Navigation – Plan du site

Résumés

Cet article envisage l’hypothèse souvent évoquée d’une évolution future des êtres humains vers les cyborgs. Un cyborg, ou Organisme Cybernétique, est une créature hybride composée de parties organiques et cybernétiques. Nous soutenons qu’à l’inverse de la vision caricaturale d'une sorte de robot constitué d’un endosquelette de métal recouvert par du tissu vivant, le post-humain sera un être humain comme vous et moi, mais probablement « amélioré » grâce aux avancées conjointes des cybertechnologies, des biotechnologies et des nanotechnologies. Les dispositifs permettant en particulier de se connecter en permanence aux réseaux d’information ne seront pas implantés dans le corps, mais plutôt intégrés dans les vêtements près du corps.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nous vivons à une époque où l’évolution technologique semble s’accélérer à tel point que certains techno-prophètes y voit la possibilité d’apparition d’une singularité (KURZWEIL, 2005). Celle-ci, à l’instar d’un trou noir, limiterait notre horizon prédictif à seulement quelques années. Dès lors, il s’ensuivrait des changements radicaux de notre environnement et une évolution sans précédent de l’espèce humaine. L’homme deviendrait alors un cyborg, une sorte de créature hybride mi-homme mi-machine. Il pourrait même télécharger son esprit dans un ordinateur, se débarrassant ainsi finalement de toute contrainte organique.

2Il est vrai que le développement convergent des nanotechnologies, des biotechnologies et des cybertechnologies laisse augurer des avancées importantes dans les années futures (HEUDIN, 2008). S’il est encore difficile d’estimer les retombées potentielles d’une telle convergence, nul besoin de faire appel à une hypothétique singularité technologique, petite fille de la Loi de Moore qui n’en demandait pas tant. L’histoire des sciences et des technologies est coutumière des annonces prophétiques, qu’elles prédisent un avenir radieux ou bien au contraire l’apocalypse. Ces annonces sont intéressantes en tant qu’expériences de pensée ou pour écrire des scenarii de films à grand spectacle, mais elles ne font généralement pas de bons programmes de recherche.

  • 1 Cet article reprend en introduction une partie du texte de « Robots & Avatars : retour vers le futu (...)

3Dans cet article1, nous allons nous poser la question de l’impact du développement des créatures artificielles, robots et autres avatars, sur l’évolution humaine. Après avoir rappelé certains aspects du contexte historique et culturel de leur développement, ainsi qu’une typologie succincte, nous discuterons cette hypothèse souvent évoquée de l'évolution future des êtres humains vers les cyborgs.

1. L’histoire d’une malédiction

4Depuis plus de deux mille ans, l’histoire des créatures artificielles en Occident est celle d’une malédiction. L’homme dénué par nature des pouvoirs d’un dieu créateur omnipotent et inaccessible, outrepasse ses droits et subit en retour la colère divine. Dans tous les mythes antiques – à l’exception de Pygmalion et Galatée (HEUDIN, 2009) – et toutes les histoires qui s’en sont ensuite inspirées, on retrouve une trame narrative identique bâtie sur une double structure ternaire (HEUDIN, 2009). La première définit les trois principaux protagonistes :
1- le créateur qui est généralement un artiste ou un savant ;
2- la créature artificielle proprement dite qui est assimilée d’emblée à une sorte de monstre ;
3- une entité ou force divine qui possède le pouvoir de donner la vie.

5La seconde trinité définit le scénario :
1- le créateur utilise un matériau inerte, généralement naturel, comme l’ivoire dans le cas de Galatée, l’argile et l’eau dans le cas de Pandore ou du Golem ;
2- les êtres artificiels sont toujours conçus et fabriqués par l’homme grâce à la maîtrise parfaite d’un art ou d’une technologie ;
3- l’homme seul ne peut donner la vie ou l’intelligence, et il y a donc nécessairement l’entrée en scène d’un principe « supérieur » qui échappe à son contrôle.

Figure 1 : Le monstre de Frankenstein dans le film de James Whale en 1931 d’après le roman de Mary Shelley est l’archétype de la créature artificielle maudite

Figure 1 : Le monstre de Frankenstein dans le film de James Whale en 1931 d’après le roman de Mary Shelley est l’archétype de la créature artificielle maudite

Courtoisie © Universal Pictures

6À partir de cette situation, les événements vont mécaniquement s’enchaîner et conduire à un épilogue tragique. En enfreignant volontairement les dictats religieux, le créateur coupable s’attire les foudres divines et doit répondre de ses actes. La créature échappe alors à son contrôle et se retourne contre lui ou ses proches, avant de disparaître elle-même.

7Cette tendance a été renforcée par la tradition chrétienne et les commandements du décalogue. Elle a ensuite été entretenue par les angoisses liées au développement technologique qui a le plus souvent été vécu comme une remise en cause de la place de l’homme dans la société. Ces peurs se sont traduites par des fictions où l’homme doit disparaître pour laisser la place à une civilisation de machines, plus efficace car débarrassée de toute émotion. Il ne faut voir dans cette sombre perspective qu’une variante de la trame narrative que nous venons de décrire, mais qui s’applique à l’échelle de l’humanité et non plus à un petit nombre de protagonistes.

2. Le sauveur de l’humanité

8Cette conception dramatique des créatures artificielles n’est cependant pas universelle. Au Japon, les robots ne sont pas des esclaves en révolte mais les sauveurs de l’humanité. Ce ne sont pas les machines sans âme et dangereuses des fictions occidentales mais les compagnons de vie des personnes âgées et des malades.

9L’histoire des créatures artificielles nippones est liée au développement du karakuri ningyō, ce que l’on pourrait traduire dans une première approche par « poupée automate » (HEUDIN, 2009). Alors que les automates européens des maîtres horlogers du siècle des Lumières cherchaient essentiellement à émerveiller les princes, les petites poupées automates japonaises étaient conçues comme des divertissements populaires. Elles représentaient un lien entre les forces sacrées et l’humain. Cette tradition a eu une influence significative sur le développement de la robotique au Japon et la vision d’un futur où les humains coexisteraient avec les robots. Pour les Japonais, les robots ne sont donc pas justes des outils industriels, utilitaires ou de loisirs, ils font partie de leur culture, les plus aboutis étant considérés comme de véritables « trésors ».

Figure 2 : Tetsuwan Atom (Astroboy), le petit « robot atomique » est le premier héros de bande dessinée et d’animation d’après guerre au Japon

Figure 2 : Tetsuwan Atom (Astroboy), le petit « robot atomique » est le premier héros de bande dessinée et d’animation d’après guerre au Japon

Créé par Tezuka Osamu, Collection privée.

3. Robots et autres avatars

10Ces deux visions contradictoires ont produit de nombreuses formes de créatures artificielles tout au long de l’histoire. Nous restreindrons ici notre discours aux plus fantasmatiques d’entre elles, c’est-à-dire les androïdes. Cela ne signifie pas que les autres formes soient inintéressantes, en particulier celles inspirées par le règne animal et végétal, mais il faut bien reconnaître que la volonté de créer des humains artificiels a toujours été au premier plan de l’imaginaire et de la recherche. Nous avons précédemment donné quelques raisons à cette fascination alors qu’à priori la reproduction sexuée aurait du nous suffire (HEUDIN, 2008).

11On peut distinguer plusieurs formes de créatures artificielles androïdes. Une première approche consiste à distinguer celles qui sont réalisées sous une forme matérielle et celles, qualifiées de virtuelles, qui existent dans la mémoire des ordinateurs. Les formes matérielles sont au nombre de six :
1- Les statues vivantes sont les plus anciennes tentatives pour reproduire artificiellement l’être humain. Des statues animées égyptiennes aux marbres grecques antiques, elles ont considérablement influencé l’histoire des créatures artificielles.
2- Avec l’avènement de la mécanique horlogère, les automates sont devenus le modèle du vivant. Débarrassés de la nécessité d’un intermédiaire humain pour se mouvoir, leurs comportements sont restés néanmoins limités à des séquences immuables jusqu’au début du XXème siècle.
3- Les robots ont naturellement succédé aux automates. Contrairement à ces derniers, ils sont « situés » dans leur environnement. En d’autres termes, ils sont capables d’interagir avec lui et d’adapter leurs comportements.
4- Le mecha (contraction de mechanical) représente une forme d’androïde spécifique au Pays du Soleil Levant. Il s’agit dans la plupart des cas d’une sorte d’armure géante contrôlée par un humain qui se trouve à l’intérieur.
5- Les cyborgs représentent une autre forme hybride contemporaine qui mêle intimement l’organique et la machine. Il peut s’agir d’un robot auquel a été adjointe une enveloppe organique ou bien d’un homme « réparé » ou « augmenté » grâce à des prothèses technologiques.
6- Les clones correspondent aux êtres organiques reproduits par clonages et éventuellement modifiés génétiquement.

Figure 3 : Evolution des différents prototypes des robots marcheurs développés par Honda Motor jusqu’au dernier né Asimo

Figure 3 : Evolution des différents prototypes des robots marcheurs développés par Honda Motor jusqu’au dernier né Asimo

Courtoisie © Honda Motor

12Les formes virtuelles sont, quant à elles, au nombre de trois :
1- Les intelligences artificielles (IA) sont les plus anciennes formes de créatures virtuelles. Ce sont des entités algorithmiques autonomes capables de reproduire certaines des fonctions essentielles du cerveau humain : raisonnement, calcul, apprentissage, mémoire, émotions, etc.
2- Les avatars correspondent aux représentations graphiques des créatures virtuelles ou réelles. Ils vont de la simple icône en deux dimensions aux humains virtuels hyperréalistes en trois dimensions.
3- Les ghosts (ou fantômes numériques) sont des entités algorithmiques ou des structures mémorielles qui rassemblent les « traces numériques » et les souvenirs d’un être vivant qu’il soit vivant ou bien décédé.

13Il arrive fréquemment que les catégories que nous avons présentées ici soient employées de façon extensive. Ainsi, on assimile fréquemment dans le langage commun toute créature artificielle quelque soit sa nature à un « robot ». La difficulté vient également du fait, qu’en pratique, les limites entre ces catégories ne sont pas étanches. Il n’est pas rare en effet, qu’une créature artificielle relève de plusieurs d’entre elles. Une description plus approfondie de cette typologie a été publiée (HEUDIN, 2009) (figure 4).

Figure 4 : Avatar contrôlé part EVA (Evolutionary Virtual Agent), une technologie développée par l’auteur pour créer des Intelligences Artificielles

Figure 4 : Avatar contrôlé part EVA (Evolutionary Virtual Agent), une technologie développée par l’auteur pour créer des Intelligences Artificielles

© J.-C. Heudin et Institut de l’Internet et du Multimédia.

4. Mythes et limites

14Avec les créatures artificielles, la science, les technologies et l’imaginaire se mélangent et se fertilisent mutuellement. Dans cette boucle étrange, il est bien souvent difficile de faire la part de ce qui relève de l’impossible et du possible, de l’improbable et du probable. Dans l’imaginaire tout est effectivement possible. Ainsi, nombre de romans et de scénarios de science-fiction explorent les horizons de notre futur avec une créativité débridée. Ces histoires fantastiques ont un rôle important à jouer, en tant que laboratoires d’idées, en mettant en scène la cohérence d’univers fictifs ou en pointant les dérives possibles de certaines pratiques. Il ne faut cependant pas être naïf et prendre pour argent comptant ce que nous dépeignent, en particulier les longs métrages à grand spectacle, leur but étant d’attirer le plus grand nombre par un divertissement spectaculaire.

15La réalité est bien plus contraignante. La création d’artefacts technologiques est en effet soumise à de multiples limitations qui délimitent le champ des possibles : les lois de la physique, nos connaissances et les technologies disponibles, l’intérêt pratique et le coût financier, sans oublier l’acceptabilité sociale et l’éthique. Ainsi, bien que la science-fiction ait souvent dépeint notre avenir avec des voitures volantes, les voitures réelles resteront encore longtemps clouées au sol au grand dam des automobilistes coincés dans un embouteillage. De la même manière, « exit » les mechas trop lourds et trop chers, les armées de clones stupides ou bien encore le téléchargement de l’esprit dans un réseau de neurones électroniques.

5. Le post-humain sera-t-il un cyborg ?

16On nous prédit souvent un avenir où les humains deviendraient des sortes de Frankenstein cybernétique, aux corps farcis d’implants mécatroniques. Dans d’autres extrapolations audacieuses, l’humanité est décimée par une horde de robots sanguinaires en révolte contre leur créateur. Certains, enfin, appellent de leurs vœux un post-humain débarrassé de la tyrannie d’un corps organique devenu d’un seul coup obsolète après plusieurs millénaires de bons et loyaux services. Pour essayer d’y voir plus clair, il convient déjà, comme nous venons de le souligner, de se débarrasser des préjugés et des délires fantasmatiques.

17À l’origine, le terme « cyborg » a été introduit par Manfred E. Clynes et Nathan S. Kline, en 1960, pour décrire un humain « amélioré » qui pourrait survivre dans des environnements extraterrestres (CLYNES et KLINE, 1960). Ce concept était le résultat d'une réflexion sur la nécessité d'une relation plus intime entre l'humain et la machine pour l'exploration spatiale. Par la suite, le concept du cyborg a été abondamment étudié. Donna Haraway en a donné une définition considérée aujourd’hui comme classique : « Le cyborg est un organisme cybernétique, hybride de machine et de vivant, créature de la réalité sociale comme personnage de roman » (HARAWAY, 1991).

18Cette créature hybride mi-humaine mi-machine peut donc être conçue soit comme un robot auquel on adjoint de l’organique, ou bien, à l’inverse, elle peut résulter de l’adjonction de prothèses « machiniques » à un être vivant. Dans la science-fiction cyberpunk, on rencontre souvent ces deux types de créatures. Parmi les plus emblématiques, citons Terminator, créé par James Cameron en 1984 pour la première catégorie, et Robocop, réalisé par Paul Verhoeven en 1987 pour la seconde.

Figure 5. Terminator représente l’archétype du « cyborg machine », un monstre cybernétique qui incarne toutes les craintes occidentales associées aux créatures artificielles

Figure 5. Terminator représente l’archétype du « cyborg machine », un monstre cybernétique qui incarne toutes les craintes occidentales associées aux créatures artificielles

Courtoisie © Columbia Pictures.

19Le cyborg Terminator est un robot androïde recouvert par une enveloppe organique pour qu’il ressemble à un être humain pour mieux les infiltrer et les anéantir. Il symbolise toutes les dérives possibles de ce type de créature : un monstre quasi-invincible, sans pitié, sans émotion et sans âme. C’est l’aboutissement caricatural du mythe de la machine maudite qui se retourne contre l’homme. Heureusement, dans la réalité, de tels monstres sont plus qu’improbables. On ne voit guère en effet nos « robots aspirateurs » évoluer sournoisement pendant des années pour finalement se jeter comme des bêtes sanguinaires sur les ménagères affolées.

Figure 6. Robocop représente l’image du « cyborg humain », un homme « réparé » grâce à la technologie et qui lutte pour retrouver son humanité

Figure 6. Robocop représente l’image du « cyborg humain », un homme « réparé » grâce à la technologie et qui lutte pour retrouver son humanité

Courtoisie © Orion Pictures.

20Robocop, quant à lui, représentent l’archétype du « cyborg humain » : un policier assassiné que l’on « répare » en remplaçant ses organes détruits par des prothèses mécatroniques. Mais la frontière entre « l’homme réparé » et « l’homme augmenté » est mince. Frontière que l’auteur du scénario franchit allègrement en dotant l’ancien policier de capacités surhumaines.

21Cette seconde conception du cyborg, certes encore une fois assez caricaturale, est néanmoins plus crédible.

22D’un certain point de vue, l’histoire des cyborgs n’a pas commencé avec la cybernétique mais avec la médecine qui tente par de réparer l’organisme malade ou blessé et de prolonger la vie humaine. Dans cette perspective, on peut dire que certains patients dotés de prothèses ou d’implants cybernétiques peuvent déjà être considérés comme des cyborgs. Par extension, nous pourrions admettre que l’homme moderne est également une sorte de cyborg si l’on considère l’ensemble des technologies qui lui sont nécessaires, voire indispensables, à son adaptation à la vie moderne. Celles-ci ne sont certes pas encore implantées dans sa chair, mais certains pensent qu’elles devraient l’être un jour.

23L’homme du futur sera t-il truffé d’implants et de prothèses ? Pour tenter de répondre à cette question, il nous faut prendre de la distance et considérer l’évolution humaine dans son ensemble.

6. Evolution exodarwinienne

24Contrairement à la vision d’un arbre généalogique linéaire, l’évolution humaine semble plus proche d’un buisson aux multiples branches. Les séparations entre les lignées ayant mené aux différentes espèces de singes actuels et au genre Homo, se sont produites successivement. La plus récente qui nous sépare des Panines, autrement dit la lignée des chimpanzés, remonte au Miocène, entre -10 et -6 millions d’années. Les plus anciens représentants du genre Homo, Homo habilis et Homo rudolfensis, semblent apparaître en Afrique il y a 2,5 millions d’années lors d’importants changements climatiques, pour disparaître vers 1,6 million d’années. Contemporain des derniers Homo habilis, l’Homo ergaster possède des caractéristiques qui le rapprochent beaucoup de l'homme moderne : taille importante, bipédie exclusive, forte capacité crânienne, etc. Ils sont probablement à l'origine de l’Homo erectus, de l’Homo neanderthalensis et de l’Homo sapiens. Alors que l’homme de Neandertal disparaît, l’homme de Cro-magnon alias Homo sapiens, constitue il y a près de 200 000 ans le premier représentant de notre espèce.

25L’Homo sapiens, qui signifie en latin « homme sage, intelligent, » n’a guère évolué sur le plan biologique depuis cette époque. Mais grâce à ses capacités cérébrales, il a développé son intelligence et a conquis son environnement. Il a inventé l’outil et de nombreuses techniques qu’il a perfectionnées au cours des siècles. S’il n’évolue pratiquement plus au niveau biologique, les artefacts qu’il réalise modifient profondément le monde. Des « prothèses technologiques » lui permettent alors de s’adapter plus rapidement aux changements de son environnement.

26Michel Serres appelle « exodarwinisme » ce mouvement évolutif original vers des objets qui externalisent les moyens d’adaptation (SERRES, 2001). Ce principe évoque également par certains aspects l’évolution par « symbiose lamarckienne » proposée par Doyne Farmer et Aletta Belin (FARMER et BELIN, 1992). Différent de l’hominisation qui caractérisa le passage à la station debout, la découverte du feu et des premiers outils, la coévolution de l’homme et de son environnement technologique n’est donc pas l’abandon de la nature humaine, mais son évolution exodarwinienne.

27Dans ce contexte, les créatures artificielles représentent l’un des aspects parmi les plus significatifs. Elles ont d’ailleurs de tout temps été les icônes des technologies les plus avancées (HEUDIN, 2008). En effet, si certaines fonctions, comme le déplacement bipède qui a donné lieu à la création de véhicules de toutes sortes, les créatures artificielles sont quant à elles une tentative d’externalisation du corps dans son ensemble. De même, on peut voir dans le développement d’Internet une externalisation globale des capacités cérébrales humaines. L’Homo sapiens n’est plus contraint à la seule transmission orale de sa culture, il crée des outils qui lui permettent de mémoriser et de communiquer à l’échelle planétaire.

7. Homo Numeris

28Notre corps organique n’évolue plus assez vite dans un monde à la dynamique complexe et autrement plus rapide. Si la tendance majoritaire est d’externaliser certaines fonctions sous la forme d’artefact technologiques, on voit plus récemment apparaître des « prothèses » qui se rapprochent du corps. Grâce aux progrès dans le domaine des nanotechnologies, on peut penser qu’il sera possible à terme de réduire la taille de certaines d’entre elles à l’échelle moléculaire (DREXLER, 1986). De même, les progrès des biotechnologies permettent d’envisager l’amélioration de certaines fonctions organiques. Ainsi, les résultats récents de la biologie de synthèse montrent qu’il sera possible d’ici quelques dizaines d’années de créer des virus et des bactéries programmés pour effectuer des tâches précises dans notre propre corps (VENTER, 2010).

29L’homme « réparé » et l’homme « augmenté » vont se fondre progressivement. L’homme du futur sera vraisemblablement un mélange entre un cyborg aux implants bio- et nano-technologiques invisibles et un Homme Génétiquement Modifié (HGM). Il ne ressemblera donc certainement pas au monstre couturé de Frankenstein ou au Terminator de James Cameron. Comme nous l’avons évoqué, la pression sélective de notre environnement culturel, éthique et moral, devrait écarter « naturellement » tous les délires fantasmatiques. Le « post-humain » devrait être finalement aussi humain que vous et moi, mais plus robuste face aux maladies, avec une durée de vie sensiblement plus longue, avec des capacités physiques et mentales améliorées sans pour autant devenir surhumaines. Il sera vraisemblablement habillé de vêtements intégrant de nombreux dispositifs technologiques qui augmenteront dans une autre mesure ses capacités.

30L’une des « augmentations » parmi les plus spectaculaires est liée à l’évolution des réseaux d’information et de communication. Certains croyaient, il y a quelques années encore, que ces technologies rendraient l’homme solitaire et profondément sédentaire. Les faits montrent que c’est l’inverse qui se produit : jamais l’homme n’a autant voyagé et communiqué avec ses semblables. Les écrans ont vu leur taille se réduire et ils sont devenus mobiles, les réseaux sont devenus sociaux.

31On assimile également souvent Internet à un monde virtuel, en l’opposant ainsi au monde réel. Or, il est probable que l’évolution des réseaux voit l’intégration d’un nombre grandissant de systèmes et bâtiments, machines, véhicules et objets communicants de toutes sortes. Dans le même temps, les technologies de réalité augmentée vont permettre de superposer le virtuel au réel, augmentant là aussi ses fonctions.

Figure 7. Simulation d’une interface en réalité augmenté sur mobile permettant de superposer en temps réel à sa vision de l’environnement, les informations provenant d’un réseau social

Figure 7. Simulation d’une interface en réalité augmenté sur mobile permettant de superposer en temps réel à sa vision de l’environnement, les informations provenant d’un réseau social

© Institut de l’Internet et du Multimédia.

32L’Homo Numeris sera constamment relié à cette « cybersphère » en gestation, accédant ainsi à tout moment aux informations qui lui sont nécessaires. Dans cet océan informationnel, il sera aidé en cela par des entités algorithmiques intelligentes, autrement dit des Intelligences Artificielles (IA). Des avancées significatives ont été obtenues ces dernières années en IA, mais nous ne sommes pas encore arrivés au stade d’entités algorithmiques autonomes et intelligentes qui permettraient une véritable utilisation à large échelle. Il faut probablement pour cela abandonner encore une fois les fantasmes d’IA capables de rivaliser voir de supplanter l’intellect humain. L’intelligence « machinique » (HARRISON et MINSKY, 1994) sera certainement au bout du compte assez différente et complémentaire de l’intelligence humaine. D’un côté, nous avons un système organique complexe produit par plusieurs millénaires d’évolution, dont les décisions sont largement influencées par l’émotion et l’instinct. De l’autre, nous aurons des IA aux capacités de calcul, de logique, et d’accès à l’information sans précédent. Ces IA devront néanmoins intégrer notre langage et certains aspects émotionnels pour la communication non verbale de manière à dialoguer avec nous plus simplement et nous seconder ainsi efficacement dans nos activités quotidiennes.

Figure 8 : Expérimentation d’une IA capable de dialoguer en langage naturel avec l’utilisateur

Figure 8 : Expérimentation d’une IA capable de dialoguer en langage naturel avec l’utilisateur

Cette nouvelle génération d’IA peut non seulement utiliser sa base de connaissance mais également chercher directement sur Internet les informations nécessaires. Dans l’exemple ci-dessous, l’utilisateur avait posé la question « what is a pencil ? »

© Artificial Creature Research.

33On peut se poser évidemment la question de l’acceptabilité sociale de ces changements. Le chemin évolutionniste que nous avons emprunté ne peut être réduit à un horizon de quelques années. Il nécessitera certainement plusieurs générations. Dès lors, il est probable que certaines de nos réticences actuelles n’auront plus de sens dans un environnement social et culturel qui aura lui-même profondément évolué. Que diraient nos arrières grands parents si on pouvait leur expliquer qu’aujourd’hui près d’un milliard de personnes affichent volontairement leur vie sociale sur un réseau d’information accessible par tous ?

Conclusion

34Dans cet article, nous n’avons pas annoncé de nouvelles prophéties spectaculaires. Nous avons au contraire essayé d’écarter de notre chemin les fantasmes pour tenter d’y voir un peu plus clair. Loin de la menace annoncée, les créatures artificielles ont un rôle important à jouer dans la société humaine. Elles représentent une forme aboutie de l’évolution exodarwinienne qui a commencé dès l’aube de l’humanité avec l’invention des premiers outils. L’Homme Sage des plaines africaines est devenu l’Homme Numérique, certes une sorte de cyborg aux multiples prothèses technologiques, mais qui devrait rester fondamentalement humain. Certains rêvent d’un retour en arrière avec une nature débarrassée de toute influence humaine, mais ce n’est pas la voie qu’a choisi l’humanité. L’avenir semble plutôt se dessiner dans une boucle étrange et symbiotique entre l’homme, ses technologies et les contraintes d’une planète dont il fait partie intégrante. L’Homo Numeris doit aussi rester sage.

Haut de page

Bibliographie

CLYNES, M.E., KLINE, N.S., 1960, Cyborgs and Space, Astronautics (September 1960).

DREXLER, K.E., 1986, Engines of Creation – The Coming Era of Nanotechnology, New-York : Anchor Books.

FARMER, J.D., BELIN, A. A., 1992, Artificial life : The coming evolution, Artificial Life II, SFI Studies in the Sciences of Complexity, vol. X, Reading : Addison-Wesley, pp. 815–840.

HARAWAY, D., 1991, A Cyborg Manifesto : Science, Technology, and Socialist-Feminism in the Late Twentieth Century, Simians, Cyborgs and Women : The Reinvention of Nature, New York : Routledge.

HARRISON, H., MINSKY, M., 1994, Le problème de Turing, Paris : Livre de Poche, coll. « Science Fiction », 409 p.

HEUDIN, J.-C., 2008, Les créatures artificielles, Paris : Odile Jacob.

HEUDIN, J.-C., 2009, Robots & Avatars – Le Rêve de Pygmalion, Paris : Odile Jacob.

HEUDIN, J.-C., 2010, Robots & Avatars : retour vers le futur !, Vaucanson & L’Homme Artificiel – Des automates aux robots, Presses Universitaires de Grenoble, Edité par C. C. Spillemaecker & Musée dauphinois, Grenoble : PUG, pp. 77-86.

KURZWEIL, R., 2005, The Singularity is Near, New-York : Viking.

SERRES, M., 2001, Hominescence, Paris : Le Pommier, pp. 65–66.

VENTER, C.J., et al., 2010, Creation of a Bacterial Cell Controlled by a Chemically Synthesized Genome, Science, vol. 329, n. 5987, pp. 52-56.

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend en introduction une partie du texte de « Robots & Avatars : retour vers le futur ! » (HEUDIN, 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le monstre de Frankenstein dans le film de James Whale en 1931 d’après le roman de Mary Shelley est l’archétype de la créature artificielle maudite
Crédits Courtoisie © Universal Pictures
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 2 : Tetsuwan Atom (Astroboy), le petit « robot atomique » est le premier héros de bande dessinée et d’animation d’après guerre au Japon
Crédits Créé par Tezuka Osamu, Collection privée.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 3 : Evolution des différents prototypes des robots marcheurs développés par Honda Motor jusqu’au dernier né Asimo
Crédits Courtoisie © Honda Motor
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 4 : Avatar contrôlé part EVA (Evolutionary Virtual Agent), une technologie développée par l’auteur pour créer des Intelligences Artificielles
Crédits © J.-C. Heudin et Institut de l’Internet et du Multimédia.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 5. Terminator représente l’archétype du « cyborg machine », un monstre cybernétique qui incarne toutes les craintes occidentales associées aux créatures artificielles
Crédits Courtoisie © Columbia Pictures.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1469/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 6. Robocop représente l’image du « cyborg humain », un homme « réparé » grâce à la technologie et qui lutte pour retrouver son humanité
Crédits Courtoisie © Orion Pictures.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1469/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 7. Simulation d’une interface en réalité augmenté sur mobile permettant de superposer en temps réel à sa vision de l’environnement, les informations provenant d’un réseau social
Crédits © Institut de l’Internet et du Multimédia.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1469/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 8 : Expérimentation d’une IA capable de dialoguer en langage naturel avec l’utilisateur
Légende Cette nouvelle génération d’IA peut non seulement utiliser sa base de connaissance mais également chercher directement sur Internet les informations nécessaires. Dans l’exemple ci-dessous, l’utilisateur avait posé la question « what is a pencil ? »
Crédits © Artificial Creature Research.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1469/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Heudin, « Demain tous cyborgs ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://tem.revues.org/1469

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Heudin

Directeur ImediaLab
Institut de l’Internet du Multimédia – Léonard de Vinci
92916 Paris La Défense
Jean-Claude.Heudin@devinci.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page