Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Michel Nazet : La géopolitique pour tous

Paris, Ellipses, 2010, 288 pages
Christophe Quéva
Référence(s) :

Michel Nazet : La géopolitique pour tous, Paris, Ellipses, 2010, 288 pages

Texte intégral

1La réaffirmation des conflits armés dans l’actualité contemporaine laisse présager de beaux jours à la géopolitique, discipline centrée, selon M. Nazet – reprenant les propos de P. Lorot (1995, Histoire de la géopolitique) – sur « l’analyse des phénomènes conflictuels (de toutes natures), les stratégies offensives ou défensives centrées sur la possession d’un territoire ». La Géopolitique pour tous de M. Nazet se veut un ouvrage de synthèse proposant des bases pour comprendre le monde contemporain. Il s’organise en trois grandes parties : une présentation des « heurts et malheurs » de la discipline géopolitique, de F. Ratzel à Y. Lacoste et F. Encel ; une analyse de l’état du monde et de ses acteurs, entre mondialisation et réaffirmation des États ; et enfin, une observation des dynamiques géopolitiques dans les grandes régions du monde (Europe, Afrique, Amérique latine, Asie, etc.).

2L’ouvrage s’appuie sur des illustrations (exemples, chronologies, cartes), dont on appréciera l’esprit de synthèse, mais dont on regrettera parfois la simplicité et la rapidité de leur évocation dans le texte. Quelques erreurs sont à signaler, notamment l’entrée – aux côtés du Portugal – de l’Espagne (et non de la Grèce) dans la CEE en 1986 (p. 148), le fait que l’Estonie et la Lettonie aient été inversées sur une carte (p. 140). D’une manière générale, les analyses proposées relèvent avant tout d’une présentation synthétique des dynamiques géopolitiques contemporaines et non d’une démonstration, ce qui fait de cet ouvrage un manuel de base, plutôt qu’un essai réflexif et critique sur la géopolitique, ses objets et ses méthodes. Celles-ci sont d’ailleurs synthétisées en une « méthode géopolitique » dans le chapitre trois, M. Nazet reprenant sur analyses de P. Moreau-Defarges (Introduction à la géopolitique, 1994). Cette méthode repose sur trois critères principaux : géographiques, historiques et structurels – dont la simplicité peut surprendre lorsqu’il s’agit de saisir « le cadre perturbant et perturbé du nouvel espace politique et géoéconomique mondial issu des bouleversements du XXe siècle et de la mondialisation » (titre du chapitre 4). L’approche de la géographie qui est ici proposée est pour le moins saisissante de classicisme (« dégager les influences du milieu géographique physique, humain »). En effet, les « données géographiques » intervenant dans l’analyse géopolitique se limitent à un cadre (localisation, relief, climat, ressources, etc.), sans que les enjeux d’organisation spatiale, d’appropriations et de dynamiques territoriales ne soient vraiment évoqués. De même, l’histoire est avant tout comprise comme un contexte : celui de « facteurs historiques », présentés de façon un peu rapide (continuités / ruptures), et appuyés notamment sur un tableau synthétique de « l’aléa humain dans les relations internationales », issu d’un ouvrage ancien – non daté dans le document, mais la référence bibliographique indique 1964 – de P. Renouvin et J.-B. Duroselle : Napoléon nous y est présenté comme un « émotif-actif-secondaire », Louis XVI comme un « non émotif-non actif primaire », sans que les catégories évoquées ne soient explicitées, analysées ou critiquées. Quant aux facteurs structurels, ils accordent une place centrale à la figure de l’État, à la culture, à la religion ou à la langue, celle-ci étant associée à la notion de soft power – une notion dont on regrettera la trop rapide évocation et l’absence d’explicitation. Ainsi, la méthode évoquée, si elle a le mérite d’être simple et facile à comprendre et à mobiliser, peut néanmoins paraître relativement réductrice pour saisir la réalité complexe du monde contemporain. L’ouvrage gagnerait à évoquer les approches systémiques, les théories de la complexité (E. Morin, cité en conclusion pour son ouvrage Crises, aurait pu être mobilisé dans ce cadre), le poids des représentations et de la subjectivité des acteurs de la géopolitique – autant de méthodes scientifiques qui auraient peut-être pu permettre d’interroger et de nuancer ce qui est ici présenté comme une évidence : « la géopolitique n’est pas une science dans la mesure où elle n’a aucune valeur prédictive absolue ou relative »...

3Au final, cet ouvrage présente l’avantage et le défaut de la synthèse. S’il permet au lecteur d’avoir une connaissance rapide et globale de la géopolitique, celle-ci reste quelque peu superficielle, à moins que le lecteur ne fasse l’effort d’analyser par lui-même les exemples énumérés ou les auteurs évoqués sans être référencés. À cet égard, on regrettera le manque de précision quant aux sources des citations ou des références à des auteurs absents de la bibliographie. Cette dernière, organisée par chapitres (dont les intitulés ne sont malheureusement pas rappelés), n’est par ailleurs pas toujours très aisée à mobiliser. Enfin, quelques curiosités sont à évoquer. Ainsi, sur le plan épistémologique, si les prémisses de la géopolitique et son discrédit sont précisés en une quinzaine de pages, la géopolitique française actuelle, renouvelée autour de la figure d’Y. Lacoste, tient en une demi-page. Dans le même ordre d’idée, sur un plan plus méthodologique, alors que la géopolitique est présentée très rapidement, et à plusieurs reprises, avant tout comme une méthode et non comme une science prédictive, l’ouvrage se clôt sur « quelques pistes de prospectives plus ou moins prévisibles »… L’ouvrage de M. Nazet s’inscrit ainsi avant tout dans une optique de vulgarisation et semble d’abord destiné à des lecteurs néophytes, cherchant à acquérir des connaissances de base très générales sur la géopolitique. Le chercheur, l’enseignant ou l’étudiant ayant déjà quelques connaissances et quelque avis critique sur la question restera peut-être quelque peu sur sa faim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Quéva, « Michel Nazet : La géopolitique pour tous », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 21 mars 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/1296

Haut de page

Auteur

Christophe Quéva

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page