Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les changements environnementaux et les progrès techniques de notre époque ne provoquent-ils pas l’apparition d’une géographie très différente de celle que nous avons connue jusqu’à présent, ce qu’on pourrait appeler une géographie du post-humain ?

2En effet, en prenant une ampleur globale, les bouleversements environnementaux, par exemple ceux des climats, sont susceptibles à la fois de redéfinir les limites et la composition physique et biologique de notre oekoumène, mais aussi la répartition et les conditions d’existence des populations qui y vivent. Le progrès des techniques affecte de plus en plus la vie des individus. Le développement de la biologie moléculaire avec, entre autres, les OGM et la biomédecine, les récentes innovations dans le domaine de la biologie synthétique, de la biorobotique ou des nanotechnologies n’esquissent-elles pas une nature artificielle sur laquelle l’homme affirmerait une fois de plus sa toute puissance ? De manière plus générale, dans quelle mesure les changements dans les technologies affectent-ils l’espace géographique et changent-ils notre rapport au territoire ? Si l’individu se conçoit de plus en plus selon un espace virtuel où la technique permet de multiplier les contacts et la mise en réseaux, n’est-ce pas d’abord en fonction de ces critères qu’il va envisager sa territorialité ? En quoi la multiplication des liaisons radiofréquences et notre désir d’être en permanence joignable modifient-ils notre relation à l’espace, au temps et notre environnement lui-même ? Dans un autre domaine, l’évolution de la biologie, de la robotique et des nanotechnologies laisse entrevoir d’importantes modifications aussi bien dans la flore que dans la faune. Tout comme cela est déjà envisagé pour les plantes, les fonctions de certains insectes pourraient, par exemple, être modifiées, artificialisées et contrôlées par l’homme. Il est lui-même au cœur d’expérimentations assez poussées de substitution partielle par des robots. Ces différents éléments préparent t-ils une nature post-humaine ? Quels paysages et territoires peuvent en découler ?

3Jean-Michel Besnier, philosophe, affirme que les technologies qu’il qualifie de post-humaines contribueront à une adaptation de l’homme à un environnement modifié où la nature pourrait être biotechnique (J.-M. Besnier, 2009). Certains auteurs se demandent si l’homme ne doit pas faire une place aux non humains, par exemple aux robots ou aux créatures artificielles, et apprendre à vivre désormais avec eux (S. Houdart, O. Thierry, 2011). Si les innovations techniques sont susceptibles d’affecter nos sociétés et nos territorialités, il en va de même pour les changements environnementaux. Tout comme Claude Kergomard dans ce numéro, d’autres scientifiques, tel William F. Ruddiman, s’accordent pour dire que le changement climatique à venir sera important et qu’il est en grande partie lié aux activités humaines (W. F. Ruddiman, 2009). Il bouleverse déjà la vie dans plusieurs contrées du monde, y engendre des conflits et Harald Welzer n’hésite pas à évoquer des écocides voire des guerres du climat dans un avenir proche (H. Welzer, 2008).

4Les thèmes que nous abordons au sein de ce numéro suscitent parfois de vives polémiques. C’est le cas du réchauffement climatique ou les applications des OGM à l’agriculture. Les sciences n’échappent pas aux incertitudes. Par définition, la recherche se cherche. Et sans doute cette « immaîtrise » (J.-M. Besnier, 2009) nourrit-elle en partie des prises de position très différentes chez les scientifiques. Des sensibilités variées apparaissent aussi dans ce numéro. Mais nous avons voulu dépasser le catastrophisme ou le scepticisme ambiant pour répondre aux interrogations qui sont les nôtres.

5Il est régulièrement question, à propos de la nature, et plus généralement de notre planète, de la menace du changement climatique et des déséquilibres que l’homme fait peser sur les écosystèmes. Si ces bouleversements sont souvent considérés comme irrémédiables, ils sont parfois présentés selon une tonalité apocalyptique qui s’inscrit en contrepoint des réflexions de scientifiques. Pour certains, comme Dominique Bourg, la destruction de la biodiversité est impossible à l’échelle de la planète entière (D. Bourg, 2000). Pour d’autres, tel Patrick Blandin, affirmer l’irréversibilité de mutations ou de destructions c’est mal connaître les capacités d’adaptabilité de la nature (P. Blandin, 2000). Plus généralement, ces scientifiques, comme le paléontologue Stephen Jay Gould, refusent d’admettre qu’une évolution puisse être prédéterminée (S.-J. Gould, 1997). Il ne s’agit pas de nier que des changements importants sont en cours. Mais cette incertitude et cette adaptabilité nous invitent à beaucoup de précautions et à prendre du recul par rapport au catastrophisme environnemental, au scepticisme et plus particulièrement au climato-scepticisme ou aux positions militantes. Si William F. Ruddiman explique que l’homme a connu des variations importantes du climat dans le passé, il insiste bien sur l’idée que les activités humaines n’ont jamais eu un tel impact sur notre environnement. Mais il précise que le réchauffement climatique n’est qu’un dossier parmi d’autres tout aussi cruciaux, comme la raréfaction des ressources en général et plus spécifiquement de l’eau. Sans doute est-ce par rapport à l’ensemble de ces paramètres qu’il nous faut situer les guerres du climat selon Harald Welzer. Contextualiser les questions que nous abordons, les préciser ou les approfondir aussi bien sur les données disponibles, les méthodes et les analyses, nous paraît indispensable. L’exercice est délicat, car il consiste aussi en partie à prévoir, anticiper des situations à partir de ce qui est observable actuellement tout en sachant que même les méthodes les plus achevées n’échappent pas à l’«  immaîtrise » et aux incertitudes. Et si les scientifiques émettent de nouvelles pistes, mettent au point de nouvelles méthodes, cherchent à lever certaines incertitudes, ils avancent aussi au gré de leurs convictions.

6L’exercice est délicat également parce que ces thèmes sont encore relativement peu développés en géographie, en particulier celui des innovations technologiques. La préparation de ce numéro a nécessité un important travail de transdisciplinarité pour aller vers l’autre, mieux comprendre un ailleurs thématique et savoir ce que nous pouvions en faire en géographie. De nombreux contacts ont été tissés. Quelques uns sont restés sans suite. Mais beaucoup ont été concluants. Plusieurs interlocuteurs ont été interpellés par notre démarche et ont accepté de jouer le jeu. Les démarches dans un champ scientifique se nourrissent fondamentalement de celles qui ont lieu dans d’autres domaines même s’ils sont apparemment sans lien. Une discussion très intéressante avec Bernard Démoulin a, par exemple, porté sur le sens qu’il pouvait donner à une réflexion sur les implications spatiales des rayonnements électromagnétiques. L’espace n’est pas forcément géographique pour un spécialiste de radioélectricité et d’électronique comme l’est Bernard Démoulin, Professeur émérite à l’Université de Lille. Après réflexion, il a relevé le défi et nous a proposé une contribution en s’appuyant notamment sur la téléphonie mobile. Yves Bertheau, Directeur de recherche à l’INRA s’intéresse aux aménagements spatiaux liés à l’application des OGM à l’agriculture. Jean-Claude Heudin, Professeur au pôle universitaire Léonard de Vinci, Directeur de laboratoire de recherche de l’Institut International du Multimédia, explore cette émergence des créatures artificielles dans notre environnement en prenant appui sur les cyborgs, sortes d’humains améliorés. Nous les remercions tous d’avoir accepté l’échange et de nous faire part de leurs réflexions dans le cadre d’un article. Nos remerciements vont également aux collègues géographes qui ont compris nos interrogations et ont accepté de participer à ce numéro. En s’intéressant au métier du jardinier, Paul Arnould, Professeur des Universités à l’Ecole Normale Supérieure Lettres Sciences-Humaines de Lyon, insiste sur les méfaits du catastrophisme à propos du thème de la biodiversité et montre que l’homme joue un rôle également important pour son maintien et sa gestion. Face aux positions des climato-sceptiques et des militants de la mouvance environnementaliste, Claude Kergomard, Professeur des Universités au département de géographie de l’Ecole Normale Supérieure de Paris, nous propose un état des lieux des connaissances à propos du changement climatique en insistant sur les certitudes mais aussi les incertitudes et les efforts qui sont en cours pour tenter de les réduire de manière scientifique. Enfin, Eric Glon Professeur à l’Université de Lille 1 et géographe, s’intéresse aux enjeux géographiques et territoriaux des politiques européennes sur la coexistence des cultures OGM et conventionnelles.

7BESNIER J.-M., 2009, Demain, les posthumains- Le futur a-t-il encore besoin de nous ? Paris : Hachette, 210 p.

8BLANDIN P., 2005, Développement durable et adaptabilité durable ? De la nécessité d’une éthique évolutioniste, in P. Acot et A. Fagot-Largeault (dir.), L’Ethique environnementale, Chilly Mazarin , pp. 65-79.

9BOURG D., 2000, La responsabilité écologique, in P. Acot et A. Fageot Largeau (dir), L’Ethique environnementale, Chilly Mazarin, pp. 39-63.

10GOULD S.-J., 1997, L’éventail du vivant- Le mythe du progrès, Paris : Seuil, 303 p.

11HEUDIN J.-C., 2009, Robots et avatars, le rêve de Pygmalion, Paris : Odile Jacob, 157 p.

12HOUDART S., THIERY O., 2011, Humains non humains-Repeupler les sciences sociales, Paris : La découverte, 368 p.

13MARTY P., VIVIEN F.-D., LEPART J., LARRERE R., 2005, Les biodiversités- Objets, Théories, Pratiques, Paris : CNRS Editions, 261 p.

14RUDDIMAN W. F., 2009, La charrue, la peste et le climat, Paris : Randall, 262 p.

15WELZER H., 2009, Les guerres du climat- Pourquoi on tue au XXIème siècle ? Paris : Gallimard/Essais, NRF, 365 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Glon et Jean-Marc Besse, « Editorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://tem.revues.org/1421

Haut de page

Auteurs

Eric Glon

Professeur des Universités, géographe, Université des sciences et technologies de Lille 1

Articles du même auteur

Jean-Marc Besse

Directeur de recherches au CNRS, dirige l’équipe EHGO/UMR Géographie-cités (CNRS/Paris I/Paris VII)

Articles du même auteur

  • Philippe pinchemel [Texte intégral]
    Un hommage au grand géographe de « la face de la terre »
    Paru dans Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, 3 | 2007
Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page