Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jérôme Ballet, J.-M. Kouamékan Koffi, Kouadio B. Koména, T. Mahéfasoa Randrianalijaona : Comment préserver les ressources naturelles ? Le mythe de la gestion participative

Editions Rue d'Ulm. 2011. 57p.
Caroline Norrant-Romand
Référence(s) :

Jérôme Ballet, J.-M. Kouamékan Koffi, Kouadio B. Koména, T. Mahéfasoa Randrianalijaona : Comment préserver les ressources naturelles ? Le mythe de la gestion participative. Editions Rue d'Ulm. 2011. 57p.

Texte intégral

1Dans le contexte actuel généralisé de développement durable, la nature et plus particulièrement les ressources naturelles ont une place de choix parmi les questions environnementales. Cet ouvrage propose de mener une réflexion sur la préservation des ressources naturelles dans les pays en développement, et notamment d’analyser le concept de gestion participative. Cette modalité de gestion des ressources se traduit en théorie par la participation des populations locales, lesquelles doivent en tirer bénéfice.

2La réflexion autour de cette notion de gestion participative s’articule autour de cinq points : le premier, « le credo imposé de la gestion participative », définit ce qu’est la gestion participative ainsi que ses objectifs ; le second chapitre, « l’illusion de la gestion participative », fait le point sur la réalité : la gestion participative ne serait qu’une façade à des fins de profit financier. Le troisième chapitre, « un déficit de démocratie », montre que les populations locales n’ont pas tellement droit à la parole dans la notion de gestion participative, les moyens leur étant imposés, ce qui, en conséquence, diminue leur implication réelle. Le quatrième chapitre, intitulé « des projets inappropriés », met en relief le fait que les projets de gestion participative imposés sont non seulement en décalage avec les pratiques des populations locales, mais qu’en plus de renforcer les inégalités sociales au sein de ces populations, ils aboutissent à terme à la destruction des ressources naturelles qu’ils étaient censés protéger. Enfin, le dernier chapitre traite des perspectives de la gestion participative dans lequel les auteurs abordent notamment la question du comportement de néocolonialisme écologique de certaines ONG environnementales, comportement engendré par de nombreux principes d’action issus de connaissances scientifiques et appliqués aux pays en développement, et qu’il faudrait abandonner afin que les objectifs et les résultats de la gestion participative soient réellement la préservation des ressources naturelles : la conservation doit être pensée comme un outil de développement et non d’asservissement, et ce peut-être par la création d’une culture commune autour des ressources et de leur usage.

3Cet ouvrage, quoique court, met à l’honneur une notion, celle de gestion participative, dont on parle beaucoup mais qui est encore mal connue, surtout dans les différents abus que pointent les auteurs. De plus, la réflexion est étayée par quelques graphiques et illustrations, mais surtout par des exemples concrets, qui dénoncent certaines pratiques qui donnent tout son sens à l’expression de « néocolonialisme écologique ». Il s’agit donc d’un ouvrage qui relance la réflexion sur une expression devenue d’usage courant, et qui en apporte une critique extrêmement bien construite, permettant ainsi de porter le débat encore un peu plus loin dans le champ des ressources naturelles et de la gestion participative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Norrant-Romand, « Jérôme Ballet, J.-M. Kouamékan Koffi, Kouadio B. Koména, T. Mahéfasoa Randrianalijaona : Comment préserver les ressources naturelles ? Le mythe de la gestion participative », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://tem.revues.org/1514

Haut de page

Auteur

Caroline Norrant-Romand

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page