Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

François Bost et Sylvie Daviet (dir.) : Entreprise et environnement. Quels enjeux pour le développement durable ?

Paris, 2011, Presses Universitaires de Paris Ouest.
Hervé Flanquart
Référence(s) :

François Bost et Sylvie Daviet (dir.) : Entreprise et environnement. Quels enjeux pour le développement durable ?, Paris, 2011, Presses Universitaires de Paris Ouest.

Texte intégral

1Issu d’un colloque organisé en septembre 2008 à l’Université de Paris Ouest La Défense par la commission « Industrie et Emploi » du Comité National Français de Géographie CNFG), l’ouvrage se divise en 18 chapitres réunis en trois grandes parties : « Environnement, risques et conflits », « Acceptabilité de l’entreprise et prise en compte de l’environnement » et « Produire autrement, les nouveaux marchés de l’environnement ». Les contributions, d’un intérêt inégal, sont l’œuvre d’universitaires et chercheurs appartenant à des disciplines différentes : géographie (la mieux représentée), urbanisme et aménagement, économie, gestion, droit et sciences politiques. Parmi ces contributions, quatre nous ont paru présenter un intérêt particulier. Essentiellement parce qu’elles mettent à mal une vision trop binaire des positions en matière de développement, qu’elles montrent que ne s’affrontent pas toujours, d’un côté, des productivistes inconscients des enjeux environnementaux et, de l’autre, des écologistes soucieux de préserver la planète, purs partisans d’un développement durable. La réalité est souvent bien plus complexe, et la lecture de ces quatre articles convainc aisément qu’il n’est pas toujours facile de déterminer de manière univoque ce qui va dans le sens ou pas d’un développement durable, et qu’il existe des conflits à l’intérieur même de la sphère de ceux qui se revendiquent défenseurs de l’environnement.

2La première contribution allant dans ce sens est celle de Michel Deshaies, qui se penche sur l’exploitation du lignite en Allemagne. L’activité d’extraction à ciel ouvert menées par de grandes compagnies minières bouleverse les paysages et focalise deux types d’opposition : celle des habitants qui voient leur village déplacé pour laisser place aux énormes engins extracteurs, et celle d’écologistes qui soulignent que l’emploi de ce combustible fossile pour produire de l’électricité contredit les objectifs de réduction d’émission des gaz à effet de serre fixés dans le cadre du protocole de Kyoto. Mais, face à ces critiques, les sociétés minières mettent en avant un contre-argument non dépourvu de force : en utilisant la couverture sédimentaire dégagée lors de l’exploitation du lignite pour édifier des collines et plateaux artificiels – qui sont ensuite reboisés –, on peut, à la fin de l’exploitation, reconfigurer les lieux en paysages plus intéressants et diversifiés que ceux correspondant à l’état originel. Les qualités esthétiques de ce relief artificiel, et les opportunités économiques qu’il offre, compenseraient alors les inconvénients.

3Solange Montagné Villette s’intéresse quant à elle à la mobilisation d’arguments empruntant au registre du développement durable par les riverains qui veulent – en bons « nimbystes » – se prémunir des nuisances de circulation dans leur quartier. A travers l’exemple du projet d’ouverture du magasin IKEA à Mougins, dans les Alpes-Maritimes, l’auteur montre comment les habitants d’un quartier de cette ville et de villages voisins, pour échapper aux désagréments d’une circulation automobile qui s’intensifierait, invoquent la qualité de la vie, la protection d’espèces végétales rares et la présence d’un monument historique à proximité immédiate du site choisi pour s’opposer fortement au projet. S. Montagné Villette met ainsi en évidence qu’une entreprise, pour échapper aux critiques des habitants ses voisins, ne doit pas seulement répondre de l’innocuité de sa production, mais aussi de celle de sa fréquentation. C’est pourquoi, paradoxalement, « l’entreprise industrielle automatisée, fabriquant des produits chimiques, soumise à des règles environnementales très strictes, peut être mieux acceptée qu’une entreprise de services accueillant une clientèle importante tel un hôpital de jour, une entreprise d’insertion ou un complexe cinématographique […] » (p.167).

4C’est la question de la production d’électricité hydraulique et des conflits environnementaux qu’elle engendre qui intéresse Eloi Leymarie. Analysant le bassin de la Garonne, dans lequel coexistent activités agricoles, vie urbaine et grandes retenues artificielles d’eau, il montre comment la montée en puissance des préoccupations touchant au changement climatique a reconfiguré le débat sur les vices et les vertus de l’électricité hydraulique. Alors qu’auparavant les associations environnementalistes focalisaient sur les perturbations causées par la régulation artificielle des débits des cours d’eau et les bouleversements écologiques engendrés par la création de retenues d’eau en altitude, elles ont plus de mal à faire entendre ce type d’arguments depuis que les émissions de gaz à effet de serre sont considérées comme la source numéro un de danger environnemental. Dans ce nouveau contexte, intérêt local (focalisant sur le bouleversement écologique du système hydraulique) et intérêt global (focalisant sur le bouleversement climatique) s’opposent. Et le débat se déplace : il n’est alors plus entre développement économique et impératif environnemental, mais s’installe au sein même de ce dernier.

5Dans Genèse d’une ville verte, Richard A. Walker se penche de son côté sur la naissance puis la montée en puissance d’une « culture verte » à San Francisco (et plus généralement en Californie). L’histoire est longue et complexe ; mais ce qui est particulièrement intéressant dans cet article tentant d’en rendre compte, c’est que l’auteur ne fait pas l’impasse sur les conflits qui ont pu opposer une élite essentiellement blanche et universitaire, fortement engagée dans les combats sociaux, et des masses d’habitants nettement moins bien pourvues en capitaux économique et culturel, et donc moins bien préparées pour l’action publique. Il montre au contraire que c’est en dépassant ces antagonismes et en construisant une alliance – imparfaite, un peu contre nature et exceptionnelle par rapport au reste du pays – que les deux groupes sociaux ont pu faire émerger une « culture verte ».

6Parmi les autres articles qui nous ont semblé présenter un grand intérêt pour qui se préoccupe des enjeux et débats en matière de développement durable, on peut citer ceux de Christophe Beaurain et Jérôme Longuépée sur les conflits et coopérations en matière de développement dans la zone très industrialisée de Dunkerque, ainsi que celui de Christine Liefooghe sur le dévelopement des entreprises « Clean Tech » dans la région du Nord – Pas-de-Calais. On peut aussi citer le dernier article du livre, celui de Federica Ranghieri, qui présente une étude de cas intéressante sur les projets développés dans les pays du sud – ici la Colombie – dans le cadre des Mécanismes de Développement Propre prévus par les accord de Kyoto. L’analyse critique du projet de développement d’une ferme d’éoliennes dans une communauté indigène de la région de La Guajira montre l’intérêt de tenter d’articuler réduction d’émission des gaz à effet de serre, développement de la participation citoyenne et développement d’une zone défavorisée.

7Pour terminer, nous regretterons que le travail d’édition du livre ne soit pas toujours au-dessus de tout reproche, que notamment certains tableaux et certaines cartes présentent des difficultés de lecture : écriture noire sur bandeaux gris foncés et unité des valeurs parfois insuffisamment claire pour les tableaux, taille trop petite pour les cartes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Flanquart, « François Bost et Sylvie Daviet (dir.) : Entreprise et environnement. Quels enjeux pour le développement durable ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://tem.revues.org/1500

Haut de page

Auteur

Hervé Flanquart

Université du Littoral Côte d’Opale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page