Navigation – Plan du site
Articles

Contribution aux recherches en géographie littorale sur la Côte d’Opale

Contribution to Coastal Geography Researches in Opale Coast (France)
Vincent Herbert, Philippe Deboudt, Catherine Meur-Férec et Valérie Morel
p. 54-67

Résumés

La notion de littoral reste, encore aujourd’hui difficile à appréhender, malgré l’intérêt croissant que ce milieu suscite et les nombreuses définitions dont il fait l’objet. Cependant, ces définitions, qui ont évolué, ont le mérite de mieux comprendre les enjeux de ce milieu spécifique, à la fois attractif et sous pression. La gestion de ce milieu nécessite une prise en compte et une intégration de ses dynamiques spatiales, d’origines marines et continentales. Leur connaissance et leur identification sont un préalable à toute gestion intégrée. Dans ce contexte, la Côte d’Opale, qui représente, en terme d’image, une « vitrine » du Nord-Pas-de-Calais, est un espace d’étude pour les géographes de la région, spécialisés sur les thématiques côtières et littorales. En parallèle à la reconnaissance du patrimoine naturel, le littoral associe étroitement les grands champs de la discipline : les exemples des risques côtiers et de l’analyse spatialisée associée au détroit du Pas-de-Calais illustrent l’intégration récente de cette recherche à la gestion de la zone côtière. Cette intégration s’effectue parallèlement à l’association de projets communs en lien avec les acteurs du territoire, qu’ils soient praticiens, usagers ou élus. Cette impulsion locale prend toute sa dimension dans le cadre du programme Pour un développement équilibré des territoires littoraux par une GIZC, piloté par le SMCO.

Haut de page

Texte intégral

1Enjeu majeur des politiques d’aménagement comme en témoignent les récents Conseils Interministériels d’Aménagement et de Développement du Territoire (2001, 2004), le littoral est l’objet de nombreuses réflexions portées par l’État, les scientifiques et les élus depuis les années 1970. Malgré cet intérêt relativement récent, lié notamment au potentiel économique qu’il représente, le littoral, reste paradoxalement encore considéré comme un finisterre, parfois uniquement assimilé à la « mer », et de façon plus générale, à l’espace maritime ou a contrario, uniquement appréhendé comme un espace terrestre. Le littoral doit être identifié comme une portion spécifique de l’espace géographique et il semble encore nécessaire de le définir. Dans le Nord-Pas-de-Calais, plusieurs équipes de recherche (Université du Littoral Côte d'Opale, Université de Lille 1, Université d'Artois) travaillent sur des thèmes variés en rapport avec le littoral : géomorphologie, gestion des espaces naturels, activités économiques, conflits d’usages, risques... L’objet de cet article est d’une part, d’insister sur les spécificités et les enjeux associés aux milieux littoraux et d’autre part, de présenter la contribution des auteurs aux recherches côtières en géographie sur le littoral de la Côte d’Opale depuis la fin des années 1990.

1. Les spécificités et les enjeux du milieu littoral

2La notion de littoral reste difficile à appréhender. Il existe autant de définitions que de disciplines et d’auteurs (Dauvin et al. 2002) depuis celles que donnent les dictionnaires de langue française jusqu’aux définitions des géographes. Ces définitions, évolutives, ont le mérite de mieux faire connaître cet espace, et de mieux comprendre les enjeux qu’il concentre.

1.1. Un espace, des définitions

3Jusqu’au 18e siècle, les termes employés pour parler de cette limite entre la terre et la mer sont d’abord rive et rivage de la mer, expressions que nous retrouvons dans la littérature (Rabelais, 1494-1553, Gargantua, 1534). En 1752 apparaît un nouveau mot « littoral » dont le sens va évoluer. La définition donnée par Le Robert (1991) précise que le littoral est, étymologiquement, « ce qui appartient, qui est relatif à la zone de contact entre la terre et la mer ». Au cours du 19e siècle, il est présent dans les écrits de F.-R. Chateaubriand (Mémoire d’Outre tombe), H. de Balzac (Eugénie Grandet), de V. Hugo (Quatre-vingt treize), de J. Verne (L’Île mystérieuse), et bien évidemment chez les géographes (E. Reclus, P. Vidal de la Blache, ...). Pour le géographe E. de Martonne (1909), « le domaine des formes littorales n’est pas seulement la ligne idéale qui sépare sur les atlas et les cartes à petite échelle, la terre ferme de la mer... ».

4Sur le terrain, et pour les géomorphologues, il apparaît clairement que le domaine littoral comprend tout ce qui, soit au-dessous, soit au-dessus du niveau moyen des eaux, est soumis à l’action des forces responsables du tracé de la côte et de ses changements. L’un des intérêts de cette définition est que E. de Martonne donne au littoral une épaisseur, une largeur et permet d’élargir le champ de réflexion sur cet espace. En géomorphologie, sont ainsi définis les flèches littorales, les dunes littorales, les cordons littoraux, la dérive littorale ... (Guilcher, 1954, 1964). Les réflexions menées depuis les années 1980 sur l’espace littoral par les géographes montrent qu’il ne se définit pas uniquement par sa dimension physique. R. Paskoff (1998) analyse les processus naturels qui interviennent dans l’évolution des littoraux et montre comment l’homme est devenu un agent important de leur transformation. Progressivement, le sens du terme évolue selon une approche qui renvoie à la nature comme aux pratiques sociales. C’est cette approche que nous avons privilégiée dans nos travaux. B. Bousquet (1990) distingue ainsi trois définitions complémentaires du littoral : le littoral de « nature », sous la dépendance de la dynamique et de l’énergie du milieu, le littoral « d’œkoumène », habité et mis en valeur par l’homme et le littoral « d’institution » que régissent les textes législatifs et réglementaires. Puis, J.-P. Pinot (1994) définit la notion de système littoral, qu’il développe dans ses enseignements du DEA « Géomorphologie et aménagement des littoraux » (Université de Bretagne Occidentale, Brest). Dans son polycopié (non publié) intitulé « Du système géomorphologique au système d’aménagement », il affirme « Plus que partout ailleurs, la notion de système est indispensable pour comprendre le milieu littoral, que ce soit du point de vue de son fonctionnement naturel ou à celui de son utilisation par l’homme (...). Il va de soi qu’aucun système littoral n’est purement littoral, et coupé de toute influence en provenance d’aires lointaines, vraiment terrestres ou vraiment marine. Mais si l’on ne peut prétendre fixer des limites étanches à aucun système, du moins peut-on considérer comme système un ensemble tel que les échanges au sein du système l’emportent très largement sur les échanges extérieur ». J.-P. Corlay (1995) ouvre cette notion de système littoral à la composante sociétale. Pour lui, le littoral doit être appréhendé comme « un système aux éléments multiples, dont les deux composantes principales sont d’une part, l’écosystème, c’est-à-dire un milieu aux potentialités diverses et aux contraintes très fortes et, d’autre part, le socio-système combinaisons de facteurs qui relèvent de la société. La dynamique du système résulte d’interactions complexes entre la dynamique naturelle et la dynamique sociale. Le centre du système est constitué par les acteurs sociaux développant, à terre ou en mer, des pratiques dessinant des itinéraires et des territoires en fonction de projets et de stratégies spatiales qui s’appuient sur des représentations et s’inscrivent dans un cadre juridique, le droit du littoral. Le littoral peut ainsi être appréhendé comme un « éco-sociosystèm » . La relation homme-nature est de ce fait au cœur de la définition géographique de l'espace littoral ». A. Miossec (1998), dans son ouvrage Les littoraux entre nature et aménagement, montre que l’une des conséquences des tropismes littoraux est la naissance des conflits d’usages et qu’aujourd’hui on cherche à concilier à la fois mise en valeur, aménagement et protection du littoral. Les géographes ne proposent donc pas de limites figées car le littoral est, par sa nature même, un espace dynamique et mobile. L’extension du littoral dépend directement de la problématique à traiter. Il convient donc de travailler, en privilégiant une approche systémique, sur des « unités géographiques fonctionnelles appartenant à des sous-systèmes naturels et/ou anthropiques » (UNESCO, 1997). Cette variété de sens du terme littoral reflète une étroite relation entre nature et société qui évolue au fil du temps. L’étude du littoral est riche et complexe, du fait de sa situation d’interface, des limites et des discontinuités naturelles et anthropiques qui le caractérisent. Autre difficulté, le littoral ne constitue pas un ensemble homogène mais présente une grande diversité de contextes. Dans ces conditions, une approche trop générale de cet espace risquerait de gommer les contrastes territoriaux. Il importe donc, afin de cerner la complexité du système, de considérer à la fois les caractères physiques spécifiques à l'espace littoral, mais aussi d'étudier ses dynamiques particulières, à diverses échelles spatiales.

1.2. Un territoire attractif et sous pression

5Le littoral est un support pour les activités humaines qui se sont largement développées tout au long du 20e siècle, assurant le passage d’un « territoire du vide » (Corbin, 1988) au « littoral d’empoigne » (Paskoff, 1993). Les travaux de M. Robin et F. Verger (1996), de D. Noin (1999) et de l’IFEN (2000) apportent des chiffres éloquents sur ce tropisme littoral. Ainsi, sur 4 % du territoire métropolitain, les communes côtières rassemblent 10 % de la population, 15 % des logements neufs construits entre 1982 et 1990, et 37 % des capacités d’hébergement touristique. La densité de population des communes littorales, 272 hab/km2 (RGP 1999), est très largement supérieure à la moyenne nationale, 108 hab/km2, et peut être multipliées par dix pendant la saison estivale (Shirmann-Duclos et Laforge, 1999). Au-delà de ces chiffres, c’est également la diversité des activités et leur mutation qu’il faut souligner. Les activités économiques dites « traditionnelles » qui définissaient l’identité maritime des littoraux (Péron, 2005), ont connu un déclin depuis les années 1950. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses industries dépendantes de la mer pour leur approvisionnement en matières premières ou pour leurs débouchés se sont installées sur les littoraux. D’autres activités sont induites par les industries liées à la mer  : c’est le cas des services (secteur tertiaire) dans les villes portuaires ou les stations touristiques. Ces activités nouvelles contribuent à diversifier les utilisations du littoral et ses acteurs et elles conduisent à une appropriation par l’ensemble des acteurs d’un même espace restreint  : le bande côtière. La proximité par rapport à la mer représente en effet un avantage concurrentiel pour chaque activité, d’où l’apparition de conflits d’usage. La multiplication des activités sur le littoral a été analysée dans de nombreuses publications (Bavoux, 1997 ; Bodiguel, 1997  ; Cabanne et al., 1998 ; Gamblin, 1998 ; Bruyelle et al., 1998 ; IFEN, 1996 ; Miossec, 1998 ; Pinot, 1998 ; Marcadon et al., 1999). D’après la DATAR (2004) – DIACT depuis le 1er janvier 2006 –, le tourisme est l’activité économique dominante du littoral français, premier espace touristique national par sa fréquentation : en 2003, il représente 340 millions de nuitées de Français et 92 millions de nuitées étrangères. Cette activité représente 44 % de la valeur ajoutée maritime (8,14 milliards d’euros sur 18,5 milliards en 2001 et plus de 150 000 emplois, en hausse de 8,5 % depuis 1996 (DATAR, 2004). En terme de développement économique, le tourisme pèse 12 fois le chiffre d’affaires de la pêche, 15 fois celui des ports et 8 fois celui de la marine marchande. On constate la primauté du littoral parmi les espaces touristiques français : 36 % des nuitées sur le littoral, 29 % à la campagne et 7 % à la montagne ; la répartition géographique de la capacité d’accueil montre que l’essentiel des grandes concentrations de lits touristiques se situe dans les communes littorales (Direction du Tourisme, 2004).

6D’après G. Cazes (2000), à la fin des années 1990, 60 millions de personnes, au minimum, séjournent chaque année sur la frange côtière, soit au moins le double de l’évaluation de la décennie 1960-70. Cet auteur montre aussi une persistance remarquable de l’attractivité littorale à partir d’enquêtes SOFRES réalisées à presque 20 ans d’intervalle. Cette importance de la fréquentation touristique s’inscrit dans des espaces à très forte attractivité résidentielle  : entre 1990 et 1999, les communes littorales ont accueilli près de 400 000 nouveaux habitants avec un rythme de croissance supérieur à celui de la France : 5,7 % contre 3,6 %. L’élément le plus marquant de l’inscription spatiale du développement dans les territoires côtiers est la croissance d’une urbanisation très consommatrice d’espace, dominée par les résidences secondaires : plus de 80 000 résidences secondaires ont été construites entre 1991 et 2001 dans les communes littorales. Cette évolution explique, en partie, l’artificialisation croissante des espaces de nature sur la frange côtière. La pression immobilière a progressé pendant les 20 dernières années pour provoquer une « érosion foncière » et un mitage de l’espace littoral : le linéaire côtier à l’état « naturel » est tombé de 61 % à 39 % entre 1960 et 1990 (Robin, Verger, 1996). Toutes les constructions réalisées dans les communes littorales n’ont pas un lien direct avec l’activité touristique ; néanmoins, la dynamique du développement touristique reste fortement associée à une demande de ressource foncière à proximité du rivage. Une étude de l’IFEN (2000) conclut ainsi à un maintien de la pression de la construction sur le littoral métropolitain depuis 1980 : « Examinée à l’échelle des communes littorales métropolitaines, la construction suit depuis 1980 le même rythme que celui observé sur l’ensemble du territoire, sans changement quantitatif significatif depuis le vote de la loi Littoral en 1986. 77 % des superficies nouvellement construites entre 1990 et 1996 sur les cantons littoraux ont été réalisés sur les communes du bord de mer ». D’après le dernier rapport DATAR (2004), cette urbanisation est inadaptée car extrêmement consommatrice d’espace ressource rare sur le littoral. En effet, les littoraux sont des espaces dynamiques, spatialement limités, présentant de fortes contraintes naturelles et constituant des territoires à risques (Dauvin et al., 2002 ; Meur-Férec, 2002).

1.3. La nécessité d’une gestion spécifique et intégrée

7Il est possible de distinguer, sur le littoral, à partir du trait de côte, un avant-pays maritime, (ou espace pro-littoral) et un arrière-pays terrestre ou continental (appelé également espace rétro-littoral) (Corlay, 1998). Au-delà de la question des limites, le littoral constitue indéniablement une discontinuité physique élémentaire de l’espace terrestre, cet espace étant situé au contact de la terre et de la mer. Cette situation d’interface lui confère ainsi des caractéristiques particulières. D’un point de vue physique et dynamique, ce sont des éléments très spécifiques qui peuvent justifier la nécessité de l’intégration spatiale de l’interface terre - mer. Les systèmes de marées, les courants à la côte (vagues, dérive littorale...) influencent la morphologie des estrans, mais ces derniers dépendent aussi du contexte géomorphologique local. Il est à noter que ces paramètres conditionnent en partie la nature des aménagements côtiers, l’occupation et l’organisation des sociétés littorales. La même remarque peut être faite dans le domaine de la qualité de l’eau. D’un point de vue hydrologique, le littoral est une zone de contact entre l’eau douce et l’eau salée. Il offre, par exemple, un gradient de salinité qui dépend des conditions du milieu ; la lagune semi fermée ou l’estuaire en sont les illustrations les plus élémentaires. Mais cette situation de contact peut également remettre en cause les activités humaines (conchyliculture, baignade...) en affectant le littoral par le transfert de pollutions d’origines diverses (pollutions d’origines continentale ou maritime). À ce propos, il est intéressant de remarquer que la distinction entre les Plans de Prévention des Risques – PPR inondation et PPR littoraux – crée une coupure entre eaux marines et continentales (Morel et al., 2004). Ainsi, malgré la volonté d’intégration spatiale perceptible dans les SDAGE, l’intégration entre l’hydrosphère terrestre et marine reste insuffisante.

8Le littoral constitue aussi une rupture sociale, par les potentialités et les contraintes qu’il offre. Certaines catégories socio-professionnelles relèvent du domaine « maritime », ou « océanique »  : c’est le cas des pêcheurs qui revendiquent souvent, et de façon légitime, leur appartenance à la « mer ». Inversement, les touristes, quelque soit leur origine, sont assimilés comme provenant de « l’arrière-pays continental ». C’est d’ailleurs l’une des caractéristiques de la définition des « marchés émetteurs » d’une région ou d’un site à fonction majoritairement touristique (Lozato-Giotard, 1987). Cependant, certains touristes pratiquent l’activité plaisancière dans des espaces identifiés comme des bassins de plaisance (Retière, 2003) ; ces derniers constituent des territoires côtiers définis essentiellement par des critères pro-littoraux et océaniques ! La filière halieutique regroupe des éléments qui relèvent à la fois de l’avant-pays marin du port et de l’arrière-pays, l’ensemble constituant le géosystème halieutique (Corlay, 1993). Dans un cadre fonctionnel, les ports de commerces sont eux-mêmes définis comme étant des ports ou portes « maritimes » (Ports autonomes comme Dunkerque ou Le Havre), en opposition à des ports intérieurs (port fluvial de Lille). Enfin, la fonction portuaire n’est-elle pas, par essence, une fonction d’interface entre le transport (trans-ports) terrestre et maritime ?

9En 1992, la deuxième conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement à Rio aboutit à l’Agenda 21, accord international définissant la mise en place des principes du développement durable. La Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) est inscrite au Chapitre 17 de cet accord. Bien que la GIZC n’ait pas fait l’objet d’une directive européenne ni d’une loi applicable dans les pays membres (Rolland, 2005), une recommandation du Parlement et du Conseil de l’Europe du 30 mai 2002 incite les États membres à appliquer ses principes et demande à chacun d’établir sa stratégie nationale dans les 5 ans. La France vient de rendre son rapport le 2 mai 2006 : Zones côtières : un bilan de la mise en œuvre de la stratégie française de gestion intégrée (Bresson coord., 2006).

10L’un des fondements du principe de GIZC est l’intégration aux processus de gestion des différents acteurs (État, collectivités territoriales, monde socio-professionnel, citoyens). Les moyens d’action se sont matérialisés par un appel à projets lancé en janvier 2005 par la DATAR et le Secrétariat Général à la mer : Appel à projet pour un développement équilibré des territoires littoraux par une GIZC (Lozachmeur, 2005). Si l’on considère que « gouverner, c’est prévoir », l’art de gouverner nécessite une bonne connaissance mésologique. Or, le littoral est un milieu très spécifique, à l'interface entre des dynamiques naturelles marines, terrestres et atmosphériques et des dynamiques anthropiques elles-mêmes complexes. Cet espace est le lieu d’un essor démographique, combiné à un développement des activités qui ont conduit à un rythme d’urbanisation supérieur à la moyenne nationale. La nécessité d’une gestion spécifique du littoral, faisant suite à la prise de conscience de sa dégradation, a débouché dès le début des années 1970 sur des politiques de préservation du patrimoine naturel (création du Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres en 1975), puis la création de législations spécifiques (loi Littoral en 1986). Malgré l’existence de ces mesures législatives et d’instruments dont l’application devrait concourir à la maîtrise de l’environnement littoral, la pression subie sur cet espace reste forte. Dans ce contexte, il semble nécessaire de rappeler les principaux enjeux du littoral auxquels doit répondre une gestion adaptée et concertée de ce territoire.

11Identifier et reconnaître les caractéristiques de ce milieu devraient, par la suite, faciliter sa gestion intégrée.

2. Contribution aux recherches sur le littoral en géographie dans le Nord-Pas-de-Calais

2.1. La reconnaissance du patrimoine naturel sur le territoire littoral

12La spécificité du littoral tient notamment à l’importance de la dynamique naturelle. Différents travaux de recherche ont contribué à l’analyse des processus côtiers à partir de plusieurs approches méthodologiques (Battiau-Queney, 1998 ; Battiau-Queney et al., 2001) :

  • l’étude des tempêtes « morphogéniques » (Deboudt, 1997) concerne les événements qui ont un impact décisif sur l’évolution du trait de côte. Leur périodicité est-elle plus grande aujourd’hui qu'il y a un siècle ? Les avis des chercheurs sont partagés car le nombre des événements répertoriés et la profondeur historique des données sont insuffisants pour tirer des conclusions sur une possible évolution climatique. En ce qui concerne les siècles passés, pour lesquels on ne dispose pas de données météorologiques précises, l'examen des rapports des ingénieurs des Services Maritimes s'est révélé très utile (Deboudt, 1997).

  • L'étude des processus éoliens est un élément important, et souvent sous-estimé, dans la compréhension de la dynamique des côtes sableuses et l'estimation des bilans sédimentaires des systèmes dune - plage (Meur-Férec et Ruz, 2002 ; Ruz et Meur-Férec, 2004).

  • L'analyse des relations entre morphologie et végétation est un thème de recherche classique. La végétation dunaire est un révélateur de la dynamique éolienne et de l'érosion côtière en haut de plage et peut aider à établir un diagnostic sur le degré de stabilité d’une dune (Deboudt, 1997).

  • L'approche géo-historique apporte des éclairages à l'étude des relations homme-nature sur le littoral. Les côtes du Nord-Pas-de-Calais sont en effet fortement anthropisées, et l'homme est depuis plusieurs siècles un agent essentiel du système côtier. Depuis le Moyen-Âge, son intervention fut décisive dans le comblement des plaines maritimes et des waddens. Sa perception et les rapports qu'il entretient avec la mer ont varié au cours de l'histoire (Deboudt, 1997, 1999, 2002).

13Les modalités d’inscription spatiale du tourisme créent des pressions sur les espaces naturels qui reflètent certains aspects des relations homme-nature.

14Les rapports entre le développement touristique et les espaces naturels sont marqués par une certaine ambivalence. D’une part, le tourisme contribue activement au dynamisme économique des territoires côtiers, d’autre part, il participe à une pression croissante sur les espaces naturels. Dans les communes littorales, ces rapports évoluent souvent vers des concurrences ou des conflits d’usage du sol comme :

  • des conflits entre la préservation des espaces naturels et les autres usages (tourisme, villes, industrie, infrastructure...) ;

  • des conflits créés par les processus d’urbanisation (en particulier l’étalement urbain) ;

  • des conflits paysagers liés à la non intégration des aménagements par rapport à l’identité paysagère littorale ;

  • des conflits liés aux pollutions et aux risques (Deboudt et al, 2002).

15Par ailleurs, la préservation et la valorisation du patrimoine naturel s’intègrent dans de nouvelles formes de développement touristique. N. Baron-Yelles (2001) a analysé cette évolution  : la mise en place d’aires protégées, hier pensées pour faire barrage à l’expansion du tourisme, est perçue aujourd’hui comme un possible outil de renouvellement fonctionnel et spatial du tourisme littoral. Les stratégies de protection, de classement, de gestion et d’ouverture au public des aires protégées littorales, répondent aussi à une demande de tourisme et loisirs de nature : loisirs de plein air, découverte et interprétation du milieu naturel, observation de la faune et de la flore littorales. À deux échelles territoriales différentes, les labels Opération Grand Site et Eco-station représentent des projets de développement recherchant un certain équilibre entre le tourisme et la préservation du patrimoine naturel.

16L'offre de nature dans le Nord-Pas-de-Calais apparaît comme un double facteur de développement local et d'éducation à l'environnement. D'une part, elle alimente une stratégie de valorisation touristique et de requalification de la région. La Côte d'Opale fait l'objet d'une véritable stratégie de marketing de la part des comités du tourisme et des collectivités territoriales. Elle est présentée, notamment aux touristes étrangers, comme le « Cœur Vert » préservé du triangle métropolitain Londres - Lille - Bénélux. En outre, à l'échelle régionale, ces espaces de nature s'inscrivent comme un élément de la politique de services publics visant une meilleure qualité du cadre de vie. D'autre part, l'accueil du public sur les sites est l'occasion de le sensibiliser aux enjeux de la préservation de ce patrimoine commun. (Baron-Yellès et Meur-Férec, 1999). Une meilleure connaissance des profils types et des motivations des visiteurs fréquentant les sites littoraux naturels, ainsi qu'une évaluation de l'offre d'accueil et d'information existante en fonction des attentes du public constituent des éléments clés pour la gestion des espaces littoraux de nature (Meur-Férec, Hoedt, Danes, 2001). Ces questions ouvrent sur la problématique plus générale de l'accueil du public sur les sites de nature. L'engouement actuel pour les sites naturels littoraux soulève des questions de gestion liées au double objectif de conservation des écosystèmes et d'ouverture des sites au public. Dans quelles mesures ces deux orientations risquent elles d'être antinomiques ? Le patrimoine commun que constituent ces écosystèmes n'est-il pas gravement menacé de « surfréquentation » par un public peu respectueux et consommateur d'une nature gratuite et facilement accessible ? D'un autre côté, existe-t-il un risque de « surconservation » d'une nature qu'on devrait préserver pour elle même, au nom de valeurs « écologistes » dont les règles semblent avoir échappé à tout esprit de gouvernance ? (Meur-Férec et Favennec, 2005).

2.2. L’intégration entre la géographie physique et la géographie humaine : recherches sur les risques et le détroit du Pas-de-Calais

17Deux axes ont structuré les recherches globales en géographie : d’une part, le champ thématique du risque et de la vulnérabilité côtière, et d’autre part, l’espace particulier que représente le détroit du Pas-de-Calais.

Le champ du risque

18Si la plupart des côtes basses connaissent actuellement une « crise érosive » (Paskoff, 1998), il ne semble pas que les aléas naturels soient nettement plus forts aujourd'hui qu'aux siècles passés. Le contexte actuel de légère accélération de la remontée du niveau relatif marin (Paskoff, 2001), accentue, sans la créer, une situation préexistante. C'est essentiellement l'intensification des enjeux sur la côte qui a considérablement amplifié les risques en accroissant la vulnérabilité (Meur-Férec et Morel, 2004). Par ailleurs, l'action de l'homme a accru les aléas eux-mêmes (rejets d'eau fragilisant les falaises, suppression des dunes bordières accélérant l'érosion de l'estran, barrages limitant l'apport sédimentaire à la côte, assèchement des marais maritimes accélérant le comblement des baies et des estuaires, etc.) (Gérard, 1999 ; MATE, 1998). La méconnaissance ou la non prise en compte de la mobilité intrinsèque des côtes est le plus souvent à l'origine de ces risques. Les sociétés qui se sont progressivement installées sur la bande côtière ont investi un milieu éminemment dynamique. Ces fortes contraintes environnementales n'ont pas toujours été perçues dans toute leur importance, soit en raison d'une mémoire collective trop courte, soit à cause d'une confiance aveugle dans l'ingénierie ou l'interventionnisme des pouvoirs publics. Ce déni des contraintes naturelles, qui se matérialise encore par des projets de nouvelles constructions dans des zones de fort aléa, accroît considérablement les enjeux et donc la vulnérabilité (Meur-Férec et al., 2006).

19Sur les côtes, les risques d'origines anthropiques sont généralement liés à la concentration des activités sur un espace restreint. On peut distinguer les risques qui affectent le milieu naturel et donc l'humanité au sens large, de ceux qui touchent directement la santé, les activités humaines et la qualité de vie.La dégradation des écosystèmes côtiers, liés aux pollutions d'origines maritimes, urbaines, industrielles ou agricole et à de mauvaises pratiques (pêche et chasse abusives, surfréquentation...) se traduit par la raréfaction ou la disparition d'espèces et d'habitats (Dauvin et al., 2002). Cette situation constitue un risque de « dilapidation » du patrimoine naturel commun de l'humanité que le respect de l'intérêt général demande de conserver et de léguer aux générations futures (Meur-Férec et Favennec, 2005).

20En outre, l'exposition aux risques entraîne des difficultés de gestion et des coûts financiers considérables, majoritairement supportés par la collectivité publique. Se pose alors la difficile question d'une protection publique d'enjeux privés soumis à des risques prévisibles. Le risque est classiquement représenté comme le croisement entre des phénomènes potentiellement dangereux (aléas) et des biens susceptibles d'être perdus ou endommagés (enjeux) (Dauphiné, 2001  ; Morel et al., 2006). La variabilité des phénomènes naturels auxquels est soumis le littoral et la diversité et le nombre des activités et des équipements humains qui s’y développent lui confèrent une vulnérabilité d’un niveau et d’une nature spécifiques (Meur-Férec coord., 2004). En découle une multiplication de risques de natures diverses : risques dits « naturels » d'érosion ou de sédimentation liés à la mobilité intrinsèque du trait de côte, risques de dégradation des écosystèmes côtiers et des paysages, risques de conflits et à terme risques de déclin de certaines activités (Meur-Férec, 2002 ; Morel et al., 2004). Appréhender les risques par la vulnérabilité implique, d'une part, une approche globale et systémique des facteurs constitutifs des risques étudiés et nécessite, d'autre part, un travail interdisciplinaire de façon à cerner les différentes dimensions de la vulnérabilité. Si la vulnérabilité se définit classiquement comme la « capacité d'endommagement des biens et des personnes » (MATE, 1997) elle se complexifie lorsqu'on la considère comme « la capacité de réponse des sociétés à des crises potentielles » (D'Ercole, 1994). Elle apparaît alors indissociablement liée, non seulement à des facteurs conjoncturels (aléas), mais aussi à des facteurs structurels (contexte socio-économique, culturel, fonctionnel, institutionnel). La vulnérabilité apparaît alors comme la résultante de quatre grandes catégories de facteurs : les aléas (processus d'érosion, événements passés et prédisposition des sites) ; les enjeux (biens menacés) ; la gestion des risques (politiques publiques de prévention, mesures de protection et de réparation, mémoire du risque) ; la perception du risque par les sociétés exposées (conscience du risque et représentation).

21Un projet de recherche transdisciplinaire, « La vulnérabilité des territoires côtiers : évaluation, enjeux et politiques publiques » (Meur-Férec et al., 2003 et 2004), a associé des géographes, économistes et sociologues de trois universités, dans le cadre du Programme National d’Environnement Côtier (PNEC) entre 2002 et 2004. La méthodologie de ce projet reposait sur deux principes : une approche transdisciplinaire, et l’organisation de rencontres régulières avec des praticiens (services maritimes, DIREN, CEDRE, CELRL...) et des élus locaux (communes côtières...), afin de soumettre à une critique constructive et à un regard extérieur les différentes étapes du programme. Cette recherche a permis de construire et d'expérimenter sur la Côte d'Opale un outil d'analyse et d'évaluation de la vulnérabilité côtière (Meur-Férec et al., 2006). Cet instrument se présente sur la forme de grilles d'analyse, permettant d'évaluer, sur un secteur déterminé, l'exposition aux risques (aléas et enjeux), leur prise en compte par des outils de gestion (politiques publiques) et la façon dont ils sont perçus par les populations et les acteurs concernés. Chaque grille est constituée de plusieurs séries de descripteurs qui permettent d'obtenir une analyse multicritère de la vulnérabilité. Bien que les limites administratives reflètent mal les unités géographiques fonctionnelles, l'échelle communale a été choisie comme échelle spatiale de référence pour déterminer les territoires évalués. Le découpage communal présente en effet de nombreux intérêts pour la collecte des données socio-économiques et correspond fréquemment à l'échelle d'application des mesures de gestion (PLU, arrêtés de périls, de catastrophe naturelle, etc.). Cependant cette échelle peut être modifiée en fonction des besoins de l’analyse. La vulnérabilité de quatre communes a été évaluée sur la Côte d'Opale : Wimereux (62), Wissant (62) Oye-Plage (62) et Bray-Dune (59).

Le détroit du Pas-de-Calais

22Les détroits et les pertuis sont des formes littorales particulières. Ces espaces terraqués sont matérialisés par une interface double, constituée par deux espaces terrestres (2 rives), reliés par un espace central maritime. Ce dernier peut poser la base de l’analyse spatiale, mésologique et territoriale. L’ensemble présente des éléments particuliers, qui font l’originalité d’un détroit : sa fonction ne se limite pas au simple lieu de passage, ou à un nœud d’échanges commerciaux ; le détroit est également, à grande échelle, un espace de vie, où se côtoient et se juxtaposent des faits maritimes (transport et exploitation de ressources sous-marines) et des activités côtières, liées notamment au tourisme, et aux aménagements portuaires. L’étude de l’ensemble des flux demande également une prise en compte des mouvements longitudinaux et transversaux, ainsi que la considération d’éventuelles dissymétries entre les rives. Le pas de Calais et ses côtes matérialisent un laboratoire in situ, en offrant des sites d’analyse qui intègrent toutes les dimensions côtières et littorales. Le tunnel sous la Manche est un premier exemple d’aménagement qui intègre toute la dimension spatiale du détroit.

23Un autre exemple, qui illustre une gestion intégrant la spécificité du détroit, peut être matérialisé par le plan de secours maritime Manche-Plan dans le pas de Calais. Il a pour double finalité d’assurer le secours en mer et la lutte contre les pollutions. Ce dernier représente un système cohérent de coopération entre la France et la Grande-Bretagne pour une meilleure coordination et un développement des systèmes de surveillance, de sécurité et d’information sur la navigation. Sa zone d’application concerne la Manche, une partie de la mer Celtique, et s’étend également jusqu’aux limites orientales du pas de Calais. Sur chaque rive, il existe un correspondant pour les actions à mener : il s’agit du représentant du Marine Pollution Control Unit pour la Grande-Bretagne, et du préfet maritime pour la France. Le Manche-Plan prévoit l’organisation d’un exercice conjoint annuel, le Manchex, qui offre notamment aux acteurs l’opportunité de se rencontrer et de mettre à jour leurs informations.

24Cette approche, par le biais de la coopération transfrontalière, prouve que l’intégration terre-mer-terre peut présenter un caractère opérationnel pour une démarche de gestion effective d’un espace terraqué. Mais elle ne doit pas occulter que les instruments de régulation et de planification classiques et continentaux ne peuvent subir un simple transfert pour la gestion des activités côtières, notamment celles utilisant l’estran. Le succès relatif des SMVM (Schémas de Mise en Valeur de la Mer) dans l’espace rétro-littoral est un facteur limitant quant à l’utilisation de cet outil dans l’espace pro-littoral. Le Secrétariat Général à la Mer propose, à ce sujet, de « développer en mer côtière, et peut-être d’ailleurs sur la partie terrestre du littoral, des instruments de régulation plus complexes » (SGM, mai 2005). Finalement, l’intégration spatiale pourrait relever de ce concept de mer côtière, chantier fédérateur de l’un des axes de recherche de l’UMR 6554 LETG du CNRS (Guillaume, 2002). La mer côtière serait alors l’espace opérationnel du terraqué. Mais de nouveau, la question d’une définition et des limites se pose. B. Trouillet (2002) propose une approche territoriale, où « la mer côtière est discontinue, composite, protéiforme », et dont « la méthode d’identification et de compréhension (...) comprend deux phases. La première vise à dégager la configuration spatiale et la structure de la mer côtière, (...). Cette phase relevant l’ossature du système territorial en présence, la seconde phase doit permettre de procéder à une étude des dynamiques de ce système territorial (...) ». Le mérite de cette nouvelle approche réside peut-être dans l’intérêt, récent, porté à l’espace pro-littoral. Des travaux ont déjà été réalisés dans le cadre du groupe de recherche Détroit, qui regroupe trois laboratoires de recherche issus de trois universités (Artois, USTL et ULCO). Parmi ces travaux, signalons notamment un numéro spécial de la revue de Géographie Homme et Terres du Nord, consacré au détroit, paru en 2002 (Herbert et Picouet coord.), et le séminaire Détroit (Duhamel et Herbert coord.), du 20 janvier 2006.

2.3. Intégration de la recherche à la gestion de la zone côtière

25« Actuellement, la part consacrée à la mer dans les programmes scolaires est limitée, et ne permet pas la prise de conscience nécessaire, l’information dont dispose le public se réduisant souvent à l’information de crise (par exemple lors des accidents maritimes), qui donne généralement une vision déformée de la question. Cette carence est encore plus manifeste dans la formation des cadres de l’administration, qui ont actuellement souvent tendance par ignorance à transposer en mer des solutions terrestres généralement inadaptées. » À partir de ce constat, le Secrétariat Général de la Mer (Plan action Mer, novembre 2005, Chapitre VII.1, Sensibilisation à la nécessité de préserver la biodiversité, Sensibilisation du public), prône la promotion de diverses manifestations comme Les « fêtes de la science » Les « cafés des sciences » et la généralisation de « classes bleues ». En effet, ces événements permettent d’associer les universitaires, les praticiens et le grand public.

26Mais d’autres initiatives offrent la possibilité d’améliorer l’intégration entre les sciences et les acteurs du territoire. L’application de l’Agenda 21 s’est concrétisée, dans la commune côtière de Wimereux (Pas-de-Calais), par la création du « Salon du Développement Durable » dont la première édition a eu lieu en 2004. Il est à noter que cette manifestation, organisée généralement à la fin du mois de mars, a orienté à deux reprises sa thématique sur la question du littoral (2004 et 2006, 2005 étant consacré à l’eau et sa gestion). Des conférences et des activités sont assurées par des enseignants-chercheurs de l’ULCO et de l’USTL. Enfin, différents exposants animent le salon : Département (par l’intermédiaire d’Eden 62), CELRL, Agence de l’eau, IFREMER, aquarium Nausicaa, associations locales... Dans ce contexte, la commune a saisi l’opportunité de bénéficier de la proximité des principaux acteurs, puisque deux laboratoires de recherche universitaire sont implantés sur son territoire : la Station Marine de Wimereux (USTL) et la Maison de la Recherche en Environnement Naturel (ULCO). De plus, une grande partie du territoire appartient au CELRL, dont les locaux sont également implantés à Wimereux ; enfin, IFREMER et Nausicaa sont installés dans la commune mitoyenne de Boulogne-sur-Mer... Au-delà de la proximité des différents protagonistes, il faut souligner deux points d’intégration entre scientifiques et acteurs : l’organisation de la manifestation est assurée de façon bilatérale, et durable, à l’initiative de la commune (réunions de préparation et échanges fructueux portant notamment sur la conception du salon, sur les axes thématiques...). Des structures régionales ou locales peuvent également constituer l’ossature de la GIZC. On peut citer les collectivités territoriales, ou des groupements d’intérêts publics (Syndicat Mixte de la Côte d’Opale – SMCO). Le dossier de candidature du SMCO a été retenu dans le cadre de l’appel à projet Pour un développement équilibré des territoires littoraux par une GIZC mentionné en introduction. Quatre axes de travail ont été définis ; ils concernent l’érosion, la pollution maritime, le foncier et la création d’un atlas littoral. Les groupes de travail qui alimentent la réflexion sont constitués de membres de collectivités territoriales (structures intercommunales, région, département), d’institutions publiques (IFREMER), de représentants des services de l’État (DIREN, services maritimes...) et d’universitaires (USTL, ULCO). D’autres formes de coopération peuvent exister, comme des associations internationales (European Union for Coastal Conservation, constituée de scientifiques, de d’élus, de techniciens et d’associations) ou des structures techniques et politiques (pour l'élaboration du Plan d’Actions pour la Gestion de l’Érosion – PLAGE – du Nord-Pas-de-Calais). Enfin, la création des pôles de compétitivité met également en contact, et de manière significative, le monde de l’industrie, de l’université et des collectivités territoriales. Boulogne-sur-Mer, le pôle halieutique de compétitivité pour les produits aquatiques depuis le 12 juillet 2005, a vu se développer une étroite collaboration entre l’ULCO et la CAB (Communauté d’Agglomération du Boulonnais), en relation avec la CCI de Boulogne...Ces faits montrent que, par le dialogue et l’ouverture, l’intégration entre scientifiques et décideurs existe.

27Il est à noter aussi une évolution récente dans le domaine scientifique. De nouvelles recherches opérationnelles, s’appuient sur l’expérience acquise dans la connaissance des milieux côtiers. Dans la perspective de l’Enduro du Touquet 2006 (Enduropale), une estimation de la vulnérabilité de la dune bordière a été réalisée à la demande de la communauté de communes Mer et Terres d’Opale (Deboudt et al., 2006a). Par ailleurs, une participation à des équipe de recherche pluridisciplinaire, associant les sciences humaines et sociales aux sciences de la vie, dans le cadre de programmes de recherche nationaux (LITEAU du MEDD, Politiques territoriales et développement durable du MEDD/Ministère de l’Équipement/PUCA) permet d’associer une démarche scientifique à une valorisation opérationnelle en direction des acteurs. Deux projets peuvent être cités : d’une part, l’évaluation du patrimoine naturel dans la perspective d’une gestion intégrée des zones côtières (Dauvin et al., 2002 ; Deboudt et al., 2006b) et d’autre part, les inégalités écologiques dans les marges urbaines des territoires littoraux (Deboudt et al., 2006c).

28Enfin, les groupes de recherche tentent de transposer cette expérience à l’échelle inter-nationale : des projets de coopération et d’échanges, dans le domaine de la formation et de la recherche, sont en cours avec le l’Afrique de l’Ouest et l’Europe centrale ; signalons également la participation de certains membres de ces groupes au lancement de l’action de coordination entre la recherche côtière européenne et la communauté des praticiens travaillant sur la GIZC (ENCORA), dans le cadre du 6ème programme cadre européen de recherche et développement (PCRD) de l’Union Européenne, et de programmes de coordination.

Conclusion générale : la GIZC, une alternative ?

29Le littoral, interface multiple entre terre et mer, nature et société, politiques et pratiques, occupe une place stratégique dans la dynamique des territoires. Porteur d'enjeux très diversifiés et souvent contradictoires, l'espace côtier peut être perçu comme une ressource, au même titre que d'autres ressources naturelles tels le pétrole ou les granulats marins par exemple : c'est une ressource finie, non ou peu renouvelable, très convoitée, rare donc chère (pas seulement en terme financier, mais aussi en valeur sociale, environnementale, etc.). Comme toute ressource commune, il doit être géré sur le long terme dans un souci de développement durable qui se traduit sur les littoraux par le principe de GIZC (Unesco, 1997 et 2001).

30Le récent rapport de la DATAR (2004) a remis en évidence la situation de surconsommation d’espace et de développement déséquilibré dont souffre le littoral français depuis plusieurs décennies. Malgré des principes posés tôt (Piquard, 1973) et une législation spécifique (loi Littoral de 1986), les politiques publiques n'ont pas pu réguler suffisamment les pressions que subit ce territoire très spécifique.

31L'application des principes de la GIZC pourrait être une alternative à l'échec relatif de la politique antérieure du littoral. Ainsi, suite au CIADT du 14 septembre 2004, l’appel à projet national Pour un développement équilibré des territoires littoraux par une GIZC a été lancé début 2005. 25 projets sur les 49 déposés ont été sélectionnés et leur réalisation est prévue sur une période de 18 mois. Fin 2006, l'État devrait donc bénéficier du retour d'expérience de 25 cas d'application de la GIZC qui viendront concrétiser la stratégie nationale demandée par l'Europe en 2002. Cette façon de procéder, sur un mode « bottom-up », peut permettre d'éviter une difficulté majeure d'application du développement durable : la déconnexion entre le niveau local et le niveau global. Le développement durable et son corollaire littoral, la GIZC, ne pourront s'appliquer qu'en créant des passerelles entre ces deux logiques, en tissant des « coutures » entre le local-moteur et le global-régulateur, par le biais de nouvelles formes d'actions publiques, d'une nouvelle génération de politiques territoriales (Theys, 2003).

Haut de page

Bibliographie

BARON-YELLES N. et MEUR-FEREC C., 1999, Tourisme et loisirs de nature sur les sites préservés du littoral Nord-Pas-de-Calais. Hommes et Terres du Nord, 1, pp. 37-46.

BARON-YELLES N., 2001, Tourisme et aires protégées du littoral : le cas de la façade atlantique française, L’information géographique, 2, pp. 141-155.

BATTIAU-QUENEY Y., 1998, La géomorphologie littorale du Nord-Pas-de-Calais. Cahiers de Géographie Physique, n° 12, p. 5-25.

BatTIAU-QUENEY Y., FAUCHOIS J., DEBOUDT Ph., LANOY- RATEL Ph., 2001, Beach-dune systems in a macrotidal environment along the northern French coast (English Channel and southern North Sea, Journal of Coastal Research, Special Issue, p. 580-592.

BAVOUX J., 1997, Les littoraux français. Paris, A. Colin, 268 p.

BODIGUEL M. (dir), 1997, Le littoral, entre nature et politique. Paris, L'Harmattan, Coll. Environnement, 234 p.

BOUSQUET B., 1990, Définition et identification du littoral contemporain. Revue juridique de l’environnement, 4, pp. 451-468

BRESSON D. (coord.), 2006, Zones côtières : un bilan de la mise en œuvre de la stratégie française de gestion intégrée. Rapport de la DIACT, 87 p.

BRUYELLE P., CaRRE F., DEWAILLY J.M., FLAMENT E., MARCADON J., MIOSSEC A., THUMERELLE P.-J., VIGARIE A., 1998, Les littoraux. Espace de vie. SEDES, coll. Diem, n° 23, 368 p.

CABANNE C., CHAUSSADE J., CORLAY J.-P., MIOSSEC A., MIOSSEC J.M., PINOT J.-P., 1998, Géographie humaine des littoraux maritimes. CNED, SEDES Concours, 471 p.

CAZES G., 2000, La fréquentation touristique des littoraux français - une remarquable « durabilité ». L'information géographique, n° 4 – 2000, pp. 289-299

CIADT, 2004, La politique du littoral. Dossier de presse, Matignon, 14 septembre 2004, pp. 20-48

CICIN-SAIN B et KNECHT R.-W., 1998, Integrated coastal and ocean management, concepts and pratices. Washington, Island press, 517 p.

CORBIN A., 1988, Le territoire du vide, L'Occident et le désir de rivage. Paris, 1750-1840. Flammarion, Paris, 407 p.

CORLAY J.-P., 1993, La pêche au Danemark, essai de géographie halieutique. Brest, Thèse de Doctorat d’État.

CORLAY J.-P., 1995, Géographie sociale, géographie du littoral. Norois, Poitiers, n° 165, janv-mars, pp. 247-265.

CORLAY J.-P., 1998, Facteurs et cycles d’occupation des littoraux. Géographie humaine des littoraux maritimes, CNED, SEDES Concours, pp. 97-170.

DATAR, 2004, Construire ensemble un développement équilibré du littoral. La Documentation Française, 157 p.

DAUPHINE A, 2001, Risques et catastrophes - observer, spatialiser, comprendre, gérer. Paris, A. Colin, 288p.

DAUVIN J.-C. (coord.), BELLAN G., BELLAN-SANTINI D., CAPET Y., DEBOUDT Ph., DESROY N., DEWARUMEZ J.-M., DUBRULLE J.-B., GHEZALI M., GUILLAUMONT B., LE PENNEC N., LOZACHMEUR O., MEUR-FEREC C., RUZ M.-H., MESNARD A.-H., POUILLE X., VIDEMENT L., 2002, Gestion intégrée des zones côtières : outils et perspectives pour la préservation du patrimoine naturel. Patrimoine Naturel, n° 57, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, 346 p.

DEBOUDT Ph., 1997, Étude de géomorphologie historique des littoraux dunaires du Pas-de-Calais et du nord-est de la Manche. Thèse de doctorat en Géographie, Université de Lille 1, éd. 1999, P.U. Septentrion, Villeneuve d'Ascq, 2 vol. , 457p, 135 fig., 53 p.

DEBOUDT Ph., 1999, Les hommes et la lutte contre l’érosion côtière sur le littoral de Sangatte (Pas-de-Calais, France). Revue de Géographie de Lyon, vol. 74, n° 1, pp. 65-74

DEBOUDT Ph., 2002, Géo-histoire de la lutte contre l’érosion côtière sur le littoral du Pas-de-Calais. In Malézieux J., coord., 2002, Le milieu littoral, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, pp ; 221-237.

DEBOUDT Ph., BELLAN-SANTINI D., BELLAN G., 2002, Les conflits d’usage et d’intérêts des zones littorales. In Dauvin J.-C. (coord.). Gestion intégrée des zones côtières : outils et perspectives pour la préservation du patrimoine naturel. Patrimoines naturels, 57, pp. 53-60

DEBOUDT Ph., MEUR-FEREC C., MOREL V., 2006a, Estimation de la vulnérabilité de la dune bordière dans la perspective de l’Enduro du Touquet 2006, Étude géomorphologique, Communes Le Touquet, Cucq (Stella-Plage), Merlimont, Pas-de-Calais, Rapport d’expertise, Communauté de communes Mer et Terres d’Opale, IFRESI, 74 p.

DEBOUDT Ph., BELLAN G., BELLAN-SANTINI D., DAUVIN J.C., DEWARUMEZ J.M., DUBAILLE E., GHEZALI M., HERBERT V., HOUILLON V., LONGUEPEE J., LOZACHMEUR O., MEUR-FEREC C., MOREL V., PARIS D., Schmitt G., 2006b, Les inégalités écologiques dans les marges urbaines des territoires littoraux. Programme de recherche « Politiques territoriales et développement durable », Ministère de l’Équipement, Ministère de l’écologie et du développement durable, Plan Urbanisme Construction Architecture, http://d2rt-gizc.univ-lille1.fr/

DEBOUDt Ph., DAUVIN J.-C., MEUR-FEREC C., MOREL V., DESROY N., DEWARUMEZ J.-M, DUBAILLE E., Ghézali M., 2006c, Dix ans de démarche GIZC en Côte d’Opale : bilan et enjeux. Actes du colloque «  Prospective du littoral – Prospective pour le littoral », Ministère de l'Écologie et du Développement Durable, 1 et 2 mars 2005, Paris, À paraître.

D'ERCOLE R, 1994, Les vulnérabilités des sociétés et des espaces urbains, concepts, typologie, mode d'analyse. Revue de Géographie Alpine, n° 4 spécial « Croissance urbaine et risques naturels dans les montagnes des pays en voie de développement », pp. 87-96

DUHAMEL S. et HERBERT V. (coord.), 2006, Actes du Séminaire Links II – Détroit, 20/01/06, PUEL, sous presse.

GERARD B. (dir), 1999, Le littoral. Manuels et Méthodes, éditions du BRGM, 351 p.

GUICHER A., 1954, Morphologie littorale et sous-marine. Paris, Presses Universitaires de France, 210 p. +pl

GUILCHER A., 1964, La sédimentologie sous-marine dans la partie orientale de la rade de Brest. In VAN STRAADEN (Ed.) Deltaic and shallow marine deposits, Development in Sedimentology, vol. 1, Amsterdam, Elsevier, pp. 148-156.

GUILCHER A., 1990, Vers une philosophie des rivages. Cahiers Nantais, n° 35-36, p. 3-15.

GUILLAUME J. (Coord.), 2002, Mer côtière. Actes du séminaire de l’UMR 6554, LETG, Nantes, 2 mars 2002, 28 p.

HERBERT V., 2006, Le détroit : Proposition de typologie spatiale. Actes du Séminaire Links II – Détroit, 20/01/06, PUEL, sous presse.

HERBERT V., PICOUET P. (coord.) 2002, Détroit. Hommes et terres du nord, n° 2002/2, 53 p.

INSTITUT FRANÇAIS DE L'ENVIRONNEMENT (IFEN), 1996, Pressions humaines sur le littoral, des pressions qui se diversifient sur un espace toujours vulnérable. Les Données de l’Environnement, n° 19, 4 p.

INSTITUT FRANÇAIS DE L'ENVIRONNEMENT (IFEN), 2000, La pression de la construction ne se relâche pas sur le littoral métropolitain. Les données de l’Environnement, n° 55, 4 p.

LE GUEN J. (rapporteur), 2004, Rapport d'information sur l'application de la loi littoral. Commission des Affaires économiques, de l'Environnement et du Territoire, n° 1740. Assemblée Nationale, 21 juillet 2004 (assemblee-nationale.fr).

LOZACHMEUR O., 2005, Le concept de gestion intégrée des zones côtières en droit international, communautaire et national. Droit Maritime Français, 657, pp. 259-277

LOZATO-GIOTARD J.-P., 1987, La géographie du Tourisme. Masson, coll. Géographie, 308 p.

MARCADON J., CHAUSSADE J., DESSE R.-P., PERON F., 1999, L'espace littoral, approche de géographie humaine. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 220 p.

MARTONNE DE E., 1909, Traité de Géographie physique. Paris, A. Colin, 910 p.

MEUR-FEREC C., HOEDT M., DANES L., 2001, Fréquentation des sites naturels littoraux. Vers une meilleure connaissance du public : l'exemple de deux sites dunaires à l'est de Dunkerque. Hommes et Terres du Nord, n° 2-2001, pp. 81-89

MEUR-FEREC C., 2002, L'occupation du littoral, ou le choix d'investir un territoire à risques. Océanis, n° 28, 1-2, pp. 115-137

MEUR-FEREC C. et RUZ M.-H., 2002, Transports éoliens réels et théoriques en haut de plage et sommet de dune (Wissant, Pas-de-Calais, France). Géomorphologie, 2002, 4, pp. 321-334.

MEUR-FEREC C. et MOREL V., 2004, L'érosion sur la frange côtière : un exemple de gestion des risques. Natures Sciences et Sociétés 12, pp. 263-273.

MEUR-FEREC, C. (coord.), DEBOUDT Ph., DELDREVE V., FLANQUART H., HELLEQUIN A.-P., HERBERT V., LONGUEPEE J., MOREL V., 2003-2004, La vulnérabilité des territoires côtiers : évaluation, enjeux et politiques publiques. Quatre rapports, Contrat IFREMER 2003/1140 746, 148 p.

MEUR-FEREC C. et FAVENNEC J., 2005, The opening to the public of French « natural » sites of coastal dunes : the choice between “over-visiting” and “over-protection” of our shared natural heritage. In Herrier J.-L., Mees J., Salman A., Seys J., Van Nieuwenhuyse H., Dobbelaere I. (eds) Dunes and estuaries 2005, actes du colloque international, Koksijde (Belgique), 19 - 23 septembre 2005, pp. 475-486

MEUR-FEREC C., DEBOUDT Ph., MOREL V, LONGUEPEE J., 2006, La vulnérabilité des territoires côtiers à l'érosion : vers une prise en compte des risques dans la gestion intégrée des zones côtières. À paraître dans les actes du colloque « Prospective du littoral – Prospective pour le littoral » du Ministère de l'Écologie et du Développement Durable, 1 et 2 mars 2005, Paris.

MINISTERE DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L'ENVIRONNEMENT (MATE), 1998, La défense des côtes contre l'érosion marine, pour une approche globale et environnementale. 142 p.

MINISTERE DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L'ENVIRONNEMENT, MINISTERE DE L'ÉQUIPEMENT DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT (MATE), 1997, Plans de prévention des risques naturels prévisibles (PPR), guide général. La Documentation Française, Paris.

MIOSSEC, A., 1998, Les littoraux, entre nature et aménagement. SEDES, coll. Campus Géographie, 192 p.

MOREL V., DEBOUDT PH., DELDREVE V., FLANQUART H., HELLEQUIN A.-P., HERBERT V., LONGUEPEE J., MEUR-FEREC C., 2003, Évaluation de la vulnérabilité du territoire des wateringues aux risques d’inondation par les eaux continentales et marines (Littoral Nord-Pas-de-Calais – France). Réponse à l’Appel à proposition recherche du MEDD « Risques Décision Territoires. Quel appui scientifique apporter aux acteurs locaux pour gérer les risques naturels et industriels d’un territoire ? » 12 p.

MOREL V., DEBOUDT PH., HERBERT V., LONGUEPEE J., MEUR-FEREC C., 2004, L’ambivalence de l’eau, vecteur d’aménités et de risques, sur les territoires côtiers. Acte du séminaire « Les territoires de l'eau », Université d'Artois, 26 mars 2004. Revue électronique Développement Durable et Territoires.

MOREL V., DEBOUDT PH., HELLEQUIN P., HERBERT V., MEUR-FEREC C., 2006, Regard rétrospectif sur l’étude des risques en géographie à partir des publications universitaires (1980-2004). L'information géographique, n° 1-2006, pp.  6-24

MOREL V. ET MEUR-FEREC C., 2006, Les risques d’érosion sur les côtes du détroit du pas de Calais : prise en compte de la vulnérabilité. Actes du Séminaire Links II – Détroit, 20/01/06, PUEL, sous presse.

NOIN D., 1999, La population des littoraux du monde. L'information géographique, n° 2-1999, pp. 65-73.

PASKOFF R., 1993, Côtes en danger. Masson, collection Pratiques de la Géographie, 250 p.

PASKOFF R., 1998, Les littoraux, impact des aménagements sur leur évolution. 3ème édit., Masson, collection Géographie, 260 p.

PASKOFF R., 2001, L'élévation du niveau de la mer et les espaces côtiers. Institut Océanographique, 190 p.

PERON F., 2005, Au delà du fonctionnel, le culturel et l'idéel. In Cabantou A, Lespagnol A. et PERON F., 2005, Les Français, la terre et la mer. Fayard, p. 727-789

PINOT J.-P., 1994, Du système géomorphologique au système d’aménagement. Université de Bretagne Occidentale, Brest.

PINOT J.-P., 1998, La gestion du littoral. Tomes 1 et 2 : littoraux tempérés. Paris, Institut Océanographique, 400 et 360 p.

PIQUARD M., 1973, Le littoral français - perspectives pour l'aménagement. Rapport au gouvernement, novembre 1973.

RETIERE D, 2003, Les bassins de plaisance : dynamique et gestion d’un nouvel espace géographique. Étude comparée de la France et de l’Angleterre. Thèse nouveau régime, Université de Bretagne Occidentale, 327 p.

ROBIN N. ET VERGER F., 1996, Pendant la protection, l’urbanisation continue. Les Cahiers du Conservatoire du Littoral, 13, 48 p.

ROLLAND G., 2005, Synthèse bibliographique sur la Gestion Intégrée des Zones Côtières. État des lieux en France dans son contexte européen et international. Guillemette Rolland. Rivages de France, 50 p.

RUZ M. ET MEUR-FEREC C., 2004, Influence of high water levels on aeolian sand transport and upper-beach/dune evolution on a macrotidal coast, Wissant Bay, Northern France. Geomorphology, 60, pp. 73-87.

SECRETARIAT GENERAL DE LA MER (SGM), 2004, La mer côtière et la zone littorale. Note d’information, mai 2004, 4 p.

SECRETARIAT GENERAL DE LA MER (SGM), 2005, Stratégie nationale pour la biodiversité. Plan d’action mer, novembre 2005, 43 p.

SHIRMANN–DUCLOS D. ET LAFORGE F., 1999, La France et la mer. Paris, PUF, coll. Major, 348 p.

THEYS J., 2003, La gouvernance entre innovation et impuissance : le cas de l’environnement. Développement Durable et Territoires. Revue électronique, dossier 2 « Gouvernance locale et Développement durable », mise en ligne novembre 2003.

TROUILLET B., 2002, La mer côtière, un nouvel ensemble territorial. Mer côtière, actes du séminaire de l’UMR 6554, LETG, Nantes, 2 mars 2002, pp. 6-9 

UNESCO, 1997, Guide méthodologique d'aide à la gestion intégrée de la zone côtière. Manuels et guides n° 36, 47 p.

UNESCO, 2001, Des outils et des hommes pour une gestion intégrée des zones côtières. Guide méthodologique. Denis J. et Hénocque Y. (coord.). Manuels et guides de la Commission Océanographique Intergouvernementale, n° 42, 65 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Herbert, Philippe Deboudt, Catherine Meur-Férec et Valérie Morel, « Contribution aux recherches en géographie littorale sur la Côte d’Opale », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/147 ; DOI : 10.4000/tem.147

Haut de page

Auteurs

Vincent Herbert

Université du Littoral Côte d’Opale
Institut des Mers du Nord, UPRES EA n° 1702

Articles du même auteur

Philippe Deboudt

Université des Sciences et Technologies Lille 1
Laboratoire « Territoires, villes, environnement, société » UPRES EA 4019

Articles du même auteur

Catherine Meur-Férec

Université du Littoral Côte d’Opale
Institut des Mers du Nord, UPRES EA n° 1702

Valérie Morel

Université d’Artois
Laboratoire « Dynamique des réseaux et des territoires », UPRES EA 2468

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page