Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Robert Chapuis : Bourgogne/Franche-Comté : sœurs ou rivales ? Brève histoire des relations ambiguës entre deux régions

Paris, l’Harmattan, coll. Historiques, 2010, 166 p., ISBN 978-2-296-11258-2
Yves Boquet
Référence(s) :

Robert Chapuis : Bourgogne/Franche-Comté : soeurs ou rivales ? Brève histoire des relations ambiguës entre deux régions

Paris, l’Harmattan, coll. Historiques, 2010, 166 p.
ISBN 978-2-296-11258-2

Texte intégral

1Robert Chapuis, professeur émérite à l’Université de Bourgogne, où il a travaillé 18 ans après avoir consacré 17 ans de sa carrière à l’Université de Franche-Comté) était sans nul doute le mieux placé pour évoquer les relations entre ces deux provinces/régions du centre-est de la France. Un essai sur ces deux régions n’est pas nouveau, puisque R. Brunet et F. Claval en 1973, puis P. Claval en 1978 les avaient déjà rassemblées dans leurs études régionales. Mais l’essai ici présenté tente d’être plus systématique dans la comparaison et, bien entendu, actualise le débat sur l’identité respective des deux espaces considérés et les perspectives de collaboration renforcée, voire de fusion dans le cadre d’un éventuel remodelage de la carte administrative de la France.

2Le sous-titre reflète bien l’approche, essentiellement chronologique, de cet ouvrage, qui après un chapitre introductif décrivant le cadre physique de la Bourgogne et de la Franche-Comté (plaine de Saône et vallée du Doubs encadrées par les hauteurs du Morvan, du plateau de Langres et du Jura) retrace l’emprise humaine et urbaine depuis l’époque romaine, ainsi que les vicissitudes politiques et administratives de cet espace-carrefour où se croisent de grands axes de circulation. Les chapitres 2,3 et 4 (quoique non numérotés), parfois un peu austères, retracent un complexe passé éduen puis burgonde, les désunions et unions du Moyen-Age, l’ère triomphante mais brève des ducs de Bourgogne au XVe siècle, l’opposition récurrente entre une Bourgogne française et une Comté impériale, l’intégration de la Franche-Comté dans le Royaume de France sous la règne de Louis XIV, et enfin la création des départements à la Révolution qui affaiblit quelque peu les modestes capitales que sont encore Dijon et Besançon, quoique la première reprenne de l’importance au milieu du XIXe siècle grâce au chemin de fer (passage de l’axe PLM à Dijon, qui bénéficie d’une belle étoile ferroviaire l’ouvrant sur diverses régions).

3Les chapitres 5 à 9, qui évoquent la place de la Bourgogne et de la Franche-Comté dans les projets successifs de regroupements régionaux, sont à nos yeux les plus intéressants et les plus novateurs de l’ouvrage. S’appuyant en partie sur le récent ouvrage de J. M. Miossec (géohistoire de la régionalisation en France), Robert Chapuis montre, série de cartes à l’appui, les divers projets qui se sont succédés (Comte 1854, Le Play 1864, Foncin 1898, Vidal de la Blache 1910, Charles-Brun 1911, Clémentel 1917, Poincaré 1926, Gentin 1938, Vichy 1941, Gravier 1947, Igamies 1948, Antoine 1959), en relevant qu’au-delà des détails anecdotiques des points forts émergent : “une Franche-Comté cohérente mais dont la petite taille lui coûte souvent une intégration à sa voisine et la perte de la capitale ; une Bourgogne dominatrice mais dont la fragilité lui vaut une géométrie très variable” (p. 78). La Franche-Comté serait-elle une région sans capitale, et Dijon une capitale sans région ? (p. 114). Les identités historiques ont été souvent mises en avant pour refuser une fusion, ou un assujetissement de Besançon à Dijon. Les Comtois semblent historiquement les plus farouchement opposés à toute fusion. En 1920, une revue franc-comtoise soutenait que “nos constructeurs d’automobiles n’emploient pas de pains d’épices pour la fabrication de leurs moteurs et nos fabricants d’horlogerie ne mettent pas de moutarde dans leurs boîtes de montres” ! (p. 86).

4Aujourd’hui, alors que les indiscrétions sur les travaux de la commission Balladur avaient laissé croire, à tort, que l’on envisageait de regrouper Bourgogne et Franche-Comté, la tendance n’est plus à la bouderie ou à l’ignorance soigneusement organisée de la région voisine mais, au contraire, à la coopération qui a commencé par les hôpitaux et les universités (avec aujourd’hui un PRES inter-régional qui pourrait déboucher sur un ensemble universitaire polynucléaire), mais s’est accélérée ces dernières années avec l’arrivée simultanée aux responsabilités de présidents de régions et de maires de Dijon et Besançon, tous socialistes, désireux de renforcer les coopérations inter-régionales. L’action est bien engagée dans le domaine des transports, avec en particulier l’achèvement en 2012 de la branche Est du TGV Rhin-Rhône, qui mettra Dijon à 30 minutes de Besançon, au lieu d’une heure. Par contre, les projets aéroportuaires avancent peu, la concurrence étant manifeste entre Dijon-Longvic et Dole-Tavaux pour devenir l’hypothétique plaque-tournante aérienne qui manque à l’ensemble régional. Le dynamisme du Réseau Métropolitain Rhin-Rhône, l’insertion de partenaires franc-comtois dans le pôle d’excellence Vitagora basé à Dijon, la fusion interrégionale de réseaux bancaires (Banque populaire, Caisses d’Épargne) sont d’autres signes d’une coopération renforcée, mais un consensus semble se dégager pour ne pas envisager à l’heure actuelle de regroupement entre les deux régions. Les Franc-Comtois continuent à ne pas en vouloir, craignant entre autres que Dijon, deux fois plus grosse, n’en tire les bénéfices au détriment de Besançon. Mais les Bourguignons, à commencer par le président du Conseil régional F. Patriat, ne sont pas chauds non plus.

5On l’aura compris, l’auteur développe dans les derniers chapitres de ce petit ouvrage, de lecture aisée, une passionnante étude des dynamiques de coopération interrégionale, s’appuyant sur une bibliographie variée, des entretiens avec les décideurs et une irremplaçable expérience personnelle de ces deux régions. Les leçons à en tirer dépassent probablement les limites du centre-est de la France, et l’on pourrait poser des questions un peu comparables aux cas des deux Normandies, ou encore des relations entre Picardie et Nord - Pas-de-Calais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Robert Chapuis : Bourgogne/Franche-Comté : sœurs ou rivales ? Brève histoire des relations ambiguës entre deux régions », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/1287

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Professeur à l’université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page