Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Zoé Vaillant, Gérard Salem : Atlas mondial de la santé. Quelles inégalités ? Quelle mondialisation ?

Paris, Éditions Autrement, collection Atlas Monde, 2008, 79 pages
Dominique Roquet
Référence(s) :

Zoé Vaillant et Gérard Salem, Cécile Marin (cartographie), Atlas mondial de la santé. Quelles inégalités ? Quelle mondialisation ? Paris, Éditions Autrement, collection Atlas Monde, 2008, 79 pages

Texte intégral

1Les Éditions Autrement nous proposent avec cet atlas de la santé une publication de qualité, tant par le texte et les cartes (réalisées par Cécile Marin), aisément accessible à tous les publics intéressés par les questions de santé. Il apporte des réponses claires à ceux qui s'interrogent sur l'objet d'étude, les méthodes et les problématiques de la géographie de la santé.

2Les auteurs, Zoé Vaillant, maître de conférences à Nanterre et membre du laboratoire Espace Santé et Territoires, et Gérard Salem, professeur à l'Université de Nanterre et directeur du même laboratoire, ont l'un et l'autre à leur actif de nombreuses publications scientifiques sur ce même thème. Les planches des pages 68 et 69 de cet atlas sont d'ailleurs directement reprises de l'HDR de Gérard Salem publiée chez Karthala en 1998 (La santé dans la ville. Géographie d'un petit espace dense : Pikine (Sénégal)).

3L'ouvrage rappelle opportunément en introduction que la géographie, et singulièrement la géographie de la santé, ne consiste pas seulement à inventorier la répartition et les inégalités des faits de santé dans le monde. Il s'agit bien davantage, et ce aux différentes échelles, de montrer que « les disparités spatiales de santé reflètent crûment les disparités de niveaux de développement » et sont la traduction des structures sociales et territoriales. L'état de santé des populations n'est pas seulement déterminé par les facteurs biomédicaux mais plus largement par un ensemble de données politiques et sociales, ce que les auteurs s'attachent à démontrer tout au long de l'ouvrage.

4La démarche est clairement déductive. La 1ère partie présente les principaux déterminants des états de santé avant de montrer comment ceux-ci s'inscrivent dans l'espace de manière concrète.

5La 2ème partie (Quelle mondialisation de la santé ?) met en évidence sans surprise l'existence d'inégalités entre pays riches et pays pauvres en termes d'espérance de vie, de mortalité infantile, de mortalité maternelle. En revanche, l'analyse des états nutritionnels (maigreur et obésité) montre que les pays riches n'ont pas l'exclusivité de l'obésité. Certains pays du sud cumulent des phénomènes de maigreur d'enfants, d'obésité d'enfants et d'obésité d'adultes. Cette obésité de plus en plus répandue est à mettre en relation avec le phénomène d'urbanisation et les changements de modes de vie qui l'accompagnent. Le constat est le même pour les causes de mortalité. Les maladies infectieuses, transmissibles ne sont plus la principale cause de mortalité dans le monde, 60 % des décès sont imputables aux maladies chroniques et dégénératives. Ce constat remet clairement en cause la théorie de la transition épidémiologique. Cependant les pays du Sud souffrent d'un cumul de pathologies, les maladies infectieuses dominent mais les maladies chroniques s'y ajoutent, ce qui est lié dans ce cas également aux progrès de l'urbanisation.

6La 3ème partie (Liens, ruptures et interdépendances) montre bien les effets de la mondialisation dans la diffusion des maladies virales comme la grippe aviaire, mais aussi dans l'offre de soins avec le développement du tourisme médical, mais elle montre aussi les limites du processus d'homogénéisation des faits de santé à travers l'exemple de la France où la mortalité liée aux maladies cardio-vasculaires est plus basse que dans le reste de l'Europe, et celle par cancer du poumon chez les hommes plus élevée. Ces disparités sont le fruit de comportements individuels mais aussi de la qualité inégale des systèmes de soins et de l'action publique. Cette influence des situations politiques, mais aussi des modes de gestion et d'appropriation des territoires est particulièrement bien mises en évidence dans l'analyse de la diffusion de certaines maladies infectieuses (Ébola, maladie du sommeil) à l'échelle régionale en Afrique.

7La 4ème partie (Mutations des territoires, changements sanitaires) s'intéresse à la situation en France et montre que d'importantes disparités de mortalité, par exemple, sont notables entre régions, disparités qui sont loin d'être figées, ce qui témoigne là encore de l'évolution des situations économiques et sociales. Ces contrastes sont également visibles à une échelle plus fine en Île de France, où le ratio standardisé de mortalité médiocre des espaces périphériques, illustre bien le phénomène de ségrégation socio spatiale et la dégradation de l'environnement urbain au sens large (éducation, emploi, logement...). Ce poids des situations économiques et sociales se retrouve à l'identique dans la plupart des villes françaises où les états de santé sont clairement la conséquence du niveau de développement local.

8La conclusion et les annexes rappellent aux lecteurs les limites de l'exercice de cartographie. Celles-ci sont doubles : d'une part il se fonde sur des données chiffrées, à l'égard desquelles il faut toujours faire preuve de prudence, quand bien même elles ont le mérite d'exister et de permettre des comparaisons entre territoires, d'autre part l'image cartographique est forcément réductrice, quel que soit le soin apporté au choix du mode de discrétisation dont les auteurs rappellent les règles. Cette prudence est tout à l'honneur des auteurs et nous rappelle que les cartes, outils indispensables du travail du géographe, ne sauraient suffire à fonder l'analyse, dans le domaine de la santé comme dans tous les autres. La géographie a aussi une dimension sociale dont les données chiffrées ne peuvent à elles seules rendre compte.

9Ce travail de géographie de la santé met en évidence les vertus de l'analyse d'un même phénomène à différentes échelles, seule solution pour ne pas sombrer dans la caricature : les disparités d'états de santé entre Nord et Sud sont une réalité, tout comme la tendance vers une certaine homogénéisation, mais à une échelle plus fine les situations apparaissent extraordinairement plus complexes. Surtout les auteurs démontrent brillamment l'intérêt de la démarche géographique dans le domaine de la santé. Celle-ci, en combinant déterminants naturels et sociaux, permet de mettre en évidence des espaces à risques et au sein de ceux-ci des populations à risques, surtout elle montre le poids des pratiques sociales dans un espace donné et l'impact des politiques publiques en matière de santé. La conclusion que l'on en tire est que la médecine ne peut régler à elle seule les problèmes de santé, des politiques publiques volontaristes de lutte contre la pauvreté, d'amélioration de l'hygiène, de l'alimentation sont aussi sont des outils indispensables de protection de la santé individuelle et de promotion de la santé publique. Ce constat de bon sens mérite d'être rappelé en ces temps de rigueur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Roquet, « Zoé Vaillant, Gérard Salem : Atlas mondial de la santé. Quelles inégalités ? Quelle mondialisation ?  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 21 mars 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/1304

Haut de page

Auteur

Dominique Roquet

Géographe, laboratoire ESO-Rennes, UMR 6590 du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page