Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Stéphane Rosière, Kevin R Cox, Céline. Vacchiani-Marcuzzo, Carl Dahlman, (dir.) : Penser l’espace politique

Ellipses, Paris, 2009, 346 p.
Patrick Picouet
Référence(s) :

Stéphane Rosière, Kevin R Cox, Céline. Vacchiani-Marcuzzo, Carl Dahlman, (dir.) : Penser l’espace politique, Ellipses, Paris, 2009, 346 p.

Texte intégral

1Selon les auteurs, cet ouvrage a pour but de présenter la pluralité des écoles, des approches et des réflexions liées à la compréhension de l’espace politique. Dans la préface, est d’abord rappelée l’importance initiale de la pensée allemande à travers les travaux de F. Ratzel, fondateur de la géographie politique et de ceux, à mon sens beaucoup plus contestables de Haushofer et Kjellén. Même si la mise au ban de la Geopolitik est ensuite évoquée, il est étonnant de ne pas trouver une référence à J. Ancel qui s’y oppose courageusement durant les années 1930 alors que la géographie politique se développe en Amérique du Nord. Elle est marginalisée dans les années 1950, au moment de la révolution spatiale-quantitative, la modélisation et les approches quantitatives la concernant initialement peu, à l’exception de la géographie électorale. Les influences du marxisme et du post-modernisme, avec d’une part, l’entrée nouvelle de l’économie dans l’approche politique de l’espace et la socialisation de la géographie, d’autre part, l’apparition de nouveaux thèmes, les études de genre, des minorités, des violences de masse, bouleversent véritablement la géographie politique. L’ouvrage souhaite refléter ce foisonnement intellectuel après une présentation initiale contextualisée des concepts et échelles par S. Rosière.

2L’ensemble est divisé en quatre parties. Dans la première « Pouvoir et domination », les auteurs interrogent la notion de pouvoir dans la tradition étatsunienne (J. Allen) puis, classiquement, les notions de politique mondiale et de puissance mondiale au début du XXème siècle (J-B. Arrault) et enfin les liens séculaires entre le pouvoir et l’économie (C. Vandermotten). Plus originale, l’étude de la territorialité mobile en relation avec le genre (N. Cattan) permet de renouveler les concepts spatiaux et de proposer leur hybridation afin d’interpréter les liens sociaux-spatiaux actuels. L’approche des enjeux sexuels et des questions de genre dans des perspectives féministes invite à une rupture épistémologique par la pluridisciplinarité et la subjectivité (M. Blidon).

3Dans la deuxième partie, « Territoire et démocratie », les auteurs s’interrogent sur le concept de territoire (V. Banos), sur les conséquences de l’interethnicité dans la production de l’espace public (R. Paddison). J. Bitoun analyse les forces et les contraintes qui ont généré le maillage administratif du Brésil. C. Dahlman s’intéresse aux « espaces perméables », hiatus et zones grises comme des espaces forgeant de nouveaux rapports sociaux.

4Dans la troisième partie, « Pertinence des frontières », J. Fall propose d’étudier les frontières à travers le tryptique réification, naturalisation et fétichisation qu’elle oppose à la progression des praticiens, définition, délimitation, démarcation. La confrontation entre la circulation et la sécurité est abordée par l’étude des migrants clandestins à Strasbourg (P. Zander) et celle des frontières de l’Union Européenne (V. Kolossov et N. Borodoulina). Autour de l’Union Européenne, Y. Richard explore l’émergence d’une frontière « souple » ou « floue » qui correspond à une « zone transfrontalière voire transnationale ».

5La quatrième partie interroge « les échelles du politique » de la politique mondiale (P. Venier) aux trottoirs urbains de Vancouver (N. Blomley) en passant par celles de l’Union Européenne (V. Mamadouh et H. Van der Wusten) et de la nation italienne (G. Djament-Tran).

6Les acteurs et les problématiques de la géographie politique ont bien changé en un siècle. L’un des grands intérêts de cet ouvrage est de souligner la diversité et la richesse des approches actuelles, l’autre étant de puiser grand nombre de sources dans les publications anglo-saxonnes. Voici un état de la géographie politique très utile, en particulier, à tous les étudiants en master, les doctorants et les chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Picouet, « Stéphane Rosière, Kevin R Cox, Céline. Vacchiani-Marcuzzo, Carl Dahlman, (dir.) : Penser l’espace politique », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 juillet 2014. URL : http://tem.revues.org/1504

Haut de page

Auteur

Patrick Picouet

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page