Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Christian Grataloup :Faut-il penser autrement l’histoire du monde ?

Collection Éléments de réponse, Armand Colin, Paris, 2011, 213 p.
Yves Boquet
Référence(s) :

Faut-il penser autrement l’histoire du monde ? Collection Éléments de réponse, Armand Colin, Paris, 2011, 213 p.

Texte intégral

1Après ses ouvrages “L’invention des continents. Comment l’Europe a découpé le monde » (2009) et « Géohistoire de la mondialisation. Le temps long du monde » (2010), C. Grataloup, qui essaie de suivre dans le temps long le mouvement des territoires, poursuit sa réflexion sur les relations entre géographie et histoire, dans cet essai volontairement allégé de références bibliographiques trop nombreuses. Il aborde cette vaste question sous plusieurs angles, mais avec comme fil conducteur l’importance de la réflexion géographique multiscalaire pour mieux comprendre une histoire du monde qui est encore à faire.

2Dès le préambule (« Les flèches parallèles »), l’auteur évoque le caractère trop « tubulaire » de l’histoire telle qu’elle a été longtemps enseignée à l’école, et rappelle après F. Durand-Dastès que le géographe se pose la question « Où ? Pourquoi pas là et pas ailleurs » face à l’historien qui s’interroge sur le « Quand ? Et pourquoi à ce moment-là ? ». Dans le couple histoire-géographie assez spécifique à la France, il convient de redonner de l’importance à l’espace comme clé de compréhension de l’histoire du monde, car les notions de proximité et d’éloignement jouent un rôle majeur dans l’évolution des sociétés humaines.

3L’introduction, « Mondialisation et géohistoire », montre que la mondialisation contemporaine, même si elle apparaît comme un phénomène neuf, entraînant un nouveau regard sur le monde qui n’est plus seulement une collection de territoires juxtaposés, invite à se plonger dans les profondeurs de l’histoire humaine pour en retrouver les racines, mais introduit aussi à partir de 1978-80 environ, une réflexion nourrie sur la place du monde occidental dans l’évolution du monde. Divers courants intellectuels, comme la « French theory » ou la dénonciation de l’« orientalisme » par E. Saïd, conduisent aux réflexions postmodernes et postcoloniales, tandis que l’effondrement du système soviétique et la réémergence de grandes puissances comme la Chine et l’Inde obligent à revoir les schémas trop européo-centrés de l’histoire mondiale.

4L’histoire peut-elle encore s’écrire au singulier, lorque l’horizon du temps n’est plus celui du méridien de Greenwich ?

5Dans le premier chapitre (« Un singulier pluriel, l’humanité »), C. Grataloup se demande pouquoi l’humanité est plurielle, pourquoi il y a eu autant de sociétés, et donc autant d’histoires. Il remonte pour ce faire à la diffusion exceptionnelle de l’humanité dans des milieux très divers, évoquant les caractéristiques spécifiques de l’espèce humaine, la sédentarisation, la séparation de l’espèce humaine en sociétés distinctes, parlant de multiples langues, qui ont parfois servi de base à la création d’États à une date récente, bien que l’histoire montre la fluidité des sociétés, par exemple au Kosovo. L’auteur évoque le caractère figeant, et facteur d’exclusion, des États-nations de type westphalien, modèle que l’Europe a ensuite cherché à imposer à d’autres régions du monde, y compris avec les entités internationales comme l’ONU, alors qu’existaient des empires aux limites floues et des structures politiques basées davantage sur les interactions que sur les limites fixes. L’État-nation apparaît ainsi comme un « tueur de niveaux sociétaux, un réducteur de l’échelle à un seul niveau ».

6Le deuxième chapitre (« Des espaces-temps suspects ») remet en cause les catégories classiques de l’histoire, comme l’Antiquité (se posant non seulement la question du « quand » mais aussi celle du « où ») ou le Moyen-Âge, termes européo-centrés qui n’ont guère de sens vus d’Afrique, d’Inde ou de Chine, et a fortiori du continent « américain » ou « précolombien » (terme qui suggère bien que l’histoire de l’Amérique serait assujettie à celle de l’Europe). Quelle est la signification d’une carte du monde au premier siècle « de notre ère » (là aussi, chronologie aussi arbitraire que la référence au méridien de Greenwich) ? Où est l’Antiquité ? En Méditerranée seulement. Ailleurs elle n’a guère de sens. C. Grataloup montre bien, par le cas du Musée du quai Branly, le basculement de l’approche « historique » par ères chronologiques (celles du Musée de l’Homme) à une approche « géographique », spatialisée, celle des grandes aires de civilisation (au risque d’une perspective huntingtonienne de « choc des civilisations » si on procède à un cloisonnement trop strict des aires culturelles, qui n’ont cessé d’échanger). Qu’est-ce « l’Afrique » ? Une construction intellectuelle européenne ? Et l’Asie ? Le Liban est-il asiatique ?

7Dans le troisième chapitre (« La fin d’un roman mondial »), Grataloup montre que la vision monolinéaire de l’histoire ne peut plus être utilisée. L’image simple d’une diffusion des progrès depuis la Mésopotamie, du Néolithique vers l’Europe occidentale et son appendice transatlantique, l’Amérique du Nord, qui sous-tend le déroulement des programmes scolaires, marginalise d’autres régions du monde, en Inde, en Chine, en Asie du Sud-Est, négligées voire absentes des connaissances des élèves et des étudiants. Elle est d’ailleurs erronée puisque les mégalithes se sont diffusés d’Ouest en Est ! Vus de Shanghai ou de Delhi, Europe et « Moyen-Orient » ne font-il pas partie d’un même ensemble culturel, celui des religions monothéistes révélées ? Qui a découvert l’Amérique ? Les Chinois ? Les Africains ? Les Phéniciens ? Tous sauf C. Colomb ? Le « roman européen » de l’histoire n’a-t-il pas volé les histoires des « autres », comme l’avance le courant afrocentriste malgré ses excès ? En créant le monde, son monde, avec ses « grandes découvertes », l’Europe se construit comme un modèle unique, alors que paradoxalement chaque nation européenne se construit face à l’autre (couple France/Allemagne). Il convient donc de reconstruire le discours sur l’histoire du monde, de le dé-Européaniser, de le mondialiser, mais c’est un saut conceptuel difficile à accomplir dans le cadre d’habitudes bien ancrées, par exemple le découpage en 4 périodes dont les historiens ont bien du mal à s’éloigner, d’autant qu’il est aussi porteur d’affrontements pour des postes d’enseignants-chercheurs et des budgets de recherche.

8Le géographe qu’est C. Grataloup insiste dans le quatrième chapitre sur « la dynamique de l’échelle ». Tous les récits historiques sont plus ou moins liés à la notion d’altérité, ainsi de l’opposition nomades/sédentaires. La construction des États-nations passe par la diabolisation de l’autre, aux frontières. Mais pour faire une véritable histoire du monde, il faut changer d’échelle, avoir un regard extérieur. « Réfléchir sur l’histoire mondiale », nous dit C. Grataloup, « c’est adopter un point de vue externaliste pour toutes les histoires locales, fussent-elles de sociétés gigantesques et de très longue durée, comme la Chine ». Un angle d’approche très géographique est celui de la distance et de la position relative, par exemple pour les interactions historiques entre la Chine et l’« Occident », ou bien en Europe entre les foyers économiques italiens et flamands. Des espaces réseaux ont pu se développer entre les grands centres économiques, mais un jeu complexe d’équilibre se fait jour entre la consolidation des grands États et le fractionnement des petites villes ou principautés marchandes. Aujourd’hui, cet équilibre est celui qui peut exister entre les États, d’essence européenne (y compris les États africains post-coloniaux qui ont été créés à partir des découpages coloniaux) et les forces-réseau de la mondialisation, difficiles à contrôler à l’échelle des gouvernements, nationaux ou internationaux (Union Européenne, ONU, ..), comme la crise financière actuelle l’illustre bien, qui aurait tendance à jouer les territoires les uns contre les autres : pays émergents/ vieux riches, paradis fiscaux/états contrôleurs.. ; il faut clairement utiliser l’échelle du monde et ne plus se limiter aux échelles nationales.

9Le chapitre 5 (« Patrimoines métis ») nous rappelle que le monde n’est pas cloisonné de façon étanche. Une étude du monde par grands blocs civilisationnels n’est pas idéale, il faut passer à l’échelon supérieur. Pour la commodité de l’étude – et des programmes scolaires – on pourrait bien sûr donner une importance relative aux divers espaces et périodes historiques en fonction de leur poids, par exemple démographique, culturel et économique. L’auteur fait un calcul approximatif du nombre d’humains ayant vécu à la préhistoire et dans les quatre périodes historiques classiques, calcul qu’on peut croiser avec celui des masses humaines indienne, chinoise, etc… Il propose aussi, plutôt que de transformer la géographie en histoire, de transformer l’histoire en géographie, avec une carte de situation des sociétés comme entrée pour comprendre leurs histoires, et en croisant deux faits complémentaires : l’émergence d’un système-monde et l’intégration plus ou moins rapide et profonde des sociétés dans ce système-monde. Histoire et géographie du monde mettent en exergue un centre eurasien, parcouru de grandes routes commerciales, et des extrémités (Europe, Chine + Japon) qui ont un patrimoine commun de fonctionnement des sociétés (gouvernements stables, monnaies, structures familiales). L’histoire mondiale n’est pas seulement la somme de ses parties, mais aussi l’histoire des relations, des interactions entre elles.

10Finalement, se demande l’auteur en conclusion, « Qui écrira l’histoire du monde ? ». Les équilibres changent. Les « pays émergents » contredisent la notion pourtant récente de « Sud » (ex- Tiers-Monde, dans une géographisation des relations entre pays riches, « développés » et pauvres, « sous-développés »). L’affrontement Est-Ouest n’est plus. Y a-t-il encore un couple « Nord-Sud » ? En tout cas, nous dit C. Grataloup, il faut résolument construire une histoire du monde en prenant en compte l’échelon géographique le plus élevé, celui du monde.

11On l’aura compris avec les longs développements qui précèdent, ce livre – difficile à résumer ! – est très riche en réflexions. Sans aucune illustration (choix de l’auteur contrastant avec son ouvrage sur l’invention des continents), il met cependant en valeur tout au long des pages l’importance d’une cartographie historique renouvelée. Le style est alerte, les formules bien travaillées. L’érudition évidente de C. Grataloup n’empêche pas une lecture aisée. Destiné autant au grand public qu’aux universitaires et aux étudiants, c’est un plaidoyer convaincant pour une remise à plat des modes de pensée sur le temps et l’espace. Les historiens suivront-ils l’auteur ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Christian Grataloup :Faut-il penser autrement l’histoire du monde ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 novembre 2014. URL : http://tem.revues.org/1494

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page