; les problématiques liées aux frontières et aux religions. Deux thèmes plus spécifiques font également l’objet d’un chapitre : les drogues et l’environnement. La plupart de ces chapitres sont denses et constituent des fiches synthétiques claires et utiles, en particulier sur les frontières et sur les conflits religieux, même si certains sujets auraient vraiment mérité des développements un peu plus fournis, comme le thème des hydrocarbures qui n’occupe que cinq petites pages et n’est illustré que par une seule carte.

4L’ouvrage passe ensuite en revue les problématiques régionales, couvrant les territoires continentaux – divisés en macro-régions –, mais aussi les mers et les pôles, sans oublier l’espace circumterrestre (l’espace virtuel étant traité en première partie). Ces chapitres sont illustrés de cartes souvent denses et très éclairantes, en particulier dans les chapitres sur l’Afrique, l’Asie du sud-est et les pôles. On regrettera l’absence de chapitre portant sur l’Amérique du Nord, ou du moins synthétisant le rôle des Etats-Unis dans la géopolitique mondiale, rôle abordé dans ce livre de façon un peu éparpillée, au cas par cas, ce qui permet toutefois de se concentrer sur des exemples locaux de conflits. Il est évident que les auteurs ont dû faire des choix compte tenu de l’ampleur du sujet, mais cela aboutit parfois à une présentation un peu trop rapide des exemples au sujet desquels le lecteur reste sur sa faim – cependant, la bibliographie finale donne opportunément quelques pistes d’approfondissement.

5L’ouvrage comporte enfin une dernière partie « Acteurs », qui est une fiche courte, synthétique et utile, où aurait toutefois pu prendre place un développement sur les migrations, les diasporas ayant été seulement brièvement évoquées en introduction de l’ouvrage.

6Ce petit livre constitue donc dans l’ensemble une mise en perspective intéressante, claire et facile à exploiter pour le public ciblé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Le Blanc, « Maie Gérardot et Philippe Lemarchand : Géographie des conflits  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/1652

Haut de page

Auteur

Antoine Le Blanc

Université du Littoral

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page