Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

David Giband : L’Amérique du Nord, 50 cartes et fiches

Paris, Ellipses, 2010, 205 pages, ISBN 978-2-7298-5564-2
Yves Boquet
Référence(s) :

David Giband : L’Amérique du Nord, 50 cartes et fiches, Paris : Ellipses, 2010, 205 pages, ISBN 978-2-7298-5564-2

Texte intégral

1Cet ouvrage de format commode et de lecture plaisante présente de manière actualisée les fondements culturels et les grands traits géographiques de l’Amérique du Nord septentrionale (l’auteur choisissant d’emblée de ne pas traiter le Mexique pour lui-même, bien qu’il apparaisse occasionnellement au fil de l’ouvrage). La structure récurrente des 50 mini-chapitres de l’ouvrage est la même : une double page associant une citation et une carte, et un texte de deux pages traitant du thème choisi.

2Ces « fiches », qui sont plus élaborées et rédigées que le terme semble le suggérer, sont regroupées en trois parties. « Les cartes de l’identité » (1 à 16), retracent l’histoire américaine, de « l’Amérique avant les Américains » à « l’Amérique du Nord post-ethnique » en passant par la période coloniale, la conquête de l’Ouest, la guerre de Sécession, l’Amérique industrielle, l’Amérique de la guerre froide et une brève évocation des fédéralismes canadien et états-unien. Dans la seconde partie (fiches 17 à 27), l’auteur présente « l’identité des cartes », principalement autour de quelques figures emblématiques (Mark Twain, FDR, Kennedy, Reagan, Obama) et de thématiques culturelles (Black America, francophonie nord-américaine, musiques, sports, télévision). Enfin, dans la troisième partie, « Enjeux et défis actuels » (28-50), l’auteur présente, parmi d’autres, l’Amérique agricole, métropolitaine, bi-côtière, hispanique (pourquoi pas en 2e partie ?), les défis de l’environnement, l’Amérique sécuritaire de l’après-11 septembre, l’Amérique du vide, la frontière mexicaine, la question de l’eau, le Québec, l’Alaska…

3Chacune de ces fiches, dont l’ensemble fournit un portrait vivant et assez réussi des États-Unis (beaucoup) et du Canada (trop peu), est une présentation commode, synthétique, et actualisée (crise financière, marée noire de Louisiane) de l’Amérique du Nord contemporaine, dans une optique géographique.

4Cependant, l’objectivité invite à relever un certain nombre de faiblesses dont l’accumulation conduit à relativiser les propos positifs des lignes précédentes. Si quelques inévitables coquilles orthographiques subsistent (Pow Wow serait bien mieux que Pow How p. 37, un seul Vénézuélien p. 175 ?), elles sont plus gênantes lorsqu’il s’agit de noms propres (Shreveport, p. 71, Galveston p. 131). Les Silicon Mountain du Colorado et Silicon Beach de Floride ont gagné un L superflu (p. 147). Sur la carte des transports (p. 159), il faudrait lire en légende « trafic passagers > 60 millions/an » plutôt que « < »!

5On admire au passage la citation (p. 178) d’un discours de B. Obama à Tokyo en novembre 2010, dans un livre imprimé en juillet 2010…

6Mais surtout, les cartes nous ont posé problème.
D’une part, la plupart d’entre elles sont à l’échelle de l’ensemble du territoire (nord-américain ou états-unien), si bien que la dimension multiscalaire manque quelque peu. On aurait pu s’attendre à un gros plan sur New York ou Los Angeles ou la baie de San Francisco, par exemple. Le carton sur le soccer (p. 107) est illisible : pourquoi n’avoir pas intégré ce sport avec les autres pour une meilleure expression cartographique, le texte suffisant à montrer la différenciation d’avec les sports « made in USA » ?

7Deuxième critique, les figurés choisis ne sont pas toujours pertinents : page 43 (l’Amérique progressiste), pourquoi représenter le droit de vote accordé aux femmes par deux personnages identiques se tenant la main ? Le figuré évoquerait bien davantage le mariage homosexuel. Sur cette carte rassemblant des avancées sociales et politiques, la présence des parcs nationaux semble incongrue. Sur la carte des transports (p. 159), le poids aéroportuaire de certaines villes est sous-estimé (New York, Dallas, San Francisco, Miami, Detroit, hubs plus importants que St Louis cité p. 160, dont l’importance a beaucoup faibli depuis la cessation d’activité de TWA) et pour le transport maritime, il conviendrait de parler de parler de trafic de conteneurs plutôt que de trafic de porte-conteneurs. Page 171 (nouvelle donne migratoire), est-il légitime de donner la même taille aux figurés représentant l’immigration au Canada et aux États-Unis, sachant que le premier pays reçoit trois fois moins d’immigrants que le second ? Peut-on parler (pp. 190-191) d’ « hyperconcentration » des grandes multinationales américaines quand la carte indique des sièges sociaux dans 18 États ? Page 195, les figurés choisis semblent indiquer un poids excessif des villes frontalières mexicaines par rapport à leurs « jumelles » des États-Unis, alors que par exemple El Paso et Ciudad Juarez sont en fait des métropoles de poids équivalent.

8Il y a des omissions surprenantes : alors que la citation de la page 34 évoque le chef des Nez Percé, leur réserve en Idaho n’est pas mentionnée sur la carte de la page 35. Pour l’Amérique du New Deal (p. 75), tous les barrages ne sont pas localisés dans le périmètre de la TVA : il y en aussi dans l’Ouest (Grand Coulee). À l’ère Reagan (p. 83), il est surprenant de ne pas voir de symbole du complexe militaro-industriel pour Washington. La nappe phréatique de l’Ogallala, sous les Grandes Plaines, manque sur la carte des ressources menacées (p. 119) alors qu’elle est évoquée dans le texte p. 121. On aurait attendu le tracé du Mississippi sur la carte de l’agriculture p. 123, vu l’importance du fleuve pour l’expédition des produits céréaliers et la localisation des grandes minoteries (Minneapolis par ex.). La zone sismique de New Madrid est absente de la carte des risques naturels (p. 135) où le danger d’avalanches dans l’extrême-nord québecois semble n’affecter que bien peu de personnes.

9Enfin, et surtout, il y a beaucoup d’erreurs de localisation, assez gênantes si le livre est destiné à un public étudiant. Pour ne pas rendre ce compte-rendu trop long, nous ne citerons que quelques exemples significatifs, mais il y en a d’autres. Detroit est mal située sur de nombreuses cartes (pp. 43, 47, 91, 103, 115, 127, 167, 175). Kansas City n’est pas au centre du Missouri (p. 175), et Independence devrait être à proximité de Kansas City (p. 27). Chicago n’est pas en Indiana (pp. 43, 131) et Miami devrait rester sur la façade atlantique de la Floride et non sur le golfe du Mexique (pp. 127, 159). El Paso et Ciudad Juarez sont beaucoup trop en aval du Rio Grande sur la carte de la page 199. Page 59, Victoria, capitale de la Colombie Britannique, devrait être placée sur l’île de Vancouver et non sur le continent. Page 71, Minneapolis semble placée loin dans l’intérieur canadien…Le festival de Woostock (p. 79) s’est déroulé dans l’État de New York, pas dans le Connecticut. Sur la carte de l’Amérique du savoir (p. 147), Caltech (et non Calltech) est associée à la Silicon Valley alors qu’en fait cette université de recherche est à Pasadena, en banlieue de Los Angeles. La « State of Pa U » est en fait « Penn State ». Page 199, l’Imperial Valley est placée de part et d’autre du cours du Colorado, alors que la localisation correcte (p. 195) est intégralement en Californie, à mi-chemin entre le Colorado et San Diego. Toujours p. 199, il faudrait lire « barrage Glen Canyon » plutôt que Grand Canyon).

10Et comment peut-on oser placer les sièges de la Banque Mondiale et du FMI à New York, plutôt qu’à Washington ? (p. 51). Il est vrai que la capitale a récupéré (p. 147) l’université Columbia, qui est en fait localisée à New York.

11On retrouve aussi quelques erreurs dans le texte. Page 38, la traduction relative à la destinée manifeste utilise l’expression « à travers tous les continents » indiquant une volonté de puissance mondiale américaine, totalement anachronique en 1850. La « destinée manifeste » des jeunes États-Unis est seulement, à cette époque, de s’étendre à travers tout LE continent, de l’Atlantique au Pacifique ! Page 192, les voitures Cadillac sont rattachées au groupe Ford alors qu’elles sont dans le portefeuille de marques de General Motors.

12Cette accumulation continue de petites erreurs, qui nous fait franchement hésiter à recommander cet ouvrage aux étudiants et aux bibliothèques universitaires, est gênante. On n’ose les attribuer à l’auteur, bon connaisseur des États-Unis, comme en attestent ses nombreuses publications sur le pays et l’intérêt évident de l’ouvrage, de conception intéressante, en dépit de la faiblesse du corpus bibliographique (une référence unique pour quelques fiches seulement, en début d’ouvrage).

13Sans doute faut-il y voir plutôt un autre exemple, hélas trop fréquent, de la précipitation avec laquelle les éditeurs cherchent à placer leurs livres sur le marché, sans qu’un suivi et contrôle de qualité soit opéré de manière suffisamment approfondie. En fin de compte, la crédibilité des auteurs et des éditeurs eux-mêmes risque d’être remise en cause, alors que le nombre de maisons d’édition publiant des ouvrages de géographie se restreint d’année en année.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « David Giband : L’Amérique du Nord, 50 cartes et fiches  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 21 mars 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/1285

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Professeur à l’université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page