Navigation – Plan du site
Articles

La participation du public et ses incidences sur l’évolution des théories et pratiques du projet des paysagistes

The participation of the public and his incidences on the evolution of the theories and the practices of the landscape architects
Hervé Davodeau et Camila Gomes Sant’Anna
p. 50-65

Résumés

L’évolution de la demande sociale de paysage et la transformation du cadre réglementaire des politiques paysagères modifient la démarche et le contenu du projet du paysagiste. Parmi les enjeux que ce nouveau contexte fait émerger, la nécessité de mieux prendre en compte les aspirations des populations envers les qualités de leur cadre de vie (convention européenne du paysage) est l’un des facteurs de renouvellement de l’action des paysagistes. C’est l’hypothèse que nous formulons et que nous problématisons à travers deux questionnements : la participation renouvelle t-elle (et comment) l’action paysagère ? L’action paysagère renouvelle t-elle les démarches participatives ? En analysant comparativement deux projets de paysage (l’un au Brésil, l’autre en France), nous décrivons des pratiques professionnelles qui, bien qu’encore largement expérimentales et initiées par des militants de la cause participative, nous semblent dessiner une évolution significative de la démarche du projet des paysagistes, et apporte ainsi un indicateur important pour faire évoluer la formation de ces professionnels. Si ces cas interrogent les vertus du paysage comme levier de la participation et donc les spécificités de la médiation paysagère, ils témoignent plus largement de l’évolution des pratiques aménagistes sous l’effet des nouvelles gouvernances participatives. Ils invitent à redéfinir le rôle de l’expert et celui des usagers, à imaginer une « ingénierie sociale » au service de la gouvernance. De ce point de vue, le paysage doit autant être abordé comme un moyen (un outil) que comme une finalité d’aménagement. Pour autant, les cas analysés permettent aussi d’identifier les difficultés rencontrées par les praticiens paysagistes : celles-ci interrogent autant les modalités de la participation elle-même que les fondements de la démarche du projet de paysage.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La participation est-elle un facteur de renouvellement des pratiques paysagistes ? Cet article cherche à répondre à cette question en comparant deux projets de paysage en France et au Brésil. Cette question prend son sens dans un contexte où l’évolution de la demande sociale de paysage (Luginbühl, 2001) et du cadre réglementaire des politiques paysagères (loi paysage, 1993, convention de Florence, 2000) modifient en profondeur les politiques publiques du paysage (Berland Darque et al., 2007) et l’une de leurs manifestations : le projet du paysagiste (Donadieu, 1993, 1994). Nous nous arrêtons donc sur ce qui nous semble être – dans ce contexte - l’un des facteurs de l’évolution des pratiques paysagistes : la participation du public.

2Entendue comme modalité de l’action publique permettant à la population de prendre part à la décision, la participation s’inscrit – comme le projet de paysage – dans un contexte (convention d’Aarhus, 1998, loi relative à la démocratie de proximité, 2002) qui légitime, consolide et étend la portée de cette question, aujourd’hui centrale (et donc largement instrumentée) dans le débat public. Ces deux « sphères » en extension se rencontrent, comme en témoignent les pratiques paysagistes que nous allons analyser et comme les y incite le cadre dans lequel elles émergent, comme par exemple la convention européenne du paysage dont la philosophie est d’aborder son objet en tant que « partie de territoire telle que perçue par les populations (…) ». Par conséquent, elle définit les objectifs de qualité paysagère comme étant « la formulation par les autorités publiques compétentes, pour un paysage donné, des aspirations des populations en ce qui concerne les caractéristiques paysagères de leur cadre de vie ». La question que nous posons prend donc acte de la superposition de ces processus car il s’agit de comprendre comment les démarches participatives renouvellent l’action paysagère (et le projet de paysage qui est la modalité d’action du paysagiste) et, inversement (même si cette question sera secondaire), comment l’action paysagère – ou du moins « l’entrée paysage » dans les démarches d’aménagement – renouvelle les démarches participatives (leurs méthodes) ?

3Les deux cas d’étude sur lesquels nous nous appuierons pour construire notre réflexion et alimenter la problématique sont évidemment partiels et ne peuvent pas rendre compte à eux seuls de l’action paysagère contemporaine (dont la diversité est une caractéristique forte). Néanmoins, nous avons ciblé ces deux exemples parce qu’ils nous semblent représentatifs de l’évolution de la pratique paysagiste sous l’effet de la participation. Surtout, ce choix permet de nourrir la réflexion par une analyse de deux projets qui, de part et d’autre de l’Atlantique, dans des cultures et territoires très contrastés (agglomération bordelaise, région urbaine de Sao Paulo), explorent et expérimentent des démarches innovantes.

4Avant de présenter les deux projets (2) pour dégager les principaux éléments de réponse à la problématique (3), il convient d’apporter des éléments de définition du projet paysagiste (1).

1. Le projet du paysagiste

5Le projet de paysage structure la pratique professionnelle des paysagistes et l’enseignement dans les écoles du paysage (Angers, Blois, Bordeaux, Lille et Versailles). « Vigoureusement revendiqué comme paradigme, voire comme slogan par une part de la communauté des praticiens, il (le projet de paysage) reste finalement peu explicite, en dehors de la définition issue de la pratique jardinière et qui le réduit à un projet formel : le projet de paysage est alors celui qui se dessine dans les écoles de paysage, il reste un terme clos sur lui-même, peu enclin à s’ouvrir à de nouvelles pratiques et connaissances » (Luginbühl, 2004). Depuis quelques années pourtant, une recherche scientifique sur les pratiques paysagistes contribue à progressivement théoriser et éclairer la « boite noire » du projet de paysage (Davodeau, 2008). Avant de synthétiser ces travaux, il convient de bien dissocier le projet des paysagistes de leur champ d’action. Le projet désigne la spécificité de leur démarche, leurs façons de concevoir et d’aménager les espaces sur lesquels ils interviennent. Leur champ d’action, traditionnellement cantonné aux parcs et jardins, s’est aujourd’hui considérablement ouvert et diversifié : « Paysager n’est pas seulement jardiner » (Donadieu, 2005). Ne pouvant pas résumer ici l’histoire du paysagisme, il s’agit seulement de bien comprendre que l’évolution des pratiques paysagistes tient beaucoup au glissement et à l’élargissement des espaces sur lesquels ils sont conduits à projeter : glissement depuis les paysages exceptionnels vers les paysages du quotidien (entrées de ville, périurbain, zones d’activités, etc.) et élargissement depuis les périmètres des parcs et jardins vers des démarches de planification territoriale (documents d’urbanisme, plans de paysage intercommunaux). Les évolutions de la pratique professionnelle traduisent une nouvelle demande sociale de paysage (Luginbuhl, 2001 op.cit) et un nouveau cadre réglementaire (loi Paysage de 1993, Convention européenne du paysage de 2000). Le projet du paysagiste s’inscrit donc aujourd’hui dans ce contexte changeant.

6Pour tenter de définir succinctement le projet du paysagiste, nous nous appuyons sur l’ouvrage de Pierre Donadieu sur les paysagistes (2009). L’auteur y dresse une typologie des métiers du paysage. Plutôt que de reprendre les six catégories qu’il propose, nous n’en retiendrons que deux : les architectes paysagistes et les ingénieurs paysagistes. Ces deux modèles sont les plus intéressants à étudier car, d’une part, ils couvrent la grande majorité des professionnels paysagistes en France et que, d’autre part, les modèles du concepteur et de l’ingénieur sont les deux pôles opposés des formations paysagistes en France (Barbero, 2009) : ces deux catégories extrêmes permettent d’entrevoir les catégories intermédiaires (que nous ne décrirons pas) même si ce choix simplifie un modèle déjà simplificateur par nature.

1.1. Le projet de l’architecte paysagiste

7Les architectes paysagistes sont des cadres paysagistes diplômés par le gouvernement (DPLG) formés en France dans les écoles de Versailles, Bordeaux et Lille. Les professionnels issus de ces écoles sont formés à une pratique du projet centrée sur la conception, la créativité laissant donc une large place à l’intuition et la sensibilité du concepteur. Le projet du paysagiste peut apparaître comme une boîte noire pour le chercheur car le paradigme artistique prévôt sur le paradigme scientifique dans son élaboration : « On comprendra par projet l’ensemble des processus intellectuels et plastiques, théoriques et pratiques, au moyen desquels, ou plutôt à travers lesquels, une intuition vient à prendre forme, quels que soient la complexité de ses procédures, le nombre de médiations techniques et le poids des contraintes matérielles qui limitent et favorisent à la fois son expression » (CORAJOUD, 2000). Ce paysagiste (l’un des plus reconnus en France et en Europe), qui fut responsable de l’enseignement du projet pendant plus de 30 ans à l’ENSP de Versailles, place au cœur de la démarche de conception (et au cœur de la formation des paysagistes) le dessin par lequel « l’intuition vient à prendre forme » à travers ce que certains théoriciens du projet désigne le processus de « per-formativité » (Tiberghien, 2005). L’idée principale (que nous ne pouvons pas approfondir ici) est de reconnaître au travail du dessin sa propre capacité à faire advenir les idées qui guident le projet. Dans cette perspective, l’anthropologue J.-P. Boutinet définit le projet de paysage comme « une image opérative qui consiste à produire un cadre naturel de pays perceptivement et esthétiquement désiré par le biais d’artifices » (Boutinet, 2001). Cette approche du projet n’est pas scientifique même si les connaissances viennent alimenter le processus (dans une relation ambiguë et souvent conflictuelle dans les formations de paysagistes). L’enjeu étant, dans une posture créative, de ne pas s’enliser dans l’infinité du champ des connaissances du paysage car « plus vous analyserez les données du lieu et de la demande et moins vous serez capable d’agir. Vous pouvez, si vous ne vous y prenez pas grade, vous enliser dans la complexité d’une situation paysagère » (Corajoud, op.cit).

1.2. Le projet de l’ingénieur paysagiste

8Une autre approche du projet est enseignée les écoles qui délivrent le titre d’ingénieur paysagiste (Angers, Blois). Pour les professionnels qui en sont issus, le projet résulte davantage d’une analyse scientifique. Cette démarche identifie clairement le stade du diagnostic qui permet de faire l’état des lieux du site sur lequel porte l’intervention, des préconisations d’aménagement. Le diagnostic identifie un certain nombre d’enjeux et de disfonctionnements et le projet consiste en la résolution des « problèmes » identifiés. Le paysagiste mobilise les « connaissances de l’ingénieur » : connaissances du vivant essentiellement, et en particulier des végétaux (historiquement l’ingénieur paysagiste en France est un ingénieur horticole), mais aussi sciences économiques et sociales (économie du projet, droit, géographie). Ces praticiens maîtrisent les outils de conception assistés par ordinateur et utilisent les outils de la CAO DAO pour communiquer leurs projets. Leurs préconisations sont donc issues d’une conceptualisation qui s’appuie sur des modèles scientifiques. L’expression graphique du projet par le dessin est ici strictement illustrative. L’ingénieur propose des solutions pragmatiques (en opposition à l’engagement du concepteur) sensées refléter la distance et l’objectivité propres à l’analyse scientifique (en opposition à la subjectivité du concepteur).

9Ces deux approches décrivent de façon simplifiée des modèles qui, dans la réalité, sont plus complexes car il faut plutôt se les représenter comme les deux pôles d’un axe sur lequel se distribuent les démarches de projet des paysagistes. Les deux projets participatifs que nous allons désormais décrire nous permettront de faire émerger une posture médiane entre ces deux extrémités car l’essor des pratiques participatives contribue à créer un autre modèle : celui de la médiation paysagère (le projet du paysagiste médiateur) que nous décrirons dans le troisième chapitre.

2. Deux projets de paysage participatifs

2.1. Les cadres réglementaires de la participation en France et au Brésil

  • 1  En réalité, elle fut instaurée en 1810 pour garantir la protection du droit de propriété lors des (...)
  • 2  Les signataires s’engagent à respecter les principes fixés par les 9 articles de la charte : http  (...)

10En France, l’enquête publique peut être considérée comme le premier outil de la participation : sous sa forme actuelle, elle est issue de la loi Bouchardeau de 19831 pour informer les populations et recueillir leurs avis sur des projets dépassant un certain seuil technique et financier. Très technique, soumis « ficelé » et trop tardivement, l’outil est très critiqué aujourd’hui et ses limites ne permettent pas de le considérer véritablement comme un levier de participation du public. En 1995, la loi Barnier instaure une instance spécifique : la commission nationale du débat public (CNDP) a pour mission de veiller à la participation et à l’information du public lorsque des projets d’aménagement ou d’équipement ayant un fort impact sur l’environnement sont en cours. Elle est notamment chargée d’organiser un débat public sur l’opportunité, les objectifs et les caractéristiques des grandes opérations d’aménagement d’intérêt national de l’État. Ces ambitions sont appuyées, en 1996, par une Charte de la concertation (J.O. du 4 juillet 1996) éditée par le Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement pour proposer « des règles simples pour réussir la concertation »2. En 2002, la loi sur la Démocratie de proximité va plus loin en préconisant les conseils de quartiers dans les communes de 20 000 habitants et plus (lesquels sont obligatoires au-delà de 80 000 habitants). Institués par le conseil municipal, ils comprennent des élus municipaux, représentés à la proportionnelle, ainsi que des personnalités représentatives et des associations d’habitants. Ils doivent jouer un rôle consultatif auprès du maire, principalement dans le domaine de la politique de la ville. La formule retenue confère aux conseils un rôle de proposition et les associe aux décisions dans un esprit de concertation. Cette montée en puissance des outils de participation est encouragée au niveau international par la Convention d’Aarhus de 1998 dont l’objectif est de favoriser « la participation du public au processus décisionnel dans le domaine de l’environnement ». Pour autant, l’application de ces outils dépend pour une grande part de la bonne volonté des élus.

11Au Brésil le mouvement de (re)démocratisation a permis l’élaboration d’une Constitution Fédérale en 1998. Elle fut l’occasion d’un processus de décentralisation et d’une diffusion de politiques et de pratiques s’inscrivant dans une logique de démocratie participative. Mais, malgré les nombreux projets participatifs, les outils juridiques spécifiques au paysage et à la participation sont limités, leur institutionnalisation est plus faible qu’en France : la loi de juillet 2001 sur le Statut des villes est le principal outil, puisqu’elle préconise des actions patrimoniales sur le paysage urbain tout en introduisant une « gestion démocratique grâce à la participation de la population et d’associations représentatives des divers segments de la communauté, en ce qui concerne la formulation, l’exécution et l’accompagnement des plans, programmes et projets de développement urbain » (art2-II). Plus précisément, l’art. 23X aborde les « mécanismes de participation et d’information » et contraint les villes de plus de 20 000 habitants à intégrer la participation citoyenne lors de l’élaboration de leur plan d’urbanisme. Le croisement des thématiques de la participation et du paysage a donné naissance au début des années 80 à des travaux de recherche (qui se prolongent aujourd’hui) sur le thème « Paysage et Participation » au sein du laboratoire Paysage, Art et Culture (LABPARC) de l’Université de Sao Paulo. Les paysagistes (formés au Brésil dans les écoles d’architecture et d’urbanisme) participent fortement à ce réseau d’échanges.

2.2 Le parc de Cambon (Blanquefort – France)

12Le projet du parc de Cambon est situé dans la commune de Blanquefort en Gironde (15 000 habitants en 2ème couronne de la communauté urbaine). Depuis 2001, la ville s’est dotée de quatre conseils de quartier. C’est celui de Caychac (commission urbanisme, sécurité et environnement) qui est à l’initiative du réaménagement du parc de Cambon. Régi par une charte3, il a « proposé à la Ville une mise en valeur du Parc de Cambon à travers quelques équipements de proximité » (site internet cf note de bas de page) car « certains habitants du quartier déplorent le manque de petits équipements pour le rendre plus convivial, tout en respectant son caractère naturel et en maintenant le bien être de ses riverains » (idem). A ce titre, le cas de Blanquefort illustre l’idée que « la démarche participative se fonde sur la vitalité des Conseils de Quartier »4. Le projet du parc de Cambon, et surtout la démarche qui a guidé sa réalisation, sont présentés dans un blog qui lui est consacré5. Dans un premier temps, nous exposerons les informations factuelles telles qu’elles y sont exposées pour, dans un deuxième temps, compléter ces informations en nous appuyant sur les explications des deux paysagistes qui ont encadré la démarche et qui sont venus la présenter dans un séminaire du Master 2 Paysages et médiations (02/12/09, Angers). L’analyse de ces matériaux « bruts » est l’objet du 3ème chapitre.

Eléments de présentation du projet

13C'est en 2007 que le conseil de quartier de Caychac a choisi d'investir le montant cumulé sur cinq années de ses enveloppes budgétaires participatives pour mettre en valeur cet espace public de proximité. Créé au 19ème, le parc se compose de nombreux arbres remarquables, de sources, d'un bassin, d'une fontaine et d'une fabrique de jardin en pierre de taille. Des « ateliers de paysage partagés » organisés et animés par deux paysagistes DPLG ont permis d’associer pendant deux ans (figure 1) une quinzaine d'habitants pour travailler à son (réa)ménagement à travers des ateliers de travail se déroulant sur une demi journée (dans le parc et/ou en salle en fonction des besoins). Tout le processus de projet se veut collectif et partagé, du diagnostic à la phase de conception : « Les paysagistes épaulent, conseillent et accompagnent pas à pas les participants dans une démarche de projet rassemblant habitants du quartier, élus et techniciens des services techniques de la ville de Blanquefort » (blog). Si seul un groupe restreint d'une dizaine de personnes a participé activement à l’opération du début (février 2007) à la fin (mai 2009), le fruit du travail a néanmoins été mis en débat avec davantage d’habitants à intervalles réguliers lors des trois réunions publiques. Le chantier est décrit sur le blog comme « un temps de partage et de débats entre les habitants et l'entreprise autour de goûters et d'apéritifs ». Aujourd’hui, le projet se prolonge par la réflexion en cours (tout au long de l'année 2010) sur un plan de gestion écologique.

Figure 1 : Le programme des ateliers et réunions publiques

Lundi 26 février 2007

Réunion publique n° 1 – « Invitation à participer au projet de paysage partagé »

Mobilisation

Samedi 3 mars 2007

Atelier n° 1 – « Regardons autour et dans le parc »

Analyse

Samedi 24 mars 2007

Atelier n° 2 – « Quel parc voulons-nous pour demain ? »

Stratégie

Samedi 14 avril 2007

Atelier n° 3 – « Ebauches de propositions »

Composition

Lundi 30 avril 2007

Réunion publique n° 2 – « Présentation à mi-parcours du projet de paysage partagé »

Concertation

Samedi 12 mai 2007

Atelier n° 4 – « Le projet en esquisse »

Composition

Jeudi 7 juin 2007

Atelier n° 5 – « Des esquisses aux détails techniques »

Composition

Samedi 23 juin 2007

Réunion publique n° 3 – « Présentation du projet de paysage partagé »

Information

Samedi 1 décembre 2007

Atelier n° 6 – « Le projet en détails »

Composition

Jeudi 4 septembre 2008

Atelier n° 8 – « Que faire pour le bassin ? »

Gestion

Mercredi 4 février 2009

Atelier n° 9 – « Comment suivre le chantier ? »

Gestion

Jeudi 12 février 2009

Atelier n° 10 – « Réunion et petit déjeuner de chantier au début des travaux »

Réalisation

Prévu fin mars 2009

Atelier n° 11 – « Réunion et petit déjeuner de chantier à mi parcours des travaux »

Réalisation

Prévu fin avril 2009

Atelier n° 12 – « Réunion et apéritif de chantier à la fin des travaux »

Réalisation

Prévu mi mai 2009

Atelier n° 13 – « Elaboration d’un plan de gestion écologique du parc »

Gestion

Source : http://parcdecambon.blogs.fr

Figure 2 : Lors d’un atelier de travail

Figure 2 : Lors d’un atelier de travail

Jeudi 12 mars 2009 – Atelier n°11 – Réunion et « goûter » de chantier

Source : http://parcdecambon.blogs.fr

Le discours des paysagistes : à contre courant d’une approche académique du projet de paysage

  • 6  C’est d’ailleurs pour y remédier que l’association Passeurs Entre action et recherche a été créée (...)

14Les deux paysagistes impliqués dans le projet justifient le parti pris participatif en s’appuyant sur deux points : une critique de la démarche habituelle du projet de paysage, et une prise en compte de l’évolution du cadre législatif en matière de paysage (qui rend obsolète ladite démarche). La critique du projet de paysage porte sur les fondements pédagogiques qui structurent l’enseignement du projet dans les écoles du paysage (les deux protagonistes sont diplômés de l’école de Bordeaux en 2006 et 2008). Selon eux, la culture du projet enseignée est trop calquée sur celle de l’architecte (critique de l’architecte-paysagiste démiurge) et, en lien à la précédente, la conception du projet est trop centrée sur l’objet à produire et pas assez sur le processus de construction du paysage (lequel n’est pas appréhendé comme un objet mais comme une relation sensible entre l’individu et l’environnement qu’il perçoit). La proximité avec la culture du projet de l’architecte se traduit aussi par une approche artistique qui leur parait ambiguë s‘il n’est pas mieux affirmé que le projet n’est pas lui-même une œuvre artistique (même s’il se nourrit de certaines démarches artistiques et que ces deux paysagistes se considèrent aussi comme des « artistes subversifs »). De même, ils considèrent que l’héritage de la culture horticole devient une pesanteur lorsqu’elle contribue à survaloriser le végétal comme élément de composition du projet. Enfin, ces jeunes paysagistes regrettent que leur formation, centrée sur un apport de connaissances sur la compréhension des paysages et les savoirs faire en matière d’agencement des espaces (la conception), n’intègre pas davantage la dimension sociologique pour les conduire à partager le processus de projet. On retrouve cette critique de l’enseignement (et de la pratique) dans la synthèse scientifique du programme de recherche « Politiques publiques et paysages » (Luginbühl, 2004 op.cit), qui souligne notamment l’étanchéité entre la pratique paysagiste et la recherche en paysage6.

15Pour ce qui concerne le nouveau cadre d’action dans lequel s’inscrit désormais leur activité professionnelle et par lequel ils légitiment le parti pris participatif qu’ils défendent, ils se réfèrent à la loi paysage (1993) et à la convention européenne du paysage (2000), car elles font évoluer les politiques paysagères en portant leur attention sur les paysages ordinaires (et non plus exclusivement les paysages d’exception), dans des approches de gestion et de projet (ne relevant pas seulement de la protection stricte de la « mise sous cloche »). Surtout, ces textes de référence reconnaissent que les valeurs d’un paysage ne peuvent pas être définies du seul point de vue de l’expert (paysagiste) mais doivent être formulés par les populations concernées (pour ces praticiens, il est « problématique de créer des espaces pour des gens qu’on ne connaît pas »). Néanmoins, bien qu’ils se présentent comme des citoyens militants engagés, ils restent lucides et critiques sur la démocratie participative et son instrumentation politique : ils se méfient du terme « participation » auquel ils préfèrent « médiation », plus adapté à leur objet (proximité avec le concept de médiance, Berque, 2000) et à leurs pratiques (la médiation paysagère est une posture paysagiste de plus en plus assumée, voire revendiquée, cf. 3.2). Ces jeunes professionnels sont également très critiques à l’égard des règles et cadres institutionnels actuels de la participation (même si le projet de Cambon s’appuie sur les comités de quartiers et leur budget participatif) et des pratiques dominantes en la matière (qui trop souvent en restent au stade de l’information ou de la consultation

2.3. Uma fruta no quintal, Sao Paulo - Brésil

16Comme pour le cas précédent, nous présentons d’abord de manière générale et factuelle la démarche participative « uma fruta no quintal » (en francais « un fruit au verger ») avant de retranscrire des éléments de discours des paysagistes impliqués (éléments extraits d’entretiens conduits dans le cadre d’un mémoire du Master 2 Théories et démarches du projet de paysage, à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles en 2009).

Eléments de présentation du projet

17Diadema est une ville brésilienne de 400 000 habitants, intégrée depuis quelques années à l’aire métropolitaine de São Paulo. Dans les années quatre-vingt-dix, les élus ont considéré manquer d’espaces verts (10 m² seulement par habitant). Afin de résoudre ce problème, une politique publique de paysage a été élaborée pour intégrer des aménagements paysagers dans le schéma d’urbanisme de 1994. Une de ces actions visait à repenser les jardins scolaires municipaux à travers le projet « uma fruta no quintal » qui en proposait la rénovation. Le nom de la démarche fait référence aux arbres fruitiers qui existaient dans les grands jardins à l’arrière des anciennes maisons brésiliennes mais qui ont, aujourd’hui, tendance à disparaître. A travers ces espaces, il s’agissait aussi de réfléchir plus globalement à l’articulation des écoles à leur quartier, en faisant en sorte que le jardin de l’école ne bénéficie pas seulement aux élèves mais à l’ensemble des habitants. C’est pour cette raison que l’action a été mise en œuvre selon une démarche participative organisée et animée par deux paysagistes dont l’objectif était de permettre aux usagers des écoles (des jeunes de 6 à 11 ans et leurs enseignants) d’exprimer leurs aspirations sur les qualités et le devenir de leur cadre de vie quotidien.

18Le projet a été inséré dans les activités scolaires pendant six mois. Durant une première phase (2-3 mois), une équipe interdisciplinaire d’enseignants, architectes-paysagistes et autres professionnels a animé et réalisé des workshops, conférences et ateliers au cours desquels - par une réflexion sur les paysages permettant d’articuler la diversité des perceptions - furent soulevés les problèmes importants du point de vue des enfants et de leurs enseignants : les déchets urbains, la violence dans la ville, les enjeux de circulation dans le quartier. Une fois ces enjeux débattus, la démarche fut structurée en quatre phases. Dans un premier temps les enfants, guidés par les paysagistes (eux-mêmes s’appuyant sur les théories de K. Lynch, 1991), ont été conduits à exprimer leurs ressentis et leurs désirs sur l’évolution du site. Pour s’adapter à ce jeune public, la démarche d’analyse sensible a privilégié des exercices spatio-temporels corporels leur permettant de se repérer dans l’école et son environnement proche. La deuxième phase était centrée sur l’expression des sensations : d’abord par la parole (individuellement puis collectivement), puis par la réalisation de dessins et sculptures matérialisant leurs perceptions et désirs d’évolution de leur cadre de vie. Dans un troisième temps, sur la base de ces différentes productions et une fois précisées par les professeurs et praticiens les possibilités (budgétaires) de la mairie (réalisme oblige), les enfants et adolescents ont été mis à contribution pour animer des sous-groupes de discussions et synthétiser les propositions que les animateurs ont traduit par des dessins. Cette phase d’esquisse s’est conclue par la réalisation d’une exposition et d’une fête puis des réunions publiques ont été organisées pour alimenter une dernière discussion avec le restant de la population. Enfin, les praticiens ont aménagé les jardins dont l’inauguration a été marquée par la possibilité pour le public d’emporter des arbres fruitiers à planter dans leur jardin ou dans les autres espaces du quartier (figure 3).

Figure 3 : A gauche « Analyse inventive » développée par Sylvia Dobry, au milieu et à droite la construction du potager et distribution des arbres fruitiers

Figure 3 : A gauche « Analyse inventive » développée par Sylvia Dobry, au milieu et à droite la construction du potager et distribution des arbres fruitiers

Source : DOBRY, 2005.

Le discours des paysagistes : un engagement politique

19Les paysagistes animateurs du projet argumentent à partir du constat que, dans les espaces paupérisés, les aménagements réalisés sont souvent dégradés puis abandonnés. La participation est donc pour eux une façon de renforcer le sentiment d’appartenance des habitants à leur quartier et, par là, de faciliter l’appropriation du projet par ses usagers. C’est dans cet objectif que les praticiens recourent aux grilles de lecture, questionnaires ou autres outils d’enquête sociologique permettant d’impliquer le plus grand nombre dans l’élaboration du projet. Cette posture professionnelle est clairement militante car elle traduit leur engagement citoyen et politique dans le Partido dos Trabalhadores (le parti politique des travailleurs de gauche) qui défend beaucoup l’idée des budgets participatifs. Pour l’un des paysagistes impliqués, la participation dans le projet de paysage est un vecteur « de démocratisation des savoirs et un facteur pour faire prendre conscience à chacun de ses droits » (entretien du 20/05/2009 avec Paul Pereira).

  • 7  « Tous les citoyens, même sans connaître le giron technique du projet de paysage, peuvent, à parti (...)

20Dans cette perspective, ces professionnels abordent la démarche participative comme une des réponses possibles au « droit à la ville » conceptualisé par H. Lefebvre (1968) pour affirmer qu’elle « appartient à tous, et ses futurs développements ne doivent pas être seulement l’objet de ceux qui sont détenteurs d’un pouvoir, officiel ou informel ni des grandes corporations capitalistes, mais ils doivent, faire partie d’une proposition collective » (entretien du 20/05/2009 avec Paul Pereira). Il ne s’agit donc pas de s’en tenir à une consultation des usagers, mais bien de bâtir avec eux un programme répondant à leurs attentes. Ces pratiques innovantes et expérimentales ne sont pas simples car elles doivent affronter une grande diversité d’usages, de regards et d’interprétations qui expriment les valeurs que chacun accorde aux paysages selon un jeu de postures identitaires complexe (Droz et al., 2009). Les vertus de la référence à l’objet paysage pour les pratiques participatives tiennent à sa transversalité car cet objet relationnel articule des dimensions objectives et subjectives, collectives et individuelles, théoriques et pratiques, scientifiques et culturelles : de ce point de vue, l’entrée par le paysage peut permettre d’amorcer un dialogue constructif7.

21Par leurs capacités à (faire) comprendre et (faire) représenter les dynamiques du territoire (ceci étant une condition primordiale de la démarche participative), les paysagistes sont des acteurs moteurs des ces démarches. Leur engagement ne relève pas nécessairement d’une posture citoyenne ou politique (comme dans le cas d’étude présenté ici) mais simplement d’une posture professionnelle liée à leur « objet » : abordant le paysage (a fortiori urbain) comme une œuvre collective et interdisciplinaire, ces professionnels sont en général très réceptifs (à défaut d’être des militants de la cause) à l’idée d’accorder une place grandissante aux habitants dans la production des lieux.

2.4. Eléments de comparaison des deux démarches

22Avant de ressortir de ces deux cas d’étude les éléments de réponse à la problématique (les effets de la participation sur la démarche de projet des paysagistes), il convient de conduire l’analyse comparative des deux projets. Nous pouvons d’abord noter que le projet du parc Cambon à Blanquefort est spécifique, alors que l’expérience brésilienne a servi de base à une application dans 120 écoles ( !) : cette différence a des incidences sur la démarche, moins ambitieuse à Diadéma en terme de participation dans la mesure où les paysagistes l’ont davantage cantonnée à une phase amont (l’analyse) et ont donc moins abandonné leur rôle de praticien. D’autre part, le projet français s’est déroulé sur une période plus longue (un an et demi contre six mois au Brésil), rythmée par étapes d’une ou deux fois par mois et permettant la maturation des idées des habitants entre les ateliers. Par ailleurs, les effectifs étaient très différents (un paramètre important jouant sur la qualité des échanges entre animateurs et participants) : deux paysagistes pour une dizaine de participants permanents à Blanquefort contre 46 professionnels accompagnant les 120 classes (effectif moyen de 30 élèves).

23Au-delà des aspects d’organisation, nous observons que du côté français la phase d’analyse du site a été davantage centrée sur le périmètre du lieu d’intervention (le parc). Les deux démarches ont en commun d’avoir défini des orientations d’aménagement à partir des enjeux ayant émergé d’une analyse in situ. Dans les deux cas, une stratégie globale a été construite pour décliner la vocation future en terme d’usages et d’activités. Dans la démarche brésilienne, les élèves (organisés en sous-groupes) ont dessiné sur un plan leur projet idéal suite à quoi l’équipe de travail a réalisé une synthèse graphique de toutes les propositions. La limite de ce processus est de ne pas avoir bien permis aux groupes d’échanger leurs convictions et de formaliser collectivement un dessin. Les praticiens français ont mieux développé cette phase en présentant la synthèse de l’analyse réalisée sur le terrain lors du premier atelier et en proposant une organisation originale pour les conduire à réfléchir aux usages du parc. Ainsi, parmi les différentes fonctions proposées pour structurer les sous-groupes thématiques, « se promener » (découvrir, contempler et marcher) et « se réunir » (discuter, jouer, s’associer) ont été choisies. Le groupe « se promener » a traité des cheminements, de l’assise autour de la source au nord, de l’entrée de Cambon et de la fontaine rue de Bigorre. Le groupe « se réunir » s’est occupé du point belvédère au nord, de l’espace évènementiel et des assises sous les frênes et sous les platanes. A la suite de cet exercice, les groupes ont vérifié plus précisément les composantes esthétiques, techniques, fonctionnelles de chaque lieu et les ont formalisées à l’aide d’un plan avec les paysagistes. Cet exercice insère effectivement les usagers dans la dynamique du projet de paysage en utilisant des outils originaux comme le story-board de la démarche et le livret des photos du site (qui permettent aux habitants de se repérer par rapport au lieu d’intervention pendant le déroulement de la démarche).

24Les deux démarches ont en commun d’avoir présenté l’état d’avancement des projets à d’autres habitants afin de susciter des réactions et de débattre collectivement pour enrichir la réflexion. Néanmoins, au Brésil, cette expérience n’a été vécue qu’une seule fois, alors qu’en France, elle s’est déroulée sous plusieurs formes à divers moments comme dans des réunions publiques ou lors de fêtes de village. En France, contrairement du Brésil, ces réunions, ont eu lieu à la fin de chaque phase du projet, ce qui facilite l’intégration des aspirations des autres usagers à la démarche. Un des principes intéressants dans le cas du parc Cambon était qu’avant chaque atelier, les animateurs commençaient par introduire les derniers constats de l’atelier antérieur, ce qui permettait aux absents de la séance précédente d’intégrer la discussion plus facilement. Ils demandaient aussi aux habitants de valider les constats pour chaque atelier. Tous ces éléments permettent de comprendre que la principale différence entre les deux projets se situe sur les phases « aval » (réalisation et gestion), puisque les praticiens français, contrairement à leurs homologues brésiliens qui ont gardé la maîtrise de la réalisation, ont engagé un « chantier-habitants » et qu’aujourd’hui la réflexion aboutit à un plan de gestion du parc co-élaboré entre les habitants et les services municipaux.

3. La participation, facteur de renouvellement du projet de paysage ?

3.1 Quels enseignements tirer de ces deux exemples ?

Redéfinir le rôle de l’expert, fixer les limites de la participation

25Les deux projets présentés relèvent d’une logique de coproduction : à Blanquefort les riverains du parc de Cambon, à Diadéma les usagers des écoles, ont réellement pris part (participé) à l’élaboration du projet. Les praticiens paysagistes ont endossé un rôle d’animateurs sans que cette mission ne vienne réduire leurs savoirs faire de concepteur (il n’y a donc pas de contradiction entre conception et médiation) : les outils et démarches imaginés pour faire participer les usagers nécessitent une créativité, une réactivité, souvent une improvisation qui relèvent de la conception. Par ailleurs, les paysagistes n’ont de cesse de s’appuyer sur leurs compétences fondamentales pour piloter le projet : leur connaissance des végétaux et leur capacité à spatialiser leur permettent de trier les propositions qui leur sont faites, d’en évaluer le réalisme, la pertinence (en terme de viabilité des végétaux choisis, problèmes de sécurité, anticipation sur la gestion). Par exemple, à Blanquefort, un exercice de « mise à l’échelle 1 » a été imaginé pour confronter les propositions des participants aux réalités du terrain (cf. sur le blog la séance du 12 mai 2007). A Diadéma, les enseignants ont souhaité cadrer conceptuellement l’analyse sensible pour faciliter l’exploitation des subjectivités, et ils ont « repris la main » sur les phases de conception et de chantier (c’est d’ailleurs la grande différence par rapport à Bordeaux où les habitants ont réellement co-construit le projet du début à la fin). La participation n’a pas été poussée au même degré dans les deux cas, mais ces deux exemples démontrent la nécessité d’en fixer les limites car l’expertise ne peut pas être totalement évacuée.

26Sans l’expert, la confrontation des regards et des aspirations ne peut pas être constructive. Ainsi, les paysagistes bordelais impliqués à Blanquefort qualifient de « liste de Noël » l’addition des propositions de chacun… car ces aspirations nombreuses, souvent contradictoires, parfois utopiques (d’où cette expression péjorative), ne peuvent alimenter le projet que si elles sont sélectionnées et structurées autour d’un fil conducteur, une représentation commune du site. Or c’est bien l’élaboration de cette représentation partagée d’un paysage en devenir qui est au cœur du projet du paysagiste. Sa capacité à représenter et faire représenter est centrale : la carte, le dessin, la maquette sont les medias à travers lesquels il configure l’espace (spatialise le projet) avec les usagers. Il s’agit donc de rendre ces techniques abordables par le plus grand nombre, de veiller à ce que le beau dessin ne soit pas la règle (elle serait excluante). Par exemple, dans un aménagement comme celui du Parc de Cambon (qui est une remise en service d’un ancien parc), le risque était pour les paysagistes de sensibiliser les participants à l’esthétique encore existante des formes héritées alors même que cet univers de signes n’aurait peut-être pas fait sens pour les (futurs) usagers. Les techniques de médiation mises en oeuvre ont plutôt cherché à les amener à comprendre quels seraient leurs usages des lieux dans un strict souci de fonctionnalité.

Le rôle des usagers : exprimer les usages, s’approprier le projet

27De la même manière que la médiation n’est pas contradictoire avec la conception, il n’y a donc pas non plus de contradiction entre la relation fonctionnelle au paysage et la relation affective (le paysage comme présence sensible au monde) car la première est le support de la seconde (l’expérience sensible du paysage est toujours ressentie dans l’action). Lors de l’atelier n° 1 « Regardons autour et dans le parc » à Blanquefort comme lors de l’analyse inventive à Diadéma, le projet démarre sur une analyse du site qui sollicite les sensibilités de chacun à travers une phase d’observation. Au Brésil, les lectures du site ont permis d’aborder les problèmes de violence urbaine, la gestion des déchets, les circulations dans le quartier. Dans le parc de Cambon, les praticiens ont choisi d’orienter la réflexion des habitants sur les usages du parc (cf. les groupes de travail « se promener », « se réunir », etc.) et non d’emblée sur les formes paysagères désirées. Dans un cas comme dans l’autre, si la participation passe par une lecture sensible du site, les préconisations d’aménagement restent justifiées par les fonctions attendues, desquelles seulement découlent les formes paysagères.

  • 8  « C’est dans le décalage entre ces deux types de pratiques que prend place ce qu’en sociologie on (...)

28Outre la facilitation des usages, la participation permet l’appropriation des lieux puis (et donc) du projet. A Blanquefort, les praticiens sont allés jusqu’à laisser aux participants le soin de présenter le projet aux habitants n’ayant pas suivi la démarche (alors que la présentation du projet est habituellement un aspect essentiel du projet du paysagiste). A Diadéma, la distribution d’arbres fruitiers était une manière de diffuser le projet hors de l’enceinte des écoles, mais aussi de permettre à chacun de s’y impliquer en plantant un arbre chez soi. Du point de vue des paysagistes, l’appropriation du projet est, dans ces quartiers difficiles, la façon d’en éviter la détérioration ou, au mieux, son détournement (le « contre-espace » de Lefebvre, 1974). En conceptualisant la réception sociale de l’urbanisme (Semmoud, 2007), N. Semmoud souligne combien tout projet subit « l’épreuve de l’espace » (p.20), c'est-à-dire l’appropriation du projet par les individus à travers un travail de « rectification et d’adaptation »8. C’est bien pour éviter ce décalage entre l’espace conçu et l’espace produit (« l’angle mort de l’urbanisme », Lefebvre, 1974) que ces praticiens s’engagent dans des modalités de projet participatives.

Le risque de la formalisation des démarches participatives

29Les cas d’étude traités ne sont pas particuliers mais illustrent une évolution de fond portée par les réseaux associatifs (politique au Brésil via le Partido dos Trabalhadores, associatif en France via le collectif Ateliers de paysage en partage9) mais aussi de plus en plus structurée dans des démarches qui s’institutionnalisent. Or, cette formalisation a ses limites si « les instances de participation sont conçues (…) comme des courroies de transmission entre la municipalité et les habitants » (Semmoud, op.cit, p. 116). En effet, « la démarche participative (…) peut se limiter à être un processus de légitimation des opérations urbaines aux yeux de l’opinion. Il s’agit alors de prévenir les conflits et de les neutraliser par le compromis et le consensus, voire de contrôler et de maîtriser la contestation et/ou la revendication sociale. Des stratégies qui se soldent par une démobilisation croissante des citadins ordinaires et qui éloignent la participation d’un processus de démocratisation » (Semmoud, op.cit, p. 68). La souplesse caractéristique du projet de paysage, son recours à la démarche artistique, ses incertitudes productives par les échanges qui se nouent à travers la participation du public nécessitent un cadre minimal, très ouvert. L’institutionnalisation de la participation est donc perçue par les praticiens autant comme un risque (de formatage et d’instrumentalisation politique) que comme une ressource (par exemple budgétaire pour le parc de Cambon qui bénéficie du budget participatif du comité de quartier).

La redéfinition de la commande

30En définitive, l’essor de la participation fait chanceler les bases même du projet de paysage, à savoir la commande qui lie une maîtrise d’ouvrage à son maître d’oeuvre. L’expertise est remise en cause (moins la posture de l’expert que la nature de sa mission) mais aussi la légitimité du commanditaire si est acceptée l’idée que la définition de la commande mérite d’être discutée, partagée (pourquoi un parc urbain à Blanquefort, pourquoi des arbres fruitiers dans les jardins des écoles de Diadéma ?). L’idée de reformuler la commande n’est pas nouvelle car elle est un des fondamentaux de la pratique paysagiste. En effet, le paysage est un projet tellement flou et ambigu que les praticiens ont pour habitude de toujours réinterroger la commande, la reformuler. Ce qui est nouveau en revanche, c’est de partager cela avec les habitants, de les impliquer dans sa définition … La participation étend donc le processus du projet à l’amont (la définition de la commande) mais aussi à l’aval vers le chantier puis la gestion (cf. sur le blog l’atelier du 27/10/2009 ) : à Blanquefort, bien que la mairie ait récupéré la maîtrise d’œuvre pour le chantier, les paysagistes ont toujours été présents pour échanger avec les agents municipaux en charge de la gestion des espaces verts. La participation « flottante » des praticiens n’a pas posé de problème à la municipalité car une relation de confiance s’est installée (l’un des deux paysagistes habite la commune). Reste que la participation étend le temps du projet, donc potentiellement son coût.

Quel « livrable » ?

31Habituellement, le projet de paysage est (aussi) une production intellectuelle qui se matérialise par un dossier : le projet est un objet. Le problème posé est que l’effet de la participation sur le projet renforce sa nature itérative : il devient (encore plus) un processus, une histoire qui se nourrit des relations des gens aux lieux et des gens entre eux. Comment, dès lors, rendre compte de cette aventure par un objet à rendre ? Cette question est soulevée par les paysagistes et le blog qu’ils ont conçu est l’une de leur réponse car il permet de suivre pas à pas l’avancée du projet, d’informer les habitants non impliqués, de les sensibiliser. Cet outil traduit à sa façon la notion « d’assistance à maîtrise d’usage »10 à laquelle se réfèrent les paysagistes du parc Cambon (une « brèche pour faire reconnaître nos pratiques ? ». Pour autant, ces professionnels sont-ils les mieux placés pour assurer une réelle « maîtrise d’œuvre sociologique » (Renaud, Tonnelat, 2008) ? Leurs formations commencent à peine à intégrer cette préoccupation11 et le support d’apprentissage de cette démarche reste encore largement associatif12.

3.2 Le projet du paysagiste médiateur

  • 13  « Politique du paysage désigne la formulation par les autorités publiques compétentes des principe (...)

32Les deux exemples traités permettre de dépasser les deux modèles de projet de paysage présentés dans le premier chapitre de cet article : entre le projet du concepteur et celui de l’ingénieur, s’interpose celui du médiateur. Dans l’ouvrage de P. Donadieu (2009, op.cit), cette figure du paysagiste est présente dans la typologie qu’il dresse des métiers du paysage. S’appuyant sur l’idée que « de plus en plus, sur le terrain, le paysagiste est en effet appelé à adopter une posture de médiateur, capable de rassembler des connaissances et de concevoir des représentations aptes à servir de fondement à des projets concertés du territoire » (Briffaud, 2002), il définit la médiation paysagère comme « la pratique de concertation ou de négociation entreprise par un paysagiste dans le cadre d’un aménagement ou d’une politique d’aménagement » (Donadieu, Mazas, 2002). Cette posture ouvre la relation entre le commanditaire et l’expert pour faire occuper au paysagiste une position médiane entre le commanditaire et les usagers ou entre plusieurs groupes d’usagers. La reconnaissance progressive de la médiation paysagère est favorisée par l’esprit de la Convention européenne du paysage qui définit les objectifs de qualité paysagère (objectifs à atteindre pour les politiques publiques paysagères13) comme « la formulation par les autorités publiques compétentes, pour un paysage donné, des aspirations des populations en ce qui concerne les caractéristiques paysagères de leur cadre de vie ». Les populations sont donc les mieux placées pour saisir ce qui fait la qualité du (de leur) paysage. Il ne s’agit donc pas d’attendre de l’expert qu’il identifie les valeurs d’un paysage mais qu’il contribue à l’expression par les populations de ces valeurs. Le paysagiste médiateur est le facilitateur de cette expression. Cette définition de la qualité paysagère est cohérente avec celle du paysage donnée par la Convention : « le paysage est une partie de territoire tel que perçu par les populations et dont le caractère résulte de la combinaison de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations ». Le paysage est une réalité perçue.

  • 14  « Ce concept est souvent ressenti comme une notion citadine. Engager le dialogue par le paysage co (...)

33Historiquement, cette perception est culturellement et socialement marquée : l’appréciation paysagère est l’expression d’un regard élitiste, distancié, touristique, esthétique, citadin sur des paysages d’exception (pittoresques)… autant de caractéristiques contraires pour favoriser la participation du plus grand nombre ! La convention du paysage (au niveau européen) et la loi de 1993 (en France) entérinent une évolution réglementaire (sur un siècle en France depuis les premières lois de protection du patrimoine) et une évolution de la demande sociale qui font glisser la notion de paysage, la réglementation qui lui est associée, et le projet politique dont il est l’objet. A l’instar de la catégorie du patrimoine, le champ du paysage s’est considérablement ouvert, assoupli, démocratisé. Aujourd’hui le paysage désigne la perception par chacun de son cadre de vie ordinaire et c’est cette évolution qui lui donne son « potentiel participatif ». Pour autant il s’agit bien seulement d’un potentiel car cette évolution sémantique n’est pas intégrée par tous (les spécialistes de la participation par le paysage ont bien conscience des limites de leur concept14).

La médiation par / pour le paysage

34Les vertus du concept de paysage sont surtout celles des méthodes qui lui sont associées. Elles abordent le paysage comme un outil autant que comme une finalité (le paysagement ou mise en paysage des lieux). La médiation paysagère est donc une médiation par le paysage tout autant qu’une médiation pour le paysage. Il s’agit en particulier d’exploiter la transversalité du concept (holistique) pour favoriser la cohérence de l’action publique (sectorisée). Il s’agit aussi de profiter de la relative accessibilité du mot (il appartient au langage courant et n’est pas une notion technique) pour permettre des échanges entre les usagers du paysage (tout le monde vit le paysage et chacun a son mot à dire sur son cadre de vie). Le paysage est donc abordé comme un levier au service du développement local, « le paysage outil procure (…) aux acteurs (politiques et techniciens) un moyen de dialoguer, de négocier des actions de développement local ou d’aménagement, de repenser la distribution des usages sociaux de l’espace ou des productions, de réguler les transformations des territoires » (Guiseppelli, Fleury, 2003). Cette approche tend à faire du paysage un média et du paysagiste un médiateur contribuant à faire émerger une image du paysage collectivement partagée car « tant que le projet des paysagistes n’est pas devenu le projet de paysage d’une majorité de décideurs, le processus stagne, ce qui peut durer longtemps, même si les idées progressent » (Donadieu, Mazas, op.cit). Cette image doit être efficiente au regard des différents enjeux du territoire : valoriser l’identité territoriale, protéger l’environnement, produire des espaces attractifs. Quels que soient les objectifs poursuivis, l’action publique intervient autant sur l’immatérialité du paysage que sur sa matérialité. Nous aurions même tendance à affirmer que plus les échelles s’élargissent (complexification du jeu d’acteurs) plus l’action porte sur le paysage-image ; autrement dit qu’en s’élargissant le projet de paysage se dématérialise. Mais, dans la mesure où le projet de paysage est toujours inscrit dans l’épaisseur d’une réalité territoriale, l’enjeu de la fabrication de cette image est de veiller à ne pas « aller dans le sens d’une autonomisation de l’apparence des territoires (…), pour éviter « la superficialité d’une mise en vitrine des apparences du territoire, qui se limiterait à rendre les formes visibles les plus indépendantes possibles des réalités qui devraient se refléter en elles » (Briffaud, 2002). Le projet de paysage doit nécessairement s’inscrire dans les règles sociales qui produisent les formes paysagères : les mécanismes économiques qui sont les moteurs des dynamiques paysagères et les pratiques sociales et valeurs culturelles de l’espace vécu.

La médiation conciliation / interprétation

35La médiation paysagère n’est pas seulement « une action d’intercession ou d’entremise entre deux ou plusieurs personnes dans le cadre d’un conflit ou d’une controverse liée des mutations paysagères » (Donadieu, 1993 op.cit) : les incidences d’un développement non maîtrisé des peupliers dans les vallées ou une charte de paysage stigmatisant les bâtiments d’élevage dans un Parc Naturel Régional (des « verrues paysagères »). Ces conflits, fréquents (Davodeau, 2008), nécessitent des arbitrages pour lesquels les paysagistes ne sont pas nécessairement les mieux placés : « les architectes paysagistes ne sont pas formés pour être des arbitres entre les acteurs privés et publics de la production des paysages » (Donadieu, 2009, op.cit). La médiation paysagère relève davantage de l’interprétation, et c’est dans cette perspective qu’elle apporte des réponses aux démarches participatives. Les deux exemples traités plus haut démontrent que la lecture de paysage permet de révéler les significations que chacun de nous donnons aux paysages, les valeurs que nous leur accordons, les qualités que nous leur reconnaissons. Nous percevons bien à travers nos exemples que le projet de paysage du paysagiste facilite cette production de sensibilités et de significations. D’un point de vue méthodologique, l’enjeu est bien sûr d’éviter le relativisme absolu en cumulant les subjectivités de chacun. Il s’agit donc d’objectiver autant que possible ces subjectivités en ayant recours aux méthodes des sciences sociales (guide d’entretien, enquête) mais surtout en adaptant ces outils au paysage (ses transformations et leurs perceptions) : les photographies, dessins, cartes, blocs diagrammes (les outils des paysagistes) peuvent ainsi être insérés à ces méthodes, comme l’ont expérimenté certains chercheurs (Michelin 1998, 2000, Guisipelli 2005, Pernet 2008) dans le cadre de projets intercommunaux (ce qui démontre leur adaptabilité à des échelle qui dépassent celles de nos cas d’étude). A travers les modèles de représentation qu’elles ont mis à jour, ces méthodes ont notamment permis de valider certaines hypothèses théoriques sur les échelles (globale, locale, individuelle) de représentation (Luginbuhl, 2001 op.cit) ou les différents types de regards (initié, informé, formé) qui s’exercent sur les paysages (Larrere, 2004).

36D’un point de vue pratique (celui du projet), l’apport de ces méthodes réside dans leur capacité à produire du lien et du sens entre/par les participants à ces démarches. Cette production est très utile dans les territoires périurbains, affectés par les transformations paysagères les plus vives et où s’exerce la demande sociale de paysage bien particulière (qualité de l’environnement, idéalisation de la campagne, recherche de nature et d’enracinement). Dans ces couronnes périurbaines en prise avec de nouveaux équilibres socio-démographiques, le paysage est un matériau souvent mobilisé par le biais de l’argument identitaire (l’identité paysagère de la commune rurale sous la menace de l’urbanisation menaçante). Ces paysages de l’entre-deux sont les terrains privilégiés de la médiation paysagère, tant sous ses aspects de conciliation (entre producteurs et consommateurs du paysage) que d’interprétation (donner les clés de lecture et d’appréciation des nouveaux paysages émergents, souvent jugés « illisibles et banalisés »). La médiation paysagère est donc une façon de gérer la transition entre urbanité et ruralité (Donadieu, 1999)

Conclusion

37La commande existante en matière de démarche participative est largement conditionnée par la culture politique des commanditaires. La nébuleuse associative (ex. l’association Robin des villes sur des questions d’urbanisme, ou le collectif Alpage sur l’entrée paysagère plus strictement) cherche à faire reconnaître, aux côtés des maîtrises d’ouvrage (les commanditaires, collectivités locales) et maîtrises d’œuvre (les experts, bureaux d’étude), l’existence et le rôle de la maîtrise d’usage (les habitants) dans l’élaboration des projets urbains : « Le projet est un mouvement, la modification d'un état connu vers un inconnu, une violence. Projeter : "lancer en avant". Un élan vital qui anime une société. Le projet urbain, c'est prendre une part du rêve de chacun pour bâtir le bien commun…La participation des habitants ne peut exister sans un projet et, affirmons-le aujourd’hui : le Projet ne peut exister sans la participation des habitants » (site Internet de la Maîtrise d’usage op.cit).

38En tant que professionnels de l’aménagement, les paysagistes sont directement concernés par les revendications de la maîtrise d’usage. Les deux cas d’étude présentés permettent de montrer combien la participation du public (lorsqu’elle est réellement mise en œuvre) modifie les fondamentaux de leur démarche. Les cas analysés prouvent que la participation n’est pas toujours qu’une affaire de rhétorique, un effet de mode recherché pour l’épais écran de fumée que peut produire un discours consensuel sur la participation et qui dissimulerait des pratiques qui n’évolueraient guère. Au contraire, à Blanquefort comme à Diadéma, les paysagistes rencontrés explorent les limites de leurs missions, redéfinissent le contour de leurs pratiques et la nature de leur métier. Ils prennent des risques. Leurs recherches expérimentales et peu académiques confortent l’idée que la notion de paysage invite à l’exploration des marges (Derioz, 2008). Reste à savoir si ces pratiques resteront marginales ou si elles réussiront à fabriquer leur propre cadre pour s’épanouir.

Haut de page

Bibliographie

BARBERO, C, 2009, Qui sont les paysagistes formés dans les écoles du paysage françaises ?, Concepteurs, gestionnaires, médiateurs, réflexions sur un modèle interprétatif, Mémoire de master Théories et démarches du projet de paysage, ENSP Versailles.

BERLAN DARQUE, M (dir.), 2007, Paysages : de la connaissance à l’action, Editions Quae, 315 p.

BERQUE, A, 2000, Médiance. De milieux en paysages, Belin, 164 p.

BESSE, J.-M., 2009, Le goût du monde : Exercices de paysage, Actes Sud ENSP, 227 p.

BESSE J.-M, 2001, Cartographier, construire, inventer. Notes pour une épistémologie de la démarche de projet , in Les Carnets du paysage, 7, Arles/Versailles, Actes Sud/ENSP, pp. 127-145.

BOUCINHAS, C, 2005, Projeto participativo na produção de espaço público, Thèse de doctorat sous la direction de Maria Leite, Faculdade de Arquitetura e Urbanismo – USP (Brésil).

BOUTINET, J.-P., 2001, « À propos du projet de paysage, repères anthropologiques », in Les Carnets du paysage, 7, Arles/Versailles, Actes Sud/ENSP, p. 64-82.

DAVODEAU, H., 2008, Des conflits révélateurs de la territorialisation du projet de paysage. Exemples ligériens, dans Territoires de conflits, analyses des mutations de l’occupation de l’espace, KIRAT, TORRE (dir), L’Harmattan, pp 49-61/322.

DAVODEAU, H., 2008, La boîte noire du projet de paysage, actes des journées d’étude en sciences sociales, colloque SFER INRA, Paris les 13-14 décembre 2007.

DERIOZ, P., 2008, L’approche paysagère : un outil polyvalent au service de l’approche opérationnelle et interdisciplinaire des problématiques environnementales, 1ères journées scientifiques ARPnv, Nîmes.

DOBRY, S, 2005, Arquitetura e Paisagem. Projeto participativo e criação coletiva. São Paulo : Annablumme.

DONADIEU, P, 1993, Le projet de paysage comme outil de négociation, Cahier de l'IAURIF, 106, pp. 31-37.

DONADIEU, P, 1994, Le projet de paysage : du prosaïque au poétique, Paysage et Aménagement (P+A), 26, pp. 15-20.

DONADIEU, P., 1999, Entre urbanité et ruralité : La médiation paysagiste, Les Annales de la recherche urbaine, n° 85, pp. 6-15.

DONADIEU, P, MAZAS, E, 2002, Des mots de paysage et de jardin, Educagri éditions, 316 p.

DONADIEU, P, BOURAOUI, M., 2003, La formation des cadres paysagistes en France par le ministère de l'Agriculture, 1874-2000, programme de recherche « politiques publiques et paysages : analyse, comparaison, évaluation », Ministère de l'Écologie et du Développement durable/CEMAGREF de Bordeaux.

DONADIEU, P., 2005, Le paysage et les paysagistes. Paysager n’est pas seulement jardiner. In DROZ MIEVILLE-OTT, pp. 21-52.

DONADIEU, P, 2009, Les paysagistes, Actes Sud ENSP, 130 p.

DROZ, Y (et al), 2009, Anthropologie politique du paysage. Valeurs et postures paysagères des montagnes suisses, éd. Karthala, 170 p.

GUISEPELLI, E, 2005, Les représentations sociales du paysage comme outils de connaissance préalable à l'action. L'exemple des Alpes du nord, revue électronique Cybergeo.

KALAORA, B, LARRERE, R, 1989, Les sciences sociales et les sciences de la nature au péril de leur rencontre, in « Du rural à l’environnement. La question de la nature aujourd’hui », N Mathieu et M. Jollivet dir., Association des ruralistes français, L’Harmattan, pp. 81-89.

LARRERE, R. ,2004. Communication orale au colloque « L’évaluation du paysage : une utopie nécessaire ? », 15-16 janvier, Montpellier, France.

LASSUS, B, 1998, The Landscape approach, University of Pennsylvania Press.

LEFEBVRE, H, 1968, Le Droit à la ville, Anthropos.

LEFEBVRE, H, 1974, La production de l’espace, Anthropos.

LUGINBÜHL, Y, 2001, La demande sociale de paysage, rapport remis au Conseil national du paysage, Ministère de l’environnement et de l’aménagement du territoire.

LUGINBUHL, 2004, Synthèse scientifique du programme de recherche « politiques publiques et paysages, http://www.ecologie.gouv.fr/Principaux-resultats.html.

LYNCH, K, 1991, City sense and city design writings and projects, Mit, Cambridge.

MAROT, S, 1995, L’alternative du paysage, Le Visiteur, pp 54-81.

MAROT, S, 2003, Suburbanism and the art of memory, London : AA Publications.

MICHELIN, Y, 1998, Des appareils photo jetables au service d´un projet de développement : représentations paysagères et stratégies des acteurs locaux de la montagne thiernoise, revue électronique Cybergeo.

MICHELIN, Y, 2000, Le bloc-diagramme : une clé de compréhension des représentations du paysage chez les agriculteurs ? Mise au point d’une méthode d’enquête préalable à une gestion concertée du paysage en Artense (Massif central français), revue électronique Cybergeo.

PEREIRA, R., 2006, O sentido da paisagem e a paisagem consentida : projetos participativos na produção do espaço livre público. Tese de Doutorado Universidade de São Paulo direção de Catharina Lima.

PERNET, 2008, «Une médiation paysagiste comme support de recherche : l’expérience de l’atelier des paysages en vallée de l’Ance (Parc naturel régional Livradois-Forez, Auvergne), 1eres Journées doctorales en paysage à Angers les 3 et 4 décembre.

SEMMOUD, N, 2007, La réception sociale de l’urbanisme, L’Harmattan, 254 p.

TIBERGHIEN, G, 2005, Forme et projet , in Les Carnets du paysage, n. 12, pp. 89-103.

RENAUD, Y, TONNELAT, S, 2008, La maîtrise d’œuvre sociologique des Jardins d’Eole. Comment construire une gestion publique ?, Les annales de la recherche urbaine, n° 105, pp. 55-65.

SANT’ANNA, C, 2009, Le processus participatif dans le projet de paysage. Le cas de la France et du Brésil, Mémoire de master Théories et démarches du projet de paysage, ENSP Versailles, 140 p.

TOUBLANC, M, 2009, La recherche en sciences sociales dans les écoles du paysage en France, revue électronique Projet de paysage

Haut de page

Notes

1  En réalité, elle fut instaurée en 1810 pour garantir la protection du droit de propriété lors des expropriations : http ://www.debatpublic.fr/notions_generales/enquete_publique.html

2  Les signataires s’engagent à respecter les principes fixés par les 9 articles de la charte : http ://www.debatpublic.fr/docs/pdf/Charte_concertation_MATE.pdf

3 http ://www.associations-blanquefort.fr/quartiercaychac/index.php ?option =com_content&view =article&id =2&Itemid =10

4  http ://www.maitrisedusage.eu/

5  http ://parcdecambon.blogs.fr

6  C’est d’ailleurs pour y remédier que l’association Passeurs Entre action et recherche a été créée à l’école du paysage de Bordeaux en 2006 (nos deux protagonistes s’y sont investis) : http ://www.ffpsudouest.org/IMG/pdf/plaquette_de_presentation_web.pdf

7  « Tous les citoyens, même sans connaître le giron technique du projet de paysage, peuvent, à partir de leurs aspirations, donner leur avis par rapport à un projet concerné. Les techniciens responsables du projet (architectes, biologistes, éducateurs, paysagistes, agronomes, ingénieurs, etc.) qui y jouent un rôle sont « représentants des vivenciadores - habitants vivants ; je préfère ce terme à celui d’usagers, qui n’existe pas dans la langue brésilienne et qui signifie les habitants ou usagers qui d’une manière ou d’une autre participent, même à distance. La forme et l’intensité de cette participation demande une socialisation et un élargissement des définitions soit conceptuelles soit spatiales pour la société » (entretien du 20/05/2009, avec Raul Pereira).

8  « C’est dans le décalage entre ces deux types de pratiques que prend place ce qu’en sociologie on nomme appropriation de l’espace, c'est-à-dire l’occupation, la transformation des lieux et l’accrochage de significations à travers la localisation d’objets et d’activités spécifiques au mode de vie de chaque habitant » (Frey, 1986, cité Semmoud, p. 8).

9  http ://alpage.over-blog.fr/

10  http ://www.maitrisedusage.eu/

11  A notre connaissance, seul le Master 2 Paysages et médiation cohabilité entre l’université d’Angers et Agrocampus Ouest a ciblé ce créneau, cependant ce Master universitaire ne forme pas au projet et ne délivre pas de titre de paysagiste. Dans le champ de la formation continue, AgroParitech propose une formation sur « L'approche paysagère dans les projets de territoire » animée par un paysagiste (A. Pernet) chercheur spécialisé sur cette question. Cette formation aborde le paysage comme un outil de description, de compréhension et de médiation.

12  http ://www.robinsdesvilles.org

13  « Politique du paysage désigne la formulation par les autorités publiques compétentes des principes généraux, des stratégies et des orientations permettant l’adoption de mesures particulières en vue de la protection, la gestion et l’aménagement du paysage » (art.1.b Convention européenne du paysage, Florence, 2000)

14  « Ce concept est souvent ressenti comme une notion citadine. Engager le dialogue par le paysage conduit alors à des réactions de blocage ou à l’expression d’un discours convenu » (Michelin, 2000, op.cit).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2 : Lors d’un atelier de travail
Légende Jeudi 12 mars 2009 – Atelier n°11 – Réunion et « goûter » de chantier
Crédits Source : http://parcdecambon.blogs.fr
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 3 : A gauche « Analyse inventive » développée par Sylvia Dobry, au milieu et à droite la construction du potager et distribution des arbres fruitiers
Crédits Source : DOBRY, 2005.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1225/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Davodeau et Camila Gomes Sant’Anna, « La participation du public et ses incidences sur l’évolution des théories et pratiques du projet des paysagistes », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/1225 ; DOI : 10.4000/tem.1225

Haut de page

Auteurs

Hervé Davodeau

Maître de conférences en géographie à l’Institut National d’Horticulture et de Paysage (INHP) d’Angers (AgroCampus Ouest)
Département Paysage
2 rue André Le Nôtre
49045 Angers
herve.davodeau@agrocampus-ouest.fr

Camila Gomes Sant’Anna

Architecte paysagiste
étudiante du Master Géographie et Sciences des territoires, spécialité Recherche : Environnement, Paysages, Milieux et Sociétés (EPMS)
Rua José Andreoli, 340
Jardim Califὀrnia – Ribeirao Preto- São Paulo
Brasil
Cep 14 026-130
cgomessantanna@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page