Navigation – Plan du site
Réflexions

La Nature ? Un concept bien complexe pour le géographe !

(Réflexions d’après une thèse de géographie)
Jean-Pierre Renard

Texte intégral

La nature en ville : de quoi parle-t-on ?

  • 1 Laurène Wiezstort : la réinsertion de la nature en ville et le développement durable. Etudes de cas (...)

1La soutenance de la thèse de géographie rédigée par Laurène Wiezstort1 portant sur le thème de la réinsertion de la nature en ville a été l’objet de débats intéressants entre les membres du jury et l’impétrante. À l’évidence, avec les paradigmes actuels de la science géographique, le concept de nature est devenu bien compliqué à définir.

  • 2 Les six communes choisies n’ont pas vocation à être représentatives de la région étudiée, elles con (...)

2Posons la question suivante à notre entourage ou encore à nos étudiants géographes, et pourtant la question est apparemment simple dans son exposé - qu’est ce que la nature, selon vous ? – et nous serons assurément surpris par les hésitations, les absences de réponses, ou au contraire par l’hétérogénéité des définitions proposées et des représentations de la nature. L’auteure de la thèse se livre à cet exercice et nous pouvons ainsi reporter le lecteur aux pages 452 et suivantes, avec la présentation exhaustive de l’enquête réalisée par Laurène Wiezstort dans six communes de l’ancien bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais, auprès de 360 personnes2.

3Ensuite, en proposant des éléments de définition de la nature, puis de la nature en ville, l’auteure démontre alors que les personnes enquêtées n’attribuent pas les mêmes significations et représentations aux deux concepts ; pour le premier, les occurrences les plus fortes concernent les bois et forêts ainsi que l’absence de pollution ; pour le second, les parcs et le fleurissement extérieur aux bâtiments sont les éléments les plus souvent cités.

  • 3 Marie-France Godart : Y-a-t-il de la nature en ville ? Bruxelles, café-géo, 05 mai 2004. http://www (...)

4Ainsi, parle-t-on encore de nature quand nous étudions la place et le rôle exercés désormais par les espaces fleuris, les espaces en eau, la faune…au sein des villes ?3

  • 4 Un exemple : Ma ville en vert, pour un retour de la nature au cœur de la cité, Berlin 2011, sous la (...)

5La question mérite d’être exposée, surtout quand nous constatons que les ouvrages destinés au grand public et portant sur la nature, sont très nombreux de nos jours et témoignent d’une « envie » sociale, d’un besoin de nature, d’une mode peut-être, y compris dans les milieux très artificialisés que sont les villes denses ou compactes. Et pourtant, dans les différents ouvrages feuilletés, nous n’avons que trop rarement rencontré un essai de définition des concepts.4

De l’inné à la symbiose urbaine

  • 5 Yves Lacoste : de la géopolitique aux paysages, dictionnaire de la géographie. A. Colin, 2003, 413 (...)

6C’est en consultant différents ouvrages (dont des dictionnaires de géographie) que nous constatons la diversité et l’évolution des définitions attribuées au concept de nature. Procédons tout d’abord à quelques rappels et citations.
- « Les définitions des dictionnaires nous éclairent un peu sur le sujet : c’est un ensemble d’êtres ou de choses qui constituent l’univers, ce qui n’apparaît pas comme transformé par l’homme. Si l’on va un peu plus loin, on peut dire aussi que c’est un ensemble de propriétés qui définissent un être. L’inné, le spontané est opposé à l’acquis. Ici aussi le manque d’intervention de l’homme se marque. Ce serait donc les phénomènes naturels (caractère physique descriptible) mais aussi des êtres vivants et les relations qui arrivent entre eux ». (Marie-France Godart, 2004, Bruxelles).
- « Un système de phénomènes soumis à des lois ». (E.Kant).
« À partir du XVIIe siècle, le mot Nature avec une majuscule commence à désigner le monde physique, en opposition à celui de l’Homme et de ses œuvres et c’est surtout dans ce sens que les géographes parlent de la nature et surtout des données naturelles… » (Yves Lacoste, 2003)5.
- « Le monde, pris à l’exception des populations et des œuvres humaines, tout ce qui dans le monde, n’est pas artefact ; le matériel et le vivant, hors de l’humain… » voir les Mots de la géographie, sous la direction de Roger Brunet, pp 345-347. Mais il est dit en fin d’article définissant le concept : « À la fin du XXe siècle, la géographie procède d’une tout autre démarche qui consiste à partir des organisations spatiales et donc sociales, mises en place par les groupes humains, à examiner leurs conditions de production et de reproduction, dont entre autres et avec les autres, celles qui relèvent de la nature, remises à leur place ». Avec cette définition, est abandonnée l’idée d’une géographie qui oppose nature et société (« de la sorte, la géographie maintenant fait réellement avec la nature, et non contre… » ).
- « …ce que les Français appellent nature n’existe pas comme tel pour toutes les sociétés… Il y a autant de natures que de cultures. Corrélativement autant de natures que d’urbanités et par conséquent autant de nature dans la ville qu’il y a de villes » (Augustin Berque, 1997).
- « dans la ville moderne, la nature entre dans une relation plus symbiotique (éléments très différents mais ne pouvant guère se développer les uns sans les autres – idée de l’interdépendance-) avec les autres éléments de la trame urbaine »…ou encore « la nature constitue une sorte d’anti-corps de la ville » (Francis Godard, 2001).

7Ainsi, en lisant ces différentes contributions à la définition de la nature et de la nature en ville, nous observons un important glissement sémantique que le géographe doit analyser. Comme le dit Laurène Wiezstort dans sa thèse (page 45), à propos de la nature en ville : « ce terme est plutôt une représentation du besoin de nature, plus ou moins ressenti par les acteurs et les citadins… », d’où la pertinence de la notion d’hybridité que nous introduisons désormais dans la définition du concept de nature.

8Si nature et société sont entrées dans une relation symbiotique, cela signifie aussi que les lois de fonctionnement des éléments de nature ne peuvent plus être considérées comme indépendantes du fonctionnement de la société, c’est ici que s’exprime ainsi l’hybridité. Nature et société font système et celui-ci évolue dans le temps et l’espace en fonction de la culture et des modes d’organisation spatiale dominants. En interprétant les différentes définitions possibles attribuées au concept de nature, nous pouvons élaborer une sorte d’évolution du fonctionnement des systèmes, d’abord séparés puis intégrés.
- Les données naturelles sont soumises à des lois extérieures à la société ; c’est avec ce paradigme que pendant de nombreuses années, les géographes (français notamment) furent formés. Ceci permit de justifier la dualité géographie physique/géographie humaine. De même, puisque les lois naturelles étaient considérées comme préexistantes à l’organisation sociale, il était alors normal que tout enseignement disciplinaire commençât par l’analyse des « données naturelles ».
- Le système naturel (données morphologiques, climatiques, hydrologiques, biologiques) est soumis à des lois mais est aussi diversement approprié – donc influencé- par les sociétés à travers leurs cultures, leurs densités, leurs capacités technologiques, leurs idéologies politiques.
- Le système naturel évolue au contact du système socio-culturel, économique et politique, devenu très actif, « perturbateur », dense…La nature est « maîtrisée » par la société et perd alors ses caractères innés ; la nature devient un élément du système anthropique, mais qui parfois par excès de confiance ou absence de précaution, est débordé par certains aléas naturels qui créent une forte vulnérabilité sociale.
- La nature peut être dans certains systèmes sociaux réduite à quelques expressions ou représentations de l’idéal naturel. Les parcs, les fleurs, les trames vertes ou bleues, l’attachement à la biodiversité, peuvent guider les politiques de naturation des villes. Mais s’agit-il pour autant de nature ? N’est-on pas plutôt dans une attitude de mise en scène de certains éléments naturels jugés « beaux », harmonieux, sans concurrence avec les intérêts des citadins ? Ce sont alors les designers, les artistes ou architectes qui projettent leur idéal de nature et de ville renaturée et font croire à la réinsertion de la nature. C’est une autre réalité hybride qui est créée en ville, pour le mieux-être des habitants.

La diversité des approches de la nature

  • 6 Patrick Blandin (direction) : le grand livre de la nature en Europe, Bordas, 320 pages, 1991.
  • 7 Monique Remillieux : le petit guide de la nature, Aubin imprimeur, 1999, 191 pages.
  • 8 Jérôme Goutier : la France côté jardins, un patrimoine naturel à découvrir. Aubin imprimeur, 2000, (...)

9D’après les ouvrages consultés, plutôt destinés à un large public, avec ou sans définition explicite préalable, la nature est en fait abordée selon les auteurs, de manières multiples et différenciées.
1- Ainsi Patrick Blandin (1991, Bordas)6 propose, eu égard à sa formation universitaire en biologie animale, (agrégé de sciences naturelles) et à sa pratique professionnelle (a enseigné la zoologie et l’écologie à l’ENS et à Paris 6) une approche rationnelle et scientifique de la nature. Dans ce superbe ouvrage abondamment illustré, il met l’accent sur la diversité climatique, la variété des roches et des reliefs, la diversité des couvertures végétales… « De la diversité des reliefs et des climats naît la variété des paysages européens », écrit-il page 9. Un peu plus loin, il ajoute : « Certes, un paysage c’est d’abord un ensemble de formes, de couleurs, de jeux de lumière, de mouvements, de sons, d’odeurs, que l’observateur perçoit au travers de sa sensibilité, de sa culture, de son humeur du moment ; mais l’émotion qui naît ainsi n’exclut pas une analyse rationnelle du relief et de la végétation. » Sa réflexion s’enrichit ensuite par la reconnaissance de l’action de l’Homme, considéré avant tout comme un perturbateur d’organisations naturelles : l’Homme exploite, transforme, épuise, appauvrit la nature… » En cueillant, chassant et pêchant, en transformant les milieux pour l’agriculture et l’urbanisation, en polluant, les hommes ont considérablement influencé la répartition géographique et l’abondance des espèces végétales et animales : certaines n’existent plus, bon nombre ont fortement régressé ». C’est ainsi que son discours introductif s’achève (page 11) par un appel général à la protection de la nature ; il faut créer, dit-il, « les conditions d’une gestion rationnelle du patrimoine naturel ».
2- Dans d’autres ouvrages qui traitent aussi de la nature sans toujours la définir (Monique Remillieux, 1999)7, les auteurs offrent plutôt une approche hédoniste et utilitaire. Apparemment, chacun sait a priori ce qu’est la nature ; l’auteur de ce guide propose aux lecteurs intéressés par la nature-ressource des conseils d’utilisation pour tirer le plus de plaisirs possibles de la fréquentation et de l’utilisation des éléments de nature (notamment les plantes). L’objectif est sans doute d’assurer le bien-être et le plaisir à ceux qui entrent en contact avec les éléments de nature ; ainsi des chapitres distribuent des recettes de cuisine, des conseils de randonnée, aident à la reconnaissance des animaux et des plantes, proposent des recettes de fabrication de produits de beauté, de production de tisanes, bien entendu, à partir des plantes que chacun peut puiser dans son environnement « naturel ». Le résumé de la 4eme page de couverture illustre parfaitement ces propos : « un guide utile pour toutes les activités liées à la nature : organiser une randonnée, identifier le chant des oiseaux, reconnaître les fleurs et observer le animaux ; pratiquer les sports en plein air ; composer des recettes à partir d’éléments naturels, découvrir les ressources des fleurs et des plantes… ».
3- D’autres ouvrages encore, prenant pour thème de présentation l’organisation des parcs et jardins (en tant que composante de l’agencement social de la nature) offrent une approche paysagère, culturelle et touristique des espaces verts, des jardins fleuris ou potagers. Ces derniers apparaissent comme des révélateurs8 du patrimoine historique, de courants culturels, de pouvoirs politiques, comme tant de jardins à la française inspirés de Versailles et de Vaux le Vicomte. Les périodes du classicisme, de la Monarchie absolue, puis du romantisme ont imprégné la maîtrise ou l’organisation des éléments de la nature, autour des châteaux symbolisant les lieux de pouvoirs politiques. La nature maîtrisée, agencée pouvait alors refléter les courants de pensée dominants à telle ou telle époque. Certains châteaux ont enrichi leur inventaire culturel en proposant à leurs visiteurs des parcs classiques et romantiques, comme Cheverny notamment. Plus que jamais, la mode de la découverte touristique des parcs et jardins s’est imposée dans notre pays et le succès de Villandry, de Chaumont sur Loire, d’Eyrignac et de bien d’autres encore, ne se dément pas. Désormais, certains jardins sont associés à la présence de musées voisins qui, ensemble, veulent recréer une « ambiance » culturelle historique particulière. Prenons l’exemple de la ville d’Arles qui, en bordure du bas Rhône, annonce l’entrée de son superbe musée départemental consacré à l’art romain (les fouilles se poursuivent), par un jardin « romain » qui invite à la promenade, à la détente et à la méditation. Bien entendu, avec une telle approche des éléments naturels (essentiellement les végétaux et l’eau), nous sommes très loin déjà de l’étude rationnelle et scientifique. La nature est déjà une création sociale, philosophique et politique, révélatrice des grandes périodes de l’histoire (Empire romain, Monarchie absolue, les révolutions de l’époque contemporaine…).

  • 9 Martine Bergues : En son jardin, une ethnologie du fleurissement. Editions de la Maison des science (...)

104- Martine Bergues9 a rédigé un excellent ouvrage en 2011 consacré à l’étude de la diversité des jardins dans le département du Lot (jardins paysans, jardins fleuris, jardins dits « au naturel »). Son approche également très culturelle et sociale de la nature diffère néanmoins de la précédente dans la mesure où, ethnologue de formation et auteure d’une thèse d’anthropologie sociale et d’ethnologie soutenue en 2003 à l’EHESS de Paris, elle s’intéresse essentiellement à l’effet miroir (de la société) du décor végétal. « L’auteur a étudié…la mise en scène des fleurs plantées…elle en soulève les enjeux sociaux…et met en évidence que…le fleurissement reflète des façons de s’inscrire dans un territoire et de dialoguer avec l’autre. En son jardin certes, mais pour mieux signifier aux passants ou aux voisins, une manière individuelle ou collective, de voir et d’organiser le monde ».

  • 10 Ma ville en vert, pour un retour de la nature au cœur de la cité.

115- Enfin dans les villes, s’est développé un courant prônant le processus de réinsertion de la nature, d’où le thème central de la thèse de Laurène Wiezstort. Citons notamment l’ouvrage abondamment illustré, rédigé sous la direction de Robert Klanten, Sven Ehmann et Kitty Bolhöfer (édition Thames et Hudson, 240 pages)10. De telles approches de la nature renvoient plutôt vers des préoccupations d’ingénierie urbaine pour créer de la valeur territoriale, du bien-être, de la « poésie » dans un univers minéral et dense. C’est donc l’affaire de designers, de paysagistes novateurs, d’architectes, de peintres qui veulent réintroduire des éléments de nature (fleurs, biodiversité, verdissement, murs et toitures végétalisés, jardins et agriculture urbaine…) dans la trame urbaine en guise d’anti-corps comme l’a écrit Francis Godard (2001, Gallimard).

Retour sur la thèse de Laurène Wiezstort, en guise de conclusion : la nature filtrée

12C’est dans la première partie de la thèse, partiellement consacrée à la réflexion conceptuelle, que Laurène Wiezstort propose de nouveaux termes après avoir conclu que ce que nous appelons aujourd’hui la nature en ville, n’en est pas vraiment une (voir notamment la page 46). La nature urbaine, mise en scène par les acteurs publics et privés, est réalisée à travers certains filtres (culturels, politiques, esthétiques, …) ; ainsi le système a perdu ses caractères innés ou naturels et doit être totalement assimilé au système social. Dans ce contexte, l’auteure de la thèse propose les termes de nature filtrée. Comment définir cette notion ?
- Les éléments de nature sont triés, sélectionnés à partir de critères de beauté, de santé, d’affectivité, d’utilité dominants du moment (fleurs ou non ; massifs fleuris homogènes ou rappelant plutôt les champs fleuris spontanés et donc diversifiés…). C’est encore plus vrai pour la faune qui est soit très appréciée, soit très connotée (rongeurs, blattes, …), certains animaux étant associés à la précarité, à la maladie, au manque d’hygiène, d’autres au confort affectif des citadins (chiens).
- Certains éléments sont importés (voir notamment la mode des végétaux importés du monde méditerranéen dans les jardins du centre ou de la partie septentrionale de la France). Ce sont les souvenirs de paysages provençaux appréciés pendant les vacances, la capacité de certains végétaux à s’adapter à un climat urbain réchauffé, ou encore leur capacité à résister à certaines maladies qui guident la sélection des espèces et créent un milieu végétal particulier.
- Les éléments urbains de nature sont partiellement rythmés par la vie sociale et ses contraintes : taille des arbres bordant les axes routiers, coupe différée des espaces fleuris et engazonnés, coupe drastique de certains massifs arborés et gros buissons…pour des motifs de sécurité routière et des personnes, ou encore de gestion comptable.
- Cette nature filtrée est aussi ordonnée selon des principes politiques comme la recherche de solutions d’insertion sociale de certains « marginaux » (des jardins associatifs par exemple) ou technologiques avec la recherche d’une meilleure isolation thermique des bâtiments et la réduction de la consommation d’énergie (voir les toitures et les murs végétalisés).
- Enfin elle est aussi strictement cernée, délimitée, (balcons, jardins, parcs, ronds-points…) dans un espace de vie où chaque mètre carré représente une valeur marchande élevée. Désormais, la nature urbaine filtrée est mise en réseau (corridors biologiques), mais encore faudrait-il aller vérifier sur le terrain l’exactitude de cet affichage politique écologique.

Haut de page

Notes

1 Laurène Wiezstort : la réinsertion de la nature en ville et le développement durable. Etudes de cas dans l’ancien bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais. Thèse de géographie, 519 pages, soutenue à l’Université d’Artois le 24 novembre 2011, devant un jury composé des Professeurs : Pierre Ginet (Metz), Eric Glon (Lille1), Jean-Pierre Renard (Artois) et Bouziane Semmoud (Paris 8).

2 Les six communes choisies n’ont pas vocation à être représentatives de la région étudiée, elles constituent des études de cas et ont été retenues sur la base de critères spécifiques : rôle moteur dans la réorganisation intercommunale des territoires, lieux symboliques pour le travail sur le développement durable local, lieux symboliques pour les traces laissées par la période de l’extraction houillère… Il s’agit de Béthune, de Bruay-La-Buissière, de Loos en Gohelle, de Douai, de Rieulay, de Valenciennes.

3 Marie-France Godart : Y-a-t-il de la nature en ville ? Bruxelles, café-géo, 05 mai 2004. http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article-331.

4 Un exemple : Ma ville en vert, pour un retour de la nature au cœur de la cité, Berlin 2011, sous la direction de Robert Klanten, Sven Ehmann et Kitty Bolhöfer, 236 pages.
Ou encore : la ville en mouvement, de Francis Godard, découvertes Gallimard, culture et société, 2001, 128 pages, voir en particulier le chapitre 3 (nouvelles compositions urbaines). On retiendra de cet auteur, l’idée suivante : « dans la ville moderne, la nature entre dans une relation symbiotique avec les autres éléments de la trame urbaine ».

5 Yves Lacoste : de la géopolitique aux paysages, dictionnaire de la géographie. A. Colin, 2003, 413 pages ; voir définition de la nature (pages 264-265).

6 Patrick Blandin (direction) : le grand livre de la nature en Europe, Bordas, 320 pages, 1991.

7 Monique Remillieux : le petit guide de la nature, Aubin imprimeur, 1999, 191 pages.

8 Jérôme Goutier : la France côté jardins, un patrimoine naturel à découvrir. Aubin imprimeur, 2000, 192 pages.

9 Martine Bergues : En son jardin, une ethnologie du fleurissement. Editions de la Maison des sciences de l’homme, imprimerie Lussaud, 2011, 401 pages.

10 Ma ville en vert, pour un retour de la nature au cœur de la cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Renard, « La Nature ? Un concept bien complexe pour le géographe ! », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/1646

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Renard

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page