Navigation – Plan du site
Articles

Un jardin dans la ville - Quelle biodiversité urbaine pour demain ? 

L’exemple du jardin de Gilles Clément à l’ENS de Lyon
Garden in the City - What Sort from Urban Biodiversity for Tomorrow ?
The Case Study of the Garden from Gilles Clément at the ENS of Lyon
Paul Arnould
p. 18-29

Résumés

A partir du cas d’un jardin créé de toutes pièces en l’an 2000, à l’emplacement d’une friche industrielle au sud de Lyon, cet article propose des réflexions sur la nature et la biodiversité en ville. La démonstration se situe dans le cadre plus général d’une dénonciation critique des méfaits du catastrophisme et du sensationnalisme. Il s’appuie sur une description des trajectoires mi-spontanées mi-contrôlées de la biodiversité urbaine. Il rejoint des interrogations sur les notions d’isolat et de corridor. Il termine sur l’affirmation de l’importance décisive du métier, apparemment modeste, mais en fait décisif de jardinier pour une gestion raisonnée de la biodiversité. Il souhaite militer pour une prise de conscience que la biodiversité urbaine est affaire de savoirs et de savoir-faire, tout autant que de processus biophysiques.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Jardin, nature, biodiversité. Que nous apprennent ces trois mots pour aborder la géographie du vivant dans les organismes urbains ?

2Un jardin dans la ville, cela n’a rien d’extraordinaire. Les parcs, squares et jardins y prospèrent bien souvent. Les statistiques essayent d’en tenir une comptabilité (en surface par habitants) qui masque leur réalité, si difficile à appréhender (DEBIE, 2002, BOUTEFEU, 2008). La récente publication du CNRS, de la FRB et de l’IRD sur le site « Sagascience » à propos de la ville-nature montre que ce besoin de chiffres rudimentaires a la vie dure et reste pertinent. Ainsi, Paris propose 5,8 m² d’espace vert par habitant. Ce ratio passe à 14,4 m²/hab. avec les bois de Boulogne et Vincennes ; il fait pâle figure face aux 321 m²/hab. à Rome, 68 à Madrid ou 36 à Amsterdam. Les jardins sont de toutes tailles, de toutes positions, jusque sur les balcons et les toits des maisons, et maintenant à la verticale sur les murs. Ils sont de toutes propriétés, privées ou publiques, de toutes fonctions, d’agrément ou utilitaires, de toutes compositions, entre herbes et arbres, espèces locales et introduites, de tout imaginaire, entre jardins soigneusement cachés et jardins de prestige qui s’affichent. Ils constituent des références territoriales incontournables pour aborder les questions de nature et de biodiversité dans les villes.

3Ils sont considérés comme des éléments de nature mais méritent-ils vraiment d’être rangés dans la catégorie du naturel alors qu’ils sont bien souvent le comble de l’artifice et de l’instrumentalisation ? La nature dans la ville reste une valeur sûre : les aménageurs croient pouvoir l’y introduire, les habitants la réclament, les chercheurs l’étudient, les bétonneurs s’en désolent car elle leur complique la vie.

4Une des formes modernes de la nature, depuis le sommet de la terre de Rio en 1992, a pris pour nom biodiversité, soit la somme de tous les vivants animaux et végétaux présents à la surface du globe ou sur des territoires plus restreints comme celui des villes. La biodiversité dans la ville interroge désormais la recherche. Comment articuler la structure spatiale de l’îlot qu’est le jardin urbain, le concept lourd d’histoire et de sens du terme nature (DESCOLA, 2005) et les références désormais incontournables à la biodiversité ?

5Cet article se démarque vivement de certaines recherches institutionnelles sur la biodiversité financées par exemple par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Un des derniers programmes de recherche de cette agence est construit sur la thématique obsessionnelle de la sixième extinction en oubliant que les cinq précédentes n’ont pas réussi à faire disparaître la vie sur terre, bien au contraire. Loin de ce discours généralisateur, cette étude de cas montre que, dans le contexte d’une des grandes métropoles françaises, le retour de parcelles de nature est possible et qu’un isolat peut devenir, en quelques années, un îlot de biodiversité aux logiques certes différentes de celles des milieux classiques, considérés comme naturels, mais à la richesse et à l’originalité indéniable.

6Alors que les prophètes médiatiques de l’Apocalypse tels Al Gore, Yann Arthus Bertrand, Nicolas Hulot… rivalisent de films et d’images plus ou moins manipulées pour jouer sur les peurs millénaristes, retrouver les éternels mécanismes du catastrophisme, caricaturer les réalités complexes, faire passer un message de pessimisme, proposer des solutions simplistes, globales, gommant le plus souvent les réalités locales, nous adoptons une posture résolument critique vis-à-vis de ce discours dominant.

7Pour traiter de la biodiversité urbaine, nous proposons de partir d’un objet simple, limité dans l’espace (à peine quatre hectares) et jeune dans le temps (à peine dix ans d’âge), symbole de nature incarnée dans un jardin à haute valeur symbolique. (figures 1, 2 et 3) Il s’agit de réfléchir à certains aspects contradictoires de la biodiversité à partir d’une étude de cas exemplaire. La construction ex nihilo du jardin de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, au tournant du millénaire, en 2000, en plein cœur du quartier industriel de Gerland.

8Cette démonstration ne suit pas la structure habituelle d’un article scientifique pour adopter le rythme d’une série de réflexions brèves et foisonnantes comme l’est la géographie du vivant. L’idée directrice est de démonter que la biodiversité ne saurait s’apprécier uniquement en terme de données quantitatives mais qu’elle se joue aussi sur la diversité spatiale de micros territoires, la nécessité d’une approche historique des héritages différenciés des lieux et la prise en compte des pratiques culturelles reposant sur des usages qui refusent l’uniformisation et le modèle unique.

Figure 1 : Le projet de jardin, état 2000, vue d’ensemble

Figure 1 : Le projet de jardin, état 2000, vue d’ensemble

Source : D’après le plan de plantation initial ENS Letrres et Sciences Humaines, Bibliothèque de recherche associée, atelier Acanthe, avril 2009, échelle : 1/200e
Crédit : Paul arnould, ENS Lyon, UMR 5600 EVS ; Adaptation numérique : H. Parmentier, ENS Lyon, UMR 5600 EVS, ISIG

Figure 2 : Les jardins de l’ENS de Lyon, état 2009

Figure 2 : Les jardins de l’ENS de Lyon, état 2009

Source : GoogleEarth, © SPOT Image, 6 avril 2007. Crédit : UMR 5600 " Environnement Ville Société ",CNRS, ENS Lyon
Auteurs : Baptiste Marcere, Hervé Parmentier, Patrick Gilbert, janvier-juin 2010.

Figure 3 : La biodiversité du concepteur du jardin : espèces, provenances, formes –le cas du jardin de la Recherche

Figure 3 : La biodiversité du concepteur du jardin : espèces, provenances, formes –le cas du jardin de la Recherche

Source : D'après un extrait de légende du plan de plantation initial, avril 1999, 1 : 200 ème, ENS Lettres et Sciences Humaines, Bibliothèque de recherche associée.
Crédit : Paul Arnould, ENS Lyon, UMR 5600 EVS.
Adaptation, réalisation : H. Parmentier, ENS Lyon, UMR 5600 EVS.

1. Les sociétés pervers du catastrophisme : la biodiversité triste

9Les sociétés fondées sur l’information et la communication fonctionnent de plus en plus sur des thématiques jouant sur les ressorts de la peur et de l’outrance.

10Le triomphe de romans et des films catastrophes en est un des révélateurs à l’échelon mondial (TABEAUD, BROWAEYS, 2008 ; MAGNE, 2009).

11Ce phénomène n’est pas nouveau. Les cas des loups anthropophages et l’affaire dite de » la bête du Gévaudan », remarquablement analysés à partir de sources d’archives et appuyés sur de superbes batteries de cartes, par Jean-Michel Moriceau, en donnent un exemple lumineux. Il démontre bien que, parmi la complexe chaîne de raisons expliquant la création du mythe de la bête du Gévaudan, le rôle des gazettes en mal d’informations sensationnelles tient une place non négligeable (MORICEAU 2007, 2008).

12De jeunes économistes n’hésitent pas à montrer que leur discipline se nourrit également de peur et de phénomènes irrationnels dans deux livres aux titres et au contenu non conventionnels et dans leur blog, joliment intitulé « Les éconoclastes » (DELAIGUE et MENIA, 2008 et 2010).

13A propos de biodiversité et de sensationnalisme, la consultation du site de l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) montre que ce goût pour l’exagération touche même la sphère scientifique. L’Agence publie en 2009 un appel d’offre sous le titre accrocheur « 6ème extinction ». La consultation des premières pages du texte et notamment le paragraphe intitulé « Contexte et objectifs » de l’appel à projets débute sur une affirmation d’extinction de masse. On y lit « Des signaux alarmants (modification d’usage des écosystèmes, pressions démographique et foncière, surexploitation des ressources vivantes, changement climatique actuel) indiquent qu’une 6ème extinction de masse est probablement en route ». Le catastrophisme affirmé est au cœur du projet scientifique. Il est symptomatique de noter que, passé cette référence au grand soir supposé de l’extinction des espèces, le reste du discours est beaucoup plus neutre. Le paragraphe, suivant le recours à l’épouvantail de la 6ème extinction, tempère immédiatement cette pseudo affirmation » Les tentatives d’estimation de l’érosion de la biodiversité restent encore très imprécises ». Dans les paragraphes suivants, le terme de « 6ème extinction » n’est d’ailleurs plus employé : il est remplacé par le vocable beaucoup plus neutre d’étude des « changements », évoqué à trois reprises en 6 lignes.

14Face à ce puissant courant de « biopessimisme », il est possible d’adopter une posture critique sans tomber dans l’optimisme béat.

2. Une démarche résolument critique : la biodiversité mise en perspective

15Notre propos se démarque fondamentalement de ce courant de réflexions jouant par trop d’arguments où le passionnel l’emporte sur le rationnel. Il s’inscrit dans la lignée de plusieurs de nos publications récentes illustrant des prises de position critiques. Il affirme une attitude se démarquant radicalement des discours dominants produits dans la sphère écologico-médiatique.

  • Dans la « Géographie de l'environnement », conçu et rédigé avec Laurent Simon, de l’université de Paris 1, publiée chez Belin, en 2007, nous affirmions cette volonté claire de raisonner résolument à contre courant des discours catastrophistes.

  • Dans l'Atlas des développements durables, publié par les Editions « Autrement », codirigé avec Yvette Veyret, où nous mobilisions 34 collègues, nous confortions, à propos d’une autre thématique d’actualité, ce souci de ne pas crier avec les loups. Le souci de bilans mesurés inscrits et cartographiés dans l’espace et dans le temps est un des fils directeurs de l’ouvrage.

  • Auparavant dans « Les biodiversités. Objets, théories, pratiques » coordonné par Pascal Marty, Franck Dominique Vivien, Jacques Lepart et Raphaël Larrère nous reprenions, en l’élargissant, une esquisse historique de la notion de biodiversité. Cette publication faisait suite à un colloque de confrontation entre chercheurs venus des sciences humaines et sociales et chercheurs des sciences de la terre et de la vie, à Porquerolles. Il s’agissait de montrer que la biodiversité n’est pas une invention de la fin du XXème siècle pensée par E. W. Wilson et théorisée au sommet de la terre de Rio mais qu’il s’agissait d’une idée de toujours. Les inquiétudes mais aussi les motifs d’optimisme ne sont pas l’apanage des dernières décennies.

  • Nous avions déjà déjà amorcé cette démonstration, avec Micheline Hotyat et Laurent Simon, dans une communication à Florence, à propos d’aménagements forestiers, sous le titre « From biodiversity to geochrondiversity », en proposant le concept de géochronodiversité, permettant de mener une réflexion sur les paysages et l’environnement résolument inscrite dans le temps de l’histoire des sociétés et dans les réalités territoriales.

  • Nous complétions cette prise en compte de l’inscription temporelle de la biodiversité par une réflexion sur les dimensions spatiales et territoriales de la biodiversité dans un numéro thématique des Annales de géographie, consacré à la biodiversité, coordonné par Laurent Simon, où nous dénoncions sans ambages « La confusion des chiffres et des territoires ».

  • Notre propos s’inscrit également dans la logique d’une publication collective récente, donnant à nouveau la parole à un collectif de géographes sous le titre provocateur mais non dénué d’humour « Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête ». (BRUNEL et PITTE, 2010) Nous y adoptons une posture critique voire polémique sous le titre « Forêts, chronique d’une mort (trop) annoncée ».

16Ces prises de position constituent une démarche cohérente et patiemment construite. Elles ne visent pas à provoquer une polémique stérile mais à interroger les dynamiques à l’œuvre dans un monde de plus en plus urbain et mondialisé. Elles ne répondent pas vraiment à l’interrogation majeure du séminaire organisé par Eric Glon, Jean Marc Besse et Armelle Varcin sur « Les paysages mutants ». Elles sont une sorte de plaidoyer pour la coexistence de micropaysages qui sont autant de lieux de coexistence de biodiversités fonctionnant suivant des logiques où interfèrent constamment le naturel et le culturel. Elles proposent aussi, plus modestement, une véritable réhabilitation du travail patient, méconnu, parfois ingrat, souvent stimulant et efficace de jardiniers à visages humains. Rien à voir avec des « mutants », pour reprendre un des termes des interrogations fortes des organisateurs du séminaire, mais au contraire des hommes inscrits dans la réalité d’une portion de territoires, s’occupant de néopaysages à construire avec le plus de sagesse possible.

3. L’impossible fermeture des territoires urbains : la biodiversité ne respecte pas les frontières

17Fermer, enfermer relève d’une mission impossible particulièrement pour le vivant. Pourtant les tentatives de fermeture sont légions en milieu urbain : palissades, grilles, grillages, murs, enceintes, murailles… tentent de confiner les espaces d’habitat mais aussi de verdure, d’en faire des isolats.

18La plupart des cités antiques et médiévales, ceintes dans leurs murailles, ont transgressé ces limites imposées, pour se dilater dès le Moyen Age en faubourgs et au XIXème siècle en banlieues (LUSSAULT, 2007). Les constructions contemporaines de murs, comme à Berlin ou entre Israël et les territoires palestiniens, symbolisent également l’aspect dérisoire et contingent de vouloir résoudre un problème socio-politique complexe par une solution simpliste.

19En Australie, pour des motifs écologiques de prolifération d’une espèce introduite, l’édification d’une barrière anti-lapins sur des milliers de kilomètres, recyclée ensuite en barrière anti-dingos, relève des mêmes logiques absurdes (ARNOULD, SIMON, 2007). La fermeture a rarement fait la preuve de son efficacité dans la durée.

20Pourtant le jardin de l’ENS participe à cette volonté de clôture. L’idée est affichée dès le départ de la nouvelle école construite sur les bords du Rhône, Elle sera une sorte de « cloître républicain ». La fermeture n’est que partielle. Elle concerne l’accès des hommes mais les grilles ne sauraient contenir le vent et les oiseaux notamment grands transporteurs de graines et de semences.

21Si le concept de cloître est une des clés de compréhension de la logique spatiale de l’agencement des bâtiments de l’ENS (figures 1 et 2), il est contredit par la volonté de Gilles Clément et de Geoffroy de Chaumes de constituer le jardin en symbole du métissage, des formes et des provenances (figure 3). La liste des plantes devant composer la biodiversité choisie du jardin révèle sans équivoque ce parti pris de l’ouverture, de la mondialisation, du mixage comme principe fort. Les noms d’espèces choisies en témoignent sans ambigüité telles Prunus lusitanica, Cercidiphyllum japonicum, Miscanthus sinensis ; Amelanchia canadensis… Les formes choisies d’arbres, d’arbustes, de prairie et de gazon, de bambous en portent également le témoignage. Les suggestions de taille (cépée, tige, touffe, libre…) viennent compléter ce cahier des charges initial ouvrant sur de multiples possibles. Les suggestions de plantations sont strictes en apparence. Elles sont en fait marquées du sceau de la diversité des choix. Derrière les suggestions de départ se profile une infinité de possibles faisant la part belle au libre choix du jardinier. La biodiversité créée se veut ouverte. Le jardin va se décliner en une dizaine de sous-jardins (figures 1 et 2) où le choc des choix du naturaliste paysager va interférer avec des choix intellectuels qui pourront jouer non comme une contrainte mais plutôt comme un appel à la diversité des choix et des adaptations.

4. Le syndrome de l’alien : le dilemme de la biodiversité d’ici et d’ailleurs

22La question des plantes dites invasives est devenue un des musts des études de génie écologique ou de biologie de la restauration. Il est incontestable que certains êtres vivants ont provoqué, introduits dans des milieux où ils n’avaient pas de prédateurs permettant de maintenir leurs populations dans des limites acceptables, des déséquilibres écologiques impressionnants. Nous avons étudié le cas du lapin dans le chapitre sur l’Australie de « Géographie de l’environnement », de la Caulerpe à propos de La Méditerranée. La renouée du Japon mais aussi la figue des hottentots sont des exemples révélateurs des contradictions à l’œuvre dans ce type d’études où le psychologique, la dramatisation, l’anathème ont tendance à l’emporter sur des analyses équilibrées. Deux auteurs médiatisés résument les prises de position totalement opposées vis-à-vis de cette question des plantes venues d’ailleurs stigmatisées sous le terme d’invasives. Gilles Clément est un ardent défenseur de ces vagabondes, élément constitutif de ce qu’il appelle joliment le tiers paysage (CLEMENT, 2002). Il milite pour que l’on respecte leurs stratégies expansionnistes. Jean Marie Pelt est résolument dans le camp opposé lorsqu’il liste dans son ouvrage « Plantes en péril », toutes les invasives dans un chapitre intitulé « La Réunion menacée par les envahisseurs » (PELT, 1999).

23Nous refusons de nous ranger systématiquement dans le camp des anti-invasives. Tout comme nous avions osé écrire « Pitié pour les résineux », « Vive les incendies » ou « Et si la tempête avait du bon » ou encore « Halte aux indicateurs » nous proposons à propos de biodiversité de lancer le même type de discours de remise en question pour permettre un débat moins à charge » Laisser venir et vivre les invasives ». La présence de la berce du Caucase symbolise dans le jardin ce rapport possible avec une invasive. Il est vrai que lutter contre une plante invasive suppose une bonne connaissance de son écologie, sa pathologie, sa reproduction, son histoire, ses stratégies. Ces connaissances diversifiées sont délicates à obtenir. Etre ensuite capable de proposer une stratégie autre que celle de l’éradication systématique suppose des efforts intellectuels, pratiques, techniques et financiers associés. Ces réflexions sont rarement menées en termes d’approches systémiques. Le primat de l’écologique et du technique résumé sous la nouvelle appellation d’ingénierie écologique ne saurait négliger le poids du psychologique, des perceptions et des représentations, du social et du géographique.

5. Top départ : le cloaque, un lieu sans biodiversité aucune

24Il est difficile d’imaginer en visitant le jardin de l’ENS en cette année 2010, qu’il y a dix ans à peine à cet endroit se trouvait un chantier ayant l’allure, après la pluie, d’un véritable cloaque. Ce bourbier, défoncé par les engins de chantiers, aux sols compactés, parsemés de gravats, résultait de deux ans de travaux de constructions sans aucun souci du capital sol, eau ou vivant. Urbaniser, c’est encore presque toujours nier l’écosystème ou tout du moins s’en abstraire le plus possible. Toujours en imagination avant le top départ, la tabula rasa précédent la construction des bâtiments et la mise en œuvre du jardin à l’emplacement des 5 hectares affectés à un nouvel usage, se trouvaient une usine et une station service. La station service avait occasionné des pollutions du sol en hydrocarbures provenant de fuites des cuves nécessitant d’importants surcoûts pour des travaux de dépollution. De l’usine Mure, il ne reste qu’un film pensé par des élèves historiens de l’ENS et une œuvre d’art, en métal, symbolisant ce passé industriel révolu. Le tissu urbain peut être remodelé en l’espace de quelques années.

25Le souci de proposer un jardin décliné en diverses catégories sur un si petit espace est le symbole d’une diversité des choix intellectuels du concepteur. Ce primat apparent du concept va faire bon ménage avec le développement d’une biodiversité mi imposée mi spontanée. Le résultat incontestable de la création de cet îlot de nature est matérialisé par des chiffres simples. D’un peu plus de 200 espèces dans le projet initial, le stock floristique approche désormais les 600 espèces en un pas de temps réduit (BOUTEFEU, 2009). Le modèle de la biogéographie insulaire peut s’appliquer aussi dans les îles de nature en ville (BOUTEFEU) La biodiversité peut s’enrichir de centaines d’espèces en un laps de temps inférieur à la décennie.

26La cicatrisation du vivant et la recréation d’une île de nature se fait également à des pas de temps relativement courts et à des vitesses qui étonnent.

27Cicatrisation, installation de nouvelles espèces, mise en place de groupements végétaux mi-contrôlés mi-spontanés sont une des caractéristiques de cette curieuse biodiversité urbaine, hybride de contrainte et de liberté.

28La description de certains de ces micro-territoires devenus des micro-éco-anthropo-systèmes mérite d’être évoquée pour mieux comprendre la logique de fabrication de ces nouveaux écosystèmes qui sont aussi des éléments paysages à l’originalité forte faite constamment de mixte entre nature et culture. Les titres des fragments de jardin jouant sur la métaphore et les références culturelles symbolisent cette constante interférence du conceptuel face au naturel.

6. Vous avez dit boulingrin ? « Le degré zéro de la biodiversité »

29Le cœur de l’espace du jardin est une longue pelouse au nom passablement énigmatique de boulingrin. Ce terme est la francisation de l’expression anglaise « bowling green », le lieu ou se pratique le jeu de boule anglais proche de la pétanque ou de la boule lyonnaise mais avec des boules, non rondes et asymétriques. Ce boulingrin est une longue ligne droite sorte de décumanus de la nouvelle cité des lettres, tracée suivant un axe nord sud évoquant des repères géographiques que sont le couloir rhodanien entre les montagnes et l’axe de ce vent ayant réussi à se faire un nom chantant mais une réputation détestable, le mistral. Pour Gilles Clément, comme pour Michel Salmeron, le jardinier en chef de l’ENS, ce boulingrin est le degré zéro de la biodiversité. Il est traité comme toutes ces pelouses tondues à satiété pour obtenir un gazon ras et uniforme. Gilles Clément se remémore les « vertus » de ces pelouses agréables à la fréquentation humaine dans l’introduction de « La sagesse du jardinier » (CLEMENT, 2004). C’est le lieu le plus fréquenté et le plus approprié du jardin, lieu de déambulation aisée, de pique nique, de jeux de balles... Espace ouvert et découvert. Espace ludique il ne prédestine guère à s’interroger sur la biodiversité si ce n’est par l’effet de contraste avec les espaces qui l’enserrent.

7. « Hisser les couleurs » : ou la biodiversité se joue du concept

30Le jardin dit de l’administration, accolé au bâtiment abritant les services administratifs, illustre de façon exemplaire les difficultés de la biodiversité conceptuelle et virtuelle du concepteur par rapport à la biodiversité réelle et concrète qui se joue au fil des ans et des saisons. Le jardinier a choisi au départ d’en faire un jardin des couleurs, le blanc, le jaune, le bleu, le rouge et, de façon plus inattendue, le noir, enserrés dans des cases juxtaposées. Le propos du jardin de l’administration est construit volontairement sur le principe de la caricature, du clin d’œil, de la connivence. Il symbolise, dans les formes au carré et les couleurs uniformes dans chaque enclos, le rangement, le classement, l’ordre, la norme, toutes vertus cardinales de l’administration. Tout est au carré dans des mailles régulières de 10 mètres sur 10 mètres, sortes de tiroirs en plein air, strictement délimités par des haies de charmilles (Carpinus betulus L.), elles aussi régulièrement taillées. L’affectation à chaque carré d’une gamme de plantes ayant la même palette colorée lors de la floraison, rouge, jaune, blanc, bleu, noir évoque les boîtes de rangement où gisent la mémoire de l’administration. Cette mise en archives du vivant, ce parti pris conceptuel de vouloir hisser chaque année les mêmes couleurs aux mêmes endroits ne peut être tenu qu’au prix d’une discipline draconienne à l’égard de la dynamique du vivant.

31Mission impossible ! Les coquelicots rouges (Papaver rhoeas L.) s’invitent dans les parcelles jaunes. Les pervenches bleues (Vinca major L.) rampent vers les cases blanches.

32Hélas pour le concepteur, dix ans après sa création la vie a pris le dessus sur la normalisation imposée, sur l’ordre conçu. Les plantes n’ont pas respecté le bel ordonnancement originel. Les jardiniers n’ont pas souhaité non plus adhérer de façon servile au propos séduisant en apparence d’ordre et de méthode. Ils ont laissé faire, fidèles aux principes du jardin en mouvement.

33Il en résulte désormais un joyeux désordre qui ne peut que réjouir le contestataire et l’anarchiste qui sommeille chez le promeneur, ravi de voir que les principes de contraintes et de rigidité de l’administration sont battues en brèche par la diversité des stratégies de compétition et d’adaptation du vivant.

8. « Sauver la recherche » : le curieux choix de la biodiversité mono spécifique…

34Ce jeu de mot reprenant le nom d’une association de défense des chercheurs se veut en phase avec le nouveau clin d’œil intellectuel que les concepteurs ont appliqué à la structuration du jardin de la recherche. Ce dernier enserre une partie des bâtiments abritant les laboratoires de recherche de la nouvelle école de lettres et sciences humaines (figure 3). Il est composé essentiellement de Miscanthus (Miscanthus sinensis), une grande Poacée originaire de Chine.

35Ce Miscanthus utilisé souvent par Gilles Clément comme plante ornementale est devenu par croisement en agroforesterie Miscantus gigantea une des plantes à vocation de culture pour la biomasse.

36Lors de la floraison des énormes touffes de Miscanthus, les abords des bâtiments sont enserrés dans une végétation d’apparence touffue, inextricable. Quelques rares sentiers se terminent en cul de sac. Ils sont censés matérialiser l’essence même de la démarche scientifique s’aventurant dans des terrains non défrichés sans aucune certitude de déboucher sur un horizon dégagé, sur des certitudes, sur de la clarté. La symbolique est certes un peu facile. Le choix de la quasi monospécificité amène à s’interroger sur le sens à donner à cet écrin foisonnant mais à la biodiversité limitée. Peut-on y voir aussi le fait que la recherche peut être stérilisante et paupérisante ? Donner une apparence de foisonnement mais se limiter à reproduire les mêmes démarches et des modèles convenus ? Deux fois l’an, les jardiniers coupent impitoyablement toutes les tiges et les inflorescences de Miscanthus. Le paysage est radicalement changé. Cette tabula rasa est censée signifier la remise à zéro des acquis pour permettre un nouveau démarrage. Les chercheurs les plus exigeants seraient ainsi ceux qui acceptent de repartir de zéro pour tenter de proposer de nouvelles pistes de recherche ?

37La biodiversité voulue est à nouveau porteuse de sens. Elle se prête à un discours où le naturel est greffé sur le culturel.

9. Garder la forme : la biodiversité sous contraintes

38Dans le jardin des formes, l’espèce clé est le buis (Buxus sempervirens). C’est une des plantes qui se prête le mieux à des tailles sévères et la création de formes géométriques marquées du sceau du classicisme. Elle permet au jardinier armé de sa cisaille de donner libre cours à son imagination. Les formes cylindriques, les tailles au carré sont le b.a.-ba de ce que l’on appelle l’art topiaire. Cette mise en rond ou au carré de la nature va à l’encontre de la philosophie d’ensemble du jardin en mouvement et de l’idée force de son concepteur « faire le plus possible avec et le moins possible contre ». Ces tailles à but décoratif ont cependant leur place dans un jardin où les jardiniers se refusent à toute forme d’ostracisme à priori. Elles donnent le contrepoint des secteurs où les végétaux sont laissés en grande liberté. Elles sont des références à ces jardins à la française associés à tant de châteaux prestigieux. Leur modestie laisse cependant place à une forme de conduite de la nature en ville où l’esthétisme tient une place centrale dans le projet du jardinier. Ces plantes taillées régulièrement constituent cependant de microbiotopes où les lézards en particulier trouvent un abri relativement sûr.

10. Histoire d’eau : la biodiversité d’une mare

39La création de la mare dans le jardin mérite d’être contée. Elle est édifiante des blocages et des stéréotypes à l’œuvre dès qu’il est question de milieux et de biodiversité en territoire urbain. Lors de la conception du projet de construction de la nouvelle ENS, l’idée de créer un plan d’eau pouvant recueillir les eaux de ruissellement des toitures des divers bâtiments enserrant le jardin avait été évoquée. La concrétisation n’avait pas eu lieu sans doute du fait que les conceptions écologiques n’étaient pas la préoccupation première des architectes. La dissociation des équipes des concepteurs des bâtiments et de celle du jardin fut aussi un facteur contribuant à ne pas articuler la gestion des flux d’eaux de ruissellements issus des bâtiments avec les possibilités de récupération et de stockage au cœur du jardin.

40Au fil des ans, les jardiniers ont pris conscience de cette absence d’un lieu humide susceptible d’ajouter un type de milieu supplémentaire, par exemple autour d’une mare où se développerait une flore hygrophile. Ils décidèrent de commencer à creuser, dans un des endroits où le tassement provoqué par les engins de chantier avait provoqué la formation d’une nappe phréatique perchée, une petite dépression de quelques dizaines de centimètres de profondeur. Très vite ce mini-chantier fut bloqué par l’administration et les services de sécurité de l’ENS.

41Quels étaient les motifs de suspension de ce chantier en apparence anodin ? Leur évocation traduit de façon exemplaire les dérives du principe de précaution. Les trois principaux registres argumentaires évoqués pour ne pas réaliser la mare faisaient allusion :

  • au danger de créer un lieu susceptible de permettre la reproduction de moustiques capables de propager le paludisme, le chikungunya ou autres maladies tropicales dont les Anophèles et les Aedes sont les vecteurs. C’était prêter une capacité de nuisance forte à quelques mètres carrés de plan d’eau.

  • L’autre argument, dans le même ordre d’idées, évoquait la venue d’escadrilles de volatiles, canards et autres migrateurs porteurs du virus de la grippe aviaire. Cette peste aviaire trouverait dans les quelques mètres carrés de la mare en formation un des lieux privilégiés pour être transmise à l’homme.

  • Le dernier registre motivant l’interruption des travaux évoquait les risques de noyade des étudiants éméchés les soirs de fêtes données dans l’école.

42Ces divers ordres de raisons invoqués reflètent tous un caractère exagéré, irréaliste, marqué du sceau de l’outrance. Ils traduisent bien des inquiétudes diffuses à propos du monde vivant et de ses dysfonctionnements. Ils dénotent une méconnaissance fondamentale des questions de temps, de territoires, d’échelle spatiale. La montée en épingle de risques réels, dans certains contextes écologiques, mais totalement improbables dans le cas d’un micro milieu humide parmi d’autres dans le tissu urbain lyonnais, reflète de façon caricaturale plus le souci de certaines catégories de fonctionnaires de se trouver des motifs de manifester leur importance et leur légitimité que d’une prise en compte rationnelle de l’échelle des risques liés au creusement de cette mini mare.

11. Potager : la biodiversité domestique et alimentaire

43Comment juxtaposer de la biodiversité domestique à côté de la biodiversité semi-spontanée ?

44La création d’un jardin des épices et de jardins à vocation alimentaire suivis par les étudiants au travers d’une association joliment appelée « En graine » témoigne de cette cohabitation classique dans la ville de plusieurs biodiversités : « la sauvage » installée spontanément par les apports du vent, des insectes, des oiseaux, de la pluie parfois, l’esthétique avec des plantes à but ornemental choisies par le jardinier pour leur forme, leur feuillage, leur floraison et l’alimentaire avec des plantes nourricières, aromatiques souvent comme le thym, le romarin, la sauge, le basilic… mais aussi les grandes classiques que sont pommes de terre, carottes, navets, choux, tomates, poireaux, oignons…

45La création de deux jardins potagers vient compléter la gamme des jardins de l’ENS. Cette cohabitation peut apparaître à certains esprits chagrins comme une volonté de gadget, de tout faire. La présence de ces autres logiques traduit en fait la coexistence possible dans des « mouchoirs de poche » d’espaces verts de systèmes biologiques allant du pseudo-naturel à des degrés de haute artificialisation avec plantations annuelles, bêchage, sarclage, buttage, taille… Seuls les traitements phytosanitaires avec des produits en « cides », herbicides, pesticides, insecticides sont bannis. Le matériel des jardiniers professionnels et amateurs privilégie les outils traditionnels, la bêche, le râteau, le sécateur…l’huile de coude plus que l’huile de moteur et de vidange.

Conclusion

46En définitive, il ressort de cette promenade dans les concepts et dans les arbres et les herbes que la biodiversité est certes affaire d’écologie mais tout autant en milieu urbain de philosophie, de façon d’être, de comportements respectueux vis-à-vis de la nature, sans la déifier mais sans l’instrumentaliser à outrance. La voie est étroite, le lieu se prête plus ou moins bien à ces expériences encore relativement hors des sentiers battus. Derrière cette étude de cas et ses aspects particuliers se profilent cependant des choix de conception, de gestion d’une portion de nature et de nouveaux paysages qui ont vocation à susciter un débat universel. Tout comme les agroforêts par delà leur infinité de déclinaisons locales traduisent l’ingéniosité des sociétés, la biodiversité urbaine ne saurait se penser suivant un mode unique et normalisateur. L’adhésion en revanche à des principes de créativité, de liberté, de dosage raisonné entre le contrôlé et le spontané pourront créer des paysages mutants où le gêne de la mutation sera le bon sens et l’empathie plutôt que le désir prométhéen d’asservir une nature qui restera toujours une indomptable rebelle.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ARNOULD, P., MIOSSEC, A. (2000), La diversité revisitée : milieux “ naturels ”, perceptions, recherches et représentations en France, Historiens et Géographes, n° spécial 370, “ Vivre en France dans la diversité ”, pp. 239-252.

ARNOULD, P, HOTYAT, M. and SIMON, L. (2000), Biodiversity and forestry management. From biodiversity to geochronodiversity. Colloque IUFRO “ History and forest resources ”, Florence, Italie, 18-23 mai 1998, In Methods and approaches in forest history Edited by M. AGNOLETTI and S. ANDERSON. CABI Publishing 2000, New York, pp. 251-263.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ARNOULD, P., CIESLAK, C., 2004, Mise en scène d'objets de nature à Paris et Varsovie : les arbres remarquables de deux forêts périurbaines, Paris, Natures, Sciences, Sociétés, 12, pp. 157-171.
DOI : 10.1051/nss:2004021

ARNOULD, P. et GLON, E. dir. 2005, La nature a t'elle encore une place dans les milieux géographiques ? Paris : Publications de la Sorbonne, 275 p.

ARNOULD, P., 2005, Biodiversité : quelle histoire ? In "Les biodiversités. Objets, théories, pratiques." coordonné par Pascal Marty P., Franck Dominique Vivien, Jacques Lepart, Raphaël Larrère, CNRS Editions, pp. 67-80

ARNOULD P., 2006, Biodiversité, la confusion des chiffres et des territoires, Annales de géographie, n° 651, septembre/octobre 2006, sous la direction de Laurent Simon, "Les territoires de la biodiversité", pp. 528-549.

ARNOULD P et SIMON L., 2007, Géographie de l’environnement, Paris : Belin, 303 p

ARNOULD P et VEYRET Y., 2008, Atlas des développements durables, Paris, Autrement, Coordination des travaux de 33 collègues, réalisation de 3 planches, de l’introduction, de la conclusion.

ARNOULD P, BONERANDI E et GILLETTE C. 2009, Urbain-rural, chapitre du traité sur la ville dirigé par Stebe J.M. et Marchal Y, Paris : PUF, pp. 91-152.

ARNOULD P., 2010, Forêts, chronique d’une mort (trop) annoncée, in « Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête », Paris : JC Lattès-Société de géographie, pp. 163-182.

BOUTEFEU E., 2009. Composer avec la nature en ville, Paris : CERTU

BOUTEFEU E., 2009, Gestion différenciée : l’exemple du jardin de l’ENS, Technicités, n° 148, pp. 36-37.

BRUNEL S. et PITTE J.R., 2010, Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête, Paris, JC Lattès et Société de géographie, 352 p.

CLEMENT G., 2004, La sagesse du jardinier, Paris : L’œil neuf éditions, 110 p.

CLEMENT G., 2004, Manifeste du Tiers paysage, Paris : Sujet/Objet Editions, collection « L’autre fable », 70 p.

CLEMENT G., 2002, Eloge des vagabondes. Herbes, arbres et fleurs à la conquête du

monde, Paris : Nil Editions, 200 p.

CLEMENT G, 1994, Le jardin en mouvement. Paris : Sens et Tonka

DEBIE F., 2002, Jardins de capitales : une géographie des parcs et jardins publics de Paris, Londres, Vienne et Berlin, Paris, CNRS Editions, 295 p.

DELAIGUE A. et MENIA S., 2008, Sexe, drogue et…économie, Paris : Pearson, 215 p.

DELAIGUE A. et MENIA S., 2010, Nos phobies économiques. Ces peurs que l’économiste guérit mieux qu’un psy, Paris : Pearson, 215 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DESCOLA P., 2005, Par delà nature et culture. Paris : Gallimard, 623 p.
DOI : 10.3917/deba.114.0086

LUSSAULT M., 2007, L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris : Seuil

MAGNE N, 2009, Le catastrophisme climatique dans le cinéma grand public, Ethnologie française, XXXIX, 4, pp. 687-695

MORICEAU J.M., 2007, Histoire du méchant loup. 3000 attaques sur l’homme en France. (XVe-XXe siècle), Paris : Fayard, 623 p.

MORICEAU J.M., 2008, La Bête du Gévaudan, Paris : Larousse, 288 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

PELT J.M., 1999, Plantes en péril, Paris : Fayard, Le livre de poche, 254 p.
DOI : 10.1016/S1240-1307(97)86218-8

TABEAUD M. et BROWAEYS X., Montrer le froid pour souffler le chaud…Les images de paysages dans une vérité qui dérange, http://www.espacestemps.net/document5583.html 11 p., 01.07.2008
http://www.cnrs.fr/cw/dosiers/dosbioville/contenu/alternative, 21 p., 27/08/2010

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le projet de jardin, état 2000, vue d’ensemble
Crédits Source : D’après le plan de plantation initial ENS Letrres et Sciences Humaines, Bibliothèque de recherche associée, atelier Acanthe, avril 2009, échelle : 1/200eCrédit : Paul arnould, ENS Lyon, UMR 5600 EVS ; Adaptation numérique : H. Parmentier, ENS Lyon, UMR 5600 EVS, ISIG
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 2 : Les jardins de l’ENS de Lyon, état 2009
Crédits Source : GoogleEarth, © SPOT Image, 6 avril 2007. Crédit : UMR 5600 " Environnement Ville Société ",CNRS, ENS LyonAuteurs : Baptiste Marcere, Hervé Parmentier, Patrick Gilbert, janvier-juin 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 3 : La biodiversité du concepteur du jardin : espèces, provenances, formes –le cas du jardin de la Recherche
Crédits Source : D'après un extrait de légende du plan de plantation initial, avril 1999, 1 : 200 ème, ENS Lettres et Sciences Humaines, Bibliothèque de recherche associée.Crédit : Paul Arnould, ENS Lyon, UMR 5600 EVS.Adaptation, réalisation : H. Parmentier, ENS Lyon, UMR 5600 EVS.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Arnould, « Un jardin dans la ville - Quelle biodiversité urbaine pour demain ?  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://tem.revues.org/1436

Haut de page

Auteur

Paul Arnould

Professeur ENS de Lyon
Université de Lyon
CNRS UMR 5600 « Environnement Ville Société »
15 parvis René Descartes BP 7000
69362 Lyon Cedex 07
Paul.arnould@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page