Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Pascal Tozzi : Pour une gestion durable des forêts

2011, Paris Editions Rue d’Ulm, 68 p.
Christelle Hinnewinkel
Référence(s) :

Pascal Tozzi, Pour une gestion durable des forêts, 2011, Paris Editions Rue d’Ulm, 68 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Pascal Tozzi invite à une approche concrète du concept de développement durable en proposant une réflexion sur la « durabilité appliquée au secteur forestier » (p. 15). L’intention de l’auteur est de participer à la dissémination de réflexions sur les politiques forestières (p. 19). L’un des apports fondamentaux de l’ouvrage est de proposer une synthèse critique de la question de la gestion forestière. L’auteur y parvient en proposant un texte très agréable à lire et extrêmement bien structuré. L’ouvrage est organisé en trois parties, chacune divisée en trois sous-parties.

2La première partie est consacrée à une synthèse des enjeux du développement durable des forêts. L’auteur y discute des limites de la mise en œuvre des principes du développement durable et de la conservation des forêts. Cette partie propose une définition de la forêt selon les principes du développement durable pour ensuite faire ressortir les difficultés à identifier des critères et des indicateurs puis les tensions entre acteurs « ravivées » par le changement de paradigme que connaît le domaine de la conservation des forêts. Les relations entre les acteurs des pays du nord et ceux des pays du sud ainsi que le débat sur l’intérêt du modèle des aires protégées sont notamment discutés.

3Une analyse des stratégies des acteurs de la gestion forestière est alors logiquement proposée dans la deuxième partie. La présentation des interactions entre les trois principaux acteurs de la gestion forestière que sont l’Etat, la société civile et les industriels est l’occasion pour l’auteur de discuter de l’hypothèse d’un changement en cours de mode de gouvernement. Cette partie met l’accent sur l’échec de l’intervention publique et l’émergence du modèle de la certification pour compenser l’inefficacité de l’approche étatique mais souligne l’importance du rôle de l’Etat. Ce dernier est en effet garant d’un minimum de « bonne gouvernance » notamment en raison de son rôle dans l’élaboration du cadre législatif mais aussi lorsqu’il souhaite s’engager dans une politique de gestion des forêts (parfois sous l’influence des ONGE) tant à l’échelle nationale qu’internationale.

4Afin de préciser le changement de système de gouvernement en cours, la troisième partie offre un récapitulatif critique des instruments institutionnels de la gouvernance forestière. L’auteur discute de la cohérence entre les différents niveaux de gestion forestière à partir de trois exemples. L’exemple de la gestion forestière française qui favorise la fonction productive de bois permet d’analyser le dualisme entre une agence au service de l’intérêt national et les organisations professionnelles de sylviculteurs. L’échelon européen qui ne s’est pas doté d’une politique forestière offre l’occasion de montrer comment une puissance publique peut intervenir sur la gestion forestière par l’intermédiaire d’autres politiques telles que les politiques agricole ou commerciale. L’auteur qualifie ensuite l’échelon international de gouvernance « molle » en raison de la complexité et de la « lourdeur » des procédures issues notamment des concurrences. La certification apparaît alors comme un modèle plus efficace permettant de faire émerger plus rapidement un consensus. Cependant l’auteur souligne que ce mode de régulation qui utilise les mécanismes du marché n’est pas épargné par la contestation, en particulier des normes. En effet, les différents acteurs créent différentes normes qui entrent en concurrence. Mais la gouvernance forestière ne s’attache pas uniquement à réguler les modes d’exploitation forestière par des conventions ou des certifications, elle ambitionne aussi de limiter la déforestation. Pour mettre en évidence le consensus international en faveur de la lutte contre la déforestation, l’auteur présente l’argumentaire de ce consensus et analyse deux mécanismes de contrôle de la déforestation : les accords bilatéraux pour lutter contre le commerce des bois issus de coupes illégales et la compensation financière pour la préservation du couvert forestier.

5La rigueur de l’organisation du texte et la qualité de sa rédaction permet de comprendre facilement la pensée de l’auteur. Cette analyse critique du changement de paradigme et de gouvernance suscité par l’avènement de la durabilité dans le domaine forestier conduit finalement l’auteur à penser que le principal apport de la mise en œuvre des principes du développement durable dans la gestion forestière est d’offrir un nouvel espace aux controverses sociétales et aux expérimentations (p. 65). Le seul petit regret concerne la bibliographie. Au total, seule une petite douzaine d’appels à référence bibliographique est disséminée dans le texte. L’auteur avance alors parfois des données sans indiquer la source. Comme par exemple à propos de l’existence de soixante millions de personnes dépendantes directement de la forêt (p. 28) ou bien à propos de la simplification ou de la dramatisation du discours scientifique sur les forêts (p. 38) ou bien encore à propos de la limitation des autochtones à un rôle consultatif (p. 40). L’auteur utilise également parfois une forme impersonnelle pour parler des acteurs : « certains analystes voient » (p. 43), « les observateurs regrettent » (p. 53), « beaucoup d’acteurs soulignent » (p. 53), « procède pour certains d’une institutionnalisation » (p. 54). Une liste de références bibliographiques un peu plus riche aurait facilité l’essaimage des réflexions sur les politiques forestières tant souhaité par l’auteur (p. 19). Le manque d’appel à référence bibliographique dans le texte est probablement le résultat de l’effort de coupes effectuées (p. 19) pour rendre l’ouvrage plus accessible à tous. Cet ouvrage reste cependant extrêmement stimulant car l’auteur a su mettre en évidence la complexité de la mise en œuvre des principes du développement durable dans le domaine forestier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Hinnewinkel, « Pascal Tozzi : Pour une gestion durable des forêts », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://tem.revues.org/1502

Haut de page

Auteur

Christelle Hinnewinkel

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page