Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

James Wang, Daniel Olivier, Theo Notteboom et Brian Slack : Ports, cities and global supply chains

Aldershot, Ashgate Publishing, 2007, 278 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

James Wang, Daniel Olivier, Theo Notteboom & Brian Slack (dir.) : Ports, cities and global supply chains, Aldershot, Ashgate Publishing, 2007, 278 pages

Texte intégral

1Fruit des débats d’un colloque international tenu à Hong Kong en 2005, cet ouvrage mêle les contributions de vingt chercheurs, principalement géographes, spécialistes des transports maritimes, venant de 9 pays, dont quatre auteurs français. Le développement rapide de la mondialisation et ses effets sur le transport maritime sont connus, la poussée extraordinaire des ports asiatiques, en particulier chinois, l’est aussi, ce qui conduit les auteurs à s’interroger sur la place nouvelle des ports dans les processus de mondialisation. L’ensemble de l’ouvrage est un plaidoyer pour une réorientation de l’analyse scientifique des ports qui doivent être pris comme des éléments dans une chaîne logistique mondialisée.

2L’ouvrage est organisé en quatre grandes parties qui sont composées de trois ou quatre contributions chacune.

3Après une introduction thématique par les quatre coordinateurs de l’ouvrage, la première partie cherche à reconceptualiser la place des villes-ports dans les chaînes logistiques mondialisées. Valentina Carbone et Elisabeth Gouvernal explicitent la notion de chaîne logistique et de gestion de la chaîne logistique, Photis Panayides montrant ensuite que la compétitivité des terminaux portuaires est une composante-clé du bon fonctionnement des chaînes logistiques globales « intégrées ». Brian Slack, quant à lui, analyse le développement de la « terminalisation » des ports maritimes : le gigantisme des navires et leur spécialisation croissante ont conduit à l’éloignement progressif des fonctions portuaires du cadre géographique où étaient nées les villes-ports, et la spécialisation des terminaux s’accompagne d’un moindre contrôle par les autorités portuaires du fait de leur privatisation croissante, en particulier dans la manutention des conteneurs, qui est de plus en plus assurée soit par des groupes de gestion portuaire d’envergure mondiale (Huchinson Port Holdings, Dubai World Ports..), soit par les transporteurs eux-mêmes (AP Moller Maersk par ex). Theo Notteboom et Jean-Paul Rodrigue concluent cette première partie en s’interrogeant sur les nouvelles relations port-hinterland dans le contexte de l’émergence de chaînes logistiques globales.

4La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse plus précisément aux relations existant entre réseaux de navigation commerciale et développement des ports. Alfred Baird expose la question de façon assez générale, tandis que les trois chapitres suivants s’intéressent à des zones géographiques spécifiques. Enrico Musso et Francesco Parola étudient ainsi la place des ports méditerranéens dans les réseaux mondiaux, et se posent la question de la viabilité des nouveaux hubs maritimes méditerranéens (Malte, Gioia Tauro) par rapport aux organismes portuaires plus anciens (Marseille, Gênes). Antoine Frémont et Martin Soppé montrent ensuite comment les stratégies des principaux transporteurs de conteneurs entraînent une concentration des lignes maritimes vers certains ports de la Rangée du Nord-ouest européen, et de ce fait une certaine réorganisation de la hiérarchie portuaire européenne. Enfin, Robert McCalla montre le rôle croissant des ports canadiens de Vancouver et Halifax dans la manutention de conteneurs destinés à l’intérieur de l’Amérique du Nord.

5La troisième partie du livre est consacrée à l’insertion des villes-ports dans les chaînes logistiques globalisées. Yehuda Hayuth présente les divers conflits et opportunités pouvant apparaître à l’interface ville-port dans le contexte de la mondialisation. César Ducruet esquisse une métagéographie des relations ville-port, illustrée de schémas qui pourraient rapidement devenir des classiques. Puis James Wang et Daniel Olivier, dans un chapitre qui aurait pu aussi trouver sa place en seconde partie, présentent l’insertion des villes-ports chinoises dans les chaînes logistiques mondiales, avant que Peter De Langen ne clôture cette troisième partie par un examen de la performance économique des régions portuaires.

6La dernière partie présente trois perspectives intéressantes, assez différentes de ce qu’on trouve dans le reste de l’ouvrage. Daniel Ollivier et Francesco Parola, dans un chapitre plus technique que géographique, montrent l’importance de l’adoption de technologies d’information performantes dans le succès des opérateurs asiatiques de ports et terminaux à conteneurs. Peter Hall et Glen Robbins analysent la place de Durban dans les chaînes logistiques mondialisées de l’industrie automobile. Il s’agit essentiellement d’un texte présentant les mutations de l’industrie automobile sud-africaine. Dans le dernier chapitre, Claude Comtois et Brian Slack évoquent les stratégies des acteurs de la filière maritime (transporteurs, ports, opérateurs de terminaux) en termes de développement durable.

7Cet ouvrage bien référencé - grâce aux contributions d’auteurs québecois et français, la bibliographie n'est pas exclusivement anglo-saxonne !- permet de faire un bon tour d’horizon des tendances actuelles du transport maritime, surtout dans le domaine de la conteneurisation. On trouvera certes quelques redondances entre textes et des abus de sigles, qui auraient mérités une annexe les explicitant, avant l’utile index de fin d’ouvrage, mais on appréciera le traitement détaillé sans être systématique, et équilibré tout en ayant laissé largement de côté les ports sud-américains et africains (sauf Durban). Quelques graphiques auraient pu être plus lisibles (chapitre 12), mais en général le travail de finition est soigné et professionnel.

8Au total, un bon livre, qui n’est pas un manuel sur le transport maritime, mais qui sera utile pour comprendre la nouvelle donne et l’évolution des relations ports-villes-transport maritime, en revisitant sans l’abandonner la notion de triptyque portuaire chère à André Vigarié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « James Wang, Daniel Olivier, Theo Notteboom et Brian Slack : Ports, cities and global supply chains », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 20 mars 2017, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/1160

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page