Navigation – Plan du site
Varia

Une marginalité spatiale comme clé de lecture des territoires

L’exemple de la vigne en Haute-Saône
Understanding régional life thanks to a marginal object : the exemple of the vine in Haute-Saône
Sylvain Estager
p. 75-89

Résumés

La vigne fut, jusqu’à la fin du XIXème siècle et l’épisode phylloxérique, l’une des principales ressources de la Haute-Saône. Selon les statistiques agricoles, cette culture a officiellement disparu de la plupart des communes du département depuis les années 1970.
Pourtant la réalité du terrain infirme la chose : la vigne reste une composante importante des paysages locaux. Elle se manifeste sous des inscriptions multiples et variées. La vigne continue d’être mise en œuvre à travers des pratiques diversifiées et des savoir-faire associés.
Pour le géographe, ce type d’objet d’étude pose problème dans son appréhension globale. Les sources classiques font défaut et seule une pratique du terrain révèle l’importance des inscriptions du fait viticole. La vigne demande, en outre, à être prise en compte à une échelle très fine, celle du lieu. Il importe donc de trouver une méthode et les outils qui permettent d’étudier la vigne dans la région et de mettre à jour le sens géographique véritable dont elle est porteuse.
En effet, la vigne, dans sa situation de marginalité spatiale, est une fenêtre sur tout un ensemble de valeurs territoriales. Elle fait partie de ces pratiques du quotidien qui ancrent les acteurs sociaux au sein des territoires et participent à la définition de ces derniers. Elle démontre par ailleurs l’importance de la composante mémorielle et affective dans le construit identitaire des individus.
Au final, en dépit de sa marginalité supposée, la vigne apparaît encore de nos jours comme une ligne de force au sein des territoires locaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le présent article rend compte d’une démarche engagée dans le cadre d’un travail de Doctorat effectué sur le thème de la vigne en Haute-Saône (Estager, 2008).

2Dans ce département la vigne n’est plus, en apparence, qu’une composante marginale des espaces et des paysages. Alors qu’elle constituait la troisième richesse du département dans seconde moitié du XIXe siècle avec près de 14 000 hectares cultivés ; elle ne couvre plus aujourd’hui qu’une centaine d’hectares répartis essentiellement sur quelques communes. La production, très modeste, de vin de pays –surtout du Pinot et du Chardonnay- ne suffit pas à faire de la Haute-Saône un espace considéré comme « viticole ». Elle est d’ailleurs complètement oubliée dans la géographie viticole hexagonale et les rares évocations de cette activité dans la presse spécialisée tendent à considérer la vigne en Haute-Saône comme la résurgence plus ou moins folklorique d’un passé révolu. Pourtant, une pratique du terrain révèle que la vigne conserve dans ces espaces une empreinte non négligeable à travers ses manifestations multiples et les pratiques qui y sont associées. Se pose dès lors la question de la prise en compte des phénomènes identifiés et de leur portée géographique véritable. Il s’avère en effet que ces inscriptions multiformes ouvrent sur un corpus de valeurs territoriales affirmées. La vigne et ses pratiques associées, lorsqu’on les appréhende sur le terrain, notamment à une échelle très fine et dans la diversité de leurs manifestations, démontrent qu’un objet géographique marginal de prime abord se pose parfois comme une clé de lecture des territoires en révélant le sens des lieux.

1. Interroger une marginalité : la pratique du terrain infirme ce que la statistique affirme

3Les données statistiques du fait viticole en Haute-Saône vont à l’encontre des observations de terrain. La vigne est présente dans de nombreuses communes où elle est officiellement inexistante. Il convient donc de proposer une méthode pour appréhender pleinement la diversité des manifestations de la vigne et comprendre leur importance affective et mémorielle.

1.1. Le problème des statistiques agricole

  • 1 Source : A.G.R.E.S.T.E., Chambre d’Agriculture de Vesoul.
  • 2 Il s’agit principalement de Charcennes (74 ha.), Champlitte (39ha.) et Roche et Raucourt (31ha.) et (...)

4Officiellement, d’après les statistiques agricoles, la vigne n’est plus qu’une culture marginale des campagnes de Haute-Saône, à la limite du quantifiable. Effectivement, avec 147 ha recensés, la viticulture représente moins de 0,05 % des espaces cultivés1. Les données agricoles à l’échelle communale semblent confirmer ce constat statistique puisque seule une poignée de communes sont déclarées viticoles2. Toutes les autres communes du département sont considérées comme totalement dépourvues de vigne.

  • 3 Cette donnée, variable selon les départements, nous a été fournie par les services statistiques de (...)

5Or à l’évidence, pour celui qui s’y promène, la vigne n’est pas absente de ces espaces. Dans la plupart des communes du département, à l’exception de la partie nord qui correspond au piémont vosgien, elle apparaît même assez présente, sous des manifestations variées. Se présente donc le problème de la validité des données actuelles qui ne rendent pas compte des faits avec une finesse d’analyse suffisante pour les saisir véritablement. C’est dans ce constat que réside la complémentarité qu’une approche géographique fine apporte à toute étude statistique ou économique globale. La pratique du terrain met à jour des phénomènes qui ne sauraient parfois être appréhendés à leur juste valeur si l’on ne met pas en œuvre cette méthode. La géographie demeure un exercice de plein air qui permet, dans le cas présent de la vigne en Haute-Saône, de remettre en question sa marginalité. Le R.G.A. ne reconnaît, en effet, l’existence de la viticulture que si celle-ci représente au moins 2 hectares sur la commune3. Cela apparaît comme un seuil élevé, qui tend de fait à n’intégrer que les exploitations à vocation commerciale. Or, dans l’aire d’étude, la vigne est le plus souvent une réalité familiale héritée, qui relève le plus souvent d’un micro-parcellaire.

6Il nous est apparu très vite que ces données ne pouvaient être considérées comme significatives de la réalité, sans pour autant contester le fait que la viticulture soit globalement marginale à l’échelle de la Haute-Saône, si l’on prend en compte l’importance des surfaces cultivées. Il est donc nécessaire de s’appuyer sur d’autres relevés pour tenter de mieux apprécier la réalité du fait viticole.

1.2. Prendre en compte l’ensemble des manifestations du fait viticole

7Le fait viticole ne doit pas s’appréhender sous sa seule forme professionnelle et commerciale. En effet, les pratiques viticoles d’amateurs demeurent conséquentes et marquent de leur empreinte les paysages de Haute-Saône. Elles offrent à voir de façon courante des micro-parcelles jardinées de quelques ares et qui destinent leur production à une consommation familiale, la plupart du temps dans le respect d’une tradition familiale.

8Posons d’emblée le principal problème qui réside dans l’estimation de l’importance de ces vignes. Certaines s’offrent à la vue de tous mais d’autres sont parfois dissimulées au sein d’un jardin clos à l’intérieur d’une propriété. Le recours aux photographies aériennes a été tenté mais le résultat ne s’est guère avéré concluant. Il est, en effet, quasiment impossible de distinguer avec certitude les cultures potagères plantées en rang des vignes, elles-aussi plantées de la sorte. La question pourrait être abordée à partir des données de l’administration fiscale qui reçoit annuellement les déclarations de chaque propriétaire de vigne. En théorie chacun d’entre eux a obligation de déclarer le moindre are de vignes pour conserver ses droits et être en règle avec l’État. Malheureusement, ces données sont couvertes par le secret fiscal et nous avons à plusieurs reprises essuyé le refus des différents échelons de la hiérarchie, de nous les communiquer. Nous n’avons pu travailler qu’à partir des relevés de l’année 1992 obtenus de façon informelle pour réaliser une estimation dans l’évolution de la pratique.

9Au bilan, c’est donc principalement par la méthode des relevés de terrain et à travers des enquêtes par entretien que nous avons opéré. Nous avons travaillé sur une quarantaine de communes qui ont toutes en commun d’avoir connu au XIXe siècle un important vignoble. Elles se répartissent globalement dans toute la partie ouest du département, là où les effets de l’altitude ne sont par encore préjudiciables à la culture de la vigne.

10Nous présentons les communes qui composent notre terrain de recherche sur la carte qui suit selon une typologie qui prend en compte le type de vignoble existant lors de l’apogée viticole au XIXe siècle.

Carte 1 : Cadre spatial de la recherche – les communes viticoles retenues

Carte 1 : Cadre spatial de la recherche – les communes viticoles retenues

11Nomenclature

Be : Betoncourt sur Mance

52ha.

Ma : Magny les Jussey

123 ha

Bl : Blondefontaine

258 ha

Mo : Morey

62 ha

Bo : Bourguignon les Morey

54 ha

Mt : Montdoré

64 ha

Bu : Bucey les Gy

605 ha

Mv : Mont le Vernois

144 ha

Champlitte

1906 ha

My : Montigny les Cherlieu

152 ha

Ch : Charcennes

331 ha

Ne : Champlitte la Neuvelle

76 ha

Cha : Charmes St Valbert

48 ha

No : Noidans les Vesoul

2145 ha

Chr : Chariez

201 ha

Nor : Noroy les Jussey

71 ha

Chy : Chargey les Port

241 ha

Or : Ormoy

230 ha

Cm : Cemboing

242 ha

Pi : Pisseloup

32 ha

Combeaufontaine

446 ha

Pu : Purgerot

360 h

Dampierre sur Salon

1227 ha

Qu : Quincey

1035 ha

Ec : Echenoz la Méline

2741 ha

Ro : Roche et Recourt

175 ha

Fr : Frotey les Vesoul

1285 ha

Sm : St Marcel

107 ha

Gray

6772 ha

Su : Suaucourt

42 ha

Gy

943 ha

Va : Vaivre et Montoille

2752 ha

Jo : Jonvelle

174 ha

Vauvillers

752 ha

Ju : St Julien

46 ha

Ve : Vernois sur Mance

166 ha

Jussey

1871 ha

Vesoul

17152 ha

Le : Champlitte le Prélot

Vi :Villars le Pautel

178 ha

Marnay

1201 ha

Vitrey

343 ha

Les chefs-lieux de canton sont soulignés. La population de la commune est mise entre parenthèses

Source : INSEE, 1999

12Dans ce terrain de recherche, la vigne s’apprécie différemment selon la focale utilisée : appréhendées en termes de superficie occupée, ces vignes sont effectivement à la limite du quantifiable : elles ne couvrent en moyenne que quelques dizaines d’ares par finage ; très rares sont les cas où plus d’un hectare est dédié à cette culture.

13Si on les aborde par le biais du nombre de parcelles, leur importance demande à être réévaluée. Si le nombre de viticulteurs amateurs par village demeure aujourd’hui limité, deux ou trois en moyenne dans notre terrain, chacun entretient de une à trois parcelles en général. Parfois de taille modeste, ces vignes jardinées n’en sont pas moins signifiantes dans le paysage. La marginalité d’un objet original ou d’un phénomène n’implique pas forcément une inscription visuelle discrète ou négligeable. Au contraire, elle peut même souligner puissamment sa singularité. Si l’on considère le nombre de déclarants pour chacune des communes étudiées, Au final, presque tous les villages de l’aire d’étude présentent des parcelles de vignes, parfois même un nombre important qui peut dépasser la dizaine. L’émiettement de ce parcellaire, le plus souvent jardiné avec grand soin à proximité du noyau villageois, participe à son inscription au sein des paysages. Cela amplifie considérablement son poids dans la perception que l’on peut avoir de l’importance du fait viticole dans l’aire d’étude.

14Enfin, si c’est la pratique qui est prise en compte, alors la viticulture devient ordinaire voire courante. Le groupe des propriétaires actuels d’une vigne est en effet à l’échelle d’une petite commune rurale souvent relativement important. Dans une dizaine de villages retenus pour notre étude, on relève plus d’une parcelle cultivée pour 3 à 4 foyers

15Le travail de la vigne devient même une pratique largement majoritaire, dans presque toutes les communes de l’aire d’étude (sauf pour les plus importantes, où l’estimation devient difficile à effectuer) selon deux occurrences :

Si l’on intègre les treilles qui décorent les façades ou servent à fournir du raisin de table (mais qui s’avère presque toujours être un cépage de vinification) ;

  • 4 Une quarantaine d’enquêtes par entretien ont été réalisées auprès de viticulteurs amateurs dans l’e (...)

 Si l’on considère ceux qui autrefois ont possédé une vigne, directement ou par l’intermédiaire de leurs parents. Lors des entretiens effectués4cette réalité nous a été rapportée à maintes reprises sur le thème de « Ici chacun avait sa vigne … ».

16On comprend que la réalité viticole devient vite incontournable et multiforme. La vigne recoupe dès lors la question des identités et du lien aux territoires.

17Au final, la vigne est une culture marginale d’un strict point de vue spatial mais sa marque persiste bien au-delà de ce que les statistiques officielles laissent supposer. Son empreinte visuelle demeure réelle, comme en atteste la photographie qui accompagne notre propos, et son empreinte véritable demande à être réévaluée.

Photo 1 : Vignes à l'entrée du village de Suaucourt

Photo 1 : Vignes à l'entrée du village de Suaucourt

Ce village d’une quarantaine d’habitants est considéré comme complètement a-viticole par les satistiques agricoles. Il demeure pourtant une dizaine de petites parcelles d’amateurs disséminées sur le finage communal, aux abords du noyau villageois dominé par une architecture vigneronne, qui abrite de nombreuses constructions viticoles.

Photographie : juillet 2006

Les vignes sont ici un marqueur puissant du paysage. Elles soulignent le maintien de pratiques et de savoir-faire en rapport avec cette culture et participent à donner une coloration viticole prononcée aux lieux.

1.3 La vigne, une réalité prégnante au sein des territoires locaux

18Pour saisir son poids véritable au sein des territoires, la vigne ne doit pas être limitée à la seule viticulture du moment. Elle se singularise aussi par la multiplicité de ses manifestations, souvent liées à son importance passée dans la région. Ces multiples manifestations du fait viticole participent à la remise en cause de la marginalité supposée de la vigne et posent le problème de leur prise en compte pour appréhender le poids véritable de cet objet d’étude. En effet, une pratique du terrain met rapidement à jour une présence prononcée de la vigne en particulier à travers les paysages marqués durablement par l’époque où elle était une culture de premier ordre.

  • 5 Terme local pour désigner des murets construits en pierre. Plusieurs sources historiques attestent (...)

19De nombreux vestiges matériels de première importance témoignent de la place incontournable qu’occupait il n’y a pas si longtemps la vigne dans les campagnes de Haute-Saône. L’architecture vigneronne qui domine le bâti ancien des villages, les aménagements en pierre du parcellaire viticole (murgers5 de délimitations foncière, clos, porches…) ou les nombreuses baraques dites « de vigne » qui demeurent en place sont autant d’exemples qui se manifestent dans toutes les communes de notre aire d’étude.

20A côté des parcelles de vignes d’amateurs évoquées précédemment, on trouve aussi des expressions plus ponctuelles du fait viticole. La vigne se présente parfois à travers quelques ceps esseulés qui régalent à la fin de l’été au sein d’un verger ou d’un jardin. Les treilles qui décorent encore de nombreuses façades ou le raisin « sauvage » qui pousse en lisière d’un massif forestier illustrent cette dimension paysagère originale mais puissante dans sa signification.

21Les legs immatériels liés au passé viticole sont encore nombreux et facilement perceptibles : lieux-dits, toponymes, dictons locaux ou pratiques cultuelles en lien avec la vigne font partie des territoires et se maintiennent aux côtés de pratiques et de savoir-faire qui se sont transmis au fil des générations. L’histoire locale ou familiale et les mémoires individuelles ou collectives qui y sont associées sont encore très largement empreintes des héritages de cette viticulture. Les inscriptions de la vigne sont d’ailleurs souvent chargées d’une valeur symbolique, parfois affective, qui ne tarde pas à s’affirmer dès qu’on s’y intéresse. En ce sens, il demeure encore au sein de notre terrain de recherche de nombreux espaces qui présentent des paysages marqués par la vigne, voire véritablement viticoles.

1.4. Des manifestations chargées de sens

22La marginalité spatiale de la vigne n’implique donc pas la marginalité de celle-ci au sein des paysages et des territoires. Au contraire, cette marginalité peut être porteuse d’un lien privilégié à la vigne qui renforce sa place dans le vécu et le quotidien de ceux qui s’adonnent à cette culture d’amateur. Il est donc indispensable de chercher à mettre en évidence quelles sont les multiples inscriptions de la culture de la vigne dans l’aire d’étude en soulignant la multiplicité des formes que cela implique.

23La concrétisation de cette présence de la vigne passe par plusieurs vecteurs qui sont, dans la plupart des cas, constitutifs de la construction de cette identité et du rapport au territoire des individus. La présence de la vigne s’inscrit d’abord dans une histoire, un « autrefois » qui n’est pas forcément identifié dans sa chronologie ou qui se rapporte à une généalogie personnelle. Les parents (ou les grands-parents) sont associés à une pratique passée, identifiée comme un trait majeur de la Haute-Saône de jadis, qui appartient aussi à l’histoire familiale. Cette dernière s’ancre alors dans une dimension historique régionale.

24La vigne est par ailleurs un legs, un héritage qui, à l’inverse d’autres formes de propriétés, telles un bâtiment ou une parcelle forestière, ne saurait perdurer sans qu’on l’entretienne régulièrement. La vigne ne peut être négligée comme le sont parfois les vergers familiaux qui peuvent résister à de nombreuses années sans qu’on leur porte grand soin. Elle ne se reçoit pas mais se transmet. Avec elle, c’est souvent un ensemble de pratiques et de savoir-faire qui accompagne cette transmission entre les générations. La vigne est alors presque mécaniquement un vecteur de la mémoire locale et familiale. Elle est un élément de la représentation collective qui participe à l’illustration de l’histoire régionale distillée par la plupart des médias ou des discours locaux (qui font de la vigne l’une des composantes majeures de la vie des campagnes à la fin du XIXème et au début du XXème siècle) et reçoit en retour le sens que chacun peut donner à cette histoire.

25La vigne recoupe aussi la mémoire individuelle en singularisant la pratique familiale par rapport à cette représentation collective. En effet, rares sont les pratiques et les réalités qui correspondent aux discours officiels véhiculés de nos jours par les autorités ou les médias locaux. Nous avons pu mettre à jour une multitude de pratiques, de savoir-faire tant au niveau de la mise en œuvre de la vigne que des productions réalisées. La vigne et ses pratiques appartiennent à des histoires personnelles, familiales ou locales qui ne trouvent pas forcément leur place dans les représentations officielles ou médiatiques qui tendent à enfermer la viticulture d’amateur dans une pratique obsolète, rustique et de piètre qualité. Ainsi, la plupart des monographies locales ou des brochures touristiques font état de pratiques viticoles qui n’ont pas su résister à l’épisode phylloxérique à la fin du XIXe siècle. À l’image des statistiques agricoles, elles nient une réalité ordinaire du quotidien des campagnes de Haute-Saône. Cette mécanique démonstrative est d’autant plus entretenue que la très large majorité des pratiques viticoles d’amateurs sont le fait de paysans ou de leurs descendants qui maintiennent une composante de la polyculture du passé. La modernisation des campagnes opérée tout au long du XXème siècle s’est accompagnée d’une absence globale de prise en compte de ces formes culturales résilientes, en focalisant sur les seules productions qui possèdent une valeur économique.

26Pour saisir le sens géographique et historique des pratiques liées à la vigne, nous l’avons abordée comme un « lieu de mémoire » au sens où les a définis P. Nora en intégrant tous les aspects et problèmes que met à jour cette approche (Nora, 1983). La vigne dans sa situation de marginalité spatiale est, en effet, le fruit d’une dynamique qui traverse plus d’un siècle. Elle porte à travers elle de nombreux épisodes de l’histoire locale mais surtout nationale, marquée par les grands traumatismes que les campagnes ont connus : phylloxéra, Première et Seconde Guerres mondiales… La raréfaction de cette culture puis sa marginalisation progressive tendent à sanctuariser les parcelles qui demeurent ou résistent et à densifier leur valeur et leur portée symboliques. Plus qu’un terrain jardiné, la vigne est souvent assimilable à une relique d’un système passé et des pratiques qui lui sont associées. Dans cette situation, les parcelles de vigne, les treilles ou autres ceps esseulés acquièrent une toute autre dimension et une épaisseur bien plus consistante que ne pourrait le percevoir celui qui les observe en occultant cette dimension historique.

27Dès lors une nouvelle lecture de ces espaces marginaux est possible. Il s’agit désormais de les aborder comme des espaces vécus, porteurs de pratiques et de sentiments personnels qui renvoient souvent à l’intimité familiale. Ces espaces prennent une signification riche et complexe. Ce sont des témoins historiques, vestiges d’une dynamique qui les a mis à mal. Ils se présentent alors comme la marque d’une forme de résilience ou d’une rémanence par rapport à l’âge d’or viticole qui continue d’être intégré comme un référentiel de l’histoire régionale. La plupart des vignes sont facteurs identitaires pour ceux qui les cultivent mais aussi pour ceux qui les intègrent comme un élément notable des paysages et de la vie locale. La vigne participe ainsi à la définition du territoire et sa mise en perspective historique en débordant très largement de sa position de culture marginale telle que nous l’avons évoquée.

28C’est par ailleurs cette position qui la singularise et lui donne une épaisseur particulière.

29Ainsi, il est clair que la marginalité spatiale de la vigne ne saurait rendre compte de son poids véritable au sein des espaces et des territoires étudiés. Se limiter aux seules données statistiques qui relèvent les superficies cultivées en vigne pour appréhender sa dimension réelle conduit assurément à une interprétation biaisée. C’est à travers la dimension paysagère et territoriale que la vigne trouve sa véritable expression. Une dimension à la hauteur de ce qu’elle continue parfois d’incarner, bien au delà de sa simple marginalité spatiale. Un enjeu essentiel de notre travail a donc consisté au final à rendre compte de cette inscription réévaluée du fait viticole. Comment le géographe, par une pratique du terrain peut-il contester ce que l’outil statistique amène à affirmer ? Comment rendre compte de ce qui relève à la base d’une approche impressionniste ?

2. Comment intégrer l’ensemble des manifestations de la vigne

30C’est à partir d’une étude fine, menée aussi bien auprès de formes circonscrites, parfois très modestes d’un point de vue spatial, qu’au travers des acteurs spatiaux concernés, que la véritable dimension prise par la vigne dans l’aire d’étude apparaît.

2.1. Le lieu comme échelle d’analyse privilégiée d’un objet marginal

31Les formes et les pratiques liées à la vigne, nombreuses dans l’aire d’étude, n’en demeurent pas moins très ponctuelles. Elles sont difficiles à saisir dans une globalité qui s’imposerait d’elle-même. L’image classique des pays de vignoble n’est pas de mise ici et, d’évidence, la plupart des pratiques viticoles objectivées qui perdurent sont modestes dans leur expression spatiale ou limitées dans le temps. Il s’agit là d’une singularité de notre objet de recherche : la vigne, quelle que soit son inscription est matériellement une composante subtile et discrète des espaces parcourus.

2.1.1. Un objet d’étude qui appartient très largement à la sphère privée

32La vigne, en tant qu’objet d’étude, procède dans la plupart des cas de démarches personnelles qui disséminent son empreinte dans l’ensemble de l’aire d’étude. Son inscription est variée, courante, mais difficile à circonscrire. En effet, nous ne sommes pas tant confrontés à l’étude d’une activité qui produit un type d’espace clairement identifié qu’à un ensemble de pratiques qui relèvent le plus souvent du vécu et de l’histoire personnelle de chacun. Il est difficile d’identifier un « groupe » associé à ces pratiques. La vigne appartient à la sphère privée et les acteurs qui lui sont associés ne peuvent être identifiés par une structure ou un espace qui permettrait de les appréhender dans leur globalité.

33De plus, nombreux sont les individus natifs de la région qui peuvent évoquer un souvenir ou une pratique lié à la vigne. Cela renvoie, dans la majorité des cas, à une évocation familiale ou s’inscrit dans le cadre de l’histoire de la commune. Beaucoup d’anciens, par exemple, ont connu l’époque où la plupart des habitants des villages possédaient une vigne dans les années d’après-guerre. Ils ont souvent conservé le souvenir de moments passés au cœur de leur propre parcelle, de celle d’un parent ou d’un ami…

34La vigne, aujourd’hui, n’est donc pas tant présente dans les espaces que dans le vécu de nombreux individus. Le contraste, au sein de l’aire d’étude entre son inscription spatiale objectivée et le poids des héritages associé au souvenir d’un passé viticole important, est sans doute une des lignes de force majeure qui structure le rapport de la vigne au territoire.

35La vigne cultive donc ce paradoxe, d’être à la fois en position de marginalité spatiale et très présente dans le vécu des habitants originaires de la région. Elle est une clé pour s’introduire dans l’intimité de ce vécu car il existe, en effet, une dialectique subtile entre la (re)connaissance des manifestations de la vigne et leur mise ne œuvre par les acteurs des territoires qui conservent une empreinte viticole. Elle passe par la sphère privée et intime de chacun et ne peut s’appréhender que par une étude très fine. Une approche globale conduirait irrémédiablement à passer à côté de l’essentiel. La marginalité spatiale possède un sens géographique prononcé et autorise, dans son essence même, une méthode assez commode à mettre en œuvre. En effet, continuer à cultiver sa vigne contre toute logique économique, en opposition à la tendance générale possède évidemment une signification particulière. De même, conserver ou entretenir une inscription de quelque nature que ce soit d’un objet viticole révèle souvent la profondeur d’un lien solide avec celui-ci. Il s’agit donc de prendre en compte la marginalité spatiale de la vigne en recensant toute les formes identifiées en rapport avec la pratique viticole et de chercher à comprendre le sens géographique lié à ces phénomènes.

2.1.2. Mettre à jour la charge symbolique d’une pratique : le « lieu » comme échelle d’étude

36La géographie a montré à travers de nombreux travaux l’intérêt d’une étude de ces espaces à forte puissance évocatrice. Qu’il s’agisse d’espaces assez conséquents comme les « pays » (Dardel, 1952) ou parfois plus ponctuels dans la lignée du « sense of place » des auteurs anglo-saxons (Frémont, 1976), l’approche géographique ne peut se départir pour comprendre un phénomène spatialisé d’intégrer toute sa dimension culturelle et idéelle (Claval, 1995). Certains espaces, aux dimensions variables, se comportent comme une mémoire vivante, révélée davantage par un ensemble de pratiques que par un véritable discours structuré qui lui aura tendance à s’imprégner de valeurs sociétales dominantes. Ces dernières tendent à lisser ou à normaliser ces pratiques : « Si le discours convoque une mémoire historique et fabriquée, la pratique s’adresse plutôt à une mémoire collective et personnelle : une tradition vivante, inconsciente mais opérationnelle » (Claval, 2006).

37B. Debarbieux (1995) assimile d’ailleurs certains lieux à une synecdoque spatiale : « un lieu peut donner à voir et amener à la conscience d’autres lieux absents et d’un espace englobant, certes présent par l’une de ses parties -le lieu où l’on est- mais inaccessible aux sens ». Derrière le lieu ponctuel et modeste il faut donc parfois chercher une dimension qui le dépasse très largement et relève parfois de l’être même des acteurs qui le composent.

38La vigne et l’ensemble de ses inscriptions sont, en effet, à la fois un sanctuaire et un conservatoire de pratiques, de savoirs, à même de révéler la charge affective et évocatrice qui s’y rapporte. C’est pourquoi il est essentiel de collecter et de rendre compte, dans la mesure du possible, de l’ensemble de ces inscriptions, de ces savoir-faire et des pratiques qui les accompagnent.

39Si l’importance de ses manifestations liées à la vigne est évidente et déborde très largement de sa marginalité supposée, il convient toutefois de ne pas se méprendre sur sa valeur véritable et la signification qui s’y rapporte. Une confusion peut exister entre un espace de dimensions variables et des « lieux », beaucoup plus modestes, voire parfois très ponctuels, qui tendent à s’y substituer dans les représentations collectives (Piolle, 1991).

40Nous avons cherché dans le cadre de notre étude à appréhender la vigne sous ses différentes formes, non comme une entité objective et quantifiable, mais surtout comme une pratique porteuse d’un rapport affectif et d’un vécu liés à cet objet. La vigne est un de ces lieux à même d’exprimer une identité, un lien social et de les situer dans un contexte sociétal plus général.

2.2. Les lieux de la vigne, entre vécu, mémoire et affectif : des territoires de l’intime

41Assez curieusement, le lieu est une échelle d’analyse spatiale encore peu utilisée en géographie alors qu’elle a su s’imposer plus largement dans d’autres sciences sociales. On sort de la sphère macro-économique pour entrer dans celle de l’homme. Ainsi, « Le géographe cesse d’être un géomètre toujours préoccupé des surfaces et des étendues » et désormais la géographie « s’ouvre à ceux dont la formation laisse une large place aux humanités et aux arts » (Claval, 2006).

42Le lieu peut être considéré comme « la plus petite unité spatiale complexe » (Lussault, Levy, 2000), riche de significations et d’interprétations multiples qui dépendent en grande partie du rapport de chacun à cette partie de l’espace. Il est donc nécessaire, pour identifier un lieu, de le circonscrire et de le matérialiser clairement au travers d’une pratique et/ou d’une représentation qui permet(tent) de percevoir les limites et la fonctionnalité du lieu. M. Lussault insiste par ailleurs sur la « spatialisation » des individus nécessaire à la définition de leur identité propre et à son affirmation. L’individu ne peut se percevoir sans son rapport à l’espace qui passe par l’identification d’un territoire ponctué de lieux privilégiés qui sont autant de repères et d’éléments constitutifs de son identité. Cette démarche fait d’ailleurs appel aussi bien à des réalités actuelles que passées. Un lieu évoque tantôt un présent, tantôt un passé. Parfois les deux (Lussault , 2007).

43Ce qui importe est de mettre à jour aussi bien la pratique et son auteur que le résultat final dans l’espace : ne pas dissocier le lieu-espace du lieu-sujet. Certes la géographie demeure une discipline qui étudie l’espace mais il convient d’interroger aussi les pratiques, l’ensemble du processus qui produit le phénomène ou l’objet d’étude (Berdoulay etNicholas Entrikin, 1998). Le lieu est alors une sorte de médiation. Il se perçoit comme le produit d’une dialectique entre rapport objectivé et subjectif à l’espace et ne peut être abordé en le dissociant de celui qui le construit ou le retient.

44Nous sommes proches ici, à une échelle plus fine, de la conception de l’action humaine mis au jour par H. Arendt (1958), révélée davantage pas son « œuvre » que par son « travail ». C’est dans cette « œuvre » parfois fugace que celui-ci se réalise. Il faut donc chercher dans ces lieux, dans ces réalisations parfois insignifiantes ou marginales, la vraie valeur qu’un individu donne à son action. Si lorsqu’il cultive son champs, le paysan travaille c’est à dire garantit son existence et celle des siens, lorsqu’il continue de tenir une vigne familiale, en dehors de toute logique de rentabilité, il œuvre. Et cette œuvre révèle sans doute plus l’individu que son travail, d’autant que selon H. Arendt, la condition de l’homme moderne s’accompagne de la destruction de l’œuvre. Dès lors, celle-ci n’en a que plus de valeur lorsqu’elle résiste à l’ère du temps. Ainsi, les viticulteurs amateurs ont toujours souligné lors des entretiens réalisés, l’importance du lien généalogique qui entoure la pratique. Ils rapportent toujours la pratique aux parents et à la tradition du lieu, comme s’ils n’étaient qu’un vecteur dans le maintien de cette tradition à forte charge identitaire.

45En même temps qu’ils sont porteurs de cette identité, les lieux de la vigne se singularisent donc aussi par leur valeur patrimoniale et mémorielle. Cette dernière procède essentiellement du passé viticole de l’aire d’étude, des évolutions qui l’accompagnent et de l’histoire familiale de chacun. Dès lors, il est opportun de conjuguer cette approche géographique du lieu, avec le concept des lieux de mémoire tels que les a définis P. Nora (Nora, 1983).

2.2.1. Les lieux de la vigne composent l’anthroposystème viticole

46Nous avons donc cherché à identifier tous les lieux de la vigne, en ne limitant pas la définition de ces lieux à leur seule réalité objective. Nous les avons appréhendés avec toute la dimension symbolique et idéelle qui s’y rapporte, notamment en interrogeant celles ou ceux qui les mettent en œuvre. Pour synthétiser l’ensemble des formes en lien avec la vigne identifiées nous avons eu recours à l’approche systémique à travers l’utilisation du concept d’anthroposystème.

47Ce concept, dans la lignée des travaux initiés par G. Bertrand sur l’étude des paysages, met l’accent sur la composante sociétale du système ainsi que sur son aspect dynamique : l’anthroposystème est un état en perpétuelle évolution qu’il convient d’appréhender en le replaçant dans un système évolutif qui intègre les différentes échelles de temps.

48Il se définit comme « une entité structurelle et fonctionnelle prenant en compte les interactions sociétés-milieux, et intégrant sur un même espace un ou des sous-systèmes naturels et un ou des sous-systèmes sociaux, l’ensemble évoluant sur la longue durée » (Lévêque, Der Leeuw, 2003) :

49L’intérêt majeur de l’anthroposystème est de consacrer la composante sociale comme élément clé de son organisation. Un objet, une production ou une pratique peuvent être l’objet central qui définit autour de lui la structure et le fonctionnement de tout un système produit par les interactions d’un sous-système « naturel » et d’un sous-système social.

50La vigne est, dans le cadre de notre recherche, cet objet, à travers lequel nous nous proposons de lire un ensemble fonctionnel, intégré au sein d’un ensemble plus général, fruit des héritages du passé et qui témoigne du devenir des espaces étudiés.

L’anthroposystème viticole et ses composantes

L’anthroposystème viticole et ses composantes

Réalisation : Sylvain Estager

51Ainsi, nous synthétisons l’ensemble des manifestations liées à la vigne et à ses pratiques au sein de l’anthroposystème viticole que nous définissons comme l’expression, à un moment donné, de la culture viticole au sein d’un territoire. La vigne est, à travers ses implications spatiales et sociétales, le résultat d’interactions en cours entre différentes dynamiques et se traduit sous des formes multiples et variées. La vigne, en tant qu’objet d’étude, y est appréhendée sous toutes ses manifestations : plante mise en culture, vestiges et patrimoines qui lui sont associés, pratiques et savoir-faire…

52Cette approche va nous conduire à sortir cette culture de son statut d’objet marginal. Elle nous invite à lire à travers elle, tout un ensemble de dynamiques et de valeurs territoriales qui renvoient directement à l’histoire de la vigne dans l’aire d’étude.

53L’objet de cet article n’est pas de rendre compte de l’ensemble du travail effectué dans l’analyse de l’anthroposystème viticole mais de mettre en évidence l’intérêt de cette approche pour comprendre comment un objet d’étude qui peut sembler marginal de prime abord ouvre sur tout un corpus de valeurs qui font le territoire. Ce sont ces résultats que nous présentons dans cette dernière partie.

3. La vigne, composante complexe du construit territorial

  • 6 Nous retenons une définition de la notion de ressource qui intègre une propension plus ou moins for (...)

54Les lieux de la vigne sont clairement conditionnés, dans la diversité de leur mise en œuvre, par un ensemble de paramètres qui les identifie comme une ressource territoriale6 de notre terrain de recherche. Ils sont porteurs d’identité, de mémoire, de vécu, de savoir-faire et fonctionnent comme de véritables points d’ancrage au sein des territoires qui s’articulent entre mémoire et quotidien.

3.1. La vigne, comme pratique du quotidien : entre marginalité culturale et importance culturelle

55 En effet, si ces lieux évoluent et ne sont pas intangibles dans leur matérialité, ils demeurent porteurs d’un enracinement territorial puissant lorsqu’on les appréhende en tant que pratique du quotidien. En ce sens, ils sont une source, une ressource, une référence au sein des espaces vécus par les acteurs qui président à leur existence.

56 La variété des formes qui composent l’anthroposystème viticole infirme le statut de marginalité que confère à la vigne une approche statistique. La vigne ouvre sur une histoire, un passé, et une mémoire qui appartiennent aux territoires de la région.

57Pour exemple, se limiter à ne voir dans un cep planté en treille sur une façade ou au cœur d’un verger qu’un plant qui décore ou régale à l’occasion, conduit à occulter l’essentiel des logiques qui déterminent sa présence. Dans la plupart des cas, le propriétaire ou ses aïeuls, possédaient par le passé une vigne. Cette vigne est alors conditionnée par des schèmes porteurs d’une histoire familiale, d’un lien affectif important à la vigne et d’un ensemble de savoir-faire qui se dissimulent derrière cette matérialité spatialement insignifiante. La vigne est dans ce cas, un point d’ancrage identitaire fort, porteur d’un rapport singulier au territoire.

58La marginalité apparente de la vigne révèle en fait tout un corpus de valeurs, de mémoires et d’idéologies territoriales qui s’y rapportent. Il faut l’appréhender dans la multiplicité de ces manifestations pour saisir son épaisseur véritable au sein des espaces et des territoires étudiés. La capacité de résilience de la vigne passe parfois par une évolution de ses mises en œuvre.

59Aujourd’hui, la vigne ouvre sur l’histoire viticole de la région. Les nombreux vestiges de la viticulture passée témoignent du rôle que la vigne a pu avoir autrefois dans la région. La vigne offre aussi de nombreuses formes de rémanence qui renvoient à cette histoire. La matrice historique et spatiale (Di Méo, Buléon, 2005) qui préside à la mise en place de ce patrimoine viticole a pu être identifiée, ainsi que les dynamiques qui l’accompagnent et conduisent à la marginalisation effective de la viticulture.

60Les quelques exploitations commerciales qui sont réapparues dans les années 1970 et 1980, à Champlitte, Charcennes et Roche et Raucourt, ont d’ailleurs légitimé leur démarche en faisant référence à ce passé viticole. Or, dans les faits, ce type de viticulture est une nouveauté dans la région car, même avant l’épisode phylloxérique, le vignoble local se destinait surtout à une consommation familiale ou locale. Point de véritable économie commerciale à l’époque. Il s’agit donc davantage d’une nouvelle forme de viticulture que d’un « renouveau » viticole qui s’appuierait sur la tradition locale de la vigne. Mais celle-ci est mobilisée en tant que ressource du territoire. Elle participe aux différentes mises en scène de la vigne que nous avons relevées dans notre terrain de recherche. Le procédé qui relève de l’artifice et présente une mémoire de la vigne en partie falsifiée, n’en est pas moins efficace.

61C’est en réalité surtout le système de la viticulture d’amateur qui se pose en héritier de l’âge d’or viticole. Les pratiques viticoles destinées à l’autoconsommation nous sont parvenues. Cette viticulture d’amateur se transmet dès lors par la tradition locale et familiale et s’apparente à un conservatoire de pratiques et de savoir-faire qui ont su évoluer avec le temps. Nous avons effectivement mis en évidence, grâce aux enquêtes par entretien, que la pratique viticole doit se comprendre aussi à la lueur de la charge mémorielle et affective qui s’y rapporte. Le maintien de ces vignes procède d’une pérennisation, plus rarement d’une sanctuarisation, des pratiques et des savoir-faire viticoles qui sont entretenus, outre le plaisir, dans le respect d’une tradition familiale ancrée dans le territoire et l’histoire locale.

62Ainsi, à travers l’exemple des pratiques en lien avec la vigne, se dessine l’importance que peuvent avoir les mémoires dans les pratiques du quotidien qui forgent le territoire de chacun.

3.2. Une composante mémorielle déterminante dans le rapport au territoire

63La composante mémorielle est ici fondamentale. La vigne en sa qualité d’objet d’étude démontre l’importance que ce schème peut avoir dans la structuration d’un individu et dans son inscription territoriale.

64Différentes approches géographiques ont démontré que l’inscription d’un acteur au sein d’un espace est conditionnée avant tout par la réalité du moment et par sa propre trajectoire de vie. L’espace vécu (Frémont, 1976) d’un individu, son construit identitaire (Soulet, 1986) ou son territoire (Di Méo, 1996) relèvent essentiellement des pratiques du quotidien.

65G. Di Méo insiste sur ce point et développe l’idée que « le territoire repose sur l’actualité, celle de l’homme, des groupes que sa sociabilité engendre, celle de l’espace qu’il se présente et sur lequel il vit, agit, pense au présent » (Di Méo, 2001).

66L’auteur prend en compte « l’idée tenace » que le territoire se forge aussi avec des repères patrimoniaux et mémoriels. Il ne conteste pas l’importance les référentiels structurants que peuvent être certains lieux ou haut-lieux dans le construit identitaire de chacun (Debarbieux, 1993 ; Gentelle, 1995) mais insiste sur le fait que l’identité territoriale repose avant tout sur les logiques sociales du quotidien.

67Notre recherche s’inscrit pleinement dans ces pensées qui ont guidé notre réflexion d’ensemble mais elle apporte, à travers l’objet viticole, un exemple qui souligne en particulier l’importance du mémoriel dans la structuration territoriale des acteurs sociaux étudiés.

68En effet, la dimension mémorielle dans les pratiques du quotidien est essentielle. Ce schème structure la plupart des manifestations de la vigne relevées dans notre terrain de recherche.

69Les pratiques viticoles actuelles que nous avons interrogées démontrent l’importance des mémoires qui conditionnent leur mise en œuvre. Le maintien dans le temps des pratiques viticoles d’amateur s’accompagne d’une démarche qui entend les entretenir et, si possible, les transmettre en s’appuyant sur des mémoires locales, familiales ou collectives.

70La vigne est un passeur générationnel au sein du territoire de chacun des acteurs qui s’y adonnent. Ainsi il convient de ne pas opposer ce qui relève du quotidien et ce qui procèderait plus spécifiquement du passé dans ce schème structurant de l’identité territoriale. La pratique du quotidien est dans le cas de notre objet d’étude intimement liée à sa charge mémorielle. La vigne appartient aux lieux, à leurs acteurs et se rattache à la profondeur historique qui compose le territoire. Il s’agit d’une réalité du quotidien portée par la mémoire des lieux et qui en retour la rattache à ce passé : la composante affective joue un rôle majeur dans le maintien et la transmission des pratiques viticoles d’amateur. On hérite de la pratique et des savoir-faire dans un cadre surtout familial. La vigne opère ainsi comme un lien intergénérationnel qui amplifie la charge mémorielle qui s’y rapporte : la pratique relève du mémoriel et de l’affectif.

71En ce sens elle est génétique. Les pratiques, les savoir-faire, outre l’histoire des lieux racontent aussi une généalogie. Plus qu’une résistance c’est une continuité, un lien matériel spatialisé qui concentre autant de trajectoires de vie, de mémoires et d’affectifs qu’elle connaît de mises en culture. On se rapproche ici de ce que P. Ricœur nomme « la mémoire lente des habitudes » (Ricœur, 2000) qui empreinte autant à la tradition familiale, qu’à la charge affective et mémorielle qui s’y rapporte.

72C’est pourquoi, il importe, pour saisir au mieux l’importance de cette composante, de l’appréhender à une échelle très fine, celle des acteurs et des lieux de la vigne qu’ils mettent en œuvre, et entrer dans ce que nous avons qualifié de « territoire de l’intime ».

73Pour autant, les pratiques viticoles ne sont pas figées dans leur méthode ou leur finalité. Il ne s’agit pas de formes anachroniques, en décalage avec leur époque ; elles ont su s’adapter et s’inscrire dans le quotidien de ceux qui les maintiennent.

74La barrique en plastique a remplacé le tonneau et les désherbants, le coup de fourche… On renonce à sa parcelle mais on conserve quelques plants et on prend soin de sa treille. Les pratiques liées à la vigne relèvent donc de la tradition mais ne doivent pas pour autant être comprises comme traditionnalistes. Elles portent aussi leur part de modernité et d’adaptation à leur temps.

75La richesse de la ressource viticole et sa puissance d’évocation mémorielle s’illustrent à travers les différentes mises en scène « officielles » qui l’accompagnent.

  • 7 Chaque année, le lundi qui suit le 22 janvier, toute la commune se mobilise pour fêter le saint-pat (...)

76Les exploitations viticoles commerciales légitiment leur entreprise par le passé viticole de la région, en particulier celle de Champlitte qui s’appuie sur les festivités de la Saint-Vincent7 pour ancrer le vignoble actuel dans l’histoire communale du vignoble passé. Les brochures touristiques et quelques sites aménagés (à Gy et Vesoul) mettent aussi en scène le vignoble d’autrefois et l’épisode phylloxérique à travers les vestiges qu’il a laissés en idéalisant la réalité de l’époque, notamment sur la puissance de l’économie viticole et sur la qualité des productions.

77Mais qu’elles s’appuient sur une mémoire falsifiée ou sur une plus authentique, ces mises en scène témoignent que la vigne est une ressource à même de répondre à certaines attentes de son époque. Le détournement de l’histoire viticole locale, prétexte à l’exposé de valeurs religieuses, politiques ou commerciales permet de saisir les lieux de la vigne concernés comme des lieux de mémoires (Piveteau, 1995 ; Nora, 1983), révélateurs avant tout de la société et des acteurs qui président à leur mise en place.

78La vigne et ses différentes manifestations permettent donc d’entrevoir l’importance de la composante mémorielle (et affective) qui s’y rapporte. Cette dernière apparaît comme un schème essentiel du territoire des acteurs en lien avec les pratiques viticoles.

3.3. La vigne participe à forger le territoire du moment

79Se pose dès lors la question de l’importance et de la signification qu’on doit accorder à ces lieux de la vigne. Elle participe à forger le territoire à travers plusieurs vecteurs :
La vigne est intégrée et ouvre sur une histoire officielle qui célèbre un passé viticole glorieux. Ce dernier est exploité en tant que ressource du territoire, prétexte à l’exposé de valeurs sociétales du moment. Il empreinte à la geste viticole nationale et participe à la mise en valeur de la région ou à la légitimation des entreprises viticoles commerciales.

80Les pratiques viticoles demeurent surtout une réalité du moment. Nombreuses et variées, elles sont mises en œuvre dans l’ensemble de notre terrain de recherche. Nous avons pu mettre en évidence que la multiplicité de ces manifestations infirme largement le statut de marginalité de la vigne, conféré par la seule approche spatiale. Celle-ci appartient donc toujours aux paysages, au vécu, et au quotidien de la Haute-Saône et de ses habitants.

81La plupart de ces pratiques sont portées par une logique mémorielle complexe qui les inscrit souvent dans un territoire de l’intime. Il s’agit là d’un déterminisme essentiel dans la mobilisation de la ressource territoriale viticole. Le territoire du moment se construit aussi par ce ressort qui empreinte à la mémoire et à l’affectif, au territoire de l’intime, sans pour autant l’ancrer dans quelque logique nostalgique ou passéiste.

82Enfin, les lieux de la vigne permettent d’appréhender le maintien de pratiques gentiment interlopes qui forgent un temps et un territoire spécifique. Vignes non déclarées, vendanges distillées pour produire sans s’affranchir des droits, production troquée dans un cadre local… Elles demeurent par définition complexes mais d’évidence, elles participent à la structuration des identités et ancrent les acteurs au sein de leur territoire.

83La vigne est donc au cœur d’un construit social structuré par des logiques ou des représentions qui empruntent à la sphère collective, individuelle et à celle plus voilée de l’interlope. Celles-ci sont poreuses et interagissent en permanence pour faire de cet objet une ligne de force du territoire. Pour l’appréhender en cette qualité, il est fondamental de multiplier les échelles d’approche et d’interroger un espace largement dédié à la vigne, comme la commune de Champlitte, aussi bien qu’un lieu domestique ou intime, en apparence ordinaire.

84Au final, il est tentant de voir dans cette marginalité spatiale à forte charge identitaire et affective une résistance contre l’ère du temps et à l’uniformisation des modes de vie qui l’accompagne. Les mises en scène de la vigne sont parfois empreintes d’une nostalgie à teneur réactionnaire et pourraient laisser penser que la pratique viticole est un archaïsme en dehors de son temps. Toutefois, la multiplicité des manifestations du fait viticole et leur évolution empêche toute généralisation de ce type. Dans les justifications qui accompagnent sa mise en œuvre, la vigne ne souffre d’ailleurs guère de verbalisation qui aille en ce sens. Alors qu’elle est célébrée autour de valeurs collectives et de travail dans ses mises en scène, la vigne apparaît surtout comme une récréation lorsqu’on interroge les acteurs qui la cultivent. Tout propos globalisant sur ce point conduirait à une analyse réductrice et artificielle.

Conclusion

85Ainsi se dessine l’importance que peut avoir un objet d’apparence marginale dans les pratiques du quotidien qui forgent le territoire de chacun. La vigne est une de ces marginalités qui font le territoire. Elle s’exprime, à travers une matérialité qui ne peut se saisir qu’à une échelle très fine, mais doit être appréhendée en tenant compte de sa puissance d’évocation mémorielle et affective.

86Cet exemple démontre que le construit territorial ne peut être appréhendé uniquement à partir des données structurelles économiques ou statistiques dominantes. Outre les pratiques du quotidien, la sphère intime doit aussi être intégrée pour saisir au mieux les schèmes qui conditionnent le rapport au territoire. L’histoire locale, la mémoire des lieux interagissent avec cette dimension personnelle, sont intégrées aussi au vécu des individus et doivent donc aussi être prises en compte.

87C’est donc surtout dans sa participation à la superstructure du territoire que la vigne prend sa véritable dimension. L’empreinte viticole demeure incontournable dans les communes qui ont connu ou connaissent encore la culture de la vigne, ce qui représente plus de la moitié du département. Ce dernier conserve dès lors une coloration viticole de plus en plus portée de nos jours par les quelques entreprises commerciales.

88Ainsi, si aujourd’hui la Haute-Saône n’est plus un espace viticole que de façon marginale, elle demeure un territoire de la vigne.

Haut de page

Bibliographie

ARENDT, H., 2001(Réédition 1958), La condition de l’homme moderne, Paris : Nathan, 195 p.

BERDOULAY V., NICHOLAS ENTRIKIN J., 1998, Lieu et sujet. Perspective théoriques, L’espace géographique, tome 27, 2, pp. 301-309.

BERTRAND, C., BERTRAND, G., 2002, Une géographie traversière, l’environnement à travers territoires et temporalités, Paris : Arguments, 312p.

CLAVAL, P., 1995, La géographie culturelle, Paris : Nathan, coll. Fac. Géographie », 384 p.

CLAVAL, P., 2006, Géographie régionale, de la région au territoire, Paris : A. Colin, 336 p.

DARDEL, E., 1952, L’homme et la terre, nature de la réalité géographique, Paris, P.U.F., 210p.

DEBARBIEUX, B., 1995, Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique, L’Espace géographique, tome 24 n° 2, pp. 97-112.

DI MÉO, G, 2001, Géographie sociale et territoires, Paris : Nathan, collection Fac, 320 p.

DI MÉO, G., 2004, Composante spatiales, formes et processus géographique des identités », Annales de Géographie, n° 638-639, p. 339-363

DI MÉO, G., BULÉON P., 2005, L’espace social, lecture géographique des sociétés, Paris : A. Colin, 304 p.

ESTAGER, S., 2008, Un objet entre marginalité et territoire : la vigne en Haute-Saône, Thèse de Doctorat, Université de Lille 1, 482 p.

FRÉMONT, A., 1976, La Région, espace vécu, Paris : P.U.F., 223 p.

GENTELLE, P. 1995, Haut-lieu, L’Espace géographique n° 2, pp. 135-138.

GLON, E., 2007, Les ressources territoriales, une notion clé pour une meilleure re-connaissance des territoires dans le global, Grenoble : Publication des actes du colloque ASRDLF.

GUYOT, J., 1864, Sur la viticulture du Nord-est de la France, Paris : Imprimerie Impériale, 287p.

LÉVÊQUE, C., DER LEEUW, V., 2003, Quelle nature voulons-nous ?, Paris : Elsevier, 127p.

LÉVY, J., LUSSAULT, 2003, M., Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, Paris : Belin, 1033p.

LUSSAULT, 2000, M., Action(s) !  in M. et Levy J. (dir.), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris : Belin, Collection Mappemonde, pp. 11-36.

LUSSAULT, M., 2007, L’homme spatial, la construction sociale de l’espace humain, Paris : Seuil, La couleur des idées, 362 p.

PIOLLE, X., 1991, Proximité géographique et lien social. De nouvelles formes de territorialité ?, L’Espace géographique n° 4, pp. 349-358.

PIVETEAU, J.L., 1995, Le territoire est-il un lieu de mémoire ? , L’espace Géographique, tome 24, n° 2.

RICOEUR, P., 2000, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris : P.U.F., Seuil, 675p.

SCHIRMER, R., 2000, Le regard des géographes français sur la vigne et le vin, Annales de géographie , n° 614-615, pp. 345-363.

VUILLAUME, F., 1996, Vignes et Vigneron de Haute-Saône au XIXe siècle, Mémoire de Maîtrise, Université de Franche-Comté, 244p.

Haut de page

Notes

1 Source : A.G.R.E.S.T.E., Chambre d’Agriculture de Vesoul.

2 Il s’agit principalement de Charcennes (74 ha.), Champlitte (39ha.) et Roche et Raucourt (31ha.) et parfois de quelques communes voisines sur lesquelles ces vignobles débordent.

3 Cette donnée, variable selon les départements, nous a été fournie par les services statistiques de la C.A.

4 Une quarantaine d’enquêtes par entretien ont été réalisées auprès de viticulteurs amateurs dans l’ensemble de notre terrain de recherche, en 2006-2007

5 Terme local pour désigner des murets construits en pierre. Plusieurs sources historiques attestent de leur présence généralisée au sein des vignes lors de l’apogée viticole du XIXème siècle.

6 Nous retenons une définition de la notion de ressource qui intègre une propension plus ou moins forte à interroger la mémoire des lieux ou d’une collectivité, des savoir-faire qui s’y manifestent, des expériences qu’elle a traversées et connaît. (Glon, 2007). Il importe en effet de comprendre, au travers de la vigne, comment s’opère une dialectique entre le territoire et l’acteur qui s’y rapporte : l’individu participe à la définition et à la construction des territoires en même temps qu’il est lui-même le produit d’une histoire, d’une mémoire ou d’un ensemble de pratiques et de savoir-faire portés par ces mêmes territoires. Le lien qui unit un acteur à la vigne est un acquis, transmis par le territoire dans lequel il évolue.

7 Chaque année, le lundi qui suit le 22 janvier, toute la commune se mobilise pour fêter le saint-patron des vignerons. Cette célébration, à laquelle le religieux donne une coloration spirituelle particulière, est à l’origine de la replantation du vignoble dans les années 1970.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Cadre spatial de la recherche – les communes viticoles retenues
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Photo 1 : Vignes à l'entrée du village de Suaucourt
Légende Ce village d’une quarantaine d’habitants est considéré comme complètement a-viticole par les satistiques agricoles. Il demeure pourtant une dizaine de petites parcelles d’amateurs disséminées sur le finage communal, aux abords du noyau villageois dominé par une architecture vigneronne, qui abrite de nombreuses constructions viticoles.
Crédits Photographie : juillet 2006
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre L’anthroposystème viticole et ses composantes
Crédits Réalisation : Sylvain Estager
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/1139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Estager, « Une marginalité spatiale comme clé de lecture des territoires », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/1139 ; DOI : 10.4000/tem.1139

Haut de page

Auteur

Sylvain Estager

Docteur en Géographie
Laboratoire TVES / UFR Géographie et d’aménagement
Université de Lille 1 Sciences et technologies
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve d’ascq cedex
Professeur agrégé
Lycée Diderot
Avenue Montaigne
62220 Carvin

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page