Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

François Gemenne : Géopolitique du changement climatique

Armand Colin, Perspectives géopolitiques, 2009, 255 pages
Caroline Norrant-Romand
Référence(s) :

François Gemenne : Géopolitique du changement climatique

Armand Colin, Perspectives géopolitiques, 2009, 255 pages

Texte intégral

1La question du changement climatique est souvent réduite à sa dimension environnementale, et aux efforts qui doivent être entrepris par chacun pour réduire sa consommation d’énergies fossiles. Mais le changement climatique est aussi un problème politique, depuis que le sujet est apparu à l’agenda des négociations internationales à la fin des années 1980. Derrière les mesures prises en faveur d’un développement plus durable, les engagements des différents pays à réduire leurs émissions, se cachent surtout des enjeux géopolitiques considérables, qui sont des déterminants clés dans les mécanismes des négociations internationales. Or, tous les pays ne sont pas égaux face à la question du changement climatique : certains contribuent plus que d’autres, ou ont davantage contribué au phénomène ; d’autres subiront plus lourdement les impacts ; certains sont davantage dépendants des énergies fossiles, tandis que d’autres pourraient être affectés par des mouvements de population liés à des dégradations de leur environnement immédiat.

2Cet ouvrage se propose de décrire et d’analyser ces questions qui reflètent des déséquilibres profonds entre les pays, qui tiennent à la fois à des questions de développement, de politiques énergétiques, ainsi qu’à des contraintes géographiques et démographiques. Un nouvel accord sur le changement climatique ne pourra être obtenu que si ces déséquilibres sont pris en compte, et si un accord global entre Nord et Sud est trouvé, qui dépasse la seule question des émissions de gaz à effet de serre. Les différents pays aujourd’hui sont inégaux face au changement climatique : inégaux dans les émissions, dans les impacts, et dans la négociation même.

3L’auteur montre comment le climat est devenu objet de politique internationale, mais aussi terrain d’interactions complexes avec les relations internationales : le réchauffement global influe sur les relations entre les Etats, et celles-ci à leur tour déterminent la coopération internationale sur le sujet. Ces interactions sont façonnées par des enjeux géopolitiques, que cet ouvrage parvient à décrire et analyser, de manière à faire comprendre les ressorts des mécanismes de coopération internationale actuels et à venir.

4Une première partie expose les données du problème : d’où proviennent les émissions de gaz à effet de serre, et quels sont les principaux impacts à attendre. Dans cette partie, un premier chapitre propose différentes lectures de la responsabilité des différents pays dans l’accumulation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Un deuxième chapitre expose les différents impacts attendus du changement climatique et souligne l’injustice fondamentale du réchauffement global : alors que les pays en développement sont les moins responsables du problème, ils seront les premiers et les plus durement touchés par ses conséquences. Un troisième chapitre explore les effets de ces conséquences sur les sociétés humaines, avec dans un premier thème la question des déplacements de population liés aux impacts du changement climatique : où se produiront ces déplacements, quelle sera leur ampleur, et quelle sera l’importance des facteurs environnementaux comme déterminants migratoires. Puis dans un second thème sont abordés les risques de tensions et de conflits générés par les impacts du réchauffement.

5La deuxième partie de l’ouvrage examine les mécanismes de coopération internationale qui ont été mis en place pour répondre au problème. Ces mécanismes reposent sur une double nécessité : celle de limiter autant que possible les impacts du changement climatique en réduisant nos émissions de gaz à effet de serre, mais également celle de prendre en compte les impacts qui semblent inévitables aujourd’hui, en prévoyant des mesures qui permettront aux régions touchées de s’adapter à ces impacts. C’est ainsi que sont analysées les politiques d’atténuation et d’adaptation, de même que la négociation, qui les a longtemps occultées : plus les efforts d’atténuation seront importants, moins les efforts d’adaptation seront nécessaires ; et inversement. Ces deux questions sont traitées dans deux chapitres successifs, auxquels succède un chapitre sur les questions de justice et d’équité : dans la répartition des efforts de réduction des émissions, mais également dans le financement de l’adaptation et les transferts financiers et technologiques quoi seront nécessaires pour permettre aux pays du Sud de réduire leurs émissions sans compromettre leur développement. Enfin, un dernier chapitre fait le point sur l’état actuel des négociations : comment celles-ci sont organisées, quelles sont les forces en présence, et les principaux points de tension.

6Cet ouvrage, quoique abordant des questions très complexes, parvient à en faire une synthèse très complète et à en exposer les clés et les ressorts tout en restant limpide dans ses explications. Un encart central de cartes couleurs ainsi que des encadrés thématiques complètent le discours grâce à des exemples concrets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Norrant-Romand, « François Gemenne : Géopolitique du changement climatique », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 1 | 2008, mis en ligne le 16 mars 2017, consulté le 24 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/1060

Haut de page

Auteur

Caroline Norrant-Romand

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page