Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Madeleine Brocard : Transports et territoires. Enjeux et débats

Ellipses, 2009, 188 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Madeleine Brocard (sous la direction de) - Transports et territoires. Enjeux et débats, Ellipses, 2009, 188 pages

Texte intégral

1Dans cet ouvrage de dimensions modestes, les chercheurs en transports de l’UMR « IDEES », localisée à Caen, Le Havre et Rouen, proposent un tour d’horizon extrêmement riche et documenté des thématiques dominantes en géographie des transports. D’emblée, il est indiqué que cet ouvrage n’est pas un manuel ou une synthèse sur les transports dans le monde, mais bien plutôt qu’il ambitionne d’être un essai collectif de lecture critique de la littérature géographique dans le domaine des transports.

2Le chapitre 1, rédigé par une géographe (M. Brocard), un économiste (B. Franck) et un sociologue (A. Gueissaz) examine « le positionnement de la thématique transport en sciences humaines et sociales », montrant qu’elle a longtemps été marginale dans le champ de la géographie et très secondaire dans les préoccupations des économistes, des historiens et des sociologues. Ils examinent ensuite les tendances actuelles dans la géographie des transports, qui s’intéresse aux modèles et aux concepts, aux logiques d’acteurs et à l’implication des transports et de l’espace dans des questions contemporaines telles que la consommation d’énergie, les risques ou encore les inéquités sociales et spatiales.

3Dans un second chapitre (« Les échelles et leur articulation »), P. Thorez et P.H. Emangard montrent les effets des évolutions techniques sur les échelles temporelles et spatiales du transport, mais aussi les recompositions des territoires des transports induites par des jeux évolutifs d’acteurs (exemple de la gestion des trains régionaux en France). Ils se livrent à une réflexion stimulante sur les échelles spécifiques aux divers modes de transport, et de façon plus générale sur l’espace-temps. Ils abordent également la question de l’insertion dans le milieu local des infrastructures de transport liées à des flux longue distance. 

4Suite logique du précédent, le chapitre 3 (P.H. Emangard) se penche sur un thème favori des géographes français(e)s spécialistes des transports : les effets de la grande vitesse ferroviaire sur les territoires. Quatre thèmes émergent de la littérature géographique récente : l’insertion des lignes nouvelles et des gares dans l’environnement naturel et urbain, l’articulation lignes nouvelles/réseau classique, l’impact de la grande vitesse ferroviaire sur les mobilités et les autres modes, l’impact de la grande vitesse sur l’organisation de l’espace et la dynamique des territoires. Le chapitre se conclut par une série de suggestions de thèmes de recherche. 

5Dans le quatrième chapitre (« La place des technologies de l'information et de la communication dans la géographie des transports »), P. Vidal et O. Joly montrent que ce thème a été moins porteur que d’autres, dans l’analyse de l’utilisation quotidienne des NTIC par le secteur professionnel des transports et les passagers. Puis ils examinent, à la suite de M. Castells, les liens entre espaces des lieux et espaces des flux, en se penchant entre autres sur le commerce électronique, la sécurisation des déplacements et l’importance des préoccupations environnementales dans le développement des téléactivités. 

6Un bilan de l’apport des SIG à la géographie des transports est esquissé dans le chapitre cinq par M. Zekar et T. Saint-Gerand, qui s’intéressent à la modélisation des flux, à l’émergence de la sub-discipline SIG-T dans les milieux SIG, avant de proposer des pistes novatrices pour l’analyse des transports sous SIG : échelles de la congestion, ergonomie spatiale.

7B. Steck, M.L. Chevalier, L. Lévêque et H. Martell Florès examinent en profondeur (chapitre 6) les liens entre transport et développement, esquissant un dialogue entre géographes, économistes et gestionnaires sur les effets dynamisants des transports, leurs effets structurants et les relations (« intersection provocatrice ») entre transport et développement durable, à la fois dans les pays riches et ceux du « Sud ».

8Le chapitre final (« Acteurs publics, acteurs privés ») conduit P.H. Emangard, J. Debrie et P. Thorez à examiner les facettes diverses des déréglementations ayant touché le secteur des transports depuis deux ou trois décennies. Les logiques privées de réseaux rendent-elles obsolètes les logiques d’états et les frontières ? Ils constatent que les travaux menés sur cette thématique sont très inégaux selon les modes de transport et selon qu’on parle de fret ou de transports passagers. 

9Ce livre, qui témoigne de la richesse et de la fécondité des travaux des géographes étiquetés « transport », anglophones ou francophones, vient compléter de manière originale les synthèses récemment publiées (Marcadon, Auphan, Barré & Chesnais 1997, Bavoux, Beaucire, Chapelon et Zembri 2007 en France ; Rodrigue, Comtois et Slack 2006, Knowles, Shaw & Docherty 2008 en langue anglaise). Il fourmille de pistes de réflexion et d’axes de recherche suggérés à la sagacité des géographes des transports. Stimulant au possible, il sera un précieux atout pour suggérer et développer des thématiques et des approches renouvelées au sein des équipes de recherche et des structures plus institutionnelles telles que la commission de géographie des transports du CNFG ou la toute nouvelle commission Transport and Geography de l’Union Géographique Internationale.
Un excellent ouvrage. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Madeleine Brocard : Transports et territoires. Enjeux et débats », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 20 mars 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://tem.revues.org/1156

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page