Navigation – Plan du site
Articles

L'espace du sacré à Rome : le visible, l'invisible, les scénarios futurs

The Sacred Space in Rome: Visible, Hidden and the Future
Andrea Marcuccetti
p. 35-55

Résumés

Quelles sont les problématiques posées par l’édification d’une église du troisième millénaire en milieu urbain ? Quels sont, actuellement, les lieux de culte - plus ou moins visibles - capables d’attirer fidèles, habitants mais aussi visiteurs ou migrants en transit ? Quels sont ceux qui contribuent à renforcer le sentiment d’appartenance et/ou d’identité ? Lesquels parmi eux sont des points de repère dans la ville, non seulement pour une communauté spécifique mais offrant aussi la possibilité d’expérimenter la rencontre avec d’autres confessions ? À travers les exemples d’églises construites à Rome dans les années 1990 et au moment du Jubilé et l’examen plus approfondi du travail de conception de Richard Meier pour l’église Dives in Misericordia bâtie en périphérie romaine, cet article aborde la notion de sacré entourant les pôles de célébration liturgiques et leurs diverses composantes envisagées comme autant de lieux et non pas d’objets ou d’édifices. Entre tradition et anticipation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 29 novembre 2009 : interdiction de construire des minarets en Suisse.
  • 2 19 mars 2011, la Grande Chambre de la Cour Européenne des droits de l'homme a acquitté l'Italie de (...)

1Si l'on entreprend d'explorer le thème du sacré, on court le risque de s'égarer dans de multiples thématiques complexes où rien n'est plus facile que de se laisser entraîner à des interprétations ou des contre-vérités qui peuvent même aboutir à des excès verbaux voire à des violences ; il suffirait de songer au débat sur le pouvoir des symboles lors du référendum sur la construction de minarets en Suisse1 ou à celui sur la problématique de l'exposition du crucifix dans les lieux publics en Italie2. C'est ainsi que la religion devient prétexte d'échauffourées qui n'ont, en vérité, rien à voir avec le sacré, oubliant que Dio [Dieu] est le même pour tous (s’agissant des religions monothéistes) et l'assimilant, au contraire probablement à un d'Io [de Moi] d'inspiration subjective et patrimoniale. Nous focaliserons notre attention, en tant que chercheur vivant à Rome et l’étudiant, sur les églises de rite romain construites à Rome, dans le but de vérifier si les lieux contemporains de la célébration - notamment ceux construits dans les années 1990 et après le Grand Jubilé de l’An 2000 -, présentent une discontinuité liturgique, architecturale, urbanistique avec le passé et s'ils ont été conçus et voulus par les architectes et par les communautés en y transposant les principes réformateurs du Concile Vatican II (1962-1965) ?

  • 3 Ingallina Patrizia, 2009 Nuovi scenari per l'attrattività del territorio [Nouveaux scénarios pour l (...)

2La problématique posée par l'édification d'une église du troisième millénaire peut se résumer ainsi : Comment considérer l'église du Jubilé : entre tradition et anticipation ? Peut-on y voir le point d'arrivée de la réflexion sur la place et la signification que peut avoir l'église dans le contexte urbain actuel ? Ou bien plutôt, serait-ce un point de départ pour la réflexion sur l'aménagement des lieux de culte ? En effet, construire aujourd'hui un lieu de culte engendre une attractivité mais aussi, en même temps et très fréquemment, des répulsions. L'aire pressentie est très souvent bouleversée, par les modifications du réseau routier qui visent à favoriser l'afflux des fidèles, ou bien encore le changement qu'entraîne un développement commercial3. Le quartier ira s'identifiant avec la nouvelle présence architecturale et son iconographie qui deviennent ainsi un signal urbain de référence et d'appartenance pour la communauté.

  • 4 Espace situé devant une église.

3Dans le même esprit, il ne faut pas non plus, négliger l'importance du parvis4, lieu de rencontre avant et après la cérémonie religieuse, qui se développe très souvent sur le sol public entraînant de possibles complications lors de certaines occasions cultuelles, jusqu'à risquer de remettre en discussion la paisible cohabitation des riverains.

  • 5 Réglée par les Accords du Latran du 11 février 1929 et par le Concordat du 18 février 1984.
  • 6 Pinto Diana, La France et ses quatre religions, in Esprit, février 2004.
  • 7 Article 4 de la loi 1905 : « Dans le délai d'un an, à partir de la promulgation de la présente loi, (...)
  • 8 Cette situation a été constatée personnellement à plusieurs occasions lors de la sortie de la messe (...)
  • 9 Informations fournies par la paroisse de Saint-François-Molitor.
  • 10 Construite en 1966, cette église est située au 18, rue de Tanger, 75019 Paris.
  • 11 Benkoula Sidi Mohamed El Habib, La mosquée et ses enjeux d’insertion contemporaine dans la ville «  (...)
  • 12 La procédure pour les permis de construire de la part de la Mairie de Rome est très longue et les i (...)

4Si, en Italie, de telles problématiques ne se posent pas compte tenu de la continuité historique, sociale et culturelle de la société italienne - et ce malgré la séparation entre l'État et l'Église5 - en France, par contre, où l'on applique un régime de séparation plus net6, la constitution garantit la liberté religieuse, et ce sont les communautés cultuelles qui sont les interlocuteurs de l'État7. Ainsi, à Paris, l’occupation du sol public par le parvis ne crée pas, en général, de problèmes particuliers tels que l’occupation du trottoir/parvis à la sortie des cérémonies religieuses8. Les passants s’accommodent fort bien de la situation, dans le XVIe arrondissement9 par exemple, à majorité catholique. Dans le XIXe arrondissement cette fois, où la communauté des riverains est plus hétérogène, deux lieux de culte – l’église Notre-Dame des Foyers10 et une nouvelle mosquée associée à un centre culturel islamique – s’ouvrent désormais sur un même espace public, créant une situation inédite et particulière11. Certaines problématiques constatées en France ne sont pas d’actualité dans le panorama italien et romain en particulier où la construction d'un lieu de culte est imposée, dans la majeure partie des cas, par le Vicariat de Rome, très souvent après des années d'attente de la part de la communauté et sans se soucier des implications sociales avec les autres confessions, moins encore du réseau routier de liaison avec le quartier et la ville12.

5Quels sont donc, aujourd’hui, les lieux de culte capables d'attirer non seulement les fidèles mais aussi des visiteurs et des habitants ? Comment contribuent-ils à renforcer le sentiment d'appartenance et d'identité ? Sont-ils des points de repère dans la ville, non seulement pour une communauté spécifique mais en offrant aussi la possibilité d’expérimenter la rencontre avec d’autres confessions ? Après avoir présenté les projets d'édifices et de lieux de culte réalisés récemment à Rome, cet article essayera de répondre à ces questions.

I. L'incidence du Concile Vatican II sur l'identité des lieux de la célébration

6Cette première partie est indispensable pour mieux comprendre ce que nous entendons par sacré et quel rôle joue ce même sacré, avec ses implications dans l'architecture et dans le panorama urbain des villes. Ces considérations nous semblent nécessaires pour identifier le lieu religieux et lui conférer un sens ; et ce afin d'éviter de considérer l'édifice « église » dans son emplacement urbain et social comme une architecture culturelle et récréative.

  • 13 Le IIème Concile œcuménique du Vatican, plus couramment appelé Vatican II ou Sacrosantum Concilium, (...)
  • 14 Ouverte par le Pape Jean Paul II à l'occasion de l'« Année Sainte » en 2000.

7Plus de quarante ans après sa tenue, comment le Sacrosanctum Concilium13 influence-t-il la conception de la religion catholique ? Une étude, suivie d'une confrontation avec ce qui a été effectivement construit à partir de l'inauguration du Jubilé et14 de l'église Dives in Misericordia, doit permettre d'en vérifier l'incidence sur la communauté et s'il y a eu ou non, dans la construction de nouvelles églises, une continuité par rapport à la tradition.

1.1. Le concept du sacré et la réforme liturgique du Concile Vatican II

1.1.1. Le concept du sacré

  • 15 Concile de Trente, 1563.
  • 16 Terme latin signifiant "maison de l'assemblée" ou "maison de l'église" : édifice privé, adapté aux (...)

8Pour mieux évaluer et comprendre les lieux de la célébration dans la ville de Rome ainsi que les aspects des transformations de l'espace sacré, il est indispensable d'approfondir l'incidence du Concile Vatican II, à partir de la Contreréforme15. En effet, on a assisté à un changement progressif de la perception du sacré, repassant d’une séparation progressive du clergé et des fidèles à une assemblée « sainte et célébrante » redevenue, comme aux premiers temps du christianisme, l’élément-clé de la célébration. Par ailleurs, en récupérant la signification étymologique de la domus ecclesiae16, par l'étude des préceptes du Sacrosanctum Concilium, nous pouvons avancer qu'il n'est pas opportun de définir comme entièrement sacré l'espace de la célébration et tout ce qui y est contenu, mais de faire ressortir plutôt comment celui-ci substantifie une espace du sacré, forme de génitif qui s’adapte mieux aux fondements de la réforme conciliaire.

  • 17 Année 2000.
  • 18 Romano Guardini, (1885-1968) , théologien et écrivain italien, naturalisé allemand, catholique.
  • 19 Crippa Maria Antognetta, Luoghi e modernità [Lieux et modernité], Jaca Book, Milan 2007, pp. 71-73.
  • 20 Étudiant du Bauhaus à Dessau puis architecte d'églises et auteur de publications.
  • 21 Disposition de l’assemblée des fidèles autour l’autel. Circumstantes, (crée par l’architecte Domini (...)
  • 22 Sur une esquisse pour une église à Berlin-Lichterfelde 1936.

9Afin de mieux comprendre l'évolution et l'analyse de l'espace du sacré d'un point de vue historique et liturgique, depuis la domus ecclesiae jusqu'au Grand Jubilé17, il faut tout particulièrement prêter attention au Mouvement liturgique et à la pensée de Romano Guardini18, concrétisée dans l'expérience communautaire du château de Rothenfels19 dans les années 1920. On y visait une organisation nouvelle de l'espace pour une participation plus active de l'assemblée où l'église ne serait plus seulement un environnement symbolique mais se structurerait en lieu communautaire. Il s'agissait d'un retour à une spiritualité de type monacal (« penser en priant et prier en pensant »), un modèle pour les relations sociales et cultuelles opposé à l'image de l'église triumphans, où l’idéal catholique du primat de l’Eglise se traduit aux yeux de qui regarde en une masse architecturale dominant les autres constructions et dominant la ville de sa présence. Dans ce processus, les esquisses et remarques d’architectes novateurs se sont avérées déterminantes, à l’image de Rudolf Schwarz20 qui voulait que « Le peuple et son Seigneur (soient) dans le même espace », de Dominique Bôhm21 et son projet d’églises circumstantes (figure 1) ou bien encore d’ Emil Steffmann, qui faisait le constat suivant22 : « on s'attendrait à ce qu'une église, construite sur un plan nouveau avec des formes anciennes, historiques, corresponde davantage à l'idée que nous en avons plutôt qu’une église conçue avec des formes « modernes » sur un plan ancien » (figure 2).

Figure 1 : Disposition de l’assemblée des fidèles autour l’autel. Circumstantes, esquisse de Rudolf Schwarz

Figure 1 : Disposition de l’assemblée des fidèles autour l’autel. Circumstantes, esquisse de Rudolf Schwarz

  

Figure 2 : Eglise à Berlin-Lichterfelde, esquisse de projet, Emil Steffann 1936

Figure 2 : Eglise à Berlin-Lichterfelde, esquisse de projet, Emil Steffann 1936

  

  • 23 R. Schwarz « … et lorsque Mies se mit à l'ouvrage il était trop tard ».
  • 24 Arts and Architecture, 70/1,1953 : 18-19.
  • 25 R. Schwarz, 1963 : 5.

10Leurs églises s'inscrivaient donc en contradiction avec la pensée du Bauhaus pour lequel le symbole est un masque qu'il faut ôter pour accéder à la vérité de la structure. Nombreux sont ceux à avoir découvert que, derrière le masque, il n'y avait rien. Ainsi Ludwig Mies van der Rohe23, à propos de la chapelle St. Savior (figure 3) à l'Illinois Institute of Technology de Chicago (1952), écrivait-il : « j'ai choisi une forme intensive plutôt qu'extensive pour exprimer, simplement et honnêtement, ma manière d'envisager ce que devrait être un édifice sacré ». Il ajoutait ceci : « Trop souvent, nous réfléchissons à l'architecture en termes de monumentalité spectaculaire. Il n'y a rien de spectaculaire dans cette chapelle ; elle n'a pas été conçue pour être spectaculaire. Elle a été conçue pour être simple et, en effet, elle est simple »24. À propos de Schwarz, Mies écrivait encore : « c'est un baumaster qui a pensé et son art de construire (baukunst) a été une manière d'ordonner qui donne forme et remplit de signification »25.

Figure 3 : Chapel Saint Savior extérieur

Figure 3 : Chapel Saint Savior extérieur

Photo : Marcuccetti, 2000

1.1.2. Présence et signification de l'art dans le lieu liturgique

  • 26 R. Guardini, 1979.

11La place de l'art dans le sacré mérite une attention particulière. Sa présence, et la signification qu'il prend dans le lieu liturgique, s'adressent au « sens » non pas au « but » et sa référence est, comme l'écrit Romano Guardini26, de : « Faire un jeu devant Dieu, non pas créer, mais être une œuvre d'art, c'est ce qui constitue le noyau le plus intime de la liturgie ». L'œuvre est forme qui révèle le caractère religieux dans la création artistique : « Toute œuvre d'art authentique est essentiellement eschatologique et projette le monde au-delà, vers quelque chose qui viendra ». L'artisticité est donc intrinsèque, même en ce qui concerne les mobiliers ecclésiastiques liturgiques. Schwarz écrit que « les objets liturgiques devraient être créés en même temps en raison de leur sens et de leur service, c'est alors qu'on a des formes essentielles, limpides, belles qui ne veulent être rien de plus et rien de moins, si ce n'est justement calice, candélabre, livre […] l’ornement doit se mettre au service du sens et ces objets ne doivent pas seconder une liturgie, mais être liturgie. »

  • 27 Livre qui contient les instructions et les normes liturgiques après le Concile Vatican II, dernière (...)

12L'Ordo Dedicationis Ecclesiae27 stipule ainsi que, dans l’aula, il y a des pôles singuliers qui ne peuvent ni ne doivent être considérés comme de simples mobiliers ecclésiastiques, à savoir : l'autel,» la table toujours prête pour le sacrifice » dégagée de tout objet à l’exception de sa nappe, l’ambon étroitement lié à la « Parole de Dieu », ainsi que les fonts baptismaux où s’accomplit le rite de l’initiation chrétienne. Ces présences éminentes ne peuvent être considérées comme des mobiliers puisque ce sont des lieux de la présence du Christ.

1.1.3. Des pôles liturgiques considérés comme autant de lieux du sacré

  • 28 Note pastorale sur « L’aménagement des églises selon la réforme liturgique », de 1961

13À la suite des indications fournies par Romano Guardini et le Mouvement liturgique concrétisées par les architectes allemands cités précédemment et approuvées, enfin, par la Constitution sur la liturgie sacrée de 1963, une prise de conscience s’est opérée, qui a entraîné une redéfinition des lieux du sacré jusqu’à ces dernières années28. Parmi ces lieux se trouve donc le parvis, dont l’importance a été soulignée dès l’introduction de cet article. Le parvis est le point de départ d'où, au-delà de la porte et à travers le seuil, l'on accède aux lieux de la célébration. C'est le lieu de l'accueil, de la réunion et du départ pour la liturgie pascale. L'espace du sacré proprement dit est caractérisé par le lieu de l'assemblée qui, guidée par le prêtre, célèbre les sacrements. Dans la Note pastorale de la Conférence Épiscopale Italienne sur la construction des nouvelles églises (1993), il est écrit que « la donnée permanente et originaire de la tradition chrétienne considère l'assemblée comme matrice irrenonçable de toute ultérieure définition spatiale, moment générateur et unifiant de l'espace en vue de l'action cultuelle ». De surcroît : « la disposition générale d'une église doit rendre l'image d'une assemblée réunie pour la célébration des saints mystères, hiérarchiquement ordonnée et articulée dans ses différents ministères, de manière à favoriser le déroulement régulier des rites et la participation active de tout le peuple de Dieu ». Les pôles liturgiques sont donc désormais envisagés comme des lieux et non plus comme des objets, en ce qu’ils permettent de comprendre l’essence de la liturgie à travers le rite accompli par des gestes mais aussi par des parcours. Dans ce dispositif dynamique, la lumière est une composante essentielle et non passive de la célébration. Rudolf Schwarz ne parlait-il pas de « planification territoriale » liturgique pour évoquer la manière dont la lumière, diffuse et calme, nimbe et investit les polarités et que l’action liturgique met en relation au cours de la célébration ? Pour sa part, le clocher, enfin, demeure un élément catalyseur. Signal de la communauté dans l'espace urbain, le son des cloches communique et scande le temps de la prière.

14Les événements et les notions ainsi traités dans cette première partie vont maintenant nous permettre de mieux comprendre l’évolution de la pensée catholique apparue, pendant les préparatifs et le début du Grand Jubilé, et ceci en dépit de la résistance d’une partie du clergé.

2. Aspects des transformations de l'espace du sacré dans la ville de Rome

15La fin du synode du diocèse romain et l'imminence du Grand Jubilé, au début des années 1990, ont été l'amorce d'un grand mouvement de recherche dénommé « 50 églises pour Rome » et lancé par le Pape lui-même.

16Une telle initiative n'avait pas été conçue à des fins de propagande, mais se proposait d'apporter une réponse aux communautés paroissiales de la périphérie romaine. Le nombre (50) n'était pas lié à une quelconque symbologie mais au territoire où les communautés ne disposaient pas de lieux de rencontre et de liturgie.

2.1. La situation avant le Jubilé

  • 29 Recensements ISTAT, 2001
  • 30 État civil de la Mairie de Rome.
  • 31 Estimations de la Mairie de Rome.
  • 32 Caritas italienne, dossier immigration 2010.

17Avec plus de 1000 églises présentes sur le territoire de la ville de Rome, il semblerait impensable que l'on y ait besoin d'autres lieux de culte. Rappelons quelques faits historiques. Les habitants de la ville, à partir de l'unité italienne (1871), augmentent fortement : de 512 000 on parvient à 2 800 000 en 1981, pour ensuite apparemment décroître et se stabiliser à un peu plus de 2 500 000 en 200129. En 2010, les résidents à Rome étaient 2 864 51930. En prenant en compte les banlieusards travaillant dans la ville, les militaires, les étudiants, les résidents du Vatican et les parlementaires, le total des habitants de Rome s'élève à presque 4 .000 .000 de personnes31. En 2009, les résidents étrangers étaient 270.00032 sans compter le phénomène de l'immigration clandestine dont la quantification demeure difficile. Tant et si bien qu’on ignore le nombre exact d’habitant à Rome aujourd’hui.

  • 33 Francesco Garofalo, 1997, The Church of the Year 2000, Casabella 640/641.

18Le centre ville, très cher, est saturé et répond amplement aux nécessités des habitants mais, lorsque nous essayons de mieux analyser le paysage périphérique romain il apparaît évident que, si l'on exclut les agglomérations d'extrême périphérie sous-équipées, les « borgate » (effet de la planification urbanistique des années trente qui a éloigné les ateliers artisanaux du centre-ville), et les « piani di zona » [plans de zonage] conçus comme un « raccommodage » hypothétique avec les « borgate spontanées » apparues à partir des années 1970, le phénomène des constructions illégales n’a jamais cessé. Généralement ces communautés sont distribuées tout le long du périmètre du Grande Raccordo Anulare (Grande Rocade) qui entoure la ville de Rome33.

  • 34 Source des données : Self Made Urbanity, http://smu-research.net/​italian.

19Ces agglomérations non autorisées prennent leur nom de toponymes de la zone où elles se trouvent. Elles sont construites et constituées par des communautés provenant d'autres régions d'Italie, liées souvent par des liens de parenté, arrivées à Rome au cours des années 1960-1970 au moment de la forte impulsion du BTP et favorisées par la Mairie lors de la construction des « borgate » et de la mise en place des PEEP (plans de zonage détaillés de bâtiment économique et populaire)34.

  • 35 Source des données : Vicariat de Rome.

20En 2000, un demi-million de romains35 ne disposaient pas d'un lieu d'association et de rencontre, tant communautaire que religieux (paroisse). Dans la meilleure des hypothèses, de tels espaces étaient aménagés dans des garages et des magasins. Or, historiquement, dans la ville de Rome, le rapport entre les résidents et leur paroisse est consolidé : ouverte même aux non-croyants et aux non-catholiques, elle apparaît comme un véritable repère social.

  • 36 Idem.
  • 37 Ibidem.

21Les paroisses construites au cours des années 1970 et 1980 dépassent le nombre de 8036. Des années 1990 à 2000, 1837 autres l’ont été, qui ne faisaient d'ailleurs pas partie du projet « 50 églises pour Rome 2000 ». Cette démarche a déçu les attentes des concepteurs participants, dont les projets n'ont pas été réalisés. La cause de cette déconvenue doit d’abord être recherchée dans la difficulté à trouver des emplacements convenant à leur construction. Mais la majeure partie des concepteurs participants a eu la sensation qu'il s'agissait d'une démarche de propagande régie par l'organisme maître d'ouvrage : le Vicariat.

  • 38 Titulaire du diocèse de Rome, le Pape (évêque de Rome), a recours pour l'administration à deux vica (...)

22En effet, en 1994, le Vicariat38 avait lancé un appel d'offres ouvert pour la conception de projet de deux églises paroissiales, dans le but de renouer le dialogue entre la maîtrise d'ouvrage et les concepteurs de projet. Plus de 500 projets ont été présentés, impliquant deux mille concepteurs mais, dans ce cas encore, la déception a été grande : seul un projet sur les deux a été réalisé (Saints Cyrille et Méthode dans le quartier de Dragoncello) ; le deuxième, concernant la localité de Tor Tre Teste, n'ayant pas été attribué.

23En raison de l’imminence du Jubilé, un nouvel appel d'offre fut lancé, concernant précisément la localité Tor Tre Teste. On opta toutefois pour l'appel d'offre sur invitations afin d'y impliquer seulement les architectes du « star-système » et d'obtenir ainsi un « projet-phare » de retentissement mondial. Six architectes de nationalité et de religion différentes ont concouru : Tadao Ando, Günter Behnisch, Santiago Calatrava, Peter Eisenman, Frank Gehry et Richard Meier. Ce dernier a remporté l'appel d'offres, avec un projet qui visait la qualité architecturale plutôt qu'une simple mise au goût du jour de la forme et de la nature de l'espace église en cette fin de millénaire.

  • 39 Source des données : Vicariat de Rome.

24Si on récapitule, jusqu'à l'an 2000, 6 centres paroissiaux ont été réalisés, 8 autres sont en chantier, dont deux en dehors du projet dit des « 50 églises ». Au sein de ce projet, la conception est d’ores et déjà terminée pour 15 d’entre elles et, pour les 22 autres restantes, les missions de conception39 ont presque toutes été attribuées (professionnels hors concours). Il convient d'ajouter aussi les centres qui n'ont pas été construits par le Vicariat de Rome, mais qui ont été commandités par de multiples ordres ecclésiastiques ou par des sociétés privées, à l’exemple de l’église de Santa Maria dell’Ospitalità, dont le maître d’ouvrage est l’association Gioventù Ardente Mariana.

  • 40 Francesco Garofalo, 1997, The Church of the Year 2000, Casabella 640/641

25Il existe bien, à l’évidence, une fracture encore ouverte entre la maîtrise de l'ouvrage et les architectes. Dans le passé, c'étaient les concepteurs qui freinaient les frénésies architecturales des ecclésiastiques, maintenant c'est le contraire ; une impasse qui persiste malgré les efforts de Jean-Paul II, dont la lettre aux artistes de 2009, entre autres, témoigne40 de l’espoir qu’ après tant d’années d’incompréhension, une nouvelle rencontre entre clercs, architectes et artistes, puisse avoir lieu, pour retrouver la collaboration et le dialogue qui, dans les siècles passés, ont déterminé la culture occidentale.

2.2. L'église du Jubilé

26Le titre de l'église pour le Jubilé de 2000 est « Dives in Misericordia ». Il renvoie à une affirmation contenue dans l'épître de Saint Paul aux Éphésiens (chap. 2 : 4) dans laquelle il est question de « Dieu qui est riche en miséricorde ». La miséricorde était par ailleurs le thème de l'Année Sainte.

27Cette église a été consacrée le 26 octobre 2003 à l'occasion du 25ème anniversaire du pontificat du Pape Jean-Paul II. Elle a donc été bâtie sur un lot de terrain plat et triangulaire dans la localité Tor Tre Teste, à environ 10 kilomètres à l'est du centre ville de Rome, à proximité du le « Grande Raccordo Anulare » (figure 4).

Figure 4 : Dives in Misericordia dans la localité Tor Tre Teste, vue satellitaire de l'emplacement

Figure 4 : Dives in Misericordia dans la localité Tor Tre Teste, vue satellitaire de l'emplacement

Photo Google Earth, 2010.

28C'est une église enchâssée dans un complexe d'édifices construits pour des résidents de la très petite bourgeoisie dans les années 1970. Ils s'ouvrent en éventail autour d'une artère semi-circulaire et d'un espace vert qui inclut l'important aqueduc Alessandrino d'époque romaine, autour duquel ont été valorisés, à partir de la fin des années 1990, des parcours piétonniers et des pistes cyclables bordés d'arbres.

29L'église s'élève dans son environnement comme une structure de grand impact visuel. Elle frappe le visiteur par sa forme, riche de symbologie et très différente architecturalement des édifices qui l'entourent. Elle se pose comme une sorte d'entrée d'art dans un lieu qui paraît étranger au reste de la ville ; une sensation qui se trouve amplifiée par le mur d'enceinte voulu par le curé pour se prémunir contre d'éventuels actes de vandalisme de la communauté (figure 5).

Figure 5 : Dives in Misericordia extérieur

Figure 5 : Dives in Misericordia extérieur

Photo Marcuccetti, 2009.

  • 41 A. Falzetti Antonella, 2003 : p. 28.

30Au nombre des raisons ayant motivé la décision unanime en faveur du projet de Richard Meier, on peut lire, dans le communiqué officiel du jury produit le 28 mai 1996 : « sa singulière approche interprétative des matériaux qui a abouti à une proposition originale, en faisant surtout référence à la lumière et aux interprétations de l'espace comme élément d'implication humaine »41.

31Meier, lors d'une interview, a souligné l'importance d'un tel élément dans son église romaine : « La lumière est protagoniste de notre compréhension et de notre lecture de l'espace. La lumière est le mode par lequel nous sommes en mesure d'expérimenter ce que nous appelons sacré. La lumière est aux origines de cet édifice. […] Dans l'Église du Jubilé, les trois coquilles définissent une atmosphère enveloppante dans laquelle la lumière, provenant des lucarnes d'en haut, aboutit à une expérience spatiale lumineuse et les rayons du soleil représentent une métaphore mystique de la présence de Dieu ».

32La lumière devient donc la principale préoccupation et décoration de l’église. Préférée aux œuvres d'art, en tant que symbole divin, elle est exaltée et étudiée dans tous les détails. La seule œuvre d'art présente, voulue par l'architecte, est un crucifix en carton-pâte du XVIIème siècle offert par une autre église de la périphérie romaine.

33Meier a chargé l'église du Jubilé de signification, lui attribuant la fonction « de fondre le présent avec les valeurs éternelles de l'humanité et de la foi ». Le résultat ne pouvait que conduire à une structure riche d'aspects symboliques par lesquels s'exprime le passage à une nouvelle ère de valeurs indélébiles dans le temps.

34« C'est un grand honneur - a dit Meier lors de la cérémonie officielle de l'inauguration - d'avoir conçu le projet d'une œuvre pareille. C'est la première église que j'ai dessinée. Pour moi, juif, cela a été fascinant : je l'ai conçue avec une forte motivation spirituelle » (figure 6).

Figure 6 : Dives in Misericordia intérieur

Figure 6 : Dives in Misericordia intérieur

Photo Marcuccetti, 2009.

35Meier a ensuite livré quelques autres réflexions :
« La lumière est utilisée comme métaphore du Bien, dans toute sa perfection, dans la signification attribuée par des philosophes, des poètes, des peintres, des musiciens, des politiciens et des pontifes. En architecture, comme dans tout autre expression créatrice, la lumière a toujours été source d'extase et d'inspiration ».

36L'église Dives in Misericordia est donc perçue comme un espace de lumière, simple et mystique :
« Le message spirituel jaillit de plusieurs sources : la blancheur des matériaux, l'aride courbure des voiles en béton, l'intense luminosité des « intérieurs » c'est donc pour cela qu'elle ne nécessite pas d'autres décorations : il est souhaitable que l'intérieur reste dépouillé, afin de permettre à la luminosité de l'espace de répandre un message spirituel fort ».

37Selon Meier, les vastes surfaces vitrées, en plus d'éclairer l'espace, induisent un sens religieux :
« Lorsque, à des heures différentes de la journée et à n'importe quelle saison de l'année, on lève le regard de l'intérieur de l'église vers le ciel qui la domine, on ne peut pas ne pas être amené à méditer sur la différence entre l'œuvre humaine et la création divine ».

38Le blanc et le verre employés trouvent une signification liée au sacré puisqu'ils symbolisent la pureté indispensable au chrétien pour louer Dieu. Aucune peinture, aucune sculpture, aucune ornementation, aucune colonne ne s'interpose à la vision de l'autel et du crucifix afin que l'on se concentre sur la prière. On a simplement installé ultérieurement sur les murs la « via crucis » constituée de sobres croix argentées (figure 7).

Figure 7 : Dives in Misericordia, lucarne

Figure 7 : Dives in Misericordia, lucarne

Photo Marcuccetti, 2009.

39« Au moment de commencer à concevoir cet édifice, je me suis mis à penser aux églises dans lesquelles j'avais ressenti le sens du sacré, toutes avaient en commun un élément : l'importance de la lumière. Il suffit de songer au travail d'Alvar Aalto en Finlande, … ». Cet aspect est évident, si nous comparons Dives in Misericordia aux églises construites par le maître finlandais - celles de Wolfsburg, par exemple - dont il ne faut pas oublier qu'elles sont de rite protestant.

40C'est la fascination d'une religiosité très laïque : « Dans la capitale de la chrétienté, a écrit Renato Pallavicini dans l'« Unità », Meier a réalisé un édifice d'excellence qui laisse apparaître une sensibilité religieuse et spirituelle se projetant au-delà des religions d'appartenance ».

41Les innombrables publications concernant l'église Dives in Misericordia citent les notes de Meier, sa vision de l'espace sacré, ou bien analysent de manière prépondérante les aspects formels, constructifs et perceptifs de l'espace (couleur et lumière). Les analyses portent aussi sur l'appareil liturgique, le lieu de l'assemblée fondatrice, mis en évidence dans les chapitres précédents. En revanche, l’espace de la célébration du sacré et la relation entre le quartier et la communauté s'avèrent pratiquement inexistants.

42Du parvis situé à l'intérieur de l'enceinte, on entre à travers la porte bien caractérisée et bien visible. Un vestibule - sas nous sépare de l'espace de l'assemblée, où le peuple de Dieu est disposé de manière compacte, opposé au bêma, où se situent l'autel, très grand, qui s'empare et catalyse tout l'espace, l'ambon - plus proche par sa dimension d’un lutrin que d’un « lieu » de la parole - et la chaire du prêtre officiant. À gauche, avec la possibilité d'y accéder même par un accès de référence, nous trouvons le baptistère avec les fonts baptismaux, la chapelle fériale et la pénitencerie (figure 8).

Figure 8 : Dives in Misericordia, plan et disposition liturgique

Figure 8 : Dives in Misericordia, plan et disposition liturgique

Schéma A. Marcuccetti, 2010.

43L’église est le lieu de l’accueil. C’est pourquoi l’enceinte – voulue par le curé pour prévenir d’éventuels actes malveillants - et, paradoxalement, le fait qu’à distance de presque dix ans de leur construction, les murs de l’église et de l’enceinte soient encore blancs et intacts de tout affichage, graffiti ou acte de vandalisme, laissent donc perplexes. Cette attitude d’évident respect permet de regretter l’absence de possibilité d’un plus grand contact entre la communauté et l’édifice cultuel, ainsi que la non - construction du bassin d’eau prévu, qui aurait renvoyé en miroir l’image de l’église, en la doublant d’un effet visuel et émotionnel intéressant. Toutefois ce respect constaté prouve l’attachement de la communauté de Tor Tre Teste à cette église, par laquelle elle se sent représentée et identifiée tout à la fois.

44Au-delà de ces considérations, l’aspect médiatique de cette église du Jubilé « signée » par un « starchitecte », publiée dans les revues et présentée dans les programmes de télévision a fait affluer en masse touristes et curieux. Une sorte de tourisme religieux local s’y manifeste déjà qui voit des couples des agglomérations voisines venir s’y marier. Plus généralement, ce site est devenu attractif et centralisateur, entraînant d’incontestables retombées positives : le marché immobilier s’est développé, les propriétaires ont vu la valeur de leurs logements augmenter, les petites activités commerciales ont profité également de l’afflux de gens. Il est dès lors permis de se demander si la communauté s’identifie avec l’aspect « sacré » - à savoir le lieu où l’assemblée célèbre le mystère eucharistique – ou avec l’aspect « profane », c’est-à-dire en l’occurrence, un édifice médiatique, catalyseur du développement économique.

45Pour autant, beaucoup critiquent l’architecte et ses choix d’approche du sacré : trop spirituel, trop abstrait, un espace traité comme un musée (le calice et la patène dessinés par Bulgari sont présentés dans une vitrine comme dans un musée) et réceptacle d’une seule œuvre d’art ancienne (le Christ du XVIIe siècle placé au-dessus de l’autel). Le jury du concours aurait-il bien pris en compte les principes énoncés par le Sacrosanctum Concilium ? La réponse se trouve dans l’appel d’offres et le commentaire ajouté par le Père Giacomo Grasso, membre du jury : « on ne demande pas aux six architectes invités d'introduire le « sacré ». On leur demande moins encore d'introduire le « Saint » […]. Ce qu'on demande à l'architecte c'est la tékne, l'art, la technique, la capacité de faire, pas autre chose ». Il ne prévoyait donc pas que l'architecture réponde à des instances liturgiques et communautaires religieuses, autant que formelles : la structure devait être fonctionnelle pour catalyser la vie du quartier en l'accueillant dans les formes qui lui soient propres.

46Finalement, comment considérer l'église du Jubilé, entre tradition et anticipation ? Peut-elle être vue comme un point d'arrivée dans la réflexion sur la place et la signification que peut avoir l'église dans la ville aujourd'hui ou plutôt comme un point de départ pour la réflexion sur l'aménagement des lieux de culte ? L'église du Grand Jubilé ne doit pas être considérée comme un point d'arrivée, puisque les présupposés de projet et de signification portant sur le concept de sacré ne sont pas un continuum par rapport au passé, mais non plus comme un point de départ (du moins pour le moment) en tant que moment de réflexion sur l'espace du sacré dans le futur.

47Ce qui apparaît, c'est que Dives in Misericordia est un cas à part, lié à la particularité de l'évènement, à la conception de l'espace sacré de l'architecte, à la méthodologie de conception de projet et de construction, au choix des matériaux innovants d'Italcementi, qui a comporté des coûts très élevés de réalisation. Tout ceci a mené probablement à une attraction plus touristique que religieuse.

48Dives in Misericordia demeure un cas isolé qui ne servira que difficilement d'orientation pour les futures églises romaines, liée comme elle est au Grand Jubilé, à Jean-Paul II et aux résidents du quartier, qui se sentent représentés et identifiés par elle, pôle d'attraction pour touristes et visiteurs, inscrite désormais par des tour-operators au nombre des monuments incontournables qu'il faut visiter à Rome.

49La conception de projet des 33 églises paroissiales qui ont été construites par la suite et jusqu'à ce jour, sous la supervision du Vicariat, n'a pas été soumise à concours. Les architectes choisis sont les mêmes qui se partagent les projets (6 architectes Panella, 2 Garofalo, 2 Biagini, 2 Rota, etc.), sans implication de la part de la communauté. Elles sont donc imposées aux communautés concernées : églises visibles mais invisibles pour la majorité des romains et des touristes.

2.3. Les autres églises construites avant et après le Jubilé

50On compte désormais 33 églises construites par le Vicariat de Rome dans les dix premières années du XXIe siècle (figure 9), dont une grande partie faisait déjà partie du programme 50 églises. La presque totalité des projets a vu le jour avant le Jubilé. De la conception de projet, à la mise en chantier et à la dédicace, s'écoulent en moyenne dix ans ce qui fait que les concepteurs qui interviennent aussi bien au cours des années quatre-vingt-dix du XXe siècle qu'au cours des dix premières années du XXIe siècle sont nombreux.

Figure 9 : Emplacement des églises construites après l'an 2000 dans le diocèse de Rome

Figure 9 : Emplacement des églises construites après l'an 2000 dans le diocèse de Rome

Plan : A. Marcuccetti, 2011.

51L'assise liturgique de toutes ces nouvelles églises fait apparaître l'opposition d'assemblée et de bêma : aucun architecte n'utilise la disposition circumstantes, celle à deux foyers expérimentés par les architectes réformateurs allemands. Il n'y a substantiellement pas de discontinuité par rapport aux églises construites avant le Jubilé, aussi bien du point de vue liturgique que de celui du langage architectural spatial. La seule exception est représentée par l'église de Santa Maria della Presentazione (Notre-Dame-de-la-Présentation) où l'aula liturgique peut être également utilisée comme gymnase, sans que cela ne trouve pour autant de consentement, ni de la part du curé ni de celle de la communauté.

52Les aires de réalisation sont proposées soit par la Mairie de Rome, soit par les constructeurs au titre de charges sociales pour la collectivité. Les terrains sont situés dans des zones marginales du lotissement peu prisées pour des réalisations résidentielles. De cette manière, l'édifice église perd sa valeur de référence urbaine qui a caractérisé dans l'histoire les agglomérations urbaines en Italie.

53Rien à voir donc avec le long débat en cours à Créteil pour la construction de la nouvelle cathédrale, où le diocèse et la communauté discutent actuellement avec l'administration publique, les architectes d'Architecture Studio ainsi qu'avec les représentants des autres confessions présentes dans le territoire pour prévenir les problématiques que la construction de la cathédrale comportera. Par cette démarche, tous contribueront à la prévention des éventuels désaccords ou répulsions qui risquent d'inhiber, dans la durée, la cohabitation.

54À Rome, si l'on exclut la Mosquée de Paolo Portoghesi inaugurée en 1995, les lieux de culte des autres confessions ne sont pas dignes d'être mentionnés. Ils sont réalisés dans des environnements improvisés et dans des espaces marginaux très souvent difficilement repérables parce qu'ils sont aménagés dans des sous-sols, comme le centre hindouiste (figure 10), dont les adeptes se réunissent dans une sorte de « domus ecclesiae » contemporaine, du troisième millénaire.

Figure 10 : Temple hindou extérieur et intérieur

Figure 10 : Temple hindou extérieur et intérieur

Photos A. Marcuccetti, 2010.

2.4. Lieux d'accueil, de rencontre et d'association, dans des espaces urbains significatifs

55Rome se distingue plus par l'accueil d'autres communautés et religions dans des structures catholiques que par la construction de lieux de culte pour d'autres confessions (tableaux 1, 2, 3, page suivante)

Tableau1 : Appartenance religieuse des immigrés en Italie

Catholiques

775.626

Orthodoxes

1.129.630

Protestants

138.825

Autres Chrétiens

52.181

Musulmans

1.253.704

Juifs

7.165

Hindouistes

90.931

Bouddhistes

55.861

Animistes

44.674

Autres

435.013

Total

3 983 610

Estimation Caritas/Migrantes - Dossier 2008

Tableau 2 : Appartenance religieuse des immigrés à Rome

Communautés Religieuses

Nombre

 %

Chrétiens

202.286

63,2

dont : catholiques

101.121

31,6

- orthodoxes

80.394

25,1

- protestants

16.752

5,2

- autres chrétiens

4.018

1,3

Musulmans

60.255

18,8

Juifs

1.000

0,3

Hindouistes

8.396

2,6

Bouddhistes

8.077

1,5

Religions traditionnelles africaines

2.844

0,9

Non-croyants/non-classés

37.552

11,7

Le nombre des immigrés reproduit ci-dessus est conforme à celui qui apparaît au Bureau de Statistique de la Mairie de Rome qui, par rapport aux données Istat (Institut de Statistiques national italien), contient une majoration d'environ un sixième et correspond à l'estimation Caritas/Migrantes sur la présence régulière effective dans la Capitale.

Estimation Observatoire Romain sur les Migrations, 2010

Tableau 3 : Lieux de rencontre et de prière à Rome et dans sa Province. Recensement 2011 des Bureaux Caritas et Migrantes de Rome

Rome

Autres communes

Total

Catholiques

130

23

153

Orthodoxes

18

17

35

Protestants

29

5

34

Juifs

7

-

7

Musulmans

16

3

19

Bouddhistes

6

-

6

Hindouistes

1

-

1

Sikh

1

-

1

Total

208

48

256

3. Des églises mobiles pour la Rome d’aujourd’hui

56Il faut signaler les églises invisibles, mais de plus en plus visibles, édifiées ces dernières années, insérées dans les nouveaux lieux du collectif urbain que déterminent les nouveaux flux et lieux centralisateurs des personnes et qui ont créé, ou réhabilité, des espaces très intéressants où se manifestent de nouvelles centralités agrégatives religieuses.

57Ainsi la chapelle de la gare ferroviaire de Termini, située dans la partie en sous-sol, s'insère-t-elle dans ce complexe commercial, charnière entre le réseau ferroviaire et le métro, qui a connu au cours des dernières années un développement considérable, avec ses 150.000.000 passagers par an environ en transit dans la gare, à quoi il faut ajouter l'activité commerciale induite : une véritable ville dans la ville de Rome (figure 11).

Figure 11 : Chapelle gare Termini extérieur et intérieur

Figure 11 : Chapelle gare Termini extérieur et intérieur

Photos A. : Marcuccetti, 2010.

58La chapelle de l'aéroport Leonardo da Vinci (figure 12), située quant à elle au terminal C des départs internationaux, à côté du Banco dell'Opera Romana Pellegrinaggi (Accueil de l'Organisation Romaine des Pèlerinages), s’adresse aux fidèles catholiques.

Figure 12 : Chapelle de l'aéroport Leonardo da Vinci extérieur et intérieur

Figure 12 : Chapelle de l'aéroport Leonardo da Vinci extérieur et intérieur

Photos : A.  Marcuccetti, 2010.

59Cependant, les croyants d'autres confessions religieuses peuvent se réunir en prière dans le lieu de culte interreligieux (figure 13), situé aux Arrivées internationales, entre le Terminal C et le Terminal B, mais dont l'accès n'est, à vrai dire, ni facile ni rapide, confiné qu’il est en bout de terminal. L'aménagement sommaire de l'espace ne tient absolument pas compte des exigences religieuses des autres confessions : un tapis étalé par terre dans un endroit sordide et anonyme ne reconnaît pas de dignité aux personnes et ne traduit pas l'aspiration à l'accueil et à la fraternité des autres croyances.

Figure 13 : Chapelle interreligieuse de l'aéroport Léonard de Vinci, indication et vue intérieure

Figure 13 : Chapelle interreligieuse de l'aéroport Léonard de Vinci, indication et vue intérieure

Photos : A. Marcuccetti, 2011.

60À l’inverse, la chapelle de la localité Corviale constitue un repère dans ce quartier-édifice (figure 14). Elle a été aménagée au quatrième étage d'un gigantesque édifice construit le long de la via Portuense, se composant de deux barres qui comptent 1200 appartements officiels au total, auxquels se sont ajoutées, au fil des années, des habitations construites de manière illégale dans les espaces communs du quatrième étage destiné initialement à abriter des magasins et des édifices commerciaux. Après des décennies d'incurie et d'abandon, le bâtiment fait l'objet de nombreuses interventions de récupération sociale et de réhabilitation urbaine. Ce lieu de culte et centre d'accueil reçoit aujourd’hui de nombreuses personnes.

Figure 14 : Chapelle de Corviale extérieur et intérieur

Figure 14 : Chapelle de Corviale extérieur et intérieur

Photos : A. Marcuccetti, 2007.

61Quant à l’église des zingari (tsiganes) au sanctuaire du Divino Amore, dédicacée à leur martyr Zeffrino Gimenez Malla, proclamé bienheureux, pour la première fois dans l'histoire par Jean-Paul II, elle est une église à ciel ouvert dédiée aux 2000 gitans, roms et sintis présents à Rome. Inaugurée en 2004, elle est formée de blocs de pierre disposés en cercle autour d'un autel (figure 15).

Figure 15 : Eglise des zingari, extérieur

Figure 15 : Eglise des zingari, extérieur

Photos : A. Marcuccetti, 2004

62De son côté, la chapelle de l'Université du nouveau pôle universitaire de Tor Vergata a l'espoir d'offrir « à un monde qui change » et dans une « Institution Universitaire qui change », un service plutôt évangélique pour la croissance de notre société. L'action pastorale de la chapelle vise toutes les personnes du monde universitaire pour répandre une vision anthropologique adéquate de la transmission du savoir, en respectant le pluralisme et en promouvant le dialogue avec toutes les personnes de « bonne volonté ». (figure16).

Figure16 : Chapelle de l'université Tor Vergata extérieur et intérieur

Figure16 : Chapelle de l'université Tor Vergata extérieur et intérieur

Photos : A. Marcuccetti, 2010.

63Enfin, la chapelle de l'hôpital Umberto I, récemment restaurée, accueille les malades et leurs familles pour une consultation, un réconfort ou pour un moment de recueillement dans l'espoir d'une rapide guérison (figure 17).

Figure 17 : Chapelle de l'hôpital Umberto I extérieur et intérieur

Figure 17 : Chapelle de l'hôpital Umberto I extérieur et intérieur

Photos : A. Marcuccetti, 2010.

64Contrairement à l’Italie, en France on s’est posé beaucoup de questions sur ce sujet. Une réflexion importante a été menée sur la monumentalité et la visibilité nouvelles des lieux de culte, conçus pour s'adapter à l'évolution du tissu urbain de l'après-guerre et assurer la présence de l'Église catholique dans les villes reconstruites et les villes nouvelles. La métamorphose du tissu social et urbain due à la création de nouveaux points de rencontre et d’agrégation, favorisée par le transport privé et public a représenté un grand défi pour l'Église, par ailleurs confrontée à la sécularisation et à la régression de la pratique cultuelle modulable.

Conclusion

65Les édifices de culte à Rome, comme on a pu le constater dans la première partie, s'adaptent donc en partie aux préceptes novateurs conciliaires. L'incidence de Vatican II sur les lieux de célébration s'inscrit dans la tradition historique tridentine, avec laquelle elle peine à prendre ses distances. Une autre difficulté est apparue, d’un dialogue pratiquement inexistant concernant l'art à l'intérieur et à l'extérieur de l'espace de la célébration. Les concepteurs consultés confirment la difficulté de dialogue avec les artistes, qui sont donc, dans la majeure partie des cas, évincés du projet, laissant au curé la tâche de décider et de choisir l'iconographie et les œuvres d'art à placer à l'intérieur de l'église.

66La conséquence en est que, très souvent, les artistes offrent leurs œuvres en employant l'espace sacré à l'instar d'une galerie d'art. Par ailleurs, trop souvent l'édifice église est imposé à une communauté, non seulement du point de vue architectural et spatial mais également dans la thématisation de la relation entre lieu du sacré et communauté, facteur pourtant indispensable de la détermination de l'espace de la célébration, puisque l'édifice est l'espace où la communauté se réunit et rencontre la divinité à travers l'action liturgique. Quant à l'enceinte entourant l'espace destiné à l'église, celle-ci implique une séparation physique par rapport au contexte ; une situation commune aux 33 églises paroissiales où l'accueil est en quelque sorte refusé par la barrière de la clôture qui transforme l'espace en une sorte de couvent. Dans un cas même - celui de la paroisse Saint-Maximilien-Kolbe à Prato Fiorito - le parc public en face de l'église est scindé par une clôture qui sépare la partie dont la paroisse est propriétaire de celle qui est du ressort de la Mairie de Rome. Par son refus de raccorder les deux surfaces pour n'en faire qu'une, l'église a empêché la mise en place d'un parc public plus vaste au détriment de la communauté locale (figure 18).

Figure 18 : Église Saint-Maximilien-Kolbe à Prato Fiorito Rome, extérieur

Figure 18 : Église Saint-Maximilien-Kolbe à Prato Fiorito Rome, extérieur

Photos : A. Marcuccetti, 2010.

67L'expérience de Dives in Misericordia, l'église monumentale du Grand Jubilé, ne peut être considérée comme point d'arrivée ou point de départ ou de réflexion applicable aux lieux de culte futurs de la Capitale italienne. Ni du point de vue « du sacré » - parce que trop spirituelle et abstraite - ni du point de vue du langage architectural - blanche et aseptique comme elle est, trop « protestante » - ni, enfin, dans sa construction géniale par les choix adoptés mais trop coûteuse pour constituer un modèle.

68Dans le panorama romain, le système paroissial tel qu'il est actuellement conçu risque d’être utilisé pendant longtemps encore, mais il laisse déjà apparaître sa limite. Il s'avère en effet surdimensionné, aussi bien en matière d'espaces collectifs qu'en ce qui concerne les espaces dévolus à l'assemblée célébrante. La sensation de vide induite par la faible affluence de fidèles, les nombreux espaces inoccupés pour la catéchèse ne sont plus adaptés au nombre et aux exigences de la collectivité.

69Le Vicariat ne prend pas conscience des modifications intervenues dans les habitudes des communautés. Ces changements sont liés à l'essor des nouveaux lieux du collectif urbain, points d'agrégation centralisateurs de personnes, qui sont en passe de changer les dynamiques mêmes de l'agrégation. Les promoteurs publics et privés, eux, l'ont bien compris et ont introduit dans leurs projets, au titre de service complémentaire, les nouveaux espaces destinés au culte, aujourd'hui de plus en plus présents dans les gares ferroviaires, les aéroports, les hôpitaux, les hôtels et les centres commerciaux. Du même coup, par leur contribution ils sont devenus acteurs de la mise en place de nouveaux paramètres visant à renforcer le pouvoir d'attractivité et de compétitivité de leurs projets.

70Il demeure toutefois incontestable qu'à ce jour les espaces destinés, dans le contexte romain, aux autres cultes - si l'on fait abstraction de la mosquée de Portoghesi - ne sont pas pris sérieusement en considération : il suffit de songer au temple hindouiste placé dans un sous-sol ou encore au lieu interconfessionnel de l'aéroport international Leonard de Vinci, pour se rendre compte du chemin qu'il reste à faire afin de combler les lacunes qui continuent de persister dans la Ville éternelle.

71Les scénarii futurs concernant les lieux de culte à Rome ne sont donc ni clairs ni définis. Les temps ne sont pas encore mûrs pour une réflexion approfondie : le passé pèse sur la libre pensée et le libre choix des personnes et des communautés des différents cultes non catholiques.

Haut de page

Bibliographie

BAGLIONE, C, 1996/1997, Il mondo sulla soglia l’architettura sacra di Rudolf Schwarz, Casabella, 640/641, Milan : Elemond.

CRIPPA M. A, 2007,Luoghi e modernità [Lieux et modernité], Jaca Book, Milan. p. 71-73.

FALZETTI, A, 2003, La chiesa Dio Padre Misericordioso, Rome : Clear.

FLORY E, 2009, Guide des architectures religieuses contemporaines à Paris et en Île de France, Editions Alternatives, Paris.

FRAMPTON, K, 2003, Richard Meier, Milan : Electa

GENNARO, P, 1992, Architettura e spazio sacro nella modernità, Milan : Abitare Segesta Cataloghi

GUARDINI, R, 1964, L’opera d’arte, in Scritti filosofici, I, Milan : Fratelli Fabbri

HERVIEU-LÈGER D. 2003, Il pellegrino e il convertito. La religione in movimento, Bologna

HERVIEU-LÈGER D. 2010, Chiesa e città, edizioni Qiqajon, Bose pp. 31-46

INGALLINA P, 2009, Nuovi scenari per l'attrattività del territorio [Nouveaux scénarios pour l'attractivité du territoire], Franco Angeli.

ITALCEMENTI GROUP, 2001-2002-2003, Chiesa Dives in Misericordia. Rome. Projet Richard Meier, vol I, II, III, Milan : Edita.

LEBRUN P. 2004, Le temps des églises démontables. L’architecture religieuse face aux trasformations urbaines des années 1950 et 1960, Histoire urbaine 2004/1, Paris.

LEBRUN P, 2011, Le temps des églises mobiles - L'architecture religieuse des trente glorieuses, Editions Infolio, Gollion..

MAGGIANI S, 2003, Chiese, arte architettura e liturgia, Milan : Silvana editoriale.

MAGGIANI S, 1998, Celebrare con la luce, edizioni BTicino.

MARTINI, C, 1996/1997, Il mistero indicibile, Casabella, 640/641, Milan : Elemond.

MASIERO R, 1996/1997, Rudolf Schwarz : l’altra modernità, Casabella, 640/641, Milan : Elemond.

MORRESI, M, 1996/1997, Vittorio De Feo cappella a Roma Tor Vergata, Casabella, 640/641, Milan : Elemond.

PHENT, W, 1996/1997, La luce nell’oscurità, Casabella, 640/641, Milan : Elemond.

PINTO D, 2004, La France et ses quatre religions, in Esprit.

RATTI, P, 1990, Guida alle nuove chiese di Roma, Rome : Gangemi Editore

SANSON, V, 2002, Lo spazio sacro. Architetturae liturgia, Padoue : Messaggero.

SCHWARZ, R, 1963, catalogue M. Schwarz, Heidelberg : Akademie der Künste Berlin.

Web :
Self Made Urbanity, http://smu-research.net/italian.

Thèses :
BENKOULA Sidi Mohamed El Habib, La mosquée et ses enjeux d’insertion contemporaine dans la ville « non musulmane », Institut d’urbanisme de Paris, Paris 2005.

CHATELAN Olivier, Les catholiques et la croissance urbaine dans l’agglomération lyonnaise pendant les Trente Glorieuses (1945-1975), Faculté de Géographie, Histoire, Histoire de l’art, Tourisme, Université Lumière Lyon 2. Lyon 2009.

FREMAUX Céline, Construire des églises en France dans la seconde moitié du XXème siècle. De la commande à la réalisation. Nord-Pas-de-Calais (1945-2000), Université de Rennes 2 - Haute-Bretagne, U.F.R. Arts, lettres, communication, Rennes 2005.

Interviews :
Roncayolo Marcel, Urbaniste et géographe, Directeur d'études à l'École des Hautes Études En Sciences Sociales, EHEES, directeur de 1991 à 1994 de l'Institut d'Urbanisme de Paris.

Architecture Studio et la représentante du Diocèse de Créteil Marie-Pierre Étienney, interviewés à Paris le 1er avril 2011 sur les problématiques de la construction de la Cathédrale.

Habitants catholiques et musulmans du XIXème arrondissement de Paris, à proximité de Notre-Dame-des-Foyers, le 26 mars 2010.

Habitants et responsables locaux de Prato Fiorito, "borgata abusive » à l'est de Rome, église Saint-Maximilien-Kolbe, dans le cadre de la recherche sur la ville informelle contemporaine en Europe 2010, en collaboration avec Self Made Urbanity.

DVD

Sept nouvelles églises pour aujourd'hui, Gregorz Tomczak, Le Jour du Seigneur, Édition 2009.

Haut de page

Notes

1 29 novembre 2009 : interdiction de construire des minarets en Suisse.

2 19 mars 2011, la Grande Chambre de la Cour Européenne des droits de l'homme a acquitté l'Italie de l'accusation de violation des Droits de l'Homme du fait de l'exposition du crucifix dans les salles de classe scolaires.

3 Ingallina Patrizia, 2009 Nuovi scenari per l'attrattività del territorio [Nouveaux scénarios pour l'actractivité du territoire], Franco Angeli.

4 Espace situé devant une église.

5 Réglée par les Accords du Latran du 11 février 1929 et par le Concordat du 18 février 1984.

6 Pinto Diana, La France et ses quatre religions, in Esprit, février 2004.

7 Article 4 de la loi 1905 : « Dans le délai d'un an, à partir de la promulgation de la présente loi, les biens mobiliers et immobiliers des menses, fabriques, conseils presbytéraux, consistoires et autres établissements publics du culte seront, avec toutes les charges et obligations qui les grèvent et avec leur affectation spéciale, transférés par les représentants légaux de ces établissements aux associations qui, en se conformant aux règles d'organisation générale du culte dont elles se proposent d'assurer l'exercice, se seront légalement formées, suivant les prescriptions de l'article 19, pour l'exercice de ce culte dans les anciennes circonscriptions desdits établissements. »

8 Cette situation a été constatée personnellement à plusieurs occasions lors de la sortie de la messe.

9 Informations fournies par la paroisse de Saint-François-Molitor.

10 Construite en 1966, cette église est située au 18, rue de Tanger, 75019 Paris.

11 Benkoula Sidi Mohamed El Habib, La mosquée et ses enjeux d’insertion contemporaine dans la ville « non musulmane », Institut d’urbanisme de Paris, Paris 2005.

12 La procédure pour les permis de construire de la part de la Mairie de Rome est très longue et les infrastructures urbaines de raccordement de l'église et du quartier ne sont réalisées, dans la majeure partie des cas, qu'en partie.

La procédure pour les permis de construire de la part de la Mairie de Rome est très longue et les infrastructures urbaines de raccordement de l'église et du quartier ne sont réalisées, dans la majeure partie des cas, qu'en partie.

13 Le IIème Concile œcuménique du Vatican, plus couramment appelé Vatican II ou Sacrosantum Concilium, est le XXIe concile œcuménique de l'Église catholique romaine. Il a été ouvert par le pape Jean XXIII en 1962 et clos sous le pontificat de Paul VI en 1965. On le considère généralement comme l'événement le plus marquant de l'histoire de l'Église catholique au XXe siècle, symbolisant son ouverture au monde moderne et à la culture contemporaine faite de progrès technologiques considérables, d'émancipation des peuples et de sécularisation croissante.

14 Ouverte par le Pape Jean Paul II à l'occasion de l'« Année Sainte » en 2000.

15 Concile de Trente, 1563.

16 Terme latin signifiant "maison de l'assemblée" ou "maison de l'église" : édifice privé, adapté aux nécessités du culte, où se réunissaient les premiers chrétiens avant l'édit de Constantin de 313 après J.C.

17 Année 2000.

18 Romano Guardini, (1885-1968) , théologien et écrivain italien, naturalisé allemand, catholique.

19 Crippa Maria Antognetta, Luoghi e modernità [Lieux et modernité], Jaca Book, Milan 2007, pp. 71-73.

20 Étudiant du Bauhaus à Dessau puis architecte d'églises et auteur de publications.

21 Disposition de l’assemblée des fidèles autour l’autel. Circumstantes, (crée par l’architecte Dominikus Böhm) Il s'agit d'attirer le regard de l'assemblée sur l'autel.

22 Sur une esquisse pour une église à Berlin-Lichterfelde 1936.

23 R. Schwarz « … et lorsque Mies se mit à l'ouvrage il était trop tard ».

24 Arts and Architecture, 70/1,1953 : 18-19.

25 R. Schwarz, 1963 : 5.

26 R. Guardini, 1979.

27 Livre qui contient les instructions et les normes liturgiques après le Concile Vatican II, dernière version 1994.

28 Note pastorale sur « L’aménagement des églises selon la réforme liturgique », de 1961

29 Recensements ISTAT, 2001

30 État civil de la Mairie de Rome.

31 Estimations de la Mairie de Rome.

32 Caritas italienne, dossier immigration 2010.

33 Francesco Garofalo, 1997, The Church of the Year 2000, Casabella 640/641.

34 Source des données : Self Made Urbanity, http://smu-research.net/italian.

35 Source des données : Vicariat de Rome.

36 Idem.

37 Ibidem.

38 Titulaire du diocèse de Rome, le Pape (évêque de Rome), a recours pour l'administration à deux vicaires généraux : l'un pour la partie vaticane du territoire et l'autre pour la partie italienne, les deux forment le Vicariat de Rome.

39 Source des données : Vicariat de Rome.

40 Francesco Garofalo, 1997, The Church of the Year 2000, Casabella 640/641

41 A. Falzetti Antonella, 2003 : p. 28.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Disposition de l’assemblée des fidèles autour l’autel. Circumstantes, esquisse de Rudolf Schwarz
Crédits   
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2 : Eglise à Berlin-Lichterfelde, esquisse de projet, Emil Steffann 1936
Crédits   
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 3 : Chapel Saint Savior extérieur
Crédits Photo : Marcuccetti, 2000
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Figure 4 : Dives in Misericordia dans la localité Tor Tre Teste, vue satellitaire de l'emplacement
Crédits Photo Google Earth, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 5 : Dives in Misericordia extérieur
Crédits Photo Marcuccetti, 2009.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 6 : Dives in Misericordia intérieur
Crédits Photo Marcuccetti, 2009.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 7 : Dives in Misericordia, lucarne
Crédits Photo Marcuccetti, 2009.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 8 : Dives in Misericordia, plan et disposition liturgique
Crédits Schéma A. Marcuccetti, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 9 : Emplacement des églises construites après l'an 2000 dans le diocèse de Rome
Crédits Plan : A. Marcuccetti, 2011.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 10 : Temple hindou extérieur et intérieur
Crédits Photos A. Marcuccetti, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 12 : Chapelle de l'aéroport Leonardo da Vinci extérieur et intérieur
Crédits Photos : A.  Marcuccetti, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 13 : Chapelle interreligieuse de l'aéroport Léonard de Vinci, indication et vue intérieure
Crédits Photos : A. Marcuccetti, 2011.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 14 : Chapelle de Corviale extérieur et intérieur
Crédits Photos : A. Marcuccetti, 2007.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Figure 15 : Eglise des zingari, extérieur
Crédits Photos : A. Marcuccetti, 2004
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure16 : Chapelle de l'université Tor Vergata extérieur et intérieur
Crédits Photos : A. Marcuccetti, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 17 : Chapelle de l'hôpital Umberto I extérieur et intérieur
Crédits Photos : A. Marcuccetti, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 18 : Église Saint-Maximilien-Kolbe à Prato Fiorito Rome, extérieur
Crédits Photos : A. Marcuccetti, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1569/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Marcuccetti, « L'espace du sacré à Rome : le visible, l'invisible, les scénarios futurs  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/1569 ; DOI : 10.4000/tem.1569

Haut de page

Auteur

Andrea Marcuccetti

Architecte – doctorant
Via Poggio Moiano 34a
00199 ROMA
Italie
andrea@marcuccetti.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page