Navigation – Plan du site
Articles

Gouvernance participative par l’engagement citoyen à l’heure des changements climatiques

Études de cas à Le Goulet, Pointe-du-Chêne et Bayshore Drive (Nouveau-Brunswick)
Parcipatory governance through citizen engagement in the context of climate changes : cas studies in Le Goulet, Pointe-du-Chêne and Bayshore Drive (New Brunswick)
Steve Plante, Omer Chouinard et Gilles Martin
p. 33-49

Résumés

Les résultats présentés dans ce texte découlent de recherches-actions participatives menées entre 2005 et 2009 avec trois communautés du littoral acadien du Nouveau-Brunswick sur la côte est du Canada. L’objectif de ces travaux était de coordonner la démarche de citoyens, d’élus et d’agences (gouvernementales et d’aménagement) et la prise de décision entourant l’adoption de pratiques durables en matière d’adaptation face aux problèmes d’érosion et d’inondations dans le contexte des changements climatiques. Plus précisément, les auteurs ont accompagné, à l’aide d’approches intégrées, les différents acteurs et preneurs de décision à l’échelle locale, provinciale et fédérale, tout en assurant un lien entre le savoir scientifique et le savoir vernaculaire. Il s’agit des communautés de Pointe-du-Chêne, situé dans le sud-est du Nouveau-Brunswick et en bordure du détroit de Northumberland, de Le Goulet, localisé dans le nord-est du Nouveau-Brunswick et sur les côtes du golfe du Saint-Laurent et enfin, de Bayshore de la municipalité de Bathurst, situé dans la baie des Chaleurs. La démarche développée par les chercheurs s’organise en trois temps :
1) recueil, à l’aide d’entretiens semi-dirigés, des données concernant les représentations sociales des habitants de la zone côtière au sujet du changement climatique, des impacts et de l’adaptation ;
2) sensibilisation des acteurs concernés par l’entremise de séances d’informations et de discussions dans les communautés pour co-construire l’objet de la recherche et enfin ;
3) coordination de groupes de discussions pour la phase engagement des communautés qui a conduit à la rédaction collective d’un plan d’action pour l’adaptation tenant compte de la diversité des caractéristiques des communautés et des territoires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Par l'appellation communauté ou communauté locale, nous retenons le sens anglo-saxon de « place » o (...)

1Le changement climatique est un sujet qui mobilise les communautés1 et qui suscite l’attention des médias. Le dernier rapport du Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC, 2007), codétenteur du prix Nobel de la paix en 2007, cherche à démontrer avec une marge d’incertitude de 10 % que l’augmentation de la température variera de 1,8 à 4 degrés Celsius avant 2100. En conséquence, l’augmentation attendue du niveau moyen de la mer pourrait osciller entre 18 et 59 cm à cette échéance. Toutefois, le GIEC prévient que ceci pourrait être davantage si on inclut la fonte de la calotte glaciaire du Groenland qui atteint actuellement 3 km d’épaisseur. D’ailleurs, S. Rahmstorf (2007) évalue que la montée du niveau moyen marin pourrait atteindre de 50 à 140 cm au-dessus des niveaux de 1990 d’ici 2100. Néanmoins, le rôle de l’incertitude ne doit pas être sous estimé dans ces scénarii.

2Au Canada atlantique, certains territoires côtiers du golfe du Saint-Laurent, en l’occurrence le détroit de Northumberland, sont d’autant plus vulnérables aux ondes de tempêtes que la hausse du niveau marin causée par l’expansion thermique est accentuée par la subsidence de l’écorce terrestre (Dalcoast, 2005). Ces phénomènes font en sorte que ce territoire pourrait être plus affecté par les inondations et l’érosion côtière engendrées par les ondes de tempêtes dans le futur (Environnement Canada, 2006). De plus, le phénomène du changement climatique peut accroître la fréquence et l’ampleur de ces événements et, par conséquence, ses impacts sur les populations locales (Chouinard et Martin, 2009). Selon Environnement Canada (2006), les dommages aux infrastructures, tels les routes, les ponts et les résidences, se seraient élevés à près de trois millions de dollars canadiens au début des années 2000. Ainsi, en plus des tensions liées à l’exploitation et à la transformation des ressources naturelles sur l’emploi de la population et le mode de vie des habitants des régions côtières, les communautés côtières exposées à ces aléas devront se préparer à vivre avec un niveau de tensions environnementale, économique et sociale accru associé aux effets du changement climatique (Ommer, 2007).

3Les expériences effectuées au Canada démontrent que l’adaptation dépasse les solutions techniques et d’ingénierie (érection de murs de protection, réglementation concernant les ouvrages) et exigent de recourir à la participation des acteurs pour cerner les stratégies à adopter et de mise en œuvre de celles-ci (Chouinard et al., 2008). La coordination et la coopération entre les parties prenantes dans l’élaboration d’une stratégie commune pour l’adaptation sont liées à la gouvernance (Beuret et Pennanguer, 2002). Cette forme de partenariat (Bourque, 2008) est nécessaire pour incorporer la complexité du phénomène des changements climatiques, en particulier l’augmentation du niveau marin et son impact sur les territoires côtiers.

4L’adaptation aux changements climatiques est généralement définie comme « l’ajustement des systèmes naturels ou humains en réponse à des stimuli climatiques présents ou futurs ou à leurs effets, afin d’atténuer les effets néfastes ou d'exploiter des opportunités bénéfiques » (Giec, 2001). Les stratégies d’adaptation aux changements climatiques pour diminuer les risques pour les communautés côtières se divisent en trois catégories : le retrait, l’accommodation et la protection (Giec, 2001). Le retrait consiste au déplacement des résidences et des autres infrastructures du littoral, afin d’éviter des impacts potentiels. La stratégie d’accommodation considère qu’il est possible de compenser, jusqu’à un certain degré, les changements qui se produisent. Par exemple, en favorisant la construction de maisons sur des fondations plus élevées ou encore le recours aux travaux de remblais ou la construction sur pilotis, afin d’éviter les inondations. La protection est définie comme une approche qui préconise des solutions techniques comme des structures telles que des murs, dans le but de se protéger contre les inondations, l’érosion ou d’autres impacts. La protection peut aussi utiliser des techniques naturelles comme la plantation de végétation ou encore des techniques artificielles telles que l’engraissement des plages ou l’incorporation de structures de roches ou de ciment sur le fond de la mer.

5Au Canada, il y a eu peu d’orientations gouvernementales ou de ressources mises à la disposition des communautés pour les aider à réduire leur vulnérabilité aux changements climatiques tels que l’augmentation du niveau marin et les événements d’onde de tempêtes. Des études effectuées dans le sud-est du Nouveau-Brunswick confirment d’ailleurs que, même si des mesures d’adaptation sont élaborées, il y a un réel manque de ressources humaines et financières ainsi que de volonté politique pour promouvoir des réponses durables à des coûts appropriés (Environnement Canada, 2006 : Vasseur et Catto, 2007 ; Chouinard et al., 2008).

  • 2 Les auteurs travaillent en développement territorial et en sciences de l’environnement. Ils sont is (...)

6C’est dans ce contexte que des acteurs locaux ont invité les chercheurs2 de l’Université de Moncton (UdeM) et de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) pour les accompagner. Conjointement avec les chercheurs, les participants ont convenu de co-construire la démarche basée sur une approche de la recherche action participative (Anadon, 2007). Il s’agit d’une approche participative qui vise la négociation des termes de référence avec les communautés locales (par exemple la définition de l’objet commun, délimitation des limites de la démarche et des attentes, etc.). Le but était de renforcer les capacités locales au moyen de la mise en réseau des acteurs pour stimuler une gouvernance participative et engendrer un changement social approprié et durable face aux effets du changement climatique. L’objectif était de sensibiliser et de transférer les informations requises pour favoriser l’engagement des acteurs (membres de ces communautés et preneurs de décision en aménagement du territoire) pour l’adaptation à l’érosion côtière et à l’inondation.

1. Études de cas

  • 3 La poursuite de nos travaux a été rendue possible grâce à plusieurs sources de financement destinée (...)

7Les activités de recherche qui ont mené à cette étude de cas (Roy, 2009) font suite au Projet sur l’élévation du niveau de la mer dans le sud-est du Nouveau-Brunswick initié en 2002 (Environnement Canada, 2006). C’est lors d’activités de transfert de connaissances sur le changement climatique (par exemple le Forum de Bouctouche en 2004) que les instances politiques locales et des citoyens de ces communautés ont demandé aux chercheurs de poursuivre le travail de sensibilisation, d’entamer des recherches spécifiques et de les accompagner dans l’élaboration de leur Plan d’urgence. Il s’agit des communautés locales Pointe-du-Chêne au sud-est, Le Goulet et Bayshore au nord-est ; dans la ville de Bathurst (baie des Chaleurs du Nouveau-Brunswick) (figure 1)3

Figure 1 : Localisation de Pointe-du-Chêne, de Le Goulet et de Bayshore sur la côte est du Canada (Nouveau-Brunswick)

Figure 1 : Localisation de Pointe-du-Chêne, de Le Goulet et de Bayshore sur la côte est du Canada (Nouveau-Brunswick)
  • 4 Dans ce texte, les termes de citoyen et de résidents sont synonymes.

8Les citoyens ou les résidents de ces communautés4 ont senti qu’ils devaient être appuyés pour faire face à plusieurs événements qu’ils ont associés aux changements climatiques (Fig. 2, 3, 4 et 5). Ils font alors face à des inondations, à l’érosion, à l’intrusion et à la contamination de l’eau salée dans certains puits.

9Ces aléas représentent d’ailleurs plusieurs enjeux pour la santé et la sécurité de la population, à la suite d’inondation des systèmes de fosses septiques ou de problèmes d’eau contaminée à la station de pompage pendant et après les ondes de tempêtes (Dolan et Ommer, 2008). Par exemple, ceux-ci ont incité la communauté de Bayshore Drive, située à Pointe Carron dans la ville de Bathurst, à s’impliquer dans la démarche de recherche de 2006 à 2009. Après avoir pris connaissance des travaux en cours à Le Goulet et à Pointe-du-Chêne, les citoyens de Bayshore ont demandé aux chercheurs de les assister dans le processus de résolution des conflits découlant de l’érosion et opposant les citoyens aux instances municipales.

10Pointe-du-Chêne est une petite communauté essentiellement anglophone. Cette communauté est située dans le sud-est du Nouveau-Brunswick. Selon les personnes rencontrées au moment de l’étude, elle est composée de 1 000 (hiver) à 3 000 résidents (saison estivale). Pointe-du-Chêne n’a pas de conseil municipal élu mais est représentée par un comité de citoyens appelé District de Services Local (DSL) et qui n’a aucun pouvoir réel. Le DSL peut cependant faire des recommandations au Ministre des Gouvernements locaux de la province du Nouveau-Brunswick.

11La communauté de Bayshore Drive est située à Pointe Carron, dans la ville de Bathurst. Cette communauté côtière comporte un peu plus de 60 résidences étalées le long d’un cordon littoral sableux très bas et étroit de 1,5 km, en bordure de la baie des Chaleurs. Cette flèche dunaire fait partie d’un système de dunes côtières de 12 km de longueur. Selon les instances municipales, cette dernière compte 12 714 habitants, avec son propre service d’aménagement et de planification du territoire. La population est composée à part égale de citoyen francophone et anglophone.

12Les résidences saisonnières et permanentes qui y ont été construites depuis les années 1930, et surtout depuis les années 1980, sont situées entre la route et le bord de mer. Cette position les rend vulnérables à l’érosion et aux ondes de tempêtes. Au début des années 2000, suite à une augmentation assez soudaine du retrait du trait de côte dans la partie proximale de la dune, des structures de protection rigides ont été érigées. Celles-ci ont été faites en utilisant de nombreuses techniques différentes et à différents emplacements selon les niveaux des hautes marées remarqués, et ce, sans respecter les directives de la Politique de protection des zones côtières du Nouveau-Brunswick (Nouveau-Brunswick, 2002). Il en a résulté différents impacts au niveau de l’esthétique de l’ensemble du lieu, sur la qualité de la plage et sur l’accès des résidents à certaines portions de la plage, étant donné l’emplacement de quelques structures.

13En raison d’un accès facile à la mer, les résidents utilisent cet endroit depuis plus de 250 ans afin de pratiquer la pêche, la baignade et plus récemment, des chalets et des maisons y ont été construits. On y recense, aujourd’hui, la plus forte densité de chalets et maisons sur les dunes de sable de la province.

14Le Goulet est une petite communauté acadienne-francophone située dans la Péninsule acadienne au nord-est du Nouveau-Brunswick. Selon son maire, Le Goulet compte à ce moment une population de 969 résidents. Il s’agit d’une communauté avec un statut de municipalité depuis 1986, composée d’un maire et de conseillers élus qui gèrent un budget provenant de taxes municipales. Le Goulet offre un certain potentiel touristique avec ses dunes et ses plages sablonneuses. Malgré les efforts de la municipalité, les effets attendus de l’activité touristique restent limités. Comme la pêche est la principale activité économique de la région, la plupart des résidences du village sont situées non loin de la mer, séparées de celle-ci par un marais côtier situé juste derrière une dune bordière et la plage. Cette localisation rend la communauté sensible à l’érosion et aux inondations (Figures. 2, 3 et 4).

Figure 2 : dune et marais inondé et en arrière plan, quelques maisons de la rue principale de Le Goulet

Figure 2 : dune et marais inondé et en arrière plan, quelques maisons de la rue principale de Le Goulet

Figure 3 : Eaux résultant de l’inondation du marais salé (Le Goulet)

Figure 3 : Eaux résultant de l’inondation du marais salé (Le Goulet)

Figure 4 : Mur de protection à Le Goulet

Figure 4 : Mur de protection à Le Goulet

15Ces trois communautés offraient aux chercheurs la possibilité d’examiner le leadership local, élément de gouvernance important en vue de l’adaptation. De plus, ces communautés sont menacées par les effets du changement climatique qui se manifeste par la montée du niveau marin. Leur vulnérabilité aux événements extrêmes s’exprime par une menace pesant sur la qualité et la disponibilité de l’eau et par une augmentation des risques d’érosion et d’inondation. Comment, dans ce contexte, bâtir des communautés résilientes? Est-ce que les chercheurs peuvent jouer un rôle effectif en ce sens?

Figure 5 : Épisode d’inondation à Pointe-du-Chêne.

Figure 5 : Épisode d’inondation à Pointe-du-Chêne.

1.1. Cadre méthodologique : Engagement communautaire

16L’accompagnement des communautés, que nous appelons processus d’engagement communautaire, ressemble à la démarche de la cogestion adaptative (Armitage, Berkes et Doubleday, 2007; Plummer et Armitage, 2007), à la différence que nous avons voulu, au départ, impliquer les citoyens locaux et les preneurs de décisions dans la co-construction de l’objet de recherche, d’une part, et dans le processus de réflexion, de prise de décision collaborative - voire de coproduction - en vue de l’adaptation, d’autre part.

17La notion de résilience est reliée à la capacité de l’écosociosystème de résister aux crises, ou encore de rebondir après un événement important (Folke, 2006). Le terme résilience est utilisé dans le contexte des changements climatiques quand on se préoccupe de l’organisation sociale des collectivités et de leur capacité à absorber un choc tout en maintenant sa fonction (Adger, 2000) et d’innover socialement dans les solutions qui sont mises en avant (Fontan, 2007). Pour soutenir nos propos, nous avons retenu une définition de ce que l’on appelle la capacité adaptative (Smit et Wandel, 2006 tiré de Folke, 2006) dans laquelle une situation à l’issue incertaine et chaotique demande de trouver une nouvelle façon de faire (Folke, 2006).

18Le processus d’engagement communautaire se compose de trois étapes. Dans un premier temps, les chercheurs documentent la situation en recueillant la perception des résidents au sujet du changement climatique, des impacts locaux et de l’adaptation en zone côtière, au moyen d’entretiens semi-dirigés (Savoie-Zjac, 2009). Ce savoir profane est important parce qu’il reflète une dimension du savoir complémentaire au savoir scientifique (Roots, 1998). Ce type de connaissances valorise les expériences individuelles permettant d’acquérir une compréhension empirique des enjeux locaux (Linstroth et Bell, 2007). Cette étape permet de définir un point zéro et ultimement de vérifier les apprentissages des participants durant tout le processus. Dans cette phase initiale, les chercheurs ont conduit des entretiens semi-dirigés auprès de 18 résidents par communauté. Les participants ont été choisis en fonction de leur représentativité selon les catégories d’acteurs présentes (société civile et secteurs privé et public) et des problèmes vécus.

  • 5 Les thèmes ont été ceux suggérés par les communautés elles-mêmes.

19Dans un second temps, à partir d’un exercice de remue-méninges, une série de présentations publiques ont été initiées avec les participants. Ces rencontres, sous la forme d’ateliers, sont animées par les chercheurs et des spécialistes provenant de divers champs reliés aux changements climatiques et à l’adaptation : météorologue, géomorphologue côtier, ingénieur en structure, biologiste de la flore et de la faune, économiste environnemental, chercheurs en études de l’environnement5 Ces experts font tour à tour des présentations sur les différents aspects du changement climatique et de l’élévation du niveau marin moyen (Tableau 1).

Tableau 1 : Activités dans le cadre du projet menant au plan d’urgence à Le Goulet (LG) et Pointe-du-Chêne (PC)

Activité

Objectifs

Nombre de personnes

Date

Séance d’information

Changement climatique et montée du niveau marin

42 (PC)

11 octobre 2005 (PC)

8 (PC)

19 octobre 2005 (PC)

48 (LG)

2 novembre 2005 (LG)

Présentation publique 1

Éléments d’adaptation

31 (PC)

25 septembre 2006 (PC)

13 (LG)

26 Septembre 2006 ( LG)

Présentation publique 2

Adaptation et impacts

33 (PC)

2 octobre 2006 (PC)

15 (LG)

3 octobre 2006 (LG)

Groupe de discussion 1

« Mapping » et options

16 (PC)

23 octobre 2006 (PC)

30 (LG)

6 novembre 2006 (LG)

Groupe de discussion 2

« Mapping » et options

23 (LG)

9 novembre 2006 (LG)

12 (PC)

20 novembre 2006 (PC)

Groupe de discussion 3

Validation

32 (LG)

11 décembre 2006 (LG)

29 (PC)

15 décembre 2006 (PC)

Groupe de discussion 4

Validation des options du plan

21 (PC)

janvier 2007 (PC)

15 (LG)

8 février 2007 (LG)

20Lors de ces rencontres, les chercheurs ont effectué des activités de « mapping » avec les participants, afin d’obtenir une connaissance empirique des milieux. Cette activité de cartographie permet aux participants de positionner et de représenter sur des cartes du territoire différents éléments pertinents à la réflexion (par exemple valeur, usage, zone de vulnérabilité à l’érosion, aux inondations, etc.) (figure 6)

21Dans un troisième temps, les chercheurs ont coordonné un minimum de cinq groupes de discussion, (Geoffrion, 2009) ou focus group, dans chacune des communautés. En plus de valider les informations recueillies lors des entretiens semi-dirigés, les groupes de discussion ont permis de sélectionner les options d’adaptation et de déterminer la liste des enjeux à traiter. Les groupes de discussion étaient composés de 10 à 15 participants, incluant des résidents, des acteurs issus des gouvernements locaux, des entreprises locales, des fonctionnaires (ministère de l’environnement et des ressources naturelles à l’échelle provinciale) et des aménagistes (Commission d’aménagement et de planification de la Péninsule Acadienne). Les notes de toutes ces réunions ont fait l’objet d’une analyse de contenu. À titre de suivi, les chercheurs ont interrogé de six à huit participants par communauté afin de saisir leur appréciation du processus. Finalement, une analyse thématique a été complétée concernant toutes les informations recueillies lors des entretiens semi-dirigés, des activités de cartographie, des groupes de discussion et enfin des présentations (Paillé, 1996).

2. Résultats

22Les acteurs des communautés impliquées ont parlé d’événements extrêmes dans le passé, mais ils perçoivent que ces événements sont maintenant plus fréquents (par exemple, inondation de résidences et de la route en 1995, janvier et octobre 2000, décembre 2003…). Ils ont aussi mentionné une vaste variété d’impacts des changements climatiques reliés aux épisodes de redoux ou aux changements des conditions propices à la formation des glaces. Les communautés font face à différents impacts ou sont affectées à des degrés divers en relation avec les facteurs géographiques et sociaux respectifs.

23À Pointe-du-Chêne, cinq éléments sont ressortis lors des rencontres de groupe concernant le plan d’adaptation (Tableau 2) :

Tableau 2 Suggestions des options d’adaptation mentionnées par les citoyens de Pointe-du-Chêne

Option d’adaptation

Coûts

Type d’adaptation

Impacts environnementaux

1. Modification du pont

moyen

Accommodation

Faible - moyen

2. Digues et barrages

Très élevé

Protection

Élevé

3. Restauration ou remplacement des fossés

Faible

Accommodation

Faible

4. Assurer une voie secondaire par le parc en cas d’évacuation d’urgence

Faible

Accommodation

Faible

5. Limiter les sources de contamination du marais en cas d’inondation

Moyen - élevé

Accommodation

faible

24La plupart des participants semblent être davantage inquiets des impacts des inondations pendant les ondes de tempêtes. L’érosion n’est pas préoccupante parce que la plupart des propriétés érodées, qui appartiennent à environ une proportion de 70% à l’Église anglicane, ont été protégées au moyen de murs de pierres réduisant la perte de terrain (Chouinard et al., 2008). Ces dispositifs n’ont pas empêché les inondations provenant de deux ruisseaux reliés à la mer. Chacune des grandes marées automnales a inondé la principale voie d’accès à cette collectivité. C’est pourquoi la surélévation du pont et de ses accès est identifiée comme prioritaire ; cette priorité avait été identifiée avant le début du projet. Un débat d’importance a eu lieu dans la communauté sur l’éventuelle faisabilité de l’aménagement d’une longue digue pour prévenir les inondations, mais ceci n’a pas fait l’objet d’un consensus.

25À Le Goulet, deux options sont présentées comme moyen d’adaptation. L’approche A est une stratégie de retrait misant davantage sur la prévention et la viabilité pour le long terme. L’approche B est une approche de protection pour faire face aux ondes de tempêtes. Même si les participants à l’exercice de planification ont unanimement préféré l’option A, celle de protection est aussi présentée ici puisqu’il est d’avis général que la population de la communauté n’est pas prête à envisager l’abandon de l’idée d’un mur de protection comme solution (Tableau 3).

Tableau 3 : Suggestions des options d’adaptation mentionnées par les citoyens de Le Goulet

Options d’adaptation

Option A

Retrait de certains domiciles les plus à risque

Restauration de brèche dans la dune côtière

Modifications au Plan d’aménagement de Le Goulet

Option B

Étudier la pertinence d’un mur de protection dans la prévention des inondations

Construction d’un aqueduc et d’un égout sanitaire

Autres mesures d’adaptation

Problème d’inondation résultant du Lac du Goulet

Sensibilisation au plan des mesures d’urgence

Certains besoins en recherche

26À Le Goulet, l’érosion est une source d’inquiétude non négligeable. Suite aux discussions sur les prévisions de la montée du niveau marin pour le prochain siècle, les participants de la communauté réalisent que le retrait est une option souhaitable, au moins pour certains domiciles qui sont davantage touchés par l’inondation lors d’ondes de tempêtes. Le fait que ces domiciles ne jouissent plus d’une eau potable de qualité suite à l’intrusion de l’eau salée dans leurs puits a grandement favorisé l’option de retrait. Lors des discussions sur le sujet, différents éléments ont été mentionnés comme étant nécessaires aux yeux des participants pour encourager le retrait volontaire. La compensation accordée devrait permettre soit la reconstruction d'un domicile équivalent aux coûts de construction actuels, soit un déménagement de la maison actuelle si cela s'avère possible et économiquement plus raisonnable. Les résidents prêts à déménager voient l'importance d'exiger que les fonds soient attribués pour la relocalisation à l'intérieur de la municipalité seulement. Ceci permet d'éviter l'exode et la perte de l'assiette fiscale de la municipalité. En fait, la relocalisation des maisons vers des terrains plus élevés permettrait d’éviter la plupart des impacts vécus par les résidents des zones inondables (intrusion d’eau salée, inondation des fosses septiques et problèmes d’accès au domicile lorsque les routes sont inondées). La question de la relocalisation est importante aux yeux des participants et elle devrait se faire de manière à maintenir les relations de voisinage qui correspondent à une valeur de la communauté.

27Le mur construit il y a environ 15 ans, dans le but de protéger le havre, a été consolidé il y a quelques années et protège la partie nord-est de la communauté contre l’érosion. La plage et la dune de sable, en face de la communauté, servent de zone tampon mais n’offrent aucune protection face aux aléas (onde de tempête, inondation, érosion). Comme action immédiate, il est proposé par les participants de restaurer la brèche principale de la dune puisque selon les observations des résidents, cette brèche constitue le point d’entrée d’eau lors de hautes marées et d’ondes de tempêtes. Les maisons construites à quelque cent mètres de la dune n’ont pas été menacées par l’érosion. Cependant, les inondations causées par les ondes de tempêtes menacent les terres basses. Vingt huit maisons ont été affectées à plusieurs reprises et les puits d’eau potable contaminés, relançant le débat entre déménagement et enrochement. Par exemple, lors de la tempête connue sous le nom de tempête de l’an 2000, 12 maisons ont dû être évacuées en raison de l’inondation, selon le maire de l’endroit.

28Puisque la prévention reste le meilleur moyen pour éviter l’exposition aux risques d’inondations, un plan d’aménagement plus restrictif au niveau des terres inondables pourrait être préparé. La communauté s’est dit d’accord avec la poursuite de cette idée, mais n’en fait pas sa priorité puisque, selon certains, les évènements extrêmes de ces dernières années ont été « sensibilisateurs » et il y a peu de chances que quelqu’un veuille construire dans des zones à risque. Cependant, les participants reconnaissent que si des sommes sont investies pour le retrait de domiciles, il faut nécessairement que le plan de zonage municipal restreigne les nouveaux établissements dans le secteur identifié comme à risque. Il est recommandé que la municipalité travaille avec la Corporation d’aménagement de la péninsule acadienne en ce sens.

29Malgré tout, pour certains participants un mur de protection tel que celui qui a été construit pour protéger l’accès au quai est la solution durable. Une étude a déjà été réalisée par une firme de consultants en 2002. Dans ce rapport, il est précisé que pour ériger un mur de protection sur une distance de 3,8 km devant la municipalité, les coûts en dollars canadiens actuels seraient d’environ 3,3 millions, ce qui n’inclut pas les coûts d’entretien. Une telle infrastructure est conçue pour agir comme structure d'atténuation de l’érosion du trait de côte. Pourtant, on parle du mur comme d’une structure qui va « empêcher les vagues et par le fait même l’eau salée de faire intrusion à l’intérieur du village et causer des dommages aux citoyens » (Roy Consultants, 2002). Si les hautes eaux peuvent inonder les marais derrière un mur, rien n’empêche ces eaux d’atteindre les propriétés dans le cas où le niveau de l’onde (combiné avec une marée haute astronomique) soit suffisamment élevé. Bien que l’énergie des vagues soit dissipée par un mur de protection, cette option pourrait être peu efficace contre l’intrusion de l’eau salée dans les puits et les fosses septiques, ce qui constitue un enjeu de santé et de sécurité pour la communauté. De l’avis de certains résidents, une fonction importante du mur serait de retarder l’inondation des terrains donnant un délai de temps supplémentaire permettant l’évacuation lors d’ondes de tempêtes. Cependant, l’efficacité d’un mur en ce sens reste à démontrer.

30Depuis la tempête de janvier 2000, il y a eu environ une soixantaine de cas d'intrusion d'eau salée dans les puits d'eau potable, ce qui n’avait jamais été vu auparavant et plusieurs participants craignent que cette situation s’étende à d’autres domiciles. La plupart de maisons sont desservies par des fosses septiques et des champs d’épuration dont certains ont été inondés et même rendus complètement inutilisables. Ces inondations entraînent des risques de contamination des eaux de surface et souterraines qui pourraient affecter la qualité de l’eau des puits. Depuis 2000, environ une trentaine de résidences ont vu leurs problèmes se résorber en raison du développement d’un système de distribution d’eau alors que pour les autres, le problème persiste. Il s’agit pour la majorité de domiciles situés en terrain menacé par les inondations, ce qui fait dire que le retrait envisagé pour certaines résidences (option A) réglerait plusieurs problèmes d’intrusion d’eau salée, mais pas nécessairement tous les cas. Selon certains, si la première option est retenue, il faut garantir à la communauté une eau potable de qualité. La communauté voit deux options, soit :

  • 1) la réalisation d’un système de distribution de l’eau potable indépendant au sein même de la municipalité ;

  • 2) 2) le branchement à un système d’aqueduc déjà existant tel que celui de Shippagan.

31La communauté de Le Goulet vit une autre difficulté liée cette fois à des inondations provenant du trop-plein du lac du Goulet situé du côté ouest de celle-ci. Lors de la fonte des neiges au printemps, le lac peut déborder et venir inonder une partie de la rue principale pour une courte période. Ce problème peut être aggravé, puisque pour le Canada atlantique, si l’on ne prévoit pas d’augmentation de précipitations, une augmentation de la variabilité des précipitations est probable, c’est-à-dire une alternance de périodes de l’année avec plus de précipitations et d’autres périodes plus sèches (Warren et al., 2004).

32Les résidents de Bayshore Drive, inquiets de la modification de leur plage, ont entrepris, en 2001, de construire des murs de protection. Deux facteurs contribuent à l’érosion : l’action des vagues de la baie pendant des ondes de tempêtes et le courant de la sortie de la rivière Bass qui parfois s’écoule parallèlement à la côte, comme ce fut le cas en 2001, provoquant une augmentation significative de l’érosion. Certaines propriétés ont perdu jusqu’à 10 mètres de terrain en une seule saison. Des murs de protection de différentes sortes – bois, blocs de ciment, enrochement, etc. – ont été construits rapidement, sans uniformité suite à cet événement, créant ainsi une entorse à l’esthétique. Une structure entrave l’accès aux marcheurs sur la plage et ce, même à marée basse, créant ainsi des conflits. Bien qu’il n’y ait pas de consensus sur le type de restauration à privilégier, les préoccupations entourant la perte d’esthétisme et d’accès ont conduit les résidents à élaborer des règlements municipaux régissant les procédures d’aménagement afin de déterminer quand, où et quel type de structures de protection contre l’érosion les résidents pourront choisir (Tableau 4).

Tableau 4 : Suggestions des options d’adaptation mentionnées par les citoyens de Bayshore Drive

Résultats recherchés

Activités

Résultats

1 Création du comité local en partenariat avec le Groupe de Développement durable de Bathurst

Créer un comité actif constitué de 12 résidents participants

Comité a été créé et s’est rencontré à fréquence d’une fois par mois environ

2-Révision du document de travail et validation

Document révisé et validé en octobre 2008

3-Diffusion, vulgarisation et sensibilisation de la population concernant les recommandations

Trois rencontres ont permis l’écriture d’une brochure distribuée à tous les résidents dans les deux langues officielles

Brochure rédigée et approuvée par le comité local.

Document distribué aux résidents et dans les lieux publics

4-Discussion pour recommander un arrêté ou règlement municipal

Rencontres ont eu lieu avec les autorités municipales
Texte contenant les règlements à inclure a été rédigé

Deux articles ont été ajoutés au règlement municipal existant
Règlement sera proposé à la Ville de Bathurst

5-Suivi avec l’étude de l’érosion

Rencontre de travail de terrain avec les géomorphologues (10 participants visés)
Suivi régulier et cueillette des données pendant l’été et l’automne 2008 jusqu'à la couverture de neige.

6- Rapport de projet

Rapport de projet détaillant toutes les activités réalisées

Un rapport de projet a été rédigé

33Les principales préoccupations des participants aux réunions pendant l’année 2008-2009 concernaient les points suivants :

  • 1) le caractère applicable du règlement ;

  • 2) le nettoyage des plages salies par les débris des rocs de murs de protection.

34Tout d’abord, les participants ont peur que le règlement soit trop contraignant et que cela débouche sur l’échec de son application (uniformisation de la couleur des matériaux utilisés pour la construction des murs de protection, design des murs, taille des roches, etc.). Le règlement devrait être rédigé de manière à être facile d’application (respect par les résidents et moyens faciles de contrôle par les autorités municipales). L’autre élément qui les préoccupe concerne ses limites géographiques d’application. Le règlement s’applique à toute la ville de Bathurst tandis que les amendements proposés s’appliquent à la situation de la Pointe à Carron. Il a été retenu que les amendements du règlement seraient proposés tels quels lors de la réunion du conseil municipal. Il reviendra alors à ce dernier de décider s’il accepte les amendements et s’il les élargit à toute la ville ou non.

35Les participants étaient perplexes quant à l’attribution des responsabilités concernant le matériel des installations détruites par les tempêtes et donc le nettoyage des plages salies par les débris. Dans la Politique sur la gestion de la zone côtière, il est mentionné que le responsable est le propriétaire du mur. Toutefois, certaines personnes trouvent difficile d’incriminer quiconque puisque les débris peuvent se retrouver très loin des murs qui les ont générés. Il a été suggéré de s’adresser aux institutions concernées, tel que le ministère des Ressources naturelles du Canada, à qui la question de nettoyage incombe puisque les débris se retrouvent sur les terres de la Couronne.

2.1. Des communautés vulnérables aux communautés résilientes

36Les communautés impliquées dans l’étude vivent des degrés de vulnérabilité variables. Ainsi, Le Goulet est une communauté relativement isolée et petite, avec une population en déclin. Cette diminution est attribuable au ralentissement que connaît l’activité de la pêche pour laquelle les ressources exploitées ont chuté dramatiquement depuis 1992, plaçant cette communauté dans une vulnérabilité sociale et économique accrue. Par ailleurs, Pointe-du-Chêne et Bayshore Drive sont des collectivités moins dépendantes des ressources naturelles que par le passé. Auparavant deux ports importants de transbordement du bois et de marchandises, ce sont aujourd’hui des endroits de résidences côtières pour les citoyens locaux et les nouveaux résidents qui ont été attirés par la côte. Ces communautés sont à proximité ou dans des concentrations urbaines (Moncton et Bathurst) et possèdent un capital humain (par exemple, niveau de scolarité, revenus élevés, etc.) important en raison de la présence de professionnels et de fonctionnaires retraités qui choisissent de s’y installer. Ces communautés sont aussi marquées par une augmentation de la valeur marchande du foncier et par une densification de sa zone habitée. Pointe-du-Chêne et Bayshore Drive s’appuient toutes les deux sur des mesures de protection rigides comme approche à l’adaptation. La plupart des acteurs qui ont participé à l’étude ont ciblé la construction de barrières de protection comme mesure d’adaptation à l’érosion. En fait, les participants sont enclins à choisir cette approche d’adaptation au détriment des autres. Les résidents croient que la solution technologique proposée par les ingénieurs est préférable à une approche plus respectueuse de l’écosystème dunaire, ce qui révèle un manque d’information sur le lien entre les effets d’un enrochement sur les écosystèmes (Berkes, 2004). Ceci est surprenant pour un lieu où le tourisme est le principal moteur de son économie, ce qui devrait inciter à préserver le paysage du littoral côtier.

37Le retrait ou l’évitement, c'est-à-dire la construction d’infrastructures ou le déplacement d’infrastructures existantes hors des lieux à risque, est une autre approche d’adaptation (Giec, 2001). Cette solution est davantage appropriée au développement durable (McCulloch et al. 2002). Cependant, seuls les habitants de Le Goulet commencent à envisager cette approche après une démarche de sensibilisation par des représentants de diverses disciplines scientifiques. Initialement, cette communauté envisageait une approche de résistance par la construction d’un mur de 5 km pour se protéger de l’érosion. Après la tenue de groupes de discussion sur le sujet, les participants ont modifié leur point de vue. Par exemple, les participants, dont plusieurs propriétaires, ont opté pour une approche prudente, proposant plutôt de déménager les 28 maisons localisées dans la zone à haut risque vers des terres plus hautes. Le fait étant que le mur n’offre pas de protection contre l’inondation, la contamination de leurs puits par les eaux d’égout et l’intrusion de l’eau salée. L’infiltration de l’eau des marais des deux côtés du village semble avoir été le principal argument pour justifier le changement d’option d’adaptation. Ce changement de scénario n’a toutefois pas encore été reconnu par tous les membres de la communauté et quelques meneurs croient que ce ne sera pas facile étant donné le manque d’information.

  • 6 Pour en savoir plus sur le concept de capital social, consulter : Fogues, 2005et 2008, Flora et Flo (...)

38À Bayshore, l’idée d’utiliser une approche réglementaire comme outil d’adaptation a émergé lors des groupes de discussion. Si toutes les communautés du Nouveau-Brunswick ont mentionné l’absence de règlements de la Politique de la protection des zones côtières (Nouveau-Brunswick, 2002), c’est la seule communauté dans cette étude de cas à s’engager en ce moment dans la proposition d’un règlement municipal. Les résidents de Bayshore y ont travaillé avec l’autorité locale et les agences gouvernementales concernées afin que les mesures de protection soient uniformes et acceptables pour les parties prenantes. Ce cas constitue un exemple permettant de démontrer que l’approche concertée à l’adaptation est une garantie pour éviter le développement chaotique et perturbateur du territoire. Le fait que cette collectivité fait partie d’une ville de 12 714 habitants avec la présence décentralisée de ministères, un capital social6 (leadership, cohésion sociale, réseau) et un capital humain fort ont influencé la motivation des citoyens à s’engager sur cette voie.

39Pour la communauté de Pointe-du-Chêne représentée par un DSL -forme de gouvernement sans autorité légitimé par la population- l’écriture d’un règlement n’est pas une option. Ce sera plutôt l’accommodation qui consiste à rehausser le pont pour accéder à la localité, qui sera retenue. Cette option prioritaire a été identifiée avant le début du projet d’accompagnement de 2006 et elle est demeurée au centre des échanges. Les résidents pensent que le document rédigé en collaboration avec les chercheurs a permis d’obtenir une plus grande légitimité auprès des autorités gouvernementales de la province du Nouveau-Brunswick. Ils ont poursuivi leurs discussions afin d’obtenir le financement nécessaire pour mettre en œuvre le choix des priorités d’adaptation. Fait intéressant à noter, le DSL de Pointe-du-Chêne, seule communauté n’ayant pas de représentants élus, avait déjà identifié des priorités d’adaptation. Par exemple, elle s’était déjà dotée d’un plan d’urgence, dans lequel on identifiait un lieu d’accueil au Centre communautaire, endroit situé sur le terrain le plus élevé du territoire. Il faut souligner que cette collectivité située à 25 km du Moncton métropolitain, est composée de professionnels et de fonctionnaires à la retraite qui sont davantage habilités à recourir à des approches réflexives et anticipatrices.

2.2. L’évaluation du processus d’engagement

40Les participants des trois communautés ont témoigné de l’importance du processus d’engagement dans la démarche de recherche. À Le Goulet, les répondants ont souligné l’importance de la tenue de réunions délibératives pour amorcer et pour trouver une approche plus appropriée pour faire face aux effets du changement climatique dans une optique de développement durable. La coproduction du rapport de recherche a servi aux représentants de la municipalité d’outil de négociation avec les agences provinciales pour justifier la cartographie numérique des territoires avoisinants, en particulier les municipalités de Bas Caraquet et Shippagan, considérées vulnérables à la hausse du niveau marin, et ce afin de pouvoir effectuer une meilleure planification spatiale.

41La coordination et la mise en réseau des acteurs régionaux et locaux a permis de montrer la place de chacun et de légitimer le processus de la mise en place de procédures, de règlements menant à la rédaction d’une proposition d’amendement à l’arrêté municipal et à une brochure d’information élaborée collectivement. Rankin (2008) et Roots (1998) écrivaient que la collaboration entre les différentes structures qui intervient pour la sauvegarde de l’environnement est nécessaire. Ce partenariat passe par l’échange d’informations, l’installation d’un climat de confiance et une meilleure coordination entre les différentes interventions afin d’éviter les duplications et les contradictions. Les atouts d’un tel partenariat sont la réduction des conflits et une plus grande efficacité et efficience des interventions (Rankin, 2008). D’autre part, cela contribue au renforcement des capacités des communautés qui apprennent les bénéfices de la recherche action participative (Participatory Action Research) à se familiariser avec la prise de décisions consensuelles et contribue à identifier les compétences locales : par exemple, la lecture et l’interprétation d’une carte, la meilleure connaissance des bases scientifiques du problème qui se pose, le fait de savoir à qui s’adresser pour obtenir les réponses à une préoccupation, etc. Ces communautés pourront alors être plus autonomes, voire même résilientes.

42À Pointe-du-Chêne, le processus a ajouté quelques éléments de précision à leur exercice de vision. Cependant, le processus a essentiellement donné davantage de crédibilité aux efforts poursuivis par le comité de DSL. Ainsi, pendant le processus, les chercheurs ont arrimé les idées existantes sur l’adaptation (savoir vernaculaire/savoir scientifique) et ont laissé à la communauté un document de travail coproduit qui leur est utile dans leur négociation avec les autorités de la Province du Nouveau-Brunswick. Même si le travail n’est pas terminé à Bayshore, le conseil municipal de la ville de Bathurst appuie ses citoyens qui demandent que les chercheurs viennent en support pour élaborer un règlement destiné à appliquer des éléments de la Politique côtière et à soutenir l’Association de développement durable dans le transfert du dossier à l’échelle de la municipalité. Qui plus est, une brochure sur l’importance de mesures appropriées d’adaptation à été coproduite avec l’Association locale de bassin versant dans la foulée de cette recherche. Ici il est clair, comme dans les deux autres communautés, que la démarche de recherche action participative a contribué à développer la mise en réseau des citoyens de la communauté et des fonctionnaires de toutes les échelles de pouvoir. À Le Goulet et à Pointe-du-Chêne, la majorité des participants disent que le processus les a habilités à mieux comprendre le phénomène du changement climatique et la hausse du niveau marin, et a augmenté leur sensibilité à une adaptation proactive. Les deux collectivités ont aussi demandé une implication continue des chercheurs dans le suivi, mais sans proposer des sources de financement.

43Dans la perspective des résidents, la prochaine étape est la sensibilisation plus large de la population (ceux qui n’habitent pas en zone côtière directement). Ils pensent qu’une assistance est nécessaire en ce sens. À Le Goulet, les participants jugent que, dans le but de mobiliser la communauté, il y a un besoin de sensibilisation au moyen de groupes de discussion avec l’ensemble des citoyens de la communauté. À Pointe-du-Chêne, il y a aussi une inquiétude due au fait que les citoyens ne voient pas la nécessité d’un plan d’adaptation. Plusieurs participants craignent que la communauté soit divisée entre la seconde et la troisième génération de résidents. La deuxième génération étant moins privilégiée économiquement et moins convaincue d’agir de manière proactive (anticipation), tandis que la troisième génération, soit celle des nouveaux résidents plus fortunés, a tendance à favoriser le recours à des actions individuelles. Dans cette communauté, la présence significative de résidents saisonniers complique les efforts d’éducation et de sensibilisation. La présence d’acteurs issus de divers paliers de gouvernements ainsi que de la Commission d’aménagement Beaubassin à la plupart des rencontres a contribué à renforcer les liens et les réseaux avec les meneurs de Pointe-du-Chêne et à acquérir une meilleure définition des besoins et des aspirations de la communauté. Également, la participation des spécialistes de diverses disciplines intéressés aux questions du changement climatique et à l’adaptation est considérée comme très importante, même si quelques barrières de langue étaient présentes (taux d’analphabète fonctionnel important et connaissance d’une seconde langue par les anglophones et les francophones déficiente). Pour l’ensemble des communautés, les participants mentionnent que les recherches menées ont permis de créer une ambiance d’optimisme et de confiance entre les participants sur la possibilité de faire des choses dans l’intérêt général de leur collectivité pour l’avenir.

Conclusion

44Le processus participatif a montré que les citoyens de ces communautés sont au travail en s’adaptant à la hausse du niveau marin, utilisant des mesures de protection telles que les murs de pierres, de ciment et autres. Les méthodes d’adaptation utilisées ont été choisies essentiellement sur des bases individuelles et peu de consultation ont eu lieu avec les membres de la communauté et les autorités municipales pour en assurer l’uniformité. Les chercheurs et les participants ont noté que le lien entre savoirs scientifiques et savoirs locaux a habilité tant les citoyens que les chercheurs à comprendre les différentes dimensions du problème, a influencé les décisions locales et a ouvert des perspectives innovantes de gouvernance participative (Salamon et Eliott, 2002). À Le Goulet, le retrait est maintenant vu comme une véritable option à envisager et à Bayshore, les règlements sont jugés nécessaires comme mesure de prévention. À Pointe-du-Chêne, on juge qu’il est impératif d’agir collectivement pour la construction d’un pont qui ne serait pas affecté par des événements extrêmes. Ces idées retenues, qui ont fait l’objet de délibération démocratique, n’étaient pas présentes au lancement du projet, sauf pour le cas de Pointe-du-Chêne.

45Les stratégies d’adaptation retenues par les communautés dépendent d’une diversité de facteurs tels que la taille des communautés, l’isolement (linguistique, géographique, gouvernemental), les différences dans la disponibilité des ressources locales et humaines, les partenariats existants et les liens avec les preneurs de décision, la qualité du réseau et les valeurs communautaires et individuelles. Les recherches ont démontré que chacune des communautés a son propre point de vue sur les solutions à envisager. Aussi, le processus d’accompagnement semble avoir facilité les discussions et les échanges avec les preneurs de décisions et a démystifié le savoir scientifique et le rôle des experts aux yeux des participants, tout en mettant en perspective les incertitudes reliées à l’adaptation au changement climatique.

46Les chercheurs ont agi en médiateurs pour aider à minimiser les conflits d’usage en coordonnant et en mettant en relation les divers niveaux d’acteurs présents sur les territoires. C’est en ce sens que nous parlons de nouvelle gouvernance participative. En s’appuyant sur les caractéristiques d’un système socio-écologique, il semble que les communautés impliquées ont un degré certain d’adaptation ou d’habilité collective au changement, voire d’innovation sociale, et que la présence des chercheurs peut favoriser le changement social. C’est ce à quoi D. Bennet et A. Bennet (2008) font allusion en parlant d’implication et d’évolution « involving and evolving » des apprenants communautaires et des scientifiques. Ainsi, les communautés n’auraient pu envisager de nouvelles solutions à leurs problèmes sans le transfert des connaissances et la sensibilisation amenée dans le processus d’accompagnement par la rencontre des savoirs scientifiques et locaux. Ceci implique le besoin d’apprendre à bâtir la résilience socio-écologique (Gunderson, 2001 tiré de Folke, 2006; Dolan et Ommer, 2008).

47Nous avons aussi noté que la collectivité de Bayshore qui est incoporée à la ville de Bathurst a des ressources humaines et financières disponibles, ce qui lui donne accès à plus d’outils d’adaptation en termes de règlements municipaux pour adapter la Politique de protection des zones côtières de la province à certaines particularités locales. Finn (2008) a d’ailleurs recommandé dans un rapport destiné à la province du Nouveau-Brunswick de favoriser les regroupements moyens de population (14 000 habitants) pour assurer la viabilité des gouvernements locaux. Cette recommandation met en évidence les difficultés d’accès aux ressources dans une province rurale comme le Nouveau-Brunswick, où près de 50 % de ses 740 000 habitants vivent dans des municipalités de moins de 10 000 habitants. Qui plus est, 35 % de la population de cette province canadienne n’a aucun gouvernement municipal. Une difficulté rencontrée dans ces communautés est que les chercheurs sont souvent vus comme les « experts » par les participants qui attendent d’eux « la vraie et meilleure réponse » à leurs problèmes (Berkes, 2004). Pour composer avec cette image, les chercheurs doivent insister sur les incertitudes en matière d’adaptation au changement climatique, sur l’importance de la co-construction d’objet et sur la nécessité de composer avec la complexité en vue d’inclure les valeurs et le savoir local au moment d’élaborer des solutions d’adaptation appropriées et acceptables socialement (Armitage, 2008). Enfin, la triangulation d’outils méthodologiques en l’occurrence, l’étude de cas, l’entretien semi-dirigé ainsi que la validation par groupe de discussion, a permis de valider et de légitimer le processus d’enquêtes qui s’est déroulé dans ces communautés du littoral acadien du Nouveau-Brunswick de 2005 à 2009.

Haut de page

Bibliographie

ADGER, W. N., 2000, Social and ecological resilience : are they related ?, Progress in Human Geography, vol 24, nº 3, 2000, pp. 347-364.

ANADON, M., 2007, La recherche participative, Québec : Presses universitaires du Québec, 240 p. 

ARMITAGE, D., BERKES F., DOUBLEDAY, N., 2007, Adaptive Co-Management : Collaboration, Learning, and Multi-Level Governance, Vancouver, University of British Columbia Press, 360 p. 

ARMITAGE, D., 2008, Governance and the commons in a multi-level world, International Journal of the Commons, vol 2, nº 1, pp. 7–32.

BENNET, D., BENNET, A., 2008, Engaging tacit knowledge in support of organizational learning, Vine, vol. 38, nº.1, pp. 72-94.

BERKES, F, 2004, Knowledge, Learning and the Resilience of Social-Ecological Systems, Presented at The Commons in an Age of Global Transition : Challenges, Risks and Opportunities, the Tenth Conference of the International Association for the Study of Common Property, Oaxaca, Mexico, August 9-13.

BEURET J.-E., PENNANGUER, S., 2002, Quand les citoyens modèlent l’action publique : la gouvernance des espaces littoraux, Pour, nº 174, pp. 171-178.

BOURQUE, D., 2008, Concertation et partenariat. Entre levier et piège du développement des communautés. Collection Initiatives, Presses de l’université du Québec, 152 p. 

CHOUINARD O, MARTIN, G., Communauté côtière en besoin d’adaptation face à la hausse du niveau marin dans le contexte du changement climatique : protéger son patrimoine naturel et touristique ou protéger sa cour ? Jean Marie Breton (dir), Patrimoine culturel et tourisme alternatif, Paris : Karthala, pp. 254-269.

CHOUINARD, O., PLANTE, S. ,MARTIN G., 2008, The community engagement process : a governance approach in adaptation to coastal erosion and flooding in Atlantic Canada, Revue Canadienne des Sciences Régionales, vol 31, nº 3, pp. 507-520.

Dalhousie Coastal Ocean Prediction, (DalCoast), 2005, http://www.phys.ocean.dal.ca/~dalcoast/Dalcoast1/exper/index.html, Consulté le 9 novembre 2005.

DELUSCA, K., VASSEUR, L., CHOUINARD, O., Marées de tempête et communautés à risques dans le sud-est du Nouveau-Brunswick : cas de la communauté de Pointe-du-Chêne, Revue Canadienne des Sciences Régionales, vol 31, nº1, pp. 19-38.

DOLAN, H., OMMER, R., 2008, Climate Change and Community Health : Lessons from Canada’s East and West Coasts, Journal of Rural Studies, vol 3, pp. 27-46.

ENVIRONMENT CANADA, 2006, Impacts de l’élévation du niveau de la mer et du changement climatique sur la zone côtière du sud-est du Nouveau-Brunswick, Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, Ministère de l’environnement, 644 p. 

FINN, J.-G., 2008, Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables : plan d’action pour l’avenir de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick, Rapport du commissaire sur l’avenir de la gouvernance locale, Fredericton, Province du Nouveau-Brunswick, 121 pp. 

FLORA, B.C., FLORA, J.-L., 1993, Entrepreneurial Social Infrastructure. A Necessary Ingredient in Rural Blueprint for Tomorrow, Annals of American Academy of Political ans Social Science, no. 529, 49 p. 

FOLKE, C., 2006, Resilience : The emergence of a perspective for social–ecological systems analyses, Global Environmental Change, vol 16, pp. 253–267.

FONTAN, J.-M., 2007, Innovation et changement social, Klein J.-L. et D. Harrisson L’innovation sociale : émergences et effets sur la transformation des sociétés, Presses universitaires du Québec, pp. 405-412.

FORGUES, E., Le développement économique des communautés francophones en situation minoritaire, Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques, 2008.

FORGUES, E., 2005, Indicateurs du capital social des groupes de langue officielle au Canada. Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques. 2005.

GEOFFRION, p., 2009, Le groupe de discussion, Recherche sociale : de la problématique à la collecte de données, 5è édition, Québec : PUQ : pp. 337-360.

GIEC., Working Group II., Impacts, Adaptation and Vulnerability, 2005, http://www.grida.no/climate/ipcc_tar/wg2/059.htm#134 , consulté le 2 mars 2007.

GIEC., Summary for Policymakers, 2007, Climate Change 2007 : The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change (Solomon, S., D. Qin, M).

LINSTROTH, T., BELL R., 2007, Local Action : the new paradigm in Climate Change Policy, Burlington : University of Vermont Press, 208p. 

LEBEL, L., ANDERIES, J.M., CAMPBELL, B., FOLKE, C., HATFIELD-DODDS, S., HUGUES, T.-P., WILSON, J. 2006, Governance and the Capacity to Manage Resilience in Regional Social—Ecological Systems, Ecology and Society,vol 11, nº 1, 19, pp. 19.

MCCULLOCH, M.M., FORBES, D.L., SHAW, R.W., 2002.Coastal impacts of climate change and sea-level rise on Prince Edward Island, Geological Survey of Canada, Open File 4261 and 11 supporting documents

NOUVEAU-BRUNSWICK., Politique de protection des zones côtières, Direction de la planification, Ministère de l’environnement et des gouvernements locaux, 2002, disponible en ligne www.gnb.ca/elg-egl/0371/0002, site visité le 18 janvier 2009.

OMMER, R.-E., 2007, Coast under stress, Restructuring and Social-Ecological Health, Montreal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 592 p. 

PAILLÉ, P., 1996, De l’analyse qualitative en général et de l’analyse thématique en particulie, Archambault, J. et Paillé, P., La recherche qualitative dans la santé, Recherches qualitatives, vol. 15, pp. 181-194.

PLUMMER, R. et D. ARMITAGE, 2007, A resilience-based framework for evaluating adaptive co-management : Linking ecology, economy and society in a complex world, Ecological Economics, vol 61, nº 1, pp. 62-74.

RAHMSTORF, S., 2007, A Semi-Empirical Approach to Projecting Future Sea-Level Rise, Science, vol 315, nº5810, pp. 368–370.

RANKIN, J., 2008, The influence of community-based watershed monitoring groups on decision-making in Nova Scotia, Canada, Dalhousie University, Nova Scotia. 86 pp. 

REIMER, B., LYONS, T., FERGUSON, N., POLANCO, G., 2008, Social Capital as social relations : the contribution of normative structures, Sociological Review, vol 56, nº 2, pp. 256-274.

ROOTS, F., 1998, Inclusion of different knowledge systems in research, Manseau M., Terra borealis 1 : traditional and western scientific environmental knowledge, Institute for Environmental Monitoring and Research, Goose Bay, Newfoundland and Labrador, Canada, pp. 42-49.

ROY CONSULTANTS, 2002. Protection côtière et drainage du lac de Le Goulet, Aqueduc égout sanitaire, 5 avril 2002.

ROY, S.N., 2009, L’étude cas, B. Gauthier Recherche sociale : de la problématique à la collecte de données, 5è édition, Québec : PUQ, pp. 199-225.

SALAMON, L. M, ELLIOTT, O. V., 2002, The Tools of Government : A Guide to the New Governance, New York : Oxford University Press, 688 p. 

SAVOIE-ZJAC, L., 2009, L’entrevue semi-dirigée, Recherche sociale : de la problématique à la collecte de données, 5è édition, Québec : PUQ. pp. 337-360.

VASSEUR, L. et N. CATTO, 2008, Canada atlantique, D.S. Lemmen, F.J. Warren J. Lacroix et E. Bush, Vivre avec les changements climatiques au Canada, Gouvernement du Canada, Ottawa, pp. 119-170.

WARREN, J.P., BARROW, E., SCHWARTZ, R., ANDREY, J., MILLS, B. et D. RIEDEL, 2004. Impacts et adaptation liés aux changements climatiques : perspective canadienne. Publié par Ressources naturelles du Canada.

Haut de page

Notes

1 Par l'appellation communauté ou communauté locale, nous retenons le sens anglo-saxon de « place » ou de population locale localisée sur un territoire municipalisé ou non.

2 Les auteurs travaillent en développement territorial et en sciences de l’environnement. Ils sont issus des disciplines de l’anthropologie, de la géographie, de la sociologie et de la biologie.

3 La poursuite de nos travaux a été rendue possible grâce à plusieurs sources de financement destinées à la recherche : fonds de recherche sur la société et la culture (FQRSC), le Fonds d’action sur les Changements climatiques (FACC), Coopération Québec/Nouveau-Brunswick.

4 Dans ce texte, les termes de citoyen et de résidents sont synonymes.

5 Les thèmes ont été ceux suggérés par les communautés elles-mêmes.

6 Pour en savoir plus sur le concept de capital social, consulter : Fogues, 2005et 2008, Flora et Flora, 1993 ou encore Reimer et al., 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation de Pointe-du-Chêne, de Le Goulet et de Bayshore sur la côte est du Canada (Nouveau-Brunswick)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 2 : dune et marais inondé et en arrière plan, quelques maisons de la rue principale de Le Goulet
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1234/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 3 : Eaux résultant de l’inondation du marais salé (Le Goulet)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 4 : Mur de protection à Le Goulet
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1234/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 5 : Épisode d’inondation à Pointe-du-Chêne.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1234/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 6
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1234/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Steve Plante, Omer Chouinard et Gilles Martin, « Gouvernance participative par l’engagement citoyen à l’heure des changements climatiques », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/1234 ; DOI : 10.4000/tem.1234

Haut de page

Auteurs

Steve Plante

Géographie/développement territorial
Directeur de l'Alliance de recherche universités-communautés : Défis des communautés côtières à l'heure des changements climatiques
Professeur en sciences sociales du développement
Département Sociétés, Territoires et Développement
Université du Québec à Rimouski
300, rue des Ursulines, bureau G331.3
Rimouski (Québec) G5L 3A1
Steve_Plante@UQAR.CA
http://www.uqar.ca/specialistes/equipe/plante-steve
www.defisdescommunautescotieres.org

Articles du même auteur

  • Editorial [Texte intégral]
    Paru dans Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, 11 | 2011

Omer Chouinard

Sociologie/environnement
Professionnel de recherche
Université de Moncton
Campus de Moncton
Pavillon Rémi-Rossignol
18 Avenue Antonine-Maillet
Moncton, NB
Canada E1A 3E9
Omer.chouinard@umoncton.ca

Gilles Martin

Professionnel de recherche
Université de Moncton
Campus de Moncton
Pavillon Rémi-Rossignol
18 Avenue Antonine-Maillet
Moncton, NB
Canada E1A 3E9
Gilles.martin@umoncton.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page