Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Michel Bussi: Un monde en recompositions. Géographie des coopérations territoriales

Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2009, 316 pages
Christophe Quéva
Référence(s) :

Michel Bussi (dir.) : Un monde en recompositions. Géographie des coopérations territoriales, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2009, 316 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage de géographie politique propose une réflexion collective sur la notion de coopération territoriale comme cadre de compréhension des recompositions à l’œuvre dans le monde actuel – de l’échelle locale à l’échelle mondiale. Sa principale originalité réside dans son ambition de réorienter les approches de géographie politique, non plus seulement vers l’étude de stratégies, d’invasions ou de conflits territoriaux, mais plutôt vers l’analyse d’organisations ou d’associations pacifiées, inscrites dans une logique communautaire et participative : les coopérations territoriales. Après une première partie théorique, l’ouvrage mobilise des études de cas à différentes échelles, en Europe et ailleurs dans le monde, afin de différencier des types de coopérations territoriales et d’enrichir la réflexion générale sur cette notion. L’ensemble des analyses repose sur des propositions théoriques et méthodologiques, synthétisées dans l’introduction et la conclusion générales.

2La première partie regroupe cinq contributions autour du triptyque « coopération, recompositions et territoires ». En partant des approches de l’économie politique, M. Bussi propose une définition et une première théorisation de la notion de coopération territoriale. Il en identifie trois principaux types – communautaire, stratégique et subsidiaire – qu’il synthétise dans un schéma, dont on regrettera peut-être le trop grand nombre d’informations, qui nuisent quelque peu à sa lisibilité et à sa compréhension. L’article de S. Lima complète bien ce premier article, en appuyant les analyses sur une approche plus profondément politique des coopérations territoriales. Son article sur « la décentralisation comme phénomène planétaire » est remarquable à un double niveau : il relève d’une synthèse précise et problématisée du processus de décentralisation dans le monde, tout en enrichissant la réflexion sur la notion de coopération grâce aux problématiques de la complexité territoriale, de la multiscalarité, et de l’interterritorialité des processus étudiés. Deux autres objets emblématiques des coopérations territoriales sont ensuite étudiés : les réseaux de villes abordés dans le contexte de la métropolisation (G. Billard et L. Lévêque), et les espaces transfrontaliers (B. Lecoquierre). Dans les deux cas, des schémas viennent appuyer la démonstration avec succès. Enfin, R.-E. De Filippis analyse les relations entre inégalités territoriales et coopérations, le tout constituant une transition vers les deux parties suivantes, valorisant une approche différenciée des coopérations territoriales dans le monde.

3Dans le contexte européen, ce sont deux échelles d’analyse qui sont proposées : celle de l’Union européenne en tant que telle (V. Cremades, B. Elissalde, L. Lemoine et F. Lucchini), et celle de trois pays européen – la France (G. Bailly et M. Bussi), l’Allemagne et le Royaume-Uni (L. Lévêque). Les coopérations territoriales y sont abordées sous l’angle des contrats (contrats de pays, coopérations transfrontalières, gouvernance territoriale, etc.), des intercommunalités (EPCI, syndicats intercommunaux, etc.), ou encore des coopérations métropolitaines (régions métropolitaines allemandes, Core Cities britanniques, etc.). À l’échelle de l’Union européenne, les réseaux culturels et les coopérations sportives sont également mobilisés pour aboutir à l’idée des coopérations territoriales comme potentiel vecteur d’affirmation d’une identité – ou tout au moins d’une dynamique – européenne.

4La dernière partie de l’ouvrage élargit les analyses hors de l’Europe, en mobilisant des exemples originaux de coopérations territoriales : au Proche-Orient, dans le cadre de coopérations sous la contrainte (B. Lecoquierre) ; en Sibérie, autour des tensions liées aux hydrocarbures (Y. Vaguet) ; en Australie, au Canada et aux Etats-Unis, dans le cadre intra-métropolitain (G. Billard) ; en Argentine (R.-E. De Filippis) et au Mali (S. Lima), autour des expériences de décentralisation et de réformes territoriales.

5Cet ouvrage est bien structuré dans l’ensemble et le lecteur appréciera d’y trouver des synthèses éclairantes sur des exemples recompositions territoriales dans le monde, ainsi que des propositions théoriques originales. Outre les quelques coquilles présentes dans les premières pages de l’ouvrage, et qui nuisent parfois un peu à la lecture, on regrettera que la notion méthodologique de « jeu » – pourtant présentée comme centrale pour aborder la question des coopérations territoriales – n’ait été abordée que très brièvement en introduction et en conclusion. Cet ouvrage étant collectif, il aurait été également apprécié que les contributions soient davantage confrontées et articulées, par exemple dans le cadre d’introductions ou de conclusions de parties. Il n’en reste pas moins que, par la diversité des exemples mobilisés et la richesse des réflexions théoriques proposées, cet ouvrage constitue une synthèse intéressante des actuelles recherches en géographie politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Quéva, « Michel Bussi: Un monde en recompositions. Géographie des coopérations territoriales », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 21 mars 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/1293

Haut de page

Auteur

Christophe Quéva

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page