Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

John Bowen : The economic geography of air transportation. Space, time, and the freeedom of the sky

Londres / New York, Routledge, 2010, 333 pages, ISBN 978-0-415-77805-3
Yves Boquet
Référence(s) :

John Bowen : The economic geography of air transportation. Space, time, and the freeedom of the sky.

Londres / New York, Routledge, 2010, 333 pages, ISBN 978-0-415-77805-3

Texte intégral

1Le transport aérien a pris une importance capitale dans les processus de mondialisation. Notre collègue américain John Bowen, dont la passion pour l’aviation est évidente, et qui travailla jadis pour les services cargo de Singapore Airlines, nous offre un brillant panorama, clair, illustré de nombreuses cartes originales, riche en faits et réflexions qui reflète autant l’évolution historique du transport aérien que ses mutations contemporaines.

2Le plan de l’ouvrage est limpide. Après une brève introduction, il se compose de trois parties principales. Les trois premiers chapitres s’intéressent principalement aux avions et aux avionneurs, retraçant l’essor des diverses technologies et générations d’appareils. Le propos est parfois technique mais toujours lisible. L’auteur, après avoir montré l’importance de l’émergence des jets et de l’introduction du Boeing 747, y analyse (chapitre 3) les choix stratégiques d’Airbus et de Boeing, tant dans le type d’appareil à proposer aux compagnies aériennes que dans le développement d’une logistique de production de plus en plus éclatée et internationale. Peut-être aurait-on pu développer un peu plus sur l’essor de Bombardier et surtout d’Embraer, qui montre l’émergence d’un pays en développement sur la scène de la production aéronautique mondiale. L’auteur montre bien le rôle croissant de l’Asie-Pacifique dans les choix des avionneurs, illustré de façon symbolique par le fait que le premier vol commercial de l’Airbus 380, à la différence de tous les autres vols inauguraux antérieurs, a été effectué par Singapore Airlines sur la ligne Singapour-Sydney, c’est-à-dire entre des aéroports ni européens ni américains.

3Dans une seconde partie (chapitres 5 à 7), l’accent est mis sur les compagnies aériennes, autour des processus de libéralisation du transport aérien, des stratégies des compagnies établies de longue date (développement de réseaux hub-and-spokes, alliances internationales, programmes de fidélité), et de l’irruption des compagnies « low-cost », en particulier Southwest Airlines, actuellement la première compagnie mondiale en nombre de passagers, dont le modèle organisationnel est remarquablement présenté, et mis en comparaison avec ses équivalentes européennes (EasyJet, Ryanair,…) ou asiatiques (Air Asia en Malaisie, Kingfisher en Inde)

4La troisième partie de l’ouvrage (chapitres 8 à 11) présente « la vie en l’air et au sol dans un monde de l’avion ». Les passagers, hommes d’affaires, migrants, touristes (Las Vegas, Orlando, Seychelles, Dubai), touristes du sexe (Thaïlande), sont ceux qui font vivre le système aérien mondial par leurs choix de déplacement, et l’auteur analyse avec finesse les modifications de style de vie introduites par l’ère de l’aviation de masse, de la business class au décalage horaire et au pélerinage de La Mecque. Il rappelle que les aéroports sont aujourd’hui devenus les principales frontières d’accès à des pays étrangers et , s’il facilite les déplacements mondialisés, il accentue aussi les écarts entre les lieux connectés massivement et les régions du monde où personne - ou presque - ne prend l’avion. Le chapitre 9 relate l’essor du transport de marchandises par avion, faible en volume (1 % des marchandises échangées) mais important en valeur (40 % des échanges internationaux) et l’essor des compagnies intégratrices comme Fedex, UPS ou DHL, dont les stratégies spatiales sont analysées (hubs de Louisville et Memphis, hubs philippins puis chinois). Les aéroports sont l’objet du chapitre suivant, dans lequel John Bowen montre leur rôle dans l’implantation des sièges sociaux d’entreprises et le développement de zones d’activités économiques (« aerotropolis », pour reprendre l’expression de John Kasarda). Il examine les stratégies de compagnies aériennes, en particulier des low-cost, dans le choix des aéroports (Charleroi plutôt que Bruxelles), et le développement des activités commerciales de détail au sein des terminaux aéroportuaires. Peut-être manque-t-il dans ce chapitre une analyse des structures des terminaux aéroportuaires, mais l’auteur se penche avec justesse sur l’importance des nuisances sonores aéroportuaires, en particulier dans le cas de Chicago O’Hare, dont la reconfiguration en cours du système de pistes devrait réduire à la fois les délais et les nuisances. Le chapitre 11 évoque les « dangers cachés » de l’aviation : pollution de l’air, terrorisme, diffusion des maladies (cas de l’épidémie de SRAS de 2003).

5Il ouvre sur le chapitre final (« Revenir sur terre »), où John Bowen évalue l’avenir possible de l’aviation, face aux risques posés par le renchérissement du kérosène, face à la concurrence des trains à grande vitesse (petite erreur dans le tableau de la page 280 où la présence du TGV à Roissy-Charles de Gaulle est curieusement omise, alors qu’il est mentionné à Heathrow !) et face à la remise en cause d’une société de l’hypermobilité dont les effets sociaux pernicieux ne sont pas occultés.

6L’ouvrage se termine par une riche bibliographie, qui cependant n’inclut que des titres en anglais, alors que plusieurs géographes français ont traité de questions d’aviation, et un index.

7Au total, un ouvrage qui malgré son prix élevé dans la version cartonnée initiale, représente une somme remarquable qui nous semble indispensable à tout spécialiste des transports et de la mondialisation, renouvelant pour les lecteurs francophones l’ouvrage déjà ancien de Monique Dacharry, ce qui était nécessaire au vu des bouleversements du transport aérien depuis un quart de siècle. Cet ouvrage mériterait d’être traduit en français pour en assurer une plus large diffusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « John Bowen : The economic geography of air transportation. Space, time, and the freeedom of the sky », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 20 mars 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/1167

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Professeur à l’université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page